Skip to navigation – Site map

Full text

1Né en 1931, Jacques Leruez fit des études supérieures d'anglais, de droit et de science politique. Il enseigna l'anglais en collège et en lycée avant d'entrer au CNRS en 1968. Sur le plan de la recherche, il s'intéressa aux questions économiques (avec, à l'origine, une thèse sur la planification), puis au système politique du Royaume-Uni. Il publia de nombreux travaux sur les années Thatcher et sur les politiques étrangères du Royaume-Uni. Il sut par ailleurs faire connaître au public français la question de l'Écosse. Ce sujet, quelque peu marginal dans les années quatre-vingt, devint un thème à part entière de la civilisation britannique. En effet, la dévolution du pouvoir, longtemps discutée dans ses moindres détails, connut une traduction concrète à partir de 1999. De plus, loin d'endiguer la progression du SNP, parti indépendantiste, elle lui fournit un cadre pour convoquer un référendum d'autodétermination.

2Jacques Leruez devint une référence dans ses domaines de prédilection. Outre ses articles et ouvrages (dont il faut souligner les mises à jour), il contribuait régulièrement à commentaires de l'actualité pour la Documentation française ou l'encyclopédie Universalis. C'est d'ailleurs en tant qu'étudiante que je découvris son ouvrage intitulé L'Écosse, une nation sans État peu après sa première parution. Cette lecture, rapidement complétée, suscita une passion pour les questions institutionnelles et politiques écossaises. C'est ainsi que j'eus l'occasion de travailler avec Jacques Leruez, dans un cadre universitaire ou bien au sein de l'association franco-écossaise qu'il présidait. Toujours dynamique, enthousiaste, passionné par les questions politiques et économiques, il resta actif bien au-delà de sa retraite, prise en 1997, jusqu'à son décès en 2018.

3Membre du CRECIB depuis sa création, Jacques Leruez avait publié de nombreux articles dans la Revue française de civilisation britannique et avait appartenu à son comité de direction. Ce numéro spécial propose une thématique relativement large, afin de rendre hommage à la diversité de ses centres d'intérêts, autour de quelques grandes mutations du Royaume-Uni en général, et en Écosse en particulier. Nombre d'auteurs ne manquent pas de se référer au Brexit, rupture historique dont les répercussions sont attendues dans la plupart des champs de l'action publique.

4Trois auteurs abordent des mutations dues aux gouvernements de Margaret Thatcher. Après avoir présenté le contexte des années soixante-dix, Marie-Claude Esposito évoque la déréglementation financière qui s'est accompagnée d'un durcissement de la réglementation bancaire. Nicholas Sowell analyse l'influence du Premier ministre britannique sur une étape clé de la construction européenne, le marché unique, mais aussi la prise de distance qui s'en est suivie, jusqu'au référendum de 2016 sur la maintien dans l'UE. Yves Golder s'intéresse à la caricature de la Dame de fer dans Spitting Image, en soulignant que les critiques ainsi véhiculées ont pu renforcer sa stature politique.

5Trois articles sont consacrés aux mutations engendrées par la dévolution du pouvoir. Gilles Leydier centre son analyse sur les First ministers écossais (travaillistes puis SNP), leurs pouvoirs, leurs décisions, leur relations avec les gouvernements britanniques successifs. Fiona Simpkins s'intéresse plus largement à l'impact de la dévolution sur le système britannique de partis avec la montée en puissance du SNP et les divergences internes aux partis britanniques. Sarah Pickard analyse la décision, prise par le Parlement écossais, d'abaisser la majorité électorale lors du référendum d'autodétermination de 2014, ses effets en Écosse sur le court et le moyen terme et sa portée dans le débat britannique.

6Trois articles abordent les relations entre Écosse et Angleterre, à travers leurs mutations, au moment où le Brexit semble fragiliser l'Union. Jean Berton a une approche historique et linguistique permettant d'apprécier les pressions anglaises et les résistances écossaises. Michael Keating traite des conséquences politiques et institutionnelles du Brexit, en particulier les risques de re-centralisation, de désintégration, voire de reconfiguration de l'Union. Edwige Camp-Pietrain analyse l'évolution du programme économique du SNP depuis le référendum de 2014, afin de pallier les faiblesses apparues pendant la campagne, mais dans un cadre désormais dominé par les incertitudes inhérentes au Brexit.

7Ce numéro se termine par deux articles traitant de lois singulières, posant la question des conservatismes tentant d'empêcher les réformes ou de contrôler leurs effets. Stéphane Porion détaille l'opposition virulente d'Enoch Powell à l'égard de la réforme de la Chambre des Lords dans la deuxième moitié du XXe siècle, un positionnement qui puise ses racines dans la pensée tory, de Burke à Disraeli. Christian Auer consacre un article à la Magdalen Institution de Glasgow, qu'il décrit comme un moyen de contrôle social des prostituées dans l'Écosse du XIXe siècle, pleinement intégrée au Royaume-Uni.

8Ce numéro a été mis en forme avec le logiciel Lodel par Arnaud Page, Anne Cousson, Shirley Doulière et John Mullen.

Top of page

References

Electronic reference

Edwige Camp-Pietrain, « Avant-propos », Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXIV-4 | 2019, Online since 25 November 2019, connection on 14 December 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfcb/4775 ; DOI : 10.4000/rfcb.4775

Top of page

About the author

Edwige Camp-Pietrain

Université Polytechnique des Hauts-de-France (Valenciennes)

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Revue française de civilisation britannique est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Crecib
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals