Skip to navigation – Site map
Book reviews

Review of The Battle for Christian Britain: Sex, Humanists and Secularisation, 1945-1980 by Callum G. Brown

Arielle Flodrops
Bibliographical reference

Callum G. Brown, The Battle for Christian Britain: Sex, Humanists and Secularisation, 1945-1980 , Cambridge: Cambridge University Press, 2019, 326p.

Callum G. Brown, historien écossais spécialisé dans les questions de religion et de religiosité au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et au Canada contemporains, propose un ouvrage sur les problématiques liées au phénomène de sécularisation au Royaume-Uni. Cet ouvrage paraît être en quelque sorte une suite au très connu The Death of Christian Britain, publié en 2009.

  • 1 Il est question d’une surveillance morale, qui veille au respect des mœurs établies (dans notre cas (...)

Ici, Brown réalise une étude depuis un point de vue très spécifique : The Battle for Christian Britain: Sex, Humanists and Secularisation, 1945-1980 propose une illustration du désintérêt grandissant pour les institutions religieuses traditionnelles par l’observation de la  « moral vigilance »,1 dont le pouvoir et l’influence sur les affaires politiques et sociales s’épuisent à mesure que la révolution culturelle des « swinging sixties » s’installe dans la société britannique.

  • 2 La description que Brown fait des « Humanists » peut paraître, à certains égards, assez condensée. (...)

Dans la lignée de The Death of Christian Britain, Callum G. Brown se montre disposé à faire usage de termes percutants. Dans le premier livre, l’auteur mettait spécialement en lumière la notion de « mort » (« the death »), suggérant une disparition de la religion institutionnelle associée à la société britannique et sa population. Ici, Brown use particulièrement d’un vocabulaire lié à l’idée de « bataille » (« the battle »), que l’on retrouve dans chacun des chapitres, renforçant un sentiment d’urgence, voire de brutalité dans les faits décrits. Ce choix souligne également une certaine binarité entre, d’un côté, le Christianisme conservateur incarné par cette « moral vigilance », et, de l’autre, des petits groupes organisés d’individus nommés les « Humanists », que l’auteur définit comme une catégorie de personnes défendant originellement l’idée que chacun doit avoir le droit de disposer librement de son propre corps.2

Cette approche peut paraître d’un premier abord risqué ; néanmoins le travail de Callum G. Brown ne se contente pas d’explorer cette binarité quasi provocatrice Il articule son travail autour de cinq points clés, qu’il cite explicitement en introduction :

1) la religion conservatrice, la « moral vigilance » et la lutte pour un contrôle strict des questions liées au sexe ;

2) les « licensing authorities », les campagnes menées pour un encadrement soutenu des lieux récréatifs et des loisirs proposés à la population (cinémas, théâtres, pubs, etc.)

3) la question des « Humanists », qui sont présentés comme les opposants principaux de la « moral vigilance »

4) les agitations qui secouent la BBC : le monopole de la morale religieuse sur la corporation, puis sa libéralisation.

Enfin, 5) Brown présente le conflit entre l’Eglise d’Angleterre et l’Eglise Catholique comme l’un des moteurs de l’effondrement de la « moral vigilance » au Royaume-Uni.

L’auteur fait le choix de concentrer son travail sur plusieurs lieux spécifiques, à savoir Londres, Blackpool, Sheffield, Glasgow, et les Hébrides (spécialement l’Île de Lewis). Ce choix suggère d’une manière très efficace que, d’un territoire à un autre, la « moral vigilance » n’agit pas de façon tout à fait équivalente, puisque les autorités locales ont chacune la charge de mettre en application les lois selon leur volonté.

L’auteur explore ces questions en deux parties principales : la première traçant l’âge d’or de la « moral vigilance », « The Heyday of Moral Vigilance 1945-1965 », et la deuxième consacrée à son déclin : « The Sixties Crisis and Its Legacy 1965-1980 ».

