Skip to navigation – Site map

HomeIssues XXVII-2The December 2019 General Electio...L’impact du UKIP et du Brexit Par...

The December 2019 General Election: Brexit, Political Identity and Policy

L’impact du UKIP et du Brexit Party sur l’échiquier politique britannique

The Impact of UKIP and the Brexit Party on the British Political Game
Karine Tournier-Sol

Abstracts

The Brexit referendum was a landmark political event in British politics, marking a major rupture, which with hindsight proved to be a critical juncture – both the result and the cause of further ruptures and reconfigurations of the British political order. The aim of this article is to study the role of the UK Independence party (UKIP) and of the Brexit Party in this process, to assess their respective impact. In the British electoral system, which tends to limit the growth of small parties and reinforce the two-party system, it is worth wondering how these two political forces managed to affect the British political game – thereby raising the question of the link between influence, power and representation. The paper is divided into three parts, corresponding to three moments, three sequences in the Brexit process. The first part assesses the impact of UKIP pre-referendum, and demonstrates how it gradually moved from the margins to the mainstream, contributing to shaping policy agenda on Europe, framing the political debate and ultimately, to securing the British EU referendum. The second part focuses on the referendum itself, exploring UKIP’s influence on the campaign and on the result, but also conversely the referendum’s impact on UKIP itself. Finally, the third part deals with the post-referendum period and the Brexit Party: its meteoric rise, though short-lived, should not obscure its influence, as the party acted as an electroshock to the British political system and more particularly the Conservative party.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Alexandre-Collier Agnès, Schnapper Pauline, Usherwood Simon (dir.), « The nested games of the UK’s (...)

1Le référendum sur le Brexit du 23 juin 2016 a constitué un événement majeur de la vie politique britannique, marquant une véritable rupture qui est apparue, avec le recul, comme un point de charnière, à la fois le résultat et la cause d’autres ruptures et reconfigurations de l’ordre politique1.

2L’objectif de cet article est d’examiner le rôle du UK Independence party (UKIP) et du Brexit Party dans ce processus, d’évaluer leur impact respectif. Les deux partis ont été successivement fondés pour assurer le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE), à des moments différents et dans des circonstances différentes, mais avec un objectif commun. En outre, leur succès respectif est également associé à une figure politique commune, Nigel Farage, leader charismatique et emblématique du combat pour le Brexit mené par les deux partis.

3Dans le cadre du système électoral britannique (first-past-the-post), qui tend à freiner l’essor des petits partis et à renforcer le bipartisme, on peut se demander comment ces deux forces politiques ont réussi, malgré tout, à peser sur l’échiquier politique britannique, ce qui soulève, en creux, la problématique du lien entre influence, pouvoir et représentation.

4Cet article se divise en trois parties, qui correspondent à trois moments, trois séquences dans le processus du Brexit. La première partie évaluera l'impact du UKIP avant le référendum et montrera comment il est progressivement passé de la marge au cœur du paysage politique national, contribuant à façonner l'agenda politique sur l'Europe, définir les termes du débat et, finalement, obtenir le référendum britannique sur l'UE. La deuxième partie se concentrera sur le référendum lui-même, et explorera l'influence du UKIP sur la campagne et sur le résultat, mais aussi, inversement, l'impact du référendum sur le UKIP lui-même. Enfin, la troisième partie traitera de la période post-référendum et du Brexit Party, dont l’irruption soudaine et de courte durée ne doit pas masquer l’influence, puisqu’il aura fait l’effet d’un véritable électrochoc au sein du système politique britannique, et plus particulièrement du parti conservateur.

Le UKIP, de la marge au cœur du jeu politique national

  • 2 Taggart Paul, Szczerbiak Aleks, « Contemporary Euroscepticism in the Party Systems of the EU Candid (...)

5Le UKIP a été créé en opposition au traité de Maastricht, d’abord en tant que groupe de pression sous le nom d’Anti-Federalist League en 1991, puis en tant que parti politique à part entière deux ans plus tard, en 1993. Il est donc né de l’euroscepticisme, dont il représente le versant radical (hard euroscepticism2) puisque prônant le retrait pur et simple du Royaume-Uni de l’Union européenne. Le UKIP a été fondé en tant que parti à enjeu unique (single-issue party) tout entier dédié à l’enjeu européen qui constitue sa raison d’être, le cœur même de son identité.

  • 3 En 1999, le UKIP entre au Parlement européen avec 3 eurodéputés (parmi lesquels Nigel Farage) ; en (...)
  • 4 Alexandre-Collier Agnès, Schnapper Pauline, Usherwood Simon, « The nested games of the UK’s EU refe (...)
  • 5 Reif Karlheinz, Schmitt Hermann, « Nine Second-Order National Elections: a Conceptual Framework for (...)
  • 6 Tournier-Sol Karine, Prendre le large : le UKIP et le choix du Brexit, Paris, Vendémiaire, 2017.

6Dans un premier temps, ce positionnement restreint sur le plan idéologique est apparu comme un atout qui lui a permis de percer rapidement sur la scène politique européenne à partir de 1999 suite à l’introduction de la proportionnelle par Tony Blair, remportant un nombre croissant de sièges au Parlement européen au fil des élections3. Cependant, il s’est peu à peu révélé une limite à sa faculté d’impacter la scène politique nationale britannique, le « premier ordre » (first order4). Pour pouvoir dépasser la seule arène européenne et les élections de second ordre5, le UKIP a donc entrepris une série de repositionnements stratégiques dans le but de se défaire de l’image de parti à enjeu unique et ainsi accroître son potentiel électoral6.

  • 7 Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République tchèque, Slovaquie et Slovénie.
  • 8 Bulgarie and Roumanie.
  • 9 Wadsworth Jonathan et al, Brexit and Immigration in the UK, LSE, Centre for Economic Performance, 2 (...)
  • 10 Evans Geoffrey, Mellon Jonathan, « Immigration, Euroscepticism and the rise and fall of UKIP », Par (...)

7La clé de voûte de ce remodelage progressif est sans nul doute la fusion entre Europe et immigration opérée par le parti à partir de 2008. Le UKIP est alors habilement parvenu à corréler la question européenne, dont les électeurs britanniques se préoccupaient peu à l’époque, à l’immigration, qui au contraire figurait de plus en plus parmi les priorités de l’électorat à la suite de l’extension de la zone de libre circulation de l’UE aux pays d’Europe de l’Est en 20047 puis en 20078. En particulier, la décision du gouvernement travailliste d’ouvrir immédiatement ses frontières en 2004, à la différence de la grande majorité des autres États-membres qui avaient fait le choix de mettre en place des contrôles transitoires, a entraîné une hausse significative de l’immigration européenne au Royaume-Uni9, ce qui a suscité l’inquiétude d’une partie de l’électorat. Le UKIP s’est saisi de cette opportunité, qui a agi tel un catalyseur, afin d’élargir sa capacité à mobiliser au-delà des clivages politiques traditionnels10.

  • 11 Rydgren Jens, « Is Extreme Right-Wing Populism Contagious? Explaining the Emergence of a New Party (...)
  • 12 Tournier-Sol Karine, « Reworking the Eurosceptic and Conservative Traditions into a Populist Narrat (...)
  • 13 Expression récurrente dans le discours de Nigel Farage et du UKIP, reprise également sur des affich (...)
  • 14 Kitschelt Herbert, The Radical Right in Western Europe: A Comparative Analysis, University of Michi (...)

8Ce glissement stratégique s’est vu renforcé par le virage populiste décisif orchestré par Nigel Farage à la tête du parti : le UKIP a redéfini son cadre idéologique (master frame11), et a su remanier les traditions politiques eurosceptiques et conservatrices dont il est issu pour en tirer un discours populiste distinct12, anti-establishment, opposant l’élite politique (présentée comme interchangeable, d’où l’expression « LibLabCon ») au peuple que le parti se targue d’incarner et qu’il invite à rejoindre sa révolte auto-proclamée, « l’armée du peuple » (the people’s army)13. Ce repositionnement stratégique a marqué un véritable tournant pour le UKIP et s’est avéré crucial dans sa percée inédite à partir de 2010, permettant au parti d’optimiser son potentiel électoral en transcendant le clivage traditionnel gauche/droite. Ainsi le UKIP a -t-il trouvé sa « formule gagnante » (winning formula14), son cadre idéologique propre – un ingrédient certes essentiel, mais insuffisant cependant sur la voie du succès politique et électoral.

  • 15 Evans Geoffrey, Menon Anand, Brexit and British Politics, Cambridge, Polity Press, 2017.

9L’autre facteur crucial est l’environnement politique favorable dont a bénéficié le UKIP, fruit de la modification de l’offre politique au cours des décennies précédentes15. On a ainsi assisté à un réalignement politique, une reconfiguration de l’échiquier politique britannique qui a résulté de la convergence idéologique des deux grands partis de gouvernement autour d’une vision centriste, sociale libérale – d’abord avec Tony Blair et New Labour, puis ensuite avec David Cameron et le parti conservateur, tous deux ayant opéré un recentrage de leurs partis respectifs. Ce nouveau consensus s’est vu renforcé par le gouvernement de coalition entre les Conservateurs et les Libéraux-démocrates de 2010 à 2015. Non seulement ce mouvement centripète, destiné à cibler la classe moyenne dans une stratégie de conquête électorale, a aliéné une partie de l’électorat qui s’est sentie abandonnée par la classe politique traditionnelle, mais il a aussi de facto libéré un espace politique pour le UKIP.

  • 16 Schain Martin A., « The Extreme-Right and Immigration Policy-Making: Measuring Direct and Indirect (...)

10La conjonction de ces différents facteurs a eu pour effet de propulser le parti au centre du jeu politique national, dans le premier ordre de l’échiquier politique britannique. Sous le leadership de Nigel Farage, le UKIP a su tirer avantage de ce déplacement des plaques tectoniques de la politique britannique et a rapidement gagné du terrain sur le plan politique et électoral, jusqu’à sa victoire historique aux élections européennes de 2014. Le parti est ainsi passé de la marge du système politique britannique à son cœur, du second ordre au premier ordre – premier ordre sur lequel il a eu un véritable impact. Le UKIP a en effet contribué à définir les termes du débat politique, non seulement sur la question européenne mais aussi sur l’immigration. En réponse à la menace UKIP, les partis majoritaires ont réagi en radicalisant leur discours dans le but de se réapproprier ces enjeux et de reconquérir leur électorat. On a pu observer un effet de contagion16.

  • 17 Telegraph, 23 janvier 2013.
  • 18 Heppel Timothy, « Cameron and Liberal Conservatism: Attitudes within the Parliamentary Conservative (...)

11C’est particulièrement vrai s’agissant du parti conservateur, pour qui le UKIP était perçu comme une menace électorale grandissante. La promesse de référendum de David Cameron, formulée en 2013, doit être envisagée dans cette optique, comme une manœuvre tactique visant à « abattre le renard UKIP » (shoot the UKIP fox)17, bien qu’elle ait également répondu à l’euroscepticisme croissant des députés conservateurs aux Communes, 26,5% d’entre eux s’identifiant comme eurosceptiques radicaux18, c’est-à-dire partisans du retrait ou d’un référendum.

12Le UKIP a donc progressivement atteint une position qui lui a permis de participer à élaborer les termes du débat politique et à façonner les événements : il est apparu comme un acteur politique majeur, car apte à changer la donne (game-changer) – le parti a joué un rôle essentiel dans l’obtention du référendum. Cet impact décisif a également été perceptible lors de la campagne référendaire.

L’impact du UKIP sur le référendum – et vice versa

13L’influence du UKIP s’est étendue à la campagne référendaire, qui a été marquée par une forme de populisme mainstream. L’impact du UKIP sur la campagne a dépassé le seul cadre de son organisation, Leave.EU, et sa rhétorique de droite populiste a irrigué tout le camp du Leave. Vote Leave, l’organisation officielle qui a réuni principalement des personnalités conservatrices, parmi lesquelles certains poids lourds du parti comme l’ancien maire de Londres Boris Johnson ou le ministre de la Justice Michael Gove, ainsi que quelques députés travaillistes, a coopté une partie des idées et de la rhétorique du UKIP : que ce soit son slogan, très efficace, « Take back control », depuis longtemps élément de discours du UKIP, ou encore l’appel de Boris Johnson à faire du 23 juin 2016, date du scrutin, le « jour de l’Indépendance » (Independence Day) du Royaume-Uni, en écho à Nigel Farage. Durant les dernières semaines de campagne, Vote Leave a opéré un changement de stratégie, se repositionnant sur le même terrain politique que le UKIP, et se concentrant sur l’immigration. À l’image du parti de Nigel Farage, Vote Leave a brandi le spectre de l’adhésion prétendument imminente de la Turquie à l’UE, et a même repris à son compte la politique prônée par le UKIP en matière d’immigration, à savoir une immigration choisie basée sur un système de points sur le modèle australien.

14Vote Leave a mené une campagne résolument populiste, combinant une stratégie d’inclusion et d’exclusion19 : inclusion des idées et de la rhétorique du UKIP, et exclusion du UKIP en tant qu’acteur politique, par une distanciation constante et délibérée vis-à-vis de la toxicité associée à Nigel Farage et à son parti. Cette dimension toxique a été démontrée par une enquête menée en amont de la campagne référendaire, et qui a mis en évidence un effet de répulsion20 – ce qui est évidemment très problématique dans le contexte d’un référendum, pour lequel il faut attirer les électeurs modérés et indécis afin de pouvoir obtenir plus de 50% des voix. Bien conscients de cette nécessité, les eurosceptiques conservateurs plus mainstream de Vote Leave ont donc pris grand soin de se dissocier régulièrement et publiquement de Leave.EU, du UKIP et de Nigel Farage, dans le but de décontaminer le débat et les arguments en faveur du Leave. Le directeur de campagne de Vote Leave, Dominic Cummings, a estimé par la suite que si Farage avait été la figure principale de la campagne du Leave, il aurait fait perdre plus de 600 000 voix à son camp21. De fait, les deux organisations en apparence rivales se sont révélées complémentaires pour toucher une majorité de l’électorat et ainsi aboutir au vote Brexit.

  • 22 Mellon Jonathan, Evans Geoffrey, « Are Leave Voters Mainly UKIP? », British Election Study, 8 July (...)
  • 23 Lord Ashcroft, « How the United Kingdom voted on Thursday… and why », Lord Ashcroft Polls, 24 juin (...)
  • 24 Goodwin Matthew, Heath Oliver, « The 2016 Referendum, Brexit and the Left Behind: An Aggregate-leve (...)
  • 25 Ford Robert, Goodwin Matthew, Revolt on the Right: Explaining Support for the Radical Right in Brit (...)
  • 26 Swales Kirby, Understanding the Leave Vote, Natcen Social Research, 2016.
  • 27 Les deux autres sont les « eurosceptiques aisés » (affluent Eurosceptics) qui sont plus conservateu (...)

15En termes d’impact sur le résultat du référendum lui-même, le rôle du UKIP est moins évident, mais non moins instructif. Arithmétiquement, le parti compte probablement pour un quart du vote Brexit, bien que l’extrême volatilité du vote UKIP rende ce lien difficile à mesurer avec précision22. Le parti n’a donc pas été le principal pourvoyeur de votes en faveur du Brexit, votes qui sont en fait venus majoritairement du parti conservateur23. Mais on peut estimer que l’influence du UKIP a dépassé la simple arithmétique, de par sa capacité à infuser le débat sur l’Europe et l’immigration et à alimenter la désaffection d’une partie de l’électorat à l’égard des partis politiques traditionnels – « l’élite » dans son discours populiste. Si on examine à présent la nature du vote, on observe une corrélation très nette entre le vote Brexit et le vote UKIP, avec de fortes similitudes entre le profil type de l’électeur pro-Leave et celui de l’électeur du UKIP24 – décrit comme un « laissé pour compte » (left-behind), typiquement un homme blanc, âgé de plus de 55 ans, sans diplôme et issu de la classe ouvrière25. Ce groupe a été identifié comme l’un des trois groupes constituant le vote Leave dans une étude menée par NatCen26; bien que ne représentant que 12% de la population, il comptait la plus forte proportion de Leavers dans ses rangs (95%)27.

  • 28 Ibid.
  • 29 Evans Geoffrey, Menon Anand, Brexit and British Politics, Cambridge, Polity Press, 2017.
  • 30 Curtice John, « A Revolt on the Right? The Social and Political Attitudes of UKIP Supporters », Bri (...)

16Mais au-delà de ces éléments, les études approfondies du Vote Brexit montrent que celui-ci ne se résume pas à des critères démographiques et politiques, et que les questions d’identité et de valeurs ont joué un rôle majeur dans le résultat28. Le vote s’est en fait plus réparti en fonction des valeurs des électeurs que selon des critères d’allégeance politique, d’âge, de classe sociale ou de sexe. Ces questions de valeurs et d’identité sont précisément celles sur lesquelles le UKIP avait bâti son succès dans les années précédant le référendum ; elles constituent la base de son ascension inédite, le terreau sur lequel le parti a prospéré à la suite de son virage populiste. Evans et Mellon soulignent le lien entre les valeurs sociales et le vote lors du référendum : ainsi, 80% des électeurs les plus conservateurs sur le plan social ont voté Leave, contre 10% des électeurs les plus libéraux29. De la même manière, l’axe libéral/autoritaire ressort comme un fort indicateur du vote : ceux qui s’identifient comme autoritaires ont été plus enclins à voter Leave (66%) que ceux qui s’identifient comme libéraux (18%). Ces données viennent corroborer les études déjà réalisées sur les électeurs UKIP qui montrent que la plupart sont autoritaires, et conservateurs sur le plan social30. Le vote Leave a donc transcendé le clivage partisan traditionnel gauche/droite, de la même manière que le UKIP avait réussi à le faire en amont du référendum à la suite de son inflexion populiste. Bien que le vote Brexit ne se réduise pas au vote UKIP, on observe des corrélations très nettes entre les deux qui reflètent des préoccupations et des valeurs communes, et témoignent d’une volonté de révolte comparable contre l’establishment politique, qu’il soit britannique ou européen.

17L’impact du UKIP a donc très clairement dépassé son poids électoral : le parti a eu une influence indirecte et disproportionnée sur l’issue du scrutin, fruit de sa capacité à infléchir les termes du débat politique sur l’Europe en amont du référendum.

18Toutefois, l’effet disruptif du UKIP sur l’ordre politique britannique a également affecté le parti, puisque le référendum a eu un impact négatif sur le UKIP lui-même, et ceci à trois niveaux.

  • 31 « I now feel that I have done my bit, that I couldn’t possibly achieve more (…). During the referen (...)

19Tout d’abord, dans une certaine mesure, l’effet néfaste du vote Brexit sur le UKIP était prévisible : le parti a perdu sa raison d’être et l’objet de son combat originel avec la victoire du Leave – « abattre le renard UKIP » avait été l’un des objectifs de David Cameron lorsqu’il avait fait sa promesse de référendum en 2013 dans le discours de Bloomberg. Cependant, la situation du parti s’est vue encore compliquée par la démission de Nigel Farage seulement 10 jours après le référendum, déclarant sa mission accomplie31. Même si ce départ était prévisible puisque Farage avait en effet atteint l’objectif qui avait motivé son entrée en politique, il est intervenu très tôt, privant de fait le UKIP de son leader emblématique et charismatique. En outre, la démission quasi-immédiate de Nigel Farage après le scrutin a semblé corroborer l’idée que c’en était fini du UKIP, qu’il n’avait plus ni but, ni avenir après le vote Brexit, et qu’il n’était désormais plus qu’une coquille vide. Même si telle n’était pas l’intention de Nigel Farage, il reste que cela n’a fait qu’ajouter à l’impression que le résultat du référendum marquait la fin du UKIP. La victoire du Brexit a donc eu un impact majeur et direct sur le parti, posant la question de la pertinence même du UKIP dans l’ère post-référendum. De surcroît, alors qu’il traversait une crise existentielle, le parti a renoué avec ses vieux démons – scandales en série, factionnalisme et querelles de leadership –, entravant encore davantage sa nécessaire mutation et compromettant, partant, sa propre survie.

  • 32 Le parti avait un seul député à l’époque, Douglas Carswell, un ancien député conservateur, qui a qu (...)
  • 33 47% au début de la campagne électorale de 2017. Mellon Jonathan, Evans Geoffrey, Fieldhouse Edward, (...)
  • 34 House of Commons Library, « Membership of UK Political Parties », n° SN05125, 3 septembre 2018.

20Ensuite, le séisme provoqué par le résultat du référendum a reconfiguré l’ordre politique britannique, reconfiguration dont le UKIP a été la principale victime, tout en ayant contribué à la déclencher. Le vote Brexit a ouvert un nouveau cycle de la politique britannique : l’environnement politique qui avait été si bénéfique pour le parti à partir de 2010 a été radicalement modifié, et le UKIP s’est vu privé d’espace politique. On a assisté à une repolarisation du système politique britannique autour du clivage Leave/Remain. Le parti conservateur de Theresa May s’est repositionné en tant que parti du Brexit. Dans ce nouvel ordre politique émergent, les Conservateurs ont été perçus comme les mieux placés pour mettre en œuvre le Brexit, ce qui s’est traduit par la défection d’un grand nombre de partisans du UKIP au profit des Tories. Ce transfert d’allégeance a été facilité par l’adoption, par le gouvernement May, de politiques phares du UKIP (en matière d’immigration, de criminalité, ou encore sur les grammar-schools), dans le but de reconquérir son terrain politique et ses électeurs. Cette cooptation du discours et des idées du UKIP démontre l’influence du parti de Nigel Farage, bien au-delà de sa représentation à Westminster32, mais aussi sa capacité à peser sur les termes du débat politique. De façon pour le moins ironique, tout comme le UKIP avait su, par le passé, attirer et détourner les électeurs des autres partis (particulièrement les électeurs conservateurs), on a assisté au phénomène inverse, à savoir une véritable hémorragie des sympathisants UKIP en direction, principalement, du parti conservateur33. Ce processus de réalignement a été illustré lors des élections législatives anticipées de 2017, qui ont été marquées par la réaffirmation du bipartisme et l’effondrement du UKIP, qui n’a recueilli que 1,8% des suffrages, soit plus de 10 points en-dessous de son score historique de 12,6% aux législatives de 2015. Le nombre d’adhérents du UKIP a également chuté de manière drastique, puisqu’en décembre 2017, la moitié des membres avaient quitté le parti par rapport au pic de 46 000 atteint en mai 201534. Un an après le vote Brexit, l’effet dévastateur du référendum sur le UKIP était donc clair : le parti avait perdu sa position au sein du premier ordre de l’arène politique nationale et s’était vu renvoyé à la marge dont il était issu. Bien que cela s’inscrivit dans une reconfiguration plus large de l’échiquier politique britannique, le parti porte sans nul doute une part de responsabilité dans cette chute brutale : empêtré dans sa propre crise interne, il a échoué à capitaliser sur les difficultés des négociations sur le Brexit et a été peu audible sur la scène politique.

  • 35 « Patriotic Europeans Against the Islamisation of the Occident ».  
  • 36 Eatwell Roger, Goodwin Matthew (dir.), The New Extremism in 21st Century Britain, Oxon, Routledge, (...)
  • 37 Telegraph, 4 décembre 2018.

21Enfin, le UKIP lui-même a subi une transformation radicale, avec des conséquences décisives sur ses perspectives électorales. Après deux ans et demi d’atermoiements, et une kyrielle de leaders successifs, la direction du parti a été reprise par Gerard Batten en 2018, lequel a initié un virage significatif du parti vers l’extrême droite, choisissant de mettre l’accent sur un discours résolument anti-Islam. Mais au-delà de cette inflexion du discours du parti, le véritable changement réside dans l’association inédite et manifeste du UKIP avec des personnalités d’extrême droite que le parti avait jusqu’alors pris grand soin de tenir à distance, pour se défaire de son image de parti raciste. Gerard Batten a ainsi suscité la controverse en engageant Tommy Robinson (de son vrai nom Stephen Yaxley-Lennon) comme conseiller politique. Tommy Robinson est un ancien membre du British National Party (BNP), cofondateur de l’English Defence League (EDL) qu’il a quitté en 2013 pour fonder Pegida UK en 201535. Ce repositionnement témoigne d’une radicalisation du UKIP, un changement majeur de nature, tant sur le plan idéologique que stratégique, avec un risque très élevé de marginalisation dans le système politique britannique, le potentiel électoral de ces partis étant très limité, comme le montre l’exemple du BNP36. Finalement, cette redéfinition radicale du parti post-référendum a provoqué une scission majeure et engendré le départ de nombreux poids lourds du parti, dont Nigel Farage. Ce dernier a fermement condamné la nouvelle direction prise par le UKIP37, avant de le quitter pour fonder un nouveau parti en vue de réaliser ce que le UKIP avait échoué à faire, à savoir tirer profit de l’échec de Theresa May à mettre en œuvre le Brexit.

Le Brexit Party, ou le nouveau chamboule-tout

22L’impasse du Brexit et l’accord de retrait négocié par Theresa May, qui ne répondait pas aux attentes de sa frange eurosceptique radicale, les hard-Brexiteers du parti conservateur, ont ouvert un espace politique dont Nigel Farage s’est opportunément emparé. Il a annoncé la création d’un nouveau mouvement politique, le Brexit Party, une sorte de UKIP 2.0 qui a, lui aussi, réussi à influer sur la donne politique britannique en général, et sur le parti conservateur en particulier.

  • 38 Taggart Paul, Populism, Buckingham, Open University Press, 2000.
  • 39 Budge Ian, Farlie Dennis, « Party Competition - Selective Emphasis or Direct Confrontation? An Alte (...)

23L’ascension fulgurante du Brexit Party a servi d’électrochoc aux Conservateurs. Le parti a été lancé six semaines seulement avant les élections européennes de 2019 – des élections qui n’auraient jamais dû avoir lieu au Royaume-Uni, illustration de l’échec patent de Theresa May à concrétiser le Brexit, trois ans après le référendum. Nigel Farage a su en tirer avantage, démontrant une fois de plus son instinct politique indéniable, sa capacité à capter l’opinion et à s’adapter à son environnement à la manière d’un caméléon – une caractéristique typique du populisme selon Taggart38. Avec ce nouvel objet politique, l’ancien leader du UKIP s’est réapproprié l’enjeu du Brexit39, au grand dam du parti conservateur.

  • 40 Barnard Catherine, Menon Anand, « ‘Clean Brexit’ sounds so simple, doesn’t it? Trouble is, it doesn (...)

24Si le nom même du Brexit Party était supposé refléter clairement son message politique, par opposition aux Conservateurs et aux Travaillistes, le parti avait une ambition plus large que le Brexit dur qu’il prônait. Le Brexit Party se voulait un mouvement populiste, inspiré du Mouvement 5 Etoiles italien de Beppe Grillo, qui transcendait les clivages politiques traditionnels et visait à défier l’establishment politique, à « lancer une révolution au sein de la politique britannique » ; il dénonçait la « grande trahison » (great betrayal) des « traîtres de Westminster » (Westminster traitors). Le parti n’a présenté ni manifeste électoral, ni programme ou politique précise pour ces élections : « clean-break Brexit » et populisme, tels étaient les ingrédients de sa recette gagnante – la « rupture nette » ayant été préférée au « Brexit sans accord » (no deal Brexit), car sans doute moins anxiogène40.

  • 41 Fella Stefano, Uberoi Elise, Cracknell Richard, European Parliament Elections 2019 : Results and An (...)
  • 42 Whiteley Paul, « Nigel Farage Triumphs: Survey Reveals What Drove Voters to the Brexit Party in the (...)

