Skip to navigation – Site map

HomeIssues XVIII-1Conformisme et non-conformisme da...

Conformisme et non-conformisme dans les Académies dissidentes, 1660-1860

Conformity and Non-Conformity in Dissenting Academies, 1660-1860
Françoise Deconinck-Brossard

Abstracts

This article, based on new historiographical resources, shows that issues of orthodoxy and heresy played a crucial part in the life of Dissenting Academies, and that the line between conformity, conformism and non-conformism was not always as clear-cut as might be thought.

Top of page

Author's notes

La présente introduction emprunte nombre d’éléments à ma contribution sur la « Lecture de la ‘Version autorisée’ dans les Académies dissidentes, 1720-1860 » au colloque sur la Bible de 1611 organisé par l’université de Strasbourg en juin 2011, à paraître dans les Actes, Christophe Tournu & Mathieu Arnold (eds.).

Full text

  • 1 Il s’agit essentiellement de trois grandes familles religieuses anglaises : les presbytériens, les (...)
  • 2 Dans le contexte spécifique de l’Écosse après 1688-1689, dont il sera peu question ici, rien n’empê (...)
  • 3 N’ayant pas de ministère pastoral, les quakers furent évidemment peu concernés par cette question. (...)
  • 4 Contrairement à ce qu’affirment Stéphane Lebecq et al. dans leur Histoire des îles Britanniques, Pa (...)
  • 5 Dissenting Academies Online, Dr. Williams’s Centre for Dissenting Studies <http://www.english.qmul. (...)

1Depuis la mise en œuvre de ce qu’il est convenu d’appeler le « Code de Clarendon » (Clarendon code) à la Restauration jusqu’au milieu du dix-neuvième siècle, les non-conformistes1 anglais pouvaient difficilement étudier dans les universités anglaises2 sans scrupule de conscience. Jusqu’en 1854, il fallait souscrire aux articles de foi de l’Église d’Angleterre pour s’inscrire à Oxford, et jusqu’en 1856, pour recevoir un diplôme de Cambridge. Avec la fondation de University College en 1826, l’université de Londres fut la première à accueillir des étudiants sans pré-requis confessionnel. Pendant près de deux siècles, les dissidents organisèrent donc leur propre forme d’enseignement supérieur dans des Académies destinées à former surtout les candidats au ministère pastoral3, mais aussi des étudiants qui se préparaient à des carrières dans le monde industriel ou commercial. Il s’agissait d’un cursus de niveau universitaire4. Plusieurs centaines d’anciens étudiants ou enseignants des Académies dissidentes jouissent d’une notoriété suffisante pour figurer dans l’Oxford Dictionary of National Biography5.

  • 6 Isabel Rivers & David Wykes (eds.), A History of the Dissenting Academies in the British Isles, 166 (...)

2Ces établissements ont depuis longtemps attiré l’attention de chercheurs s’intéressant à différents domaines : histoire des idées, des sciences, des sciences de l’éducation, histoire intellectuelle, histoire sociale ou économique. Cependant, les ouvrages généraux qui font encore autorité sont assez anciens, et l’on ressent cruellement le manque d’une histoire générale des Académies dissidentes fondée sur une historiographie moderne. Un vaste projet collectif, le Dissenting Academies Project, mis en œuvre sous la direction d’Isabel Rivers et de David Wykes depuis 2006, a entrepris de remédier à ce problème6.

  • 7 Ce n’est donc pas une coquetterie de souligner que c’est un travail en cours qui est ici présenté.
  • 8 Dissenting Academies Online: Database and Encyclopedia, Dr Williams’s Centre for Dissenting Studies (...)
  • 9 Comparer avec la liste beaucoup plus courte de Wikipedia [dernière consultation le 13 décembre 2012 (...)

3Au cœur du projet, les deux bases de données relationnelles qui constituent l’ensemble Dissenting Academies Online (rendu public en juin 2011, bien qu’il soit encore inachevé7) jouent un rôle primordial. Une première base, Database and Encyclopedia, fournit des renseignements sur l’histoire des Académies, sur leurs étudiants et sur leurs enseignants, sur le mode de financement et sur les matières enseignées, avec références aux sources primaires correspondantes. Pour l’instant8, elle recense environ 215 Académies, 1 347 enseignants, 9 026 étudiants (on peut raisonnablement s’attendre à en trouver environ 10 000 lorsque le projet sera terminé) et 4 380 documents d’archives. Il convient de garder à l’esprit que les données chiffrées citées ici reflètent l’état d’une base encore incomplète, mais l’on peut espérer qu’elles indiquent utilement un ordre de grandeur des phénomènes étudiés9.