The Battle for Christian Britain décrit l’évolution de l’organisation principale de la « moral vigilance » au Royaume-Uni : le « Public Morality Council » (PMC). L’auteur expose en premier lieu le fonctionnement de l’organisation, depuis sa structure interne jusqu’aux pratiques qu’elle met en place pour s’assurer de la bonne santé et de la pérennité des valeurs religieuses au sein de la société britannique (partie II, chapitre 2). Le PMC a vu son autorité sérieusement s’étioler à partir du milieu des années soixante, jusqu’à sa disparition totale en 1965 au profit du « Social Morality Council » (SMC), celui-ci géré par des Catholiques, dont la prise de pouvoir a été qualifiée à l’époque de « putsch » contre le PMC qui, malgré une gouvernance œcuménique, était une organisation de l’église anglicane établie (partie III, chapitre 6).

Les chapitres 3, 4 et 7 de la partie II s’évertuent à dresser le portrait des campagnes de « licensing » – système qui permettait aux institutions religieuses de garder un contrôle sur les lieux publics et sur ce qu’ils proposaient comme loisirs à la population, adressant des permissions, et préconisant également des interdictions – opérés en collaboration avec le PMC tout au long de son existence, et également, dans une mesure bien moindre, avec le SMC.

Ces chapitres (partie II, chapitres 3 et 4) mettent particulièrement en avant les différences visibles entres les localités analysées. Ainsi, quand à Londres les campagnes de « licensing » arrangées en collaboration étroites avec le PMC étaient particulièrement rigoureuses, Brown contraste cette réalité avec celle de Blackpool, où semblait régner un laxisme rare, où une culture du sexe (entretenue par un tourisme très important) a pu se développer en avant-garde. De manière un peu moins étayée, Callum G. Brown présente plusieurs autres cas. Sheffield était particulièrement surveillée par le PMC et les pouvoirs locaux, du fait de sa très grande irreligiosité. A travers les écrits de Ted Wickham, représentant de l’Eglise d’Angleterre au sein des industries de Sheffield entre 1944 et 1955, Brown explique que l’irreligiosité de la ville avait conduit les pouvoirs religieux locaux à entreprendre de multiples missions intérieures pour lutter contre l’aliénation des classes ouvrières, que Wickham qualifiait de « croisades morales dans lesquelles les questions d’ordre social étaient noyées dans cette guerre ‘fanatique’ contre les péchés et pécheurs. »

Glasgow, où le PMC surveillait attentivement les lieux récréatifs et maintenait une inaccessibilité à la culture populaire et sexuelle – en gardant un contrôle strict sur les débits de boisson, jugés être l’origine de la plupart des affaires de mœurs –, se distinguait par l’importante piété de sa population, qui, comme nous l’apprend l’auteur, n’avait pas toujours été aussi significative. Jusqu’au milieu du XIXème siècle, pour lutter contre la prostitution et l’inceste, qui étaient très répandus, un évangélisme urbain avait su solidement s’enraciner dans la ville et enrayer une culture religieuse pérenne.

Les Hébrides et l’Ile de Lewis sont un cas encore à part, car sous l’influence des églises calvinistes puritaines, tout particulièrement préoccupées par les questions de consommation d’alcool.

A partir du milieu des années soixante, les campagnes de « licensing » du PMC ont vécu une crise majeure (partie III, chapitre 7). La libéralisation globale de la société britannique a favorisé le développement d’une culture de la jeunesse, un accès facilité à la contraception, aux drogues récréatives et à une sexualité plus libre. On souligne également une révolution culturelle et artistique, particulièrement incarnée par la musique. Tout ceci a entraîné une recrudescence des contrôles et des tentatives de répression policière, qui très vite se sont montrés inefficaces sur les moyens et longs termes.

En effet, l’auteur met en évidence le fait qu’une partie du clergé lui-même ne montrait plus une exemplarité attendue par les autorités ; de plus en plus, des prêtres et pasteurs se trouvaient impliqués dans des affaires de possession et consommation de drogues récréatives, et soutenaient les causes libérales défendues par la jeunesse britannique. Brown explique également que cette perte de vitesse des autorités religieuses est le résultat de la volonté croissante des individus de pouvoir bénéficier de leur autonomie, des mouvements de populations à l’origine d’une « migration » culturelle, de l’effondrement du PMC en 1965, couplés à une doctrine religieuse qui perdait en influence, voire en crédibilité.

Dans les villes de Blackpool et Sheffield, la libéralisation culturelle s’est installée très rapidement, contrairement à Londres, mais surtout Glasgow et les Hébrides, où cette installation a nécessité plus de temps.

L’ouvrage s’attarde sur une observation de la BBC (partie II, chapitre 5 ; partie III, chapitre 9). Callum Brown affirme que la corporation était une alliée puissante du PMC, et plus particulièrement du « Central Religious Advisory Committee » (CRAC) entre 1945 et 1965. Le CRAC s’évertuait à imposer des programmes de nature évangélique, tout en tenant à distance les « Humanists », enclins à défier les autorités religieuses et à diffuser leurs propres idéologies, contraires à celles des institutions religieuses. L’auteur explique qu’une politique « anti-secular » a été menée jusqu’aux années soixante, période qui a marqué un tournant dans le rôle que tenait la BBC dans la propagation massive de la morale religieuse.

Brown avance alors qu’à partir des années soixante, la BBC diffusait de plus en plus de programmes qui s’autorisaient à ridiculiser la religion. Et, de plus en plus, la parole était donnée aux « Humanists » qui ont amené avec eux un intérêt grandissant pour les sciences humaines et sciences dures, encourageant la BBC à diffuser des programmes scientifiques (basés sur la théorie de l’évolution, et sur les connaissances en astronomie consécutives à la course à l’espace), au grand regret des institutions religieuses (partie III, chapitre 9), qui, comme l’explique Brown, voyaient en cette démocratisation des sciences, la possibilité pour les populations de questionner leur existence, via la méthode scientifique.

D’ailleurs, l’auteur met un point d’honneur à légitimer le rôle des « Humanists » dans le déclin de la morale religieuse appliquée à toute la société britannique (partie III, chapitre 8), en remettant en question la traditionnelle (totale) attribution de cette libéralisation à des actes notoires mais peu nombreux du Parti Travailliste et du Christianisme libéral dans les années soixante. Il insiste sur les actions (à caractère progressiste) considérables menées par les « Humanists » pour une libéralisation des individualités, au détriment des idéologies religieuses en place.

Cet ouvrage s’applique non pas à révolutionner la vision qu’ont les spécialistes du déclin des religions traditionnelles au Royaume-Uni, mais il offre une perspective nouvelle de certains éléments qui peuvent fournir un éclairage original sur cette problématique. D’ailleurs, Callum G. Brown se montre prudent et souligne que son travail, qui cible des localités très spécifiques, ne reflète pas un état de fait qui peut s’appliquer nationalement (partie IV, chapitre 10). L’ouvrage n’en reste pas moins intéressant, puisqu’il apporte un regard inédit sur le déclin religieux, et enrichit assurément les connaissances et la compréhension de la sécularisation au Royaume-Uni.

Notes

1 Il est question d’une surveillance morale, qui veille au respect des mœurs établies (dans notre cas, il s’agit de principes moraux d’origine religieuse), instaurée au sein d’une société dans l’objectif d’assurer sa stabilité, ou du moins d’enrayer son potentiel déclin.

2 La description que Brown fait des « Humanists » peut paraître, à certains égards, assez condensée. Il semble se regrouper dans cette catégorie des groupes de personnes (comprenant athéistes, sécularistes, mais également psychologues, médecins, hommes et femmes de loi, défenseurs de la cause féministe et homosexuelle, etc.) ayant comme point commun de partager une conception de la société qui serait plus libérale, où les individus pourraient, de manière égale, jouir d’une liberté individuelle plus marquée qu’elle ne l’était à cette époque.

Top of page
  • Logo Crecib
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals