Skip to navigation – Site map

HomeIssues XVIII-1Thomas De Quincey et la « vraie r...

Thomas De Quincey et la « vraie religion »

Thomas De Quincey and ‘True Religion’
Frédéric Slaby

Abstracts

According to De Quincey’s definition of religion, Christianity is not only a religion among others, but ‘a true religion’. Having no special attraction to the ‘Book of Nature’ which was privileged by Wordsworth, De Quincey turned to the Bible which he knew very well as a Protestant. Contrary to the first generation of English romantics such as Wordsworth and Coleridge in the Lyrical Ballads, De Quincey’s religious views thus remain within the bounds of Anglican orthodoxy.

Top of page

Full text

  • 1 Lord Carlisle on Pope [I]’, vol. 17, p. 209. Nous nous référons à l’œuvre complète de De Quincey d (...)
  • 2 Notes from the Pocket-Book of a Late Opium-Eater. Falsification of the History of England’, vol. 3 (...)
  • 3 [I] am grieved to hear the many attacks against the Church, (frequently most illiberal attacks) wh (...)
  • 4  « De Quincey n’a consacré que quelques essais aux questions religieuses » (Françoise MOREUX, Thoma (...)

1De Quincey entretient des liens étroits avec la religion tout au long de sa vie. Il est protestant (‘we Protestants1), et ne cache pas son appartenance religieuse à l’Église d’Angleterre (‘I am myself, and always have been, a member of the Church of England2), qui est chère à son cœur3. Il n’est donc pas surprenant que le thème de la religion occupe une grande place dans sa pensée et dans son œuvre4.

2Même si son premier texte consacré à une question religieuse,‘Casuistry’, ne date que de 1839, ces questions, d’ordre pratique ou théorique, l’ont intéressé depuis beaucoup plus longtemps, que ce soit d’un point de vue historique, spirituel, philosophique ou théologique ; c’est en tout cas ce que laissent entendre ses écrits autobiographiques, qui présentent un auteur d’un type singulier pour la première génération des romantiques britanniques. Sans être attiré par le « Livre de la nature » que privilégiait Wordsworth, par exemple, De Quincey préfère s’en tenir au « Livre de la révélation », la Bible, qu’il connaît bien depuis l’enfance. À la fois protestant et romantique, il a une position à l’égard de la religion qui n’est pas typique de celle de la génération des romantiques à laquelle il appartient.

Une définition de la religion

  • 5 Laxton: Female Students in Theology’, Autobiographic Sketches, vol. 19, p. 248.

3Alors que nous pourrions nous demander s’il ne serait pas judicieux d’expliquer d’abord ce qu’il entend par « religion », De Quincey nous facilite la tâche, et répond de façon didactique à la question qu’il se pose lui-même : ‘What is a religion?5 Il est intéressant de remarquer que c’est en chrétien, et non en romantique, qu’il répond :

  • 6 Ibid., pp. 248-249.

To Christians it means, over and above a mode of worship, a dogmatic (that is, a doctrinal) system; a great body of doctrinal truths, moral and spiritual. But to the ancients (to the Greeks and Romans, for instance) it meant nothing of the kind. A religion was simply a cultus […] a mode of ritual worship, in which there might be two differences, viz.: – 1. As to the particular deity who furnished the motive to the worship; 2. As to the ceremonial, or mode of conducting the worship. But in no case was there so much as a pretence of communicating any religious truths, far less any moral truths.6

4Sa réponse, qui oppose les religions de l’Antiquité au christianisme, est en faveur de ce dernier. Cela est dû en grande partie au fait que la religion, entendue dans une perspective chrétienne, fait, pense-t-il, référence à une réalité plus grande, plus complète que celle des Grecs ou des Romains avant la conversion de l’empereur Constantin.

5Lorsqu’il établit cette distinction entre la religion chrétienne et les religions païennes, De Quincey réclame la paternité d’une thèse qui se développera et se répandra en Allemagne indépendamment de lui quelques années après qu’il l’a exposée :

  • 7 Ibid.