25Ce message a visiblement trouvé un écho profond chez les électeurs du Leave, puisque la nouvelle force politique de Nigel Farage a remporté les élections européennes haut la main avec 31,6% des voix, soit plus de 10 points d’avance sur les Libéraux-démocrates arrivés seconds. Le parti conservateur a été relégué en cinquième position avec à peine 9% des voix41. Le Brexit Party a donc, à son tour, provoqué une véritable onde de choc au sein de l’ordre politique britannique, dont les principales victimes ont été le UKIP et le parti conservateur. Le nouveau parti de Nigel Farage a principalement capté les voix des électeurs conservateurs mécontents, et absorbé le vote UKIP, qui a été réduit à 3,3% contre 27,5% cinq ans plus tôt aux élections européennes de 201442. Le parti a été balayé du Parlement européen, n’y renvoyant aucun député pour la première fois depuis 1999. En une seule élection, on a assisté à un complet renversement de situation, le Brexit Party privant instantanément les Conservateurs de l’espace politique qu’ils occupaient depuis le référendum. Une fois de plus, comme le UKIP avant lui, le parti de Nigel Farage est parvenu à canaliser la frustration et le mécontentement des électeurs du Leave. Même si les élections européennes sont traditionnellement des élections de second ordre, la victoire écrasante du parti a envoyé une déflagration dans le premier ordre, agissant comme une force de déstabilisation et conférant au Brexit Party un rôle disproportionné au sein de l’échiquier politique britannique – dans la mesure où c’était un nouveau venu, sans représentation ni locale, ni nationale. Cet épisode a démontré la capacité de Nigel Farage à façonner, une fois de plus, le paysage politique. À l’issue du ce scrutin, aucun doute n’était plus possible quant à la future direction du parti conservateur ; le Brexit Party a agi tel un déclencheur, ouvrant la voie à une radicalisation accrue et à un leadership ouvertement populiste, avec Boris Johnson en grand favori pour succéder à Theresa May.

  • 43 « There are forces in this country that simply don’t want Brexit delivered at all ». Johnson Boris, (...)

26À peine élu, le nouveau leader conservateur s’est empressé d’amorcer la reconquête du terrain politique et de l’électorat qui lui avaient été confisqués par le Brexit Party, en cooptant à la fois ses idées et sa rhétorique populiste. Non seulement Boris Johnson s’est engagé à mettre en œuvre le Brexit « coûte que coûte » (do or die) avant la date butoir du 31 octobre 2019, mais il a également repris le discours populiste du Brexit Party, opposant le Parlement au peuple, et présentant le parti conservateur comme la voix du peuple, qui a été trahi par la classe politique, ces « forces dans ce pays qui ne veulent tout simplement pas du Brexit »43. S’en est suivie une confrontation délibérée avec le Parlement et la Cour suprême qui a consolidé le positionnement de Boris Johnson contre l’élite politique et judiciaire. La purge de 21 Conservateurs modérés qui avaient soutenu un projet de loi visant à empêcher une sortie sans accord a marqué une étape supplémentaire et décisive vers la radicalisation du parti conservateur, sa transformation en un parti homogène en faveur d’un Brexit dur – une sorte de Brexit Party, avec pour conséquence immédiate de rendre le parti de Nigel Farage complètement redondant.

  • 44 Conservative Party, « Get Brexit Done », Conservative Manifesto for the 2019 General Election, 64 p (...)

27Le virage populiste entrepris par Boris Johnson s’est vu confirmé par la campagne pour les élections législatives qui a suivi, lors de laquelle les Conservateurs se sont posés en porte-voix du peuple britannique, promettant de « respecter la volonté démocratique du peuple » et de « mettre en œuvre le Brexit » (get Brexit done). Tel a été le message central du parti (répété à l’envi), qui a mené une campagne de droite populiste, axée sur la fermeté en matière d’immigration et de criminalité44. Il a repris à son compte la politique prônée par le UKIP sur l’immigration, à savoir une immigration choisie basée sur un système de points sur le modèle australien. Afin de rallier le soutien de l’ensemble des électeurs du Leave, conservateurs et travaillistes, ce positionnement droitier sur les questions culturelles a été conjugué avec un virage à gauche sur le plan économique – l’exact contraire de la politique menée par David Cameron. Dans un appel clair et explicite aux « laissés pour compte » (left-behind) et en rupture avec les politiques d’austérité menées depuis 2010, les Conservateurs se sont engagés à augmenter la dépense en faveur des services publics (NHS, éducation, police).

28Face à ce repositionnement du