Skip to navigation – Site map

HomeIssues XIII-2Comptes rendusJohn McCORMICK, Contemporary Brit...

Comptes rendus

John McCORMICK, Contemporary Britain | Bill COXALL, Lynton ROBINS et Robert LEACH, Contemporary British Politics | Patrick DUNLEAVY, Andrew GAMBLE, Richard HEFFERNAN et Gillian PEELE, Developments in British Politics 7

Jean-Claude Sergeant
Bibliographical reference

John McCORMICK, Contemporary Britain, Basingstoke/New York : Palgrave Macmillan (collection Contemporary States and Societies), 2003, 242 p. ISBN 0-333-96420-9.

Bill COXALL, Lynton ROBINS et Robert LEACH, Contemporary British Politics, Basingstoke/New York : Palgrave Macmillan, [1989] 4e éd. 2003, 452 p. ISBN 1-4039-0507-X.

Patrick DUNLEAVY, Andrew GAMBLE, Richard HEFFERNAN et Gillian PEELE, Developments in British Politics 7, Basingstoke/New York : Palgrave Macmillan, 2003, 398 p. ISBN 0-333-98705-5.

Full text

1Ces trois ouvrages publiés en 2003 chez le même éditeur n’ont pas la même ambition et s’adressent à des publics différents. Celui de McCormick est une présentation assez générale du Royaume-Uni à l’aube du XXIe siècle. Si la description du système politique y tient une place substantielle, elle n’empiète pas sur la part réservée à la présentation des autres facteurs qui déterminent, selon l’auteur, la spécificité du Royaume-Uni d’aujourd’hui. La quatrième édition de Contemporary British Politics, substantiellement actualisée par rapport à la précédente parue en 1998, est un manuel destiné aux étudiants qui abordent pour la première fois le domaine. Son évident souci pédagogique n’altère en rien la qualité d’une présentation qui ne se borne pas au descriptif. Son chapitre de conclusion intitulé Who Governs ? Power and the new British politics fait d’ailleurs écho au dernier chapitre de l’ouvrage plus ambitieux de Dunleavy et al. qui propose un modèle d’analyse de la structure du pouvoir politique britannique.

2Agrémenté de quelques clichés où l’atemporel (Stonehenge, la Banque d’Angleterre) voisine avec l’actualité (la manifestation de février 2003 contre la guerre en Irak), Contemporary Britain constitue une parfaite introduction à la connaissance de la Grande-Bretagne contemporaine. Rien n’y manque, même si les huit chapitres qui composent l’ouvrage ne peuvent qu’aiguiser l’appétit d’un lecteur un peu curieux. La présentation du système social est à peine moins développée que celle des politiques publiques figurant dans les deux autres ouvrages recensés ici. Une place de choix est faite à l’analyse des politiques économiques au cours de laquelle l’auteur, spécialiste de l’Union européenne et plus spécialement des politiques en matière d’environnement, réfute la thèse du déclin britannique qui serait, au pire, relatif. Un chapitre traitant de la question de l’identité britannique aurait permis de regrouper des éléments épars figurant dans les chapitres Land and People, Civil Society et Culture and Lifestyle. Un répertoire des principaux sites sur Internet, des suggestions de lectures complémentaires, une bibliographie de près de cent cinquante titres et un index complètent cet ensemble dont les étudiants anglicistes de 1er Cycle tireraient grand profit.

3La quatrième édition de Contemporary British Politics est manifestement plus ambitieuse, encore que l’on retrouve dans l’ouvrage un souci pédagogique analogue à celui observé dans Contemporary Britain. Diagrammes, graphiques, schémas balisent le parcours des vingt-sept chapitres organisés en cinq parties. On note également la présence de nombreux encadrés qui sont autant de focalisations sur des éléments généralement bien choisis, la poll tax, les agences de régulation ou les droits civiques, par exemple. Si le chapitre 3 offre une bonne contextualisation historique à partir de 1945, les différents développements présentés supposent néanmoins une connaissance assez poussée de l’histoire politique britannique sans laquelle les nombreux recadrages théoriques auxquels les auteurs ont recours risquent de manquer leur but. Il faut, toutefois, porter à leur crédit d’avoir voulu relier leur présentation du système politique britannique aux principales théories qui structurent le champ de l’analyse politique. Il reste que leur souci d’éviter un mode descriptif linéaire et de faire une place aux perspectives comparatistes est parfois source de frustration. Il eût, à cet égard, été plus utile de faire état des chiffres de diffusion des titres de la presse nationale ou de recenser les principales émissions politiques sur les chaînes de télévision généralistes que de consacrer un encadré d’une demi-page au caractère potentiellement anti-sémite du traitement par certains médias britanniques de l’intervention de l’armée israélienne à Jenin en 2002 (p. 157). Dans le chapitre consacré à la politique étrangère et de défense, la présentation de la composition actuelle de l’Otan ou le rappel des thèses de Fukuyama et de Huntington ne remplacent pas une information précise sur la part des dépenses militaires dans le budget national. S’il est naturel que la « relation spéciale » avec l’allié américain retienne l’attention des auteurs, on ne peut que regretter que la déclaration de Saint-Malo (1998) ne fasse pas, au moins, l’objet d’une mention. Il est, d’ailleurs, significatif que l’essentiel des comparaisons avec l’extra-national prenne les États-Unis pour référence.

4Si Contemporary British Politics a toutes les apparences d’un manuel, le souci encyclopédique des auteurs n’en facilitera pas l’accès au lecteur peu initié qui ne parviendra pas toujours à établir clairement la pertinence des différents points de vue, le plus souvent contradictoires, présentés (some claim […] others will argue), faute d’un accompagnement un peu plus directif des auteurs. À l’inverse, les spécialistes seront comblés par la lecture de plusieurs chapitres particulièrement réussis, tels ceux consacrés à la stratification de la gestion politico-administrative (multi-level governance) ou au processus d’élaboration des politiques.

5La septième édition de Developments in British Politics regroupe les contributions de dix-huit universitaires britanniques, dont les quatre co-responsables éditoriaux, qui traitent des évolutions observées dans la sphère politique britannique au cours des deux mandats travaillistes et, plus particulièrement, depuis les élections de 2001. On y trouvera, notamment, un chapitre signé par Vernon Bogdanor dans lequel le politiste de Brasenose College (Oxford) développe la thèse qui lui est familière de l’évolution inéluctable du Royaume-Uni vers un État quasi fédéral. Une place importante est faite – et c’est là l’un des apports originaux de cet ouvrage – à l’étude du fonctionnement du système politique mis en place dans les nouvelles nations périphériques et des politiques qui en sont issues. L’Irlande du Nord fait également l’objet d’une étude approfondie qui met en lumière les ambiguïtés de l’accord du Vendredi Saint et évalue les différentes sorties de crise envisageables à la suite de la reprise en main par Westminster de la gestion de la Province en 2002.

6L’ouvrage peut se lire comme une sorte de bilan du deuxième mandat accordé à Tony Blair et surtout comme une évaluation de son style de gestion et des ressorts de son action politique, au regard des facteurs limitatifs que sont l’impact des politiques européennes et les contraintes liées à l’internationalisation des activités commerciales et financières et aux nouvelles menaces géostratégiques. L’ordre de priorité des concepteurs de l’ouvrage est patent dans la modestie de la place (une vingtaine de pages) consacrée aux deux piliers du système politique que sont le pouvoir législatif et la sphère judiciaire qui auraient, naguère, fait l’objet de copieux développements dans un ouvrage de ce type. En revanche, le désintérêt électoral croissant des Britanniques, confirmé par le taux d’abstention aux élections de juin 2001, retient l’attention de deux des contributeurs, John Curtice (Changing voting systems) et Geoffrey Evans (Political culture and voting participation).

7Les auteurs font remarquer, à juste titre, que les réformes institutionnelles entreprises depuis 1997 n’ont pas fait débat au cours de la campagne de 2001, alors même qu’elles ont modifié en profondeur la nature du système politique. Malgré l’inachèvement provisoire de la réforme de la Chambre Haute et l’impasse dans laquelle se trouve actuellement le processus d’autonomisation partielle des régions anglaises défendu par John Prescott, il est incontestable que c’est dans le domaine des réformes institutionnelles que Tony Blair aura le plus visiblement imprimé sa marque. D’autres réformes, également significatives, auraient mérité mieux que les quelques paragraphes que leur consacrent les auteurs, en particulier l’adoption en 2000 de la loi garantissant l’accès à l’information (Freedom of Information Act) dont l’entrée en vigueur au 1er janvier 2005 prive les responsables politiques et administratifs de la quasi-immunité que leur conférait une conception étroite de la protection de l’information officielle. La volonté de Tony Blair de mettre un terme à la dualité fonctionnelle du lord Chancelier, à la fois président de la Chambre des lords et responsable de l’appareil judiciaire, tout en étant membre du Cabinet, aurait pu, également, être relevée plus explicitement, d’autant que la création d’une Cour Suprême reprenant à son compte le rôle d’arbitre judiciaire ultime exercé actuellement par les law lords marquera visiblement la frontière entre les ordres de pouvoir.

8On regrettera que, comme dans l’ouvrage précédent, l’examen des politiques publiques ait été quelque peu escamoté alors qu’elles étaient au cœur du programme gouvernemental au cours du deuxième mandat accordé à Tony Blair. Il y avait plus à dire sur les politiques éducatives, les programmes de retour à l’emploi et la lutte contre l’insécurité, notamment, que ce que les pages que leur consacre Andrew Denham nous donnent à voir.

9Dunleavy et al. marquent, en revanche, leur différence en abordant dès le chapitre 3 la question de l’européanisation de la politique britannique déjà présente sur la couverture de l’ouvrage sous la forme d’une guirlande d’étoiles dorées où s’inscrit l’Union Jack. Dans son étude d’une vingtaine de pages, Ben Rosamond, spécialiste de relations internationales à l’Université de Warwick, tente d’analyser, à grand renfort de références au corpus théorique, le processus complexe d’influences croisées qui définit les rapports entre le pouvoir britannique et les institutions européennes. On ne saurait parler, estime l’auteur, d’européanisation du mode de gouvernement britannique, sauf à entendre l’expression comme la reconnaissance de la convergence progressive qui s’opère entre le système politique britannique et une conception européenne de la gestion politique proposée comme norme.

10Originale dans sa conception, la septième édition de Developments in British Politics constitue, à tous égards, un instrument précieux qui permet de contextualiser efficacement les paramètres et les enjeux de la nouvelle échéance qui se prépare.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Claude Sergeant, John McCORMICK, Contemporary Britain | Bill COXALL, Lynton ROBINS et Robert LEACH, Contemporary British Politics | Patrick DUNLEAVY, Andrew GAMBLE, Richard HEFFERNAN et Gillian PEELE, Developments in British Politics 7Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XIII-2 | 2005, Online since 01 April 2005, connection on 27 October 2021. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/3495; DOI: https://doi.org/10.4000/rfcb.3495

Top of page

About the author

Jean-Claude Sergeant

Université de Paris III

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Revue française de civilisation britannique est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Crecib
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search