Skip to navigation – Site map

HomeAbout the journalRevue française de civilisation b...

Revue française de civilisation britannique : bilan et perspectives 08/21

John Mullen

Page accueil de la revue https://journals.openedition.org/rfcb/183

Je suis responsable de la Revue française de civilisation britannique depuis approximativement 25 numéros. Comme je l’ai annoncé en septembre 2020, maintenant je passe la main, et il m’a semblé utile de présenter un bilan de la publication. Si je me permets de donner des suggestions dans ce document pour les prochaines étapes, il va sans dire que ce sont les nouveaux responsables qui décideront désormais.

Publier la RFCB constitue une responsabilité particulière, à cause de sa longévité (une quarantaine d’années), et aussi parce qu’il s’agit de la seule revue intitulée “civilisation britannique” française, catégorie qui reste la plus présente dans la vie administrative des anglicistes (agrégation, profils de poste etc.). L’expression donne lieu à des discussions régulières, et il était particulièrement bienvenu que nous sortions en 2019 un numéro sur le champ civilisationniste et son épistémologie (XXIV-1 | 2019, Les Enjeux de l’interdisciplinarité en civilisation britannique), afin que tous les collègues qui voulaient approfondir la réflexion sur notre champ d’étude puissent le faire.

A l’heure où les types de publications se diversifient (blogs hypothèses, lettres academia…), la RFCB a la responsabilité de s’adapter tout en gardant l’essentiel de sa tradition scientifique. Cela malgré le fait que la charge de travail, notamment administrative, des collègues (direction de laboratoires ou de départements, rapports HCERES, maquettes changeantes, pénurie de CRCT …) réduit fréquemment le temps disponible pour la recherche. L’arrivée de la pandémie, et le travail très chronophage de s’adapter à des enseignements à distance, a constitué un obstacle supplémentaire.

La rareté de postes de titulaires à tous les niveaux pousse les candidats potentiels à publier autant que possible. Le nombre de revues est en augmentation, en partie due à la facilité relative d’une mise en ligne, par ailleurs très économique.

Je voudrais ici couvrir cinq ou six thèmes clé concernant la direction de la revue : beaucoup de ces informations sont connues des adhérents de longue date, mais peut-être moins des membres plus récents.

Garantie scientifique 

Les difficultés évoquées ci-dessus rendent d’autant plus important le système de vérification et d’évaluation de la revue – la garantie scientifique. Elle est constituée de trois niveaux.

La première ligne de la garantie scientifique consiste en les directeurs et directrices de numéro, qui gèrent les appels à contributions, la conception du sommaire, la double relecture en aveugle etc. Nous ne publions pas les “actes” des colloques sans que les articles passent par cette procédure, ni sans réfléchir à l’équilibre du numéro dans son ensemble. Cette garantie est devenue plus importante depuis que la revue apparaît sur internet. En effet, faire publier à un jeune collègue un article quelque peu approximatif n’est vraiment pas lui rendre service, car, dix ans plus tard, l’article ne dormira pas sur quelques bibliothèques chez les collègues, mais sera disponible en permanence en quelques clics.

Les directeurs de numéro sont presque toujours des membres du Crecib, mais on fait parfois appel à des co-directeurs extérieurs. Tout membre du Crecib peut proposer de diriger un numéro. En général, il s’agit de chercheurs confirmés, et nous encourageons les co-directions afin de faciliter la transmission des compétences de direction de numéro. La liste des directeurs et directrices de numéros des dernières années montre la raison pour laquelle la revue est bien considérée (E. Bell, C. Fourton, N. Sowels, J. Mullen, F. Armao, L. De Carvalho, O. Esteves, R. Garbaye, V. Latour, G. Leydier, C. Nativel, M. Bailoni, E. Camp-Piétrain, L. Dalingwater, P. Colombier-Lakeman, A-C de Bouvier, A. Page, S. Bory, F. Simpkins, M. Calvini- Lefebvre, L. Schwartz, T Whitton, L. Curelly, K. Tournier-Sol, R. Bethmont, A. Mezerac - Zanetti, S. Guy, C. Marshall, N Duclos, D Fee, F Binard, E Roudaut, E Avril, P Schnapper, pour lister les 18 femmes et 15 hommes qui ont dirigé au moins un numéro depuis 25 numéros.)