Une « galaxie » d’établissements vulnérables

  • 10 Joe William Ashley Smith, The Curriculum of the Dissenting Academies with Special Reference to Fact (...)
  • 11 D&E, ‘Thomas Doolittle’s Academy (1672-c.1691)’, Academy ID: 82.
  • 12 Tessa Whitehouse, ‘John Jennings’s Academy (c. 1715-1723)’, D&E, septembre 2011.
  • 13 David L. WYKES, ‘The Contribution of the Dissenting Academy to the Emergence of Rational Dissent’, (...)
  • 14 WYKES, ‘Contribution’, p. 101.

4Ce que souligne entre autres cette base de données, c’est la fragilité d’institutions dont la durée de vie était souvent limitée et, par voie de conséquence, l’extrême complexité de leur histoire, qui rend très délicate toute généralisation au sujet de ce qu’un historien de la question appelle une « galaxie »10 d’établissements. Souvent, en effet, surtout au début de la période étudiée et, en particulier, avant la loi de 1689 sur la tolérance, l’organisation de l’Académie reposait sur les épaules d’un seul homme, qui en était tout à la fois l’unique enseignant, l’intendant et le directeur. S’il venait à partir ou à mourir, il n’était pas rare que sa succession entraînât une délocalisation de l’établissement. Au reste, le harcèlement dû à l’application des lois pénales contraignit certaines institutions à de nombreux déplacements. Ainsi, Thomas Doolittle dut à quatre reprises changer de lieu entre 1672 et 169111. Plus tard, l’Académie que John Jennings avait fondée, vraisemblablement en 1715, à Kibworth Harcourt, dans le Leicestershire, déménagea avec son directeur lorsqu’il devint pasteur à Hinckley dans le même comté en 1722, puis ferma à sa mort en 1723. En 1729, l’un de ses anciens étudiants, Philip Doddridge, établit à son tour une Académie à Market Harborough (également dans le Leicestershire), où il exerçait son premier ministère, avec l’intention de poursuivre l’œuvre pédagogique entamée par son maître12. Lorsque Doddridge accepta un poste à Northampton, l’Académie s’installa dans cette ville jusqu’à sa mort en 1751. Bien que le Schism Act (qui en 1714 avait failli établir un monopole anglican de l’éducation en Grande-Bretagne) ait été révoqué en 1719, Doddridge fut d’ailleurs menacé de poursuites judiciaires en 1733, comme l’avait été Richard Frankland à quatre reprises dans les années 169013, au motif qu’il dirigeait son Académie sans avoir reçu d’un évêque l’habilitation préalable à tout enseignement. L’intervention du roi George II mit un terme à cet épisode généralement considéré comme le dernier exemple de persécution pour non-conformisme14.

  • 15 Stephen BURLEY, ‘Thomas Belsham (1750-1829)’, D&E, juin 2011.
  • 16 Riche négociant londonien, William Coward (1648-1738) avait établi une fondation destinée à apporte (...)
  • 17 David L. WYKES, ‘Daventry Academy (1752-1789), D&E, juillet 2012.
  • 18 David L. WYKES, ‘John Horsey’s Academy at Northampton (1789-1798)’, D&E, septembre 2012.
  • 19 Simon N. DIXON, ‘Wymondley Academy (1799-1833)’, D&E, juin 2011.

5La biographie du directeur ou l’application de la législation pénale n’expliquent pas, tant s’en faut, toutes les fermetures et ouvertures d’Académies dissidentes. Les questions d’orthodoxie et d’hérésie y jouaient un rôle crucial. Ainsi, l’Académie de Daventry, dans le Northamptonshire (qui avait succédé en 1752 à celle de Doddridge), ferma en 1789, peu après que son professeur principal, Thomas Belsham, eut démissionné à cause d’une incompatibilité croissante entre son évolution personnelle vers des positions de plus en plus sociniennes15 et la stricte orthodoxie du Coward Trust16 qui, depuis les origines, assurait la gestion de l’établissement17. Le successeur désigné par les administrateurs, John Horsey, insista pour déplacer l’Académie à Northampton, où il exerçait déjà son ministère pastoral. La tâche ne fut pas facile pour Horsey à ses débuts, car les anciens étudiants de Belsham n’étaient nullement disposés à recevoir un enseignement calviniste. Moins de dix ans plus tard, par suite d’un différend entre Horsey et le presbytérien écossais David Savile, que le Trust avait choisi comme professeur de mathématiques et de lettres classiques, les administrateurs décidèrent, sans plus donner d’explication, de fermer l’Académie de John Horsey. Il semble qu’ils se soient laissé persuader par Savile que c’était un repaire de sociniens, et qu’aucun étudiant ne respectait les principes fondateurs de William Coward18. L’année suivante, ils résolurent d’ouvrir un nouvel établissement à Wymondley, dans le Hertfordshire, où ne seraient admis que des candidats au ministère pastoral19.

Pédagogie « libérale » ou pré-requis confessionnel

  • 20 Isabel RIVERS en propose une analyse détaillée dans The Defence of Truth through the Knowledge of E (...)
  • 21 An account of Mr [John] Jennings’s method of academical education, with some reflections upon it, (...)
  • 22 RIVERS, op. cit., pp. 16-20.
  • 23 WYKES, ‘Contribution’, p. 128; Memoirs of Dr. Joseph Priestley, to the year 1795, 2 vols., London: (...)

6Pour amadouer les étudiants qui partageaient les opinions hétérodoxes de Belsham, Horsey s’était engagé dans son cours inaugural à ne pas essayer de leur imposer son point de vue. Quoique calviniste de conviction, il s’inscrivait ainsi dans la tradition pédagogique « libérale » qu’avaient élaborée les tenants du rational Dissent. La méthodologie se fondait sur le principe de libre examen cher au protestantisme, teinté de philosophie des Lumières. Les cours magistraux de théologie, d’éthique et de « pneumatologie » s’accompagnaient d’une bibliographie détaillée qui permettait à l’étudiant de lire des avis divergents sur chaque question étudiée et de se forger son opinion personnelle, à la double lumière de l’Écriture et de la raison. Il s’agissait de chercher la vérité, puis de savoir la défendre, par une démarche dialectique de confrontation avec l’erreur20. Dans les Académies de Jennings et de Doddridge, ce travail personnel de lecture était obligatoire, et l’étudiant devait en rendre compte au cours suivant : We had in every Lecture, a fine Collection of reading, which employ’d us some Hours in our Closets, and we were oblig’d to give an Account of the Substance of each Reference at our next Examination.21 Le meilleur moyen de polémiquer étant de bien connaître les arguments de l’adversaire, Doddridge inclut dans ses cours des références à Anthony Collins, à Matthew Tindal et même à David Hume22. Outre l’étude systématique et impartiale des deux côtés de chaque question, y compris la lecture d’auteurs considérés comme mécréants, l’art du débat contradictoire était poussé si loin à Daventry, d’après les souvenirs de Joseph Priestley, que le professeur défendait le point de vue orthodoxe, tandis que son assistant jouait toujours, pour ainsi dire, le rôle de l’avocat du diable hérétique23.

  • 24 Memoirs of Dr. Priestley, vol. 1, p. 19. 
  • 25 Ibid., vol. 1, p. 20.

7Le grand risque d’une telle familiarisation avec l’opinion de l’adversaire, c’est qu’elle finisse par emporter la conviction, ou bien qu’elle entraîne une sorte d’agnosticisme ou de relativisme. Il ne manqua donc pas de contemporains ni d’historiens pour reprocher aux Académies dissidentes d’avoir contribué au développement d’idées hétérodoxes chez les non-conformistes. Pendant longtemps, la pierre d’achoppement resta le dogme de la Trinité. Il est loisible de citer l’exemple bien connu de Joseph Priestley reconnaissant dans ses mémoires que c’est à Daventry qu’il avait adopté des opinions hérétiques, malgré tous les efforts du directeur, Caleb Ashworth, pour le ramener dans le droit chemin de l’orthodoxie24. Priestley précise d’ailleurs qu’à cette date-là (1752-1755), l’hérésie des étudiants n’allait pas au-delà de l’arianisme25.

  • 26 Ibid., vol. 1, p. 12.
  • 27 Stephen Burley, ‘New College, Hackney (1786-96)’, D&E, juin 2011.
  • 28 Ibid.