This great distinction between the modern (or Christian) idea of ‘a religion,’ and the ancient (or Pagan) idea of ‘a religion,’ I had nowhere openly seen expressed in words. To myself exclusively I was indebted for it. Nevertheless, it is undeniable that this conception must have been long ago germinated in the world, and perhaps bearing fruit.7

  • 8 Voir Paul VAISS, Newman et le mouvement d’Oxford. Un réexamen critique, Berne : Peter Lang, 2006, p (...)
  • 9 De Quincey rédige cet article en réponse à un pamphlet, A Vindication of Protestant Principles (184 (...)
  • 10 Alors que Coleridge soutient également l’idée de développement, sa compréhension ne dépasse pas la (...)
  • 11 This power of development, in general, proves also one other thing of the last importance to prove (...)

6Nous remarquons qu’avec le terme ‘germinated’, l’auteur introduit l’idée de développement organique, très répandue parmi ses contemporains romantiques, et préférée au mécanisme. Cette idée est héritée d’un anglican devenu catholique, John Henry Newman. De Quincey ne s’oppose pas à la doctrine de Newman, qui compare « le développement de la doctrine chrétienne à la croissance des organismes vivants et à celle de l’homme en particulier »8 dans son article ‘Protestantism’ (1847)9. Comme cette idée de développement va de pair avec l’expansion du christianisme dans le temps, l’espace et, in fine, la culture (que le christianisme transforme par la richesse et la profondeur de son contenu tant sur les plans spirituel, doctrinal, moral, et intellectuel que sur le plan social10), De Quincey peut conclure que le christianisme est une « vraie » religion qui, tel un « passe-partout », est capable d’ouvrir « toutes les serrures », ce que ne peuvent faire les « fausses religions », qui sont cantonnées à un contexte particulier et condamnées à « périr » du fait de leur « paralysie » (‘by palsy’)11.

7What then is religion?’, pourrions-nous nous demander, comme le fait De Quincey dans son article ‘On Christianity, as an Organ of Political Movement’, où il poursuit sa réflexion sur la définition de la religion en se concentrant plus spécifiquement sur le christianisme. Insistant sur la nouveauté et les différences apportées par celui-ci dans l’acception du terme « religion », De Quincey dénombre dans la religion chrétienne quatre « puissances agissantes sur le cœur de l’homme » :

  • 12 On Christianity as an Organ of Polical Movement’, vol. 15, pp. 347-348.

1st, A form of worship, a cultus.
2ndly, An idea of God; and (pointing the analysis to Christianity in particular) an idea not purified merely from ancient pollutions, but recast and absolutely born again.
3dly, An idea of the relation which man occupies to God: and of this idea also, when Christianity is the religion concerned, it must be said, that it is entirely remodelled, as in no respect to resemble any element in any other religion. Thus far we are reminded of the poet’s expression, ‘Pure religion breathing household laws;’ that is, not teaching such laws, not formally prescribing a new economy of life, so much as inspiring it indirectly through a new atmosphere surrounding all objects with new attributes. But there is also in Christianity,
4thly, A doctrinal part, a part directly and explicitly occupied with teaching: and this divides into two great sections, α, A system of ethics so absolutely new as to be untranslateable into either of the classical languages; and, ß, A system of mysteries; as, for instance, the mystery of the Trinity, of the Divine Incarnation, of the Atonement, of the Resurrection, and others.12

  • 13 « L’orthodoxie du croyant se mesure ainsi à ce qu’il croit et confesse : est orthodoxe celui croit (...)

8Ainsi, en insistant sur à la dimension doctrinale de la religion chrétienne, il montre qu’il « croit et confesse » ce que le christianisme – et plus particulièrement l’Église anglicane – « croit et confesse ». De fait, les critères d’orthodoxie retenus par Jean-Yves Lacoste semblent pouvoir s’appliquer au protestant romantique qu’est De Quincey13 :

  • 14 A Tory’s Account of Toryism, Whiggism, and Radicalism, Part III’, vol. 9, p. 484.

Creeds are eternal: if dormant, they may be recalled to life: if betrayed, they are open to revindication […] If at this present moment it were desirable for any purpose to bring under the eyes of a Spaniard […] a comparison of the Church of England with that of Papal Rome, in which direction would you turn your appeal? – to the pretensions and character of the English clergy, or to the Thirty-nine Articles as interpreted and explained by the learning of three centuries? To the variable fact of the clerical conduct at different eras, and to an estimate of their social value and consideration at these eras; or to the eternal monuments of the creed professed by the Church of England, and the secondary but still important settlements of her discipline and ecclesiastical government? Most assuredly to these last.14

  • 15 On Christianity’, vol. 15, p. 349.
  • 16 Laxton: Female Students in Theology’, in Autobiographic Sketches, vol. 19, p. 249.

9Si l’on s’en tient à sa définition de la religion, le christianisme n’est donc pas seulement une religion parmi d’autres, mais bien avant tout dans son esprit ‘a true religion15, ce qui n’est évidemment pas le cas des religions païennes : ‘There could be no doctrinal truth delivered in a Pagan religion16. Cependant, parmi les religions chrétiennes, seul le protestantisme est finalement la « vraie religion ».

Un jugement sévère à l’égard des religions à l’exception du protestantisme

  • 17 Voir ses articles sur Homère (‘Homer and the Homeridae’, vol. 13, pp. 3-63), Hérodote (‘Philosophy (...)

10Défenseur de l’orthodoxie anglicane, De Quincey n’éprouve que peu d’estime pour les autres religions. Ses critiques sont dures et, à l’occasion, empreintes de mépris. Alors qu’il examine dans plusieurs de ses articles la culture antique classique et ses religions païennes17, trop humaines à ses yeux, il est souvent tout aussi intransigeant à propos des grandes religions monothéistes (bien qu’il ne parle pas de l’Église orthodoxe).

  • 18 [The Arab tribes’] mission was to cleanse the earth from Polytheism; and, as ambassadors from God, (...)
  • 19 Ibid., p. 101.

11La relation de De Quincey à l’Orient, faite à la fois d’attraction et de répulsion, de fascination et d’horreur, comme le montrent ses Confessions, est beaucoup moins ambiguë lorsqu’il s’agit de la religion musulmane et de son prophète Mahomet, qu’il tient en piètre estime, (‘what are we to think of him? Was Mahomet a great man? We think not’), accuse d’être un voleur et un imposteur18. Il le taxe en outre d’hérétique : ‘Mahomet would have ranked only as a Christian heresiarch or schismatic; such as Nestorius or Marcian at one time, such as Arius or Pelagius at another19.

  • 20 Islamism is a depravation of Christianity; and in pillaging the Scriptures, Mahomet could not but (...)
  • 21 Mahomet could not effectually have neutralized a poison which he himself had introduced into the c (...)
  • 22 Christianity as the Result of Pre-Established Harmony’, vol. 21, p. 109.
  • 23 You might fancy that from a false religion should arise a false philosophy – false, but still a ph (...)

12Quant à l’islam, De Quincey ne le considère pas tant comme une religion à part entière qu’une « dépravation du christianisme »20. Finalement, il le qualifie de « fausse religion » dont les bases furent jetées par un « faux prophète »21. Même si c’est « la plus noble des fausses religions », celle qui a le plus emprunté au christianisme22, il ne lui reconnaît pas de philosophie spécifique23.

  • 24 Now came the five hundred years during which they were to manure all nations with these preparatio (...)
  • 25  The Jewish theological system was every way fitted to challenge veneration and awe, except in so (...)
  • 26 Childish Jews’ (‘Pagan Oracles’, vol. 13, p. 129).
  • 27 The gross infantine sensualism of the Jewish mind at [Jesus Christ’s] period’ (Ibid.).
  • 28 The Jews talked as if the earth existed only for them; and as if God took notice only of Jewish se (...)

13Bien qu’il reconnaisse au judaïsme le mérite d’avoir « préparé » l’arrivée du christianisme24, celui-ci n’est pas pour autant à l’abri des critiques de De Quincey, qui déplore son « arrogance détestable »25. Les juifs de l’époque de Jésus sont qualifiés de « puériles »26, et leur esprit est jugé peu à même de recevoir les paroles de Jésus-Christ27. Il leur reproche en outre d’être trop centrés sur eux-mêmes et assez peu ouverts aux autres, contrairement aux chrétiens. C’est donc ici une critique de leur attitude religieuse qui leur est adressée, mais aussi du manque d’universalisme de leur message religieux28.

  • 29 Dispersion of the Jews, and Josephus’s Enmity to Christianity’, vol. 21, p. 106.
  • 30 On the Essenes’, vol. 11, p. 447.
  • 31 De Quincey démontre dans ‘Judas Iscariot’ (vol. 18) que Judas a agi en suivant une logique humaine (...)
  • 32 Dispersion of the Jews, and Josephus’s Enmity to Christianity’, vol. 21, p. 106.

14De Quincey fait cependant une distinction entre les juifs qui pratiquent leur religion et ceux qui appartiennent au peuple juif sans être particulièrement religieux. Cette distinction intervient au sein d’une critique adressée à l’historien du monde juif à l’époque de Jésus, Flavius Josèphe, qu’il qualifie de ‘wicked Jew29 : ‘[Josephus] was, as many other Jews were in that age, essentially a Pagan30. Alors que De Quincey montre pour Judas une certaine compréhension, au point même de tenter de corriger son image de traître31, Josèphe ne bénéficie pas du même traitement que l’Iscariote ; il représente en effet peut-être même la figure historique que De Quincey a le plus méprisée et détestée : ‘Josephus […] was perhaps the worst man in all antiquity32. C’est sur ses positions religieuses non pas « hétérodoxes », mais plutôt « hérétiques » envers le judaïsme qu’il attaque celui qu’il accuse d’apostasie et de traîtrise envers sa propre religion :

  • 33 On the Essenes, Part II’, vol. 11, pp. 468-469.

Josephus is only an apostate, only a traitor, only a libeller, only a false-witness, only a liar; and as to his Jewish faith, only perhaps a coward, only perhaps a heretic […] he will reveal himself (in the literal sense of that word) as a miscreant; one who does not merely go astray in his faith, as all of us may do at times, but pollutes his faith by foul adulterations, or undermines it by knocking away its props – a misbeliever, not in the sense of a heterodox believer, who errs as to some point in the superstruction, but as one who unsettles the foundations – the eternal substructions33.

15La grande ironie de cette entreprise de destruction de l’auteur de La guerre des Juifs vient du fait que De Quincey se trompe lorsqu’il cherche à réparer les anomalies qu’il pense rencontrer dans quelques passages que Josèphe consacre aux Esséniens. Son intention consiste en effet, dans l’article ‘On the Essenes’ (1840), à prouver que les Esséniens n’étaient pas une secte philosophique juive, comme l’affirme Josèphe, mais bien une communauté de chrétiens. L’intérêt de cet article ne réside pas tant dans l’originalité de sa thèse, ni même dans sa fausseté que dans le fait que De Quincey a tellement foi en les Écritures qu’il est prêt à mettre le savant à la botte du croyant protestant qu’il est, en d’autres termes à faire passer sa foi chrétienne avant son souci de la vérité historique.

16Les fidèles de la religion catholique romaine sont quant à eux qualifiés, sans grande originalité, d’« idolâtres », en d’autres termes, de chrétiens hétérodoxes, critique banale de la part d’un protestant :

  • 34 [‘The Sweeping Hand of Liberalism’], vol. 6, p. 260.

The sweeping hand of liberalism has levelled to the dust all distinctions, religious and political, between the idolater and the true believer – between the subjects of Papal Rome and those of a Protestant King, whose crown and title were conferred on the very ground of those distinctions34.

  • 35 The [...] detested Popish Bill [the Roman Catholic Relief Bill] ([‘The March of Liberalism’], vol (...)
  • 36 [‘The Sweeping Hand of Liberalism’], vol. 6, p. 260.

17Avec une telle absence de considération pour les catholiques romains, il n’est pas surprenant que De Quincey se soit fermement opposé à l’Émancipation des catholiques en Grande-Bretagne permise par la loi d’avril 182935, qu’il condamne et considère comme un « crime »36.

  • 37  As the Protestant faith to the Catholic – i.e., not a new one, but a restoration of the primitive (...)
  • 38  The English Anglican Church as a depositary of divine truth’ (‘A Tory’s Account of Toryism, Whigg (...)

18Parmi les chrétiens, seuls les protestants sont donc les « vrai[s] croyant[s] », le protestantisme étant le résultat d’une « purification » d’un christianisme corrompu par le catholicisme37, et l’Église anglicane étant, quant à elle, « dépositaire de la vérité divine »38.

Un point de vue différent de celui de la première génération romantique britannique

  • 39 Laxton: Female Students in Theology’, Autobiographic Sketches, vol. 19, p. 250.

19Où faut-il alors rechercher la « vraie religion » dont parle De Quincey ? Sa réponse est lapidaire, mais révélatrice du protestant qu’il est : ‘Religion [is] to be sought in the Bible39 ; dans les Écritures, et non pas dans la nature, ni dans l’homme, ni dans l’univers, comme l’auraient dit d’autres romantiques. De Quincey connaît les réécritures romantiques de la Bible, mais il se repose ici uniquement sur l’Écriture ; en d’autres termes, nous sommes devant un cas de « protestantisation » du romantisme.

  • 40 Voir Ernst CASSIRER, La philosophie des Lumières, 1932, Paris : Fayard, 1966, p. 153.
  • 41 Ibid., p. 155.
  • 42 Voir Bernard REARDON, Religion in the Age of Romanticism: Studies in Early Nineteenth-Century Thoug (...)
  • 43 [Romanticism’s] most representative figures all favoured a religious interpretation of the cosmos, (...)

20Comme nous venons de le voir, l’auteur se montre à la fois formel, dogmatique et orthodoxe dans sa définition de la religion, et il est frappant de remarquer que nous sommes loin de la manière dont les autres romantiques traitent de cette question. En effet, ces derniers sont plus enclins à évoquer leur expérience religieuse, ou même la réalité divine qu’à proposer une définition de la religion ou à souligner l’importance du dogme chrétien, comme le fait De Quincey. En réaction à l’importance accordée à la raison depuis l’époque de Locke et des Lumières et à leur attitude trop facilement et uniquement « critique et sceptique » à l’égard de la religion, comme le dit Ernst Cassirer40, les premiers romantiques anglais avaient proposé, après la Terreur, une vaste réforme de « la rénovation du monde »41 entreprise par les Lumières. Une nouvelle compréhension de la religion faisait partie de leur projet. Dans ce rejet des Lumières et cette nouvelle compréhension de la sphère religieuse, l’expérience du divin devient parfois très personnelle pour certains romantiques, et même, pour reprendre Bernard Reardon, difficile à définir42, car en dehors de tout cadre doctrinal de l’orthodoxie43.

  • 44 Nous pensons à certains vers de The Prelude, mais la véritable source de connaissance religieuse es (...)
  • 45 REARDON, op. cit., p. 2.
  • 46 Georges GUSDORF, Le Romantisme, 2 vols., 1982, Paris : Payot, 1993, vol. 1, p. 733.

21La religion, chez certains romantiques, est abordée par le biais de l’esthétique plus souvent que par celui de la doctrine. Wordsworth est un cas représentatif à cet égard. Bien qu’il évoque la question de la religion dans certains de ses poèmes44, on n’y trouve pas de définition formelle, ni de croyance religieuse stable, comme chez De Quincey. Par conséquent, à cause de ce trait caractéristique chez le poète de Grasmere, mais aussi chez d’autres romantiques, où, finalement, les conflits se résolvent par la poésie, B. Reardon en arrive à se demander s’il ne serait pas opportun, plutôt, de parler de « religion romantique » : ‘It may well emerge that romanticism is in some respects a religion in itself45. Une telle conclusion aurait évidemment pour conséquence de laisser de côté De Quincey, car il n’y souscrit pas. Certes, « le romantisme est une renaissance religieuse en un sens général du terme », dit G. Gusdorf46, mais il est aussi une réforme de la compréhension du religieux. Or, ce constat ne suffit pas à rendre compte du rapport de De Quincey à la religion.

  • 47 Ibid., p. 735.
  • 48 Ibid., p. 737.

22En outre, dans cette quête de l’infini qui consiste à dépasser le cadre simplement doctrinal, les expressions et les idées religieuses du romantisme sont souvent assez éloignées de l’orthodoxie religieuse, ce qui n’est pas le cas de De Quincey. Il n’est pas question d’un déplacement de sens dans la compréhension de la religion chez lui comme chez d’autres romantiques. C’est pourquoi le point de vue de la critique traditionnelle sur le lien entre religion et romantisme ne saurait s’appliquer au cas de De Quincey. « La religion romantique célèbre une présence divine extra-muros, dont le centre est partout et la circonférence nulle part, religion de la nature et religion de l’humanité » ; « le sens religieux du romantisme tend à renouveler la religion existante, et si possible à inventer une religion nouvelle »47 ; « la déstabilisation romantique de la religion, esquissée chez Schleiermacher et ses amis, préfère l’aventure à l’ordre »48 : aucun de ces jugements mettant au centre l’expérience religieuse ne correspond à l’idée que se fait De Quincey de la religion.

23Ainsi, dans le contexte romantique où la définition de la religion est floue, l’idée précise que s’en fait De Quincey est assez rare pour être mentionnée. Ne parlant en effet ni d’intuition, ni de conscience individuelle, l’auteur ne s’intéresse pas à la subjectivité, comme le fait Coleridge, dans sa compréhension de la religion.

  • 49 William WORDSWORTH, The Prelude (1850), XIV, v. 204-205.
  • 50 William WORDSWORTH, The Prelude (1805), XIII, v. 183-184.

24Point de nouvel esprit religieux dans la pensée de De Quincey, et point non plus de tentation panthéiste, comme cela a pu être le cas chez des auteurs contemporains. Même si Wordsworth était revenu à une foi plus orthodoxe au sein de l’Église anglicane dans ses derniers écrits (‘Faith in life endless, the sustaining thought/ Of human being, eternity and God49), sa poésie à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles était plus axée sur la subjectivité du sublime religieux en rapport avec l’infini que sur la doctrine anglicane. Une simple comparaison entre la citation précédente et ces vers du Prélude, écrits 45 ans auparavant, montre clairement le contraste : ‘The Feeling of life endless, the great thought/ By which we live, infinity in God50. À la différence du Wordsworth de 1805, De Quincey a une pensée qui, sur le plan religieux, se déploie dans les limites de l’orthodoxie.

Conclusion

25De Quincey aborde donc la question de la religion plus en tant que chrétien qu’en tant que romantique. Alors que l’ordre religieux ancien semble révolu chez certains romantiques, comme Wordsworth et Coleridge, puis dans la poésie, plus tardive, de Keats et de Shelley, tel n’est pas le cas pour ce protestant romantique. Certes, il arrive à De Quincey de suivre son intuition, mais sa définition de la religion ne se déplace jamais vers l’hétérodoxie et n’est pas aussi personnelle que celle de Wordsworth et de Coleridge dans les Lyrical Ballads. Sa conception protestante de la religion, qui repose sur les Écritures, prend le pas sur son romantisme, qu’il adapte à sa manière.

Top of page

Notes

1 Lord Carlisle on Pope [I]’, vol. 17, p. 209. Nous nous référons à l’œuvre complète de De Quincey dans l’édition dirigée par Grevel LINDOP, The Works of Thomas De Quincey, London: Pickering & Chatto, 2000-2004.

2 Notes from the Pocket-Book of a Late Opium-Eater. Falsification of the History of England’, vol. 3, p. 190.

3 [I] am grieved to hear the many attacks against the Church, (frequently most illiberal attacks) which not so much religion as political rancor gives birth to in every third journal that I take up’(Ibid.).

4  « De Quincey n’a consacré que quelques essais aux questions religieuses » (Françoise MOREUX, Thomas De Quincey : la vie – l’homme – l’œuvre, Paris : PUF, 1964, p. 196). Il s’agit en fait d’une vingtaine d’articles (dont plusieurs manuscrits), certains fort courts (à peine plus d’une page ou deux), d’autres beaucoup plus volumineux (dépassant la quarantaine de pages) : ‘On Hume’s Argument Against Miracles’ (vol. 11, pp. 333-346), ‘Casuistry’ (vol. 11, pp. 347-382), ‘On the Essenes’ (vol. 11, pp. 442-488), ‘Modern Superstition’ (vol. 11, pp. 502-531), ‘The Pagan Oracles’ (vol. 13, pp. 111-136), ‘On Christianity as an Organ of Political Movement’ (vol. 15, pp. 344-370), ‘Protestantism’ (vol. 16, pp. 223-266), ‘On Miracles’ (vol. 16, pp. 490-496), ‘Judas Iscariot’ (vol. 18, pp. 14-29), ‘[Fragments on Christianity]’ (vol. 20, pp. 410-444), ‘On Pagan Sacrifices’ (vol. 21, pp. 8-9), ‘The Jews as a Separate People’ (vol. 21, pp. 18-20), ‘The Jewish Scriptures Could Have Been Written in No Modern Era’ (vol. 21, pp. 103-105), ‘Dispersion of the Jews, and Josephus’s Enmity to Christianity’ (vol. 21, pp. 106-107), ‘Christianity as the Result of Pre-Established Harmony’ (vol. 21, pp. 108-113), ‘The Messianic Idea Romanized’ (vol. 21, pp. 114-115), ‘Why Scripture does not Deal with Science (‘Pagan Oracles’)’ (vol. 21, pp. 123-124).