En deuxième ligne, le responsable de la publication (moi-même, actuellement) intervient en soutien des directeurs de numéro, validant le sommaire et le rendu final, en consultation avec le comité de direction, vérifiants abstracts et mots clé, etc.

Si la plupart des numéros sont proposés par des membres de l’association (souvent suite à des colloques ou journées d’études), il y a deux autres cas de figure: les numéros agrégation (pour lesquels le comité de direction sollicite des collègues directement, dans les quelques jours qui suivent la publication de la nouvelle question à l’agrégation) et les numéros initiés par le responsable de publication qui, sur la liste mail ou ailleurs, fait savoir qu’il y a des thèmes qui manquent dans notre revue pour donner une vision complète de la société britannique. Ses efforts ne sont pas toujours couronnés de succès, mais permettent de s’assurer que nous poursuivons une réflexion générale et trouvons quelques thèmes innovants.

Troisièmement, le comité de direction de la revue, constitué, dans les faits, du responsable de la revue, du président et du secrétaire du Crecib, soutient le responsable. Le comité est consulté fréquemment, au moindre problème.

Enfin, depuis plusieurs années, un rapport est présenté par le responsable de la revue à chaque assemblée générale du Crecib, soit deux fois dans l’année. L’ensemble des adhérents présents à l’AG peut poser des questions ou proposer des initiatives. Ainsi il est possible de soulever facilement des questions difficiles, des doutes, des questionnements etc. La décision de passer à une revue en ligne fut prise en Assemblée Générale, par exemple, après une consultation par internet. Le compte rendu de toute discussion en assemblée générale concernant l’orientation de la revue est inclus dans le CR de l’assemblée, communiqué à l’ensemble des adhérents.

Le comité scientifique international de la revue existe depuis de nombreuses années mais il n’a pas été facile de lui trouver son rôle actif. Ses membres sont sollicités pour évaluer des articles. Cependant, la grande variété de thèmes dans la revue fait en sorte que les directeurs de numéros cherchent souvent des experts ailleurs. Comme le bureau actuel l’a suggéré lors de l’assemblée générale du 4 juin 2021, il faudrait développer le rôle de ce comité. Notamment, maintenant que nous sommes tous habitués à des réunions virtuelles, ce serait une excellente idée de réunir virtuellement les membres de ce comité renouvelé, une ou deux fois dans l’année, pour pouvoir profiter de leurs propositions et critiques concernant l’orientation de la revue, car un regard extérieur est souvent profitable.

 

Rayonnement exceptionnel

Depuis 5 ans maintenant la revue est présente sur Open Édition (nouveau nom de revues.org). Le nombre de visites a énormément augmenté.

Ce nouveau positionnement a demandé un certain nombre de changements, dans une perspective d’accroître notre rayonnement international sans perdre notre identité française. Ainsi, nous avons décidé que chaque numéro comptera des contributions en anglais et aussi en français, que chaque article sera accompagné de titres, mots clé et résumés dans les deux langues. C’est le responsable de publication qui assure la cohérence des mots clé, et des résumés, qui sont des éléments très importants dans le référencement en ligne.

Le rayonnement de la revue a été démultiplié. Notre revue sur papier avant 2014 imprimait très rarement plus de 400 exemplaires, dont les exemplaires gratuits fournis aux adhérents. Le détail des statistiques pour la revue en ligne sont disponibles ici :

https://logs.openedition.org/awstats.pl?config=rfcb

Pour l’année 2020 :

Un million de pages visitées, et 460 000 visiteurs.

Pour comparaison, pour l’année 2016 (première année pleine de présence en ligne) :

98 000 pages visitées, et 34 500 visiteurs.

S’il ne faut pas oublier qu’une page peut être visitée seulement pour lire quelques phrases, ce rayonnement est néanmoins tout à fait impressionnant. Je n’ai pas entrepris une recherche approfondie, mais il s’agit de chiffres deux fois plus élevés que ceux de tout autre revue que j’ai pu consulter dans le domaine, et au moins cinq fois plus élevés que ceux de plusieurs revues respectées.

Élargissement thématique 

L’élargissement des objets d’étude est un fait majeur de l’évolution des sciences humaines depuis au moins 50 ans, avec l’évolution de l’histoire culturelle, les études culturelles, les études postcoloniales, les études visuelles, filmiques et des médias, pour ne nommer que des domaines que je connais un peu. Il nous incombe de réfléchir en permanence à des innovations appropriées concernant la couverture thématique de notre publication.

Sur les 25 derniers numéros, six se sont organisés autour d’un événement dans la vie démocratique du pays (élection ou référendum). Si on regarde les 25 numéros précédents (2003- 2014), on n’y trouvait que trois ou quatre numéros dans cette catégorie, mais chacun aura compris que les deux référendums (Ecosse et Union européenne) expliquent cette augmentation.

Quatre numéros sur les 25 étaient des numéros agrégation, généralement publiés fin décembre ou début janvier grâce à une mobilisation exceptionnelle des collègues impliqués. Hélas, nous n’avons pas pu trouver un directeur ou directrice de numéro sur la question des voyages de James Cook. Toujours est-il que, durant cette période, le jury de l’agrégation nous a fourni des thématiques variées et ambitieuses, qui ont beaucoup contribué au fleurissement de notre revue.

En ce qui concerne les périodes couvertes, il est courant qu’un numéro a plusieurs articles sur le XX siècle et d’autres sur le XXIe, mais nous avons peu traité récemment des siècles antérieurs. Le XVIe et XVIIe siècle ne sont représentés que par une poignée d’articles seulement, depuis quelques années. Il conviendrait de se rapprocher des associations savantes spécialisant dans d’autres périodes. Pour le numéro sur l’histoire des femmes, nous nous étions rapprochés du SAGEF, et d’autres collaborations sont fort souhaitables. On pourrait explorer la possibilité de numéros co-publiés par une autre revue et par la nôtre.

Certains “grands thèmes” qui reviennent de temps à autre : la décentralisation, l’éducation, la religion, les syndicats. D’autres nous n’avons pas encore réussi à aborder en numéro entier (l’histoire des sciences, la musique populaire …). J’invite chacun à consulter la liste et remarquer ce qui manque, tout en étant conscient qu’on ne peut pas tout faire

Réseaux internationaux 

Notre volonté a été de nouer des liens constamment renouvelés avec la communauté scientifique internationale. Le rayonnement d’une publication en ligne a beaucoup aidé. Les colloques Crecib aussi. Lors de notre colloque à Toulouse sur la citoyenneté, nous avons accueilli des intervenants des universités de Northumbria, de Leeds et de Bologna, et deux collègues de l’Université de Sheffield. Notre colloque sur la fracture Nord Sud à Nancy, comptait parmi les intervenants des collègues de Newcastle, de Hull et de Mostaganem, tandis qu’à Aix nous avons pu profiter de la présence d’experts venus des universités de Ulster, de Reading, d’Utrecht et de Loughborough.

Durant les cinq dernières années, les directeurs de numéro ont fait écrire des collègues des universités suivantes :

Aberdeen University

Beijing University

Birmingham University

Bristol University

Charles University Prague

Delaware University

Edge Hill University

Edinburgh University (2)

Hull University (2)

Keele University

Lancaster University

Leeds University

Lincoln University

Liverpool University (2)

London Metropolitan University

Maryland University

Newcastle University,

Monash University, Melbourne

Open University (2),

Oxford University (2)

Queen Mary College London

Sheffield University

Sussex University

Tunis University

Ulster University

University College Dublin

Warwick University

Worcester University

York University (2)

Independent scholars (4)

On voit que les liens avec des collègues britanniques sont très satisfaisants. Les liens avec des collègues d’autres pays étudiant la société britannique pourraient être renforcés.

Implication des doctorants

La question d’encourager la participation des doctorants a été laissée aux directeurs de numéro. Certains les ont encouragés à contribuer par des recensions de livre ou d’autres articles.

D’autres revues telles que Etudes Anglaises ont choisi une autre option qui je pense serait une très bonne idée pour notre revue. Il s’agit de publier un numéro spécial jeunes chercheurs.

Mise en ligne des anciens numéros.

Ce fut un plaisir particulier pour moi de pouvoir rendre disponibles sur le web des travaux des collègues rédigés il y a vingt ou trente ans et qui restent d’une grande utilité. La mise en ligne des anciens numéros, selon la disponibilité des fichiers informatiques ou à partir d’exemplaire papier est très chronophage. Jusque là, ce travail a été fait par moi et Frédéric Armao (précédemment par moi et Florence Binard). Nous avons pu rendre disponibles 26 anciens numéros. 46 autres ne sont pas encore en ligne. Le moment est peut-être venu de s’occuper des numéros restants en bloc, en faisant appel à des professionnels. L’expérience que nous avons acquise en le faisant nous-mêmes nous serait fort utile pour la mise en place du cahier de charges.

Conclusion

Lorsque la commission recherche de la SAES a organisé une étude des revues anglicistes en France en 2019 (https://saesfrance.org/wp-content/uploads/2019/06/1906-résultats-questionnaire-revues.pdf )  nous avons pu constater que les choix de notre comité de direction étaient généralement alignés sur les choix majoritaires des revues anglicistes, bien que notre revue soit nettement plus ancienne que la moyenne, et paraisse plus fréquemment que l’essentiel des autres.

Nous publions des articles en français et en anglais, comme 68% des revues anglicistes qui ont répondu au questionnaire.

Notre revue est presqu’exclusivement disponible en format électronique, comme les trois quarts des revues sondées

Nous avons choisi la plateforme open édition.org, (sans doute la mieux référencée mais la plus exigeante) comme 64% des répondants.

Elle est entièrement gratuite, comme 85% des revues sondées.

Elle suit une politique d’évaluation “double aveugle” comme 80% des revues sondées.

Parmi les revues sondées, 25% paraissent une fois par an, et 55% paraissent deux fois dans l’année. Nous faisons partie de la minorité de revues paraissant plus souvent. (Nous avons sorti 19 numéros durant les cinq dernières années, 34 durant les dix dernières années).

Nous sommes aussi parmi les plus anciennes (autour de la moitié des revues sondées est fondée après l’an 2000).


Bilan 2021

En 2021, nous avons publié le numéro sur la BBC, et le numéro sur public services and public accountability. Un troisième numéro sortira à l’automne (Underground and Mainstream in British Popular Culture).

Pour 2022 et 2023, les « carnets de commande » sont loin d’être vides. Quelques numéros ont déjà été proposés (il ne s’agit pas encore de projets datés et fixés). Dans le désordre : un numéro sur sport et société (Bernard Cros), un autre sur l’expérience de la pandémie au Royaume-Uni (Philippe Brillet), un troisième sur le Pays de Galles au XXIe siècle, (Stéphanie Bory et Tim Whitton), et un quatrième sur « One nation toryism from Disraeli to Johnson » (Catherine Marshall et Stéphane Porion). Suite au colloque sur « The State of the Union » en octobre 2021, on s’attend à un appel à articles pour un numéro sur ce thème.

J’ai énormément appris de mes années de travail comme responsable de publication de la revue. Je remercie les membres du bureau Crecib et les directeurs/directrices de publication : l’expérience m’a conforté dans mon opinion que, si le monde universitaire peut comporter les mêmes tracas que tout autre secteur de travail, il y a surtout un très grand nombre de collègues bienveillants, sérieux et sympatiques.

John Mullen août 2021

  • Logo Crecib
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search