8Toutefois, Priestley dit aussi qu’il avait déjà quitté le calvinisme strict de son enfance bien avant d’entrer à l’Académie. Sa propre réflexion métaphysique, en partie liée à des problèmes de santé au moment de l’adolescence, ainsi que la rencontre de pasteurs hétérodoxes l’avaient amené à nourrir des sentiments arminiens, sans toutefois encore rejeter le dogme de la Trinité ni la doctrine de la rédemption26. De même, ce n’est pas pendant ses études (1766-1771) que Belsham s’éloigna du calvinisme orthodoxe où il avait été élevé. Au reste, comme on l’a vu plus haut, lorsqu’il perçut une trop grande distance entre ses nouvelles convictions et les objectifs de l’administration, il préféra démissionner de cette Académie, où il était devenu professeur de théologie dix ans après avoir terminé ses études. Ce n’est donc pas volontairement que l’influence de son enseignement entraîna certains étudiants de Daventry sur le chemin de l’unitarisme. Il est vrai que New College, à Hackney, dans les environs de Londres, lui offrit presque aussitôt un poste où il eut tout loisir de traiter de la controverse trinitaire dans ses cours de théologie et d’enseigner le nécessitarisme en philosophie27. Il y fut d’ailleurs rejoint par Priestley, nommé après les émeutes de Birmingham en 1791 pour enseigner la philosophie naturelle et l’histoire. L’équipe Belsham-Priestley contribua à renforcer la réputation sulfureuse de cette Académie, connue d’abord pour son hétérodoxie théologique, puis soupçonnée de radicalisme politique, ce qui finit par entraîner son déclin dans le contexte postérieur à la Révolution française28.

  • 29 Memoirs of Dr. Priestley, vol. 1, p. 16.
  • 30 Thomas RAFFLES, Memoirs of the Life and Ministry of the late Reverend Thomas Spencer of Liverpool: (...)

9Assez logiquement, les Académies comme Northampton, Daventry ou Hackney qui pratiquaient une pédagogie « libérale », encourageant le libre examen n’exigeaient à l’entrée aucune attestation d’orthodoxie. Parallèlement, de nombreux autres établissements où l’on enseignait une stricte doctrine non-conformiste n’acceptaient en leur sein que des étudiants pouvant prouver leur attachement à une saine théologie. Il s’agit souvent d’Académies d’obédience congrégationaliste à orientation évangélique. Parfois l’étudiant potentiel devait fournir une attestation de son pasteur, parfois il devait passer une sorte d’examen préalable et parfois même, renouveler sa confession de foi à intervalles réguliers. Le jeune Priestley, devenu arminien, avait ainsi redouté ou refusé de se faire inscrire par les membres calvinistes de sa famille dans une Académie gérée par la très évangélique King’s Head Society29. Au début du dix-neuvième siècle encore, Thomas Spencer n’entra à Hoxton, dans le Middlesex, qu’après avoir réussi un examen d’entrée dont la préparation l’avait beaucoup angoissé30.

Conformistes

10Toutes ces précautions n’empêchèrent pas certains de quitter le giron de l’orthodoxie dissidente. La base de données D&E recense 178 anciens étudiants ainsi que 16 enseignants qui choisirent de se conformer à l’Église établie31, soit un peu moins que 2 % de l’effectif total. Cela ne représente sans doute qu’une partie de cette population. Pour ne prendre qu’un exemple, la liste d’anciens étudiants devenus conformistes ne comporte pas le nom de William Bilby (1664-1738), dont le cas ne manque pourtant pas d’intérêt. Après avoir quitté l’Académie de John Billingsley à Mansfield, dans le Northamptonshire, Bilby utilisa l’argent dont il avait hérité à la mort de sa mère pour aller poursuivre ses études à Queen’s College, Cambridge. Même s’il n’était pas interdit stricto sensu aux non-conformistes d’y suivre des cours, le jeune homme redouta tout d’abord de trouver à l’université une atmosphère délétère : ‘I had some fears of going to such a dangrs place : but my thirst of learning was insatiable’ 32. La soif de connaissances l’avait ainsi entraîné dans une démarche qui resta extrêmement minoritaire tout au long de la période étudiée. La base de données permet en effet d’identifier le très petit nombre d’anciens étudiants des Académies qui décidèrent de parfaire leur éducation dans l’une des deux anciennes universités anglaises entre 1662 et 1826 : moins d’une vingtaine à Oxford33, et une quarantaine à Cambridge34. Bilby se trouva vite en butte aux sarcasmes de condisciples « athées »35 qui ne partageaient pas son goût pour la théologie. Son professeur s’efforça de lui démontrer le bien-fondé des positions anglicanes : ‘He seeing me puritanically inclined lent me sevll Cases to ground me in Conformity & would sometimes cast out bittr reflections agt ye N.C. wch I heard to my sorrw36. Dans un premier temps, ce travail de sape donna l’impression de porter ses fruits. Ayant cru ressentir une vocation sacerdotale, Bilby reçut son diplôme en 1690 ; la même année, il fut ordonné diacre, puis prêtre dans l’Église d’Angleterre37. Pendant trois ans, il occupa divers postes de vicaire. Tout en respectant la lettre du Livre de la Prière Commune, en particulier pour les baptêmes et pour les enterrements38, il ne put s’empêcher d’introduire des pratiques « puritaines »39 dans son ministère anglican, continua de fréquenter des chapelles non-conformistes et de correspondre avec des pasteurs dissidents. Le résultat ne tarda pas à venir : en novembre 1693, il se fit renvoyer par le prébendier de Lichfield dont dépendait son poste et avec qui il avait vivement polémiqué : ‘My incumbt gave me a discharge wch ye called a turning myself out of ye Chu.’ 40 Après avoir un instant espéré retrouver un emploi où, malgré son calvinisme modéré (comparable à celui de Richard Baxter), il pourrait se sentir à l’aise dans l’Église établie41, Bilby rejoignit bientôt les rangs des non-conformistes dont, malgré les apparences, il ne s’était jamais complètement éloigné. Il en parle comme d’une libération : ‘I cast off ye fettrs of Conformity42. De 1694 à 1722, il exerça un ministère pastoral auprès de diverses communautés dissidentes du Lincolnshire et du Leicestershire43.