5 Laxton: Female Students in Theology’, Autobiographic Sketches, vol. 19, p. 248.

6 Ibid., pp. 248-249.

7 Ibid.

8 Voir Paul VAISS, Newman et le mouvement d’Oxford. Un réexamen critique, Berne : Peter Lang, 2006, p. 196.

9 De Quincey rédige cet article en réponse à un pamphlet, A Vindication of Protestant Principles (1847), de John William Donaldson écrit en réaction à l’ouvrage de J. H. Newman publié deux ans auparavant, An Essay on the Development of Christian Doctrine (1845). En contestant la thèse de Newman, Donaldson rejetait ainsi les résultats de l’auteur nouvellement catholique. Choqué par la publication de Donaldson, De Quincey considérait ce texte comme « déloyal » de la part d’un protestant : ‘The book […] exposes a history that almost shocks one of the strides made in religious speculation. Opinions change slowly and stealthily. The steps of the changes are generally continuous; but sometimes it happens that the notice of such steps, the publication of such changes, is not continuous, that it comes upon us per saltum, and, consequently, with the stunning effect of an apparent treachery (‘Protestantism’, vol. 16, p. 227).

10 Alors que Coleridge soutient également l’idée de développement, sa compréhension ne dépasse pas la sphère de l’individu.

11 This power of development, in general, proves also one other thing of the last importance to prove, viz. the power of Christianity to work in coöperation (sic) with time and social progress; to work variably according to the endless variations of time and place; and that is exactly shibboleth of a true and spiritual religion – for, on reviewing the history of false religions, and inquiring what it was that ruined them, rarely is it found that any of them perished by external violence.’ (‘Protestantism’, vol. 16, p. 263)

12 On Christianity as an Organ of Polical Movement’, vol. 15, pp. 347-348.

13 « L’orthodoxie du croyant se mesure ainsi à ce qu’il croit et confesse : est orthodoxe celui croit (sic) et confesse ce que l’Église croit et confesse (orth. matérielle), d’une part, et qui, d’autre part, veut croire et confesser ce que l’Église croit et confesse (orth. formelle) » (entrée « Orthodoxie », in Jean-Yves LACOSTE, Dictionnaire critique de théologie [1998], Paris, PUF, 2002, p. 835).

14 A Tory’s Account of Toryism, Whiggism, and Radicalism, Part III’, vol. 9, p. 484.

15 On Christianity’, vol. 15, p. 349.

16 Laxton: Female Students in Theology’, in Autobiographic Sketches, vol. 19, p. 249.

17 Voir ses articles sur Homère (‘Homer and the Homeridae’, vol. 13, pp. 3-63), Hérodote (‘Philosophy of Herodotus’, vol. 13, pp. 82-110) et les oracles païens (‘The Pagan Oracles’, vol. 13, pp. 111-136).

18 [The Arab tribes’] mission was to cleanse the earth from Polytheism; and, as ambassadors from God, to tell the nations – ‘Ye shall have no other gods but me.’ That was grand; and that surely they had from Mahomet? Perhaps so; but where did they get it? He stole it from the Jewish Scriptures, and from the Scriptures no less than from the traditions of the Christians. (‘Greece under the Romans’, vol. 15, p. 98)

19 Ibid., p. 101.

20 Islamism is a depravation of Christianity; and in pillaging the Scriptures, Mahomet could not but learn and transplant some great truths – the unity of God – the sanctity of moral obligations (‘Canton Expedition and Convention’, vol. 13, p. 77).

21 Mahomet could not effectually have neutralized a poison which he himself had introduced into the circulation and life-blood of his Moslem economy. The false prophet was forced to reap as he had sown’ (‘Greece under the Romans’, vol. 15, p. 100).

22 Christianity as the Result of Pre-Established Harmony’, vol. 21, p. 109.

23 You might fancy that from a false religion should arise a false philosophy – false, but still a philosophy. Is it so? On the contrary: the result of false religion is no philosophy at all.

Paganism produced none: the Pagans had a philosophy; but it stood in no sort of relation, real or fancied relation, to their mythology or worship. And the Mahometans, in times when they had universities and professors’ chairs, drew the whole of their philosophic systems from Greece, without so much as ever attempting to connect these systems with their own religious creed.’ (Ibid.)