  • 44 On en recense 146, au total, dans l’état actuel de la base de données : <http://dissacad.english.qm (...)
  • 45 Christopher Cunliffe, ‘Butler, Joseph (1692–1752)’, Oxford Dictionary of National Biography, Oxford (...)
  • 46 The Analogy of Religion, Natural and Revealed, to the Constitution and Course of Nature. To which a (...)
  • 47 R. DIXON & K. Roberts (eds.), Dissenting Academies Online: Virtual Library System, <http://vls.engl (...)
  • 48 VLS, bibliographic number 215.
  • 49 David ThompsoN, ‘Homerton Academy (1769-1850)’, D&E, mars 2012. Voir aussi T. H. SIMMS, Homerton Co (...)
  • 50 VLS, bibliographic number 15188.
  • 51 Ibid., bibliographic number 13578.
  • 52 D&E, person ID 2139.
  • 53 DWL, Congregational Library, Axe Desk F.15.
  • 54 Difficulties of our Probation consid.d’. C’est moi qui souligne.
  • 55 CUNLIFFE, op. cit.

11Dans la mesure où le conformisme ne représenta qu’un bref interlude dans la carrière de Bilby, il est assez logique de ne pas le ranger parmi les anciens étudiants d’Académies dissidentes ayant choisi de se conformer définitivement à l’anglicanisme. La base de données D&E se contente donc de le classer parmi la petite minorité qui entra dans les ordres anglicans44. Sans nul doute le plus célèbre d’entre eux est Joseph Butler (1692-1752), qui termina sa carrière comme évêque de Durham45. Son œuvre majeure, The Analogy of Religion, publiée en 173646, figurait encore au dix-neuvième siècle sur les étagères d’Académies dissidentes de diverses obédiences, comme en atteste le Virtual Library System (VLS)47, deuxième base de données de l’ensemble Dissenting Academies Online. L’ouvrage se trouvait au collège baptiste de Bristol, où il fut emprunté une fois en 185948. Dans le bastion de l’orthodoxie calviniste que représentait l’Académie de Homerton49, le registre d’emprunts fait état d’au moins 38 lectures du volume entre 1815 et 183850. Chez les « libéraux » de Manchester, on note non seulement 14 emprunts individuels, mais surtout 8 usages collectifs du livre pour le cours d’apologétique51. Les travaux de ce grand apologiste conformiste jouissaient donc encore d’une haute considération dans les Académies dissidentes du dix-neuvième siècle. C’était même l’un des rares auteurs de la période des Lumières figurant dans le carnet de lecture tenu par le congrégationaliste Joseph Fletcher Alexander (1825-1901)52 depuis son entrée à Highbury College jusqu’à la première décennie de son ministère pastoral53. À la page réservée pour la syllabe « Di », Alexander note les considérations sur les « difficultés inhérentes à notre état d’épreuve [pour une vie future] »54, avec une référence au chapitre approprié de l’Analogy (I, 4). Au reste, les contemporains d’Alexander lisaient également Butler à Oxford et à Cambridge55. Il semble donc que, sur ce point, il y ait eu un terrain d’entente entre conformistes et non-conformistes.

  • 56 Memoirs of the Life of Gilbert Wakefield B. A. Late Fellow of Jesus College, Cambridge. Written by (...)
  • 57 WYKES, ‘Contribution’, p. 132.
  • 58 Simon MILLS, ‘Warrington Academy (1757-1786)’, D&E, août 2011.
  • 59 WYKES, ‘Contribution’, p. 105 ; D&E, person ID 1035.

12D’ailleurs, l’excellence intellectuelle de certaines Académies (sans parler des considérations financières liées au fait que les études pouvaient y coûter moins cher qu’à l’Université) attira même des étudiants anglicans, surtout dans les établissements de tendance « libérale ». Ainsi, Warrington s’est acquis la réputation d’avoir accueilli maint anglican – plus d’un tiers de l’effectif, à en croire les mémoires d’un ancien enseignant originaire de l’Église établie, Gilbert Wakefield56. Mais les propos de Wakefield s’inscrivaient dans un contexte polémique, et la recherche historiographique récente montre que l’« Athènes du Nord »57 était assez atypique58. Le phénomène n’avait pourtant rien de bien nouveau, même s’il était souvent beaucoup plus marginal qu’à Warrington. Dès 1670, le tout premier disciple de Richard Frankland dans l’une des plus anciennes Académies, George Liddell, venait d’une famille anglicane59.

Conclusion

13Entre orthodoxie et hérésie, ainsi qu’entre conformisme et non-conformisme, la frontière était plus mouvante qu’un souci louable de clarification historique n’aimerait l’imaginer. Loin d’être l’apanage des presbytériens – souvent devenus unitariens ou ariens vers la fin du dix-huitième siècle –, la pédagogie « libérale » trouvait également des adeptes congrégationalistes. D’autre part, l’itinéraire spirituel des étudiants et des enseignants, qui d’ailleurs n’étaient pas tous d’origine non-conformiste, ne suivit pas toujours une trajectoire linéaire. Au fil des années et au gré de leur évolution personnelle, certains furent amenés à changer une ou plusieurs fois de confession religieuse, à s’écarter ou à se rapprocher de l’orthodoxie calviniste, voire à se conformer – momentanément ou définitivement – à l’Église établie.

Top of page

Notes

1 Il s’agit essentiellement de trois grandes familles religieuses anglaises : les presbytériens, les indépendants – que l’on peut également dire congrégationalistes – et les baptistes.

2 Dans le contexte spécifique de l’Écosse après 1688-1689, dont il sera peu question ici, rien n’empêchait les dissidents anglais d’aller faire leurs études en Écosse.

3 N’ayant pas de ministère pastoral, les quakers furent évidemment peu concernés par cette question. On ne trouve que huit étudiants quakers dans la base de données mentionnée ci-dessous.

4 Contrairement à ce qu’affirment Stéphane Lebecq et al. dans leur Histoire des îles Britanniques, Paris : Presses Universitaires de France, 2007, p. 599.

5 Dissenting Academies Online, Dr. Williams’s Centre for Dissenting Studies <http://www.english.qmul.ac.uk/drwilliams/portal.html> [consultation le 19 septembre 2012].

6 Isabel Rivers & David Wykes (eds.), A History of the Dissenting Academies in the British Isles, 1660-1860, à paraître chez Cambridge UP. Pour une présentation de l’ouvrage, voir <www.english.qmul.ac.uk/drwilliams/academies/history.html> [consultation le 19 septembre 2012].

7 Ce n’est donc pas une coquetterie de souligner que c’est un travail en cours qui est ici présenté.

8 Dissenting Academies Online: Database and Encyclopedia, Dr Williams’s Centre for Dissenting Studies <http://dissacad.english.qmul.ac.uk/new_dissacad/phpfiles/index.php>, ci-après D&E [dernière consultation le 21 novembre 2012].

9 Comparer avec la liste beaucoup plus courte de Wikipedia [dernière consultation le 13 décembre 2012], qui se fonde surtout sur l’ancienne étude d’Irene Parker, Dissenting Academies in England: Their Rise and Progress and their Place among the Educational Systems of the Country, Cambridge: Cambridge University Press, 1914.

10 Joe William Ashley Smith, The Curriculum of the Dissenting Academies with Special Reference to Factors Determining it: 1660-1800, Durham theses: Durham University, 1950, consultable en ligne <http://etheses.dur.ac.uk/4921/>, p. 1. Le terme est repris dans un ouvrage du même auteur, The Birth of Modern Education: The Contribution of the Dissenting Academies 1660-1860, London: Independent Press, 1954.

11 D&E, ‘Thomas Doolittle’s Academy (1672-c.1691)’, Academy ID: 82.

12 Tessa Whitehouse, ‘John Jennings’s Academy (c. 1715-1723)’, D&E, septembre 2011.

13 David L. WYKES, ‘The Contribution of the Dissenting Academy to the Emergence of Rational Dissent’, in Knud HAAKONSSEN (ed.), Enlightenment & Religion: Rational Dissent in Eighteenth-century Britain, Cambridge: Cambridge University Press, 1996, p. 102.

14 WYKES, ‘Contribution’, p. 101.

15 Stephen BURLEY, ‘Thomas Belsham (1750-1829)’, D&E, juin 2011.

16 Riche négociant londonien, William Coward (1648-1738) avait établi une fondation destinée à apporter un soutien financier aux Églises dissidentes, en particulier pour la formation de futurs pasteurs non-conformistes. Son legs précisait que l’enseignement suivi devait respecter la doctrine et la discipline congrégationalistes  (WYKES, ‘Contribution’, p. 126). Les temps ont bien changé, mais le Coward Trust œuvre toujours en ce sens : voir http://www.cowardtrust.org.uk/about.html [dernière consultation le 13 décembre 2012].

17 David L. WYKES, ‘Daventry Academy (1752-1789), D&E, juillet 2012.

18 David L. WYKES, ‘John Horsey’s Academy at Northampton (1789-1798)’, D&E, septembre 2012.

19 Simon N. DIXON, ‘Wymondley Academy (1799-1833)’, D&E, juin 2011.

20 Isabel RIVERS en propose une analyse détaillée dans The Defence of Truth through the Knowledge of Error: Philip Doddridge’s Academy Lectures, London: Dr. Williams’s Trust, 2003.

21 An account of Mr [John] Jennings’s method of academical education, with some reflections upon it, in a letter to a friend who had some thoughts of reviving it. Written in the year 1728’, Senate House Library, University of London MS 609, transcription en ligne par Tessa Whitehouse: <http://www.english.qmul.ac.uk/drwilliams/pubs/Tessa/3%29%20Philip%20Doddridge%27s%20%27Account%20of%20Mr%20Jennings%27s%20Method%27.pdf> [consultation le 17 avril 2012], f. 9/p. 13.

22 RIVERS, op. cit., pp. 16-20.

23 WYKES, ‘Contribution’, p. 128; Memoirs of Dr. Joseph Priestley, to the year 1795, 2 vols., London: J. Johnson, 1806-1807, vol. 1, p. 18.

24 Memoirs of Dr. Priestley, vol. 1, p. 19. 

25 Ibid., vol. 1, p. 20.

26 Ibid., vol. 1, p. 12.

27 Stephen Burley, ‘New College, Hackney (1786-96)’, D&E, juin 2011.

28 Ibid.

29 Memoirs of Dr. Priestley, vol. 1, p. 16.

Priestley cite l’Académie installée à Mile End dans le Middlesex, mais étant donné la date où il commença ses études, il s’agit plutôt de l’établissement qui précéda Mile End, c’est-à-dire Plaisterer’s Hall, situé plus près de la City : voir Simon N. Dixon, ‘King’s Head Society Academies (1731-1769)’, D&E, juin 2011.

30 Thomas RAFFLES, Memoirs of the Life and Ministry of the late Reverend Thomas Spencer of Liverpool: With a Poem, Occasioned by his Death; and an Appendix, Containing a Selection from his Papers, Liverpool: Reston & Taylor, 2nd ed., 1813, p. 93.

Pour la biographie de Thomas Spencer, voir G. Le G. NORGATE, ‘Spencer, Thomas (1791-1811)’, rev. Ian SELLERS, Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004 ; édition en ligne, article no 26137 [dernière consultation le 25 septembre 2012].

31 <http://dissacad.english.qmul.ac.uk/new_dissacad/phpfiles/sample1.php?parameter=Advstudent&field1=university_authority.university&search1=Oxford&operator=and&field2=persons.surname&search2=&operator2=and&field3=persons.surname&search3=&date1=1662&date2=1824&datetype=student_date> [dernière consultation le 19 novembre 2012].

32 Dr Williams’s Library, Londres (ci-après DWL), MS 12.62, transcription dactylographiée d’un manuscrit qui se trouve à Nottingham (University of Nottingham, Manuscripts and Special Collections MS 140): ‘Some Remarkable Passages in my life, Decr 20, 1714. Ps 103.2. William Bilby’, f. 4.

33 <http://dissacad.english.qmul.ac.uk/new_dissacad/phpfiles/sample1.php?parameter=Advstudent&field1=university_authority.university&search1=Oxford&operator=and&field2=persons.surname&search2=&operator2=and&field3=persons.surname&search3=&date1=1662&date2=1826&datetype=student_date> [dernière consultation le 19 novembre 2012].

34 <http://dissacad.english.qmul.ac.uk/new_dissacad/phpfiles/sample1.php?parameter=Advstudent&field1=university_authority.university&search1=Cambridge&operator=and&field2=persons.surname&search2=&operator2=and&field3=persons.surname&search3=&date1=1662&date2=1826&datetype=student_date>[dernière consultation le 19 novembre 2012].

35 DWL MS 12.62, f. 4.

36 DWL MS 12.62, f. 4.

37 C. Gordon BOLAM, ‘Some Remarkable Passages in the Life of William Bilby (1664-1738) with an Appendix’, Transactions of the Unitarian Historical Society, 10:3 (1953), p. 132 n. 25.

38 burying the dead & Baptizing acc.ding to ye form in ye Com. Prayr book’ (Ibid., p. 134).

39 Le terme est ici emprunté à Bolam (p. 135), mais on l’aura noté plus haut sous la plume de Bilby lui-même.

40 BOLAM, op. cit., p. 135 ; DWL MS 12.62, f. 12.

41 Ibid., f. 12 ; BOLAM, op. cit., p. 137.

42 DWL MS 12.62, f. 13.

43 BOLAM, op. cit., pp. 123-124, 137-140.

44 On en recense 146, au total, dans l’état actuel de la base de données : <http://dissacad.english.qmul.ac.uk/new_dissacad/phpfiles/sample1.php?parameter=Advstudent&field1=persons.Care er_type&search1=clergy&operator=and&field2=persons.surname&search2=&operator2=and&field3=persons.surname&search3=&date1=&date2=&datetype=birth>[dernière consultation le 21 novembre 2012].

45 Christopher Cunliffe, ‘Butler, Joseph (1692–1752)’, Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004 ; édition en ligne 2008, article no 4198 [dernière consultation le 20 novembre 2012].

46 The Analogy of Religion, Natural and Revealed, to the Constitution and Course of Nature. To which are Added Two Brief Dissertations: I. Of Personall Identity. II. Of the Nature of Virtue. By Joseph Butler, L.L.D. Rector of Stanhope, in the Bishoprick of Durham, London: James, John & Paul Knapton, 1736.

Pierre MORÈRE en propose une interprétation : « Voix de Dieu, voies de la raison dans The Analogy of Religion de Joseph Butler », in Clotilde PRUNIER (ed.), Foi et raison dans l’Europe des Lumières, Montpellier : Presses de l’université Paul Valéry-Montpellier III (vol. 3 de Le Spectateur européen), s.d. [2001], pp. 101-120.

47 R. DIXON & K. Roberts (eds.), Dissenting Academies Online: Virtual Library System, <http://vls.english.qmul.ac.uk> [consultation le 19 septembre 2012], ci-après VLS.

48 VLS, bibliographic number 215.

49 David ThompsoN, ‘Homerton Academy (1769-1850)’, D&E, mars 2012. Voir aussi T. H. SIMMS, Homerton College 1695-1978: From Dissenting Academy to Approved Society in the University of Cambridge, Cambridge: Cambridge University Press, 1979, pp. 6-15.

50 VLS, bibliographic number 15188.

51 Ibid., bibliographic number 13578.

52 D&E, person ID 2139.

53 DWL, Congregational Library, Axe Desk F.15.

54 Difficulties of our Probation consid.d’. C’est moi qui souligne.

55 CUNLIFFE, op. cit.

56 Memoirs of the Life of Gilbert Wakefield B. A. Late Fellow of Jesus College, Cambridge. Written by himself, London: E. Hudson, 1792, p. 199.

Pour sa biographie, voir Stephen BURLEY, ‘Gilbert Wakefield (1756-1801)’, D&E, août 2011 et Bruce E. Graver, ‘Wakefield, Gilbert (1756-1801)’, Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004 ; édition en ligne 2008, article n28418 [dernière consultation le 5 janvier 2013].

57 WYKES, ‘Contribution’, p. 132.

58 Simon MILLS, ‘Warrington Academy (1757-1786)’, D&E, août 2011.

59 WYKES, ‘Contribution’, p. 105 ; D&E, person ID 1035.

Top of page

References

Electronic reference

Françoise Deconinck-Brossard, Conformisme et non-conformisme dans les Académies dissidentes, 1660-1860Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XVIII-1 | 2013, Online since 01 March 2013, connection on 02 August 2021. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/3612; DOI: https://doi.org/10.4000/rfcb.3612

Top of page

About the author

Françoise Deconinck-Brossard

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Revue française de civilisation britannique est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Crecib
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search