24 Now came the five hundred years during which they were to manure all nations with these preparations for Christianity’ (‘Dispersion of the Jews, and Josephus’s Enmity to Christianity’, vol. 21, p. 107).

25  The Jewish theological system was every way fitted to challenge veneration and awe, except in so far as it was associated with the unparalleled and hateful arrogance of Judaism’ (‘Supplementary Notes on the Essenes’, vol. 20, p. 90).

26 Childish Jews’ (‘Pagan Oracles’, vol. 13, p. 129).

27 The gross infantine sensualism of the Jewish mind at [Jesus Christ’s] period’ (Ibid.).

28 The Jews talked as if the earth existed only for them; and as if God took notice only of Jewish service as having any value or meaning. But here were the Christians opening their gates, and proclaiming a welcome to all the children of man (‘Supplementary Notes on the Essenes’, vol. 20, p. 90).

29 Dispersion of the Jews, and Josephus’s Enmity to Christianity’, vol. 21, p. 106.

30 On the Essenes’, vol. 11, p. 447.

31 De Quincey démontre dans ‘Judas Iscariot’ (vol. 18) que Judas a agi en suivant une logique humaine qu’il n’a pas su dépasser et qui consistait à forcer Jésus à établir sur terre son royaume. Il présente ainsi un Judas spirituellement aveugle à la réelle mission de Jésus-Christ.

32 Dispersion of the Jews, and Josephus’s Enmity to Christianity’, vol. 21, p. 106.

33 On the Essenes, Part II’, vol. 11, pp. 468-469.

34 [‘The Sweeping Hand of Liberalism’], vol. 6, p. 260.

35 The [...] detested Popish Bill [the Roman Catholic Relief Bill] ([‘The March of Liberalism’], vol. 6, p. 254).

36 [‘The Sweeping Hand of Liberalism’], vol. 6, p. 260.

37  As the Protestant faith to the Catholic – i.e., not a new one, but a restoration of the primitive one purified from its modern corruptions’ (‘Wordsworth and Southey’, vol. 21, p. 96).

38  The English Anglican Church as a depositary of divine truth’ (‘A Tory’s Account of Toryism, Whiggism, and Radicalism, Part III’, vol. 9, p. 485).

39 Laxton: Female Students in Theology’, Autobiographic Sketches, vol. 19, p. 250.

40 Voir Ernst CASSIRER, La philosophie des Lumières, 1932, Paris : Fayard, 1966, p. 153.

41 Ibid., p. 155.

42 Voir Bernard REARDON, Religion in the Age of Romanticism: Studies in Early Nineteenth-Century Thought, Cambridge: Cambridge University Press, 1985, p. ix.

43 [Romanticism’s] most representative figures all favoured a religious interpretation of the cosmos, or at any rate such a spiritual view of life and the world as to leave room for the preservation of religious attitudes, though the forms of Christian orthodoxy might have to be radically modified or even abandoned’ (Ibid., p. vii).

44 Nous pensons à certains vers de The Prelude, mais la véritable source de connaissance religieuse est le lien à la nature – parfois surnaturalisée – et non à la révélation comme chez De Quincey. Nous pensons également au livre IV de The Excursion, mais la compréhension de la religion est encore trop dépendante de la sphère individuelle – il n’est pas question de dispensations divines, par exemple, et ce conflit entre individu et doctrine ne permet donc pas d’atteindre une définition orthodoxe de la religion.

45 REARDON, op. cit., p. 2.

46 Georges GUSDORF, Le Romantisme, 2 vols., 1982, Paris : Payot, 1993, vol. 1, p. 733.

47 Ibid., p. 735.

48 Ibid., p. 737.

49 William WORDSWORTH, The Prelude (1850), XIV, v. 204-205.

50 William WORDSWORTH, The Prelude (1805), XIII, v. 183-184.

Top of page

References

Electronic reference

Frédéric Slaby, Thomas De Quincey et la « vraie religion » Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XVIII-1 | 2013, Online since 01 March 2013, connection on 02 August 2021. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/3644; DOI: https://doi.org/10.4000/rfcb.3644

Top of page

About the author

Frédéric Slaby

Université de Caen Basse-Normandie

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Revue française de civilisation britannique est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Crecib
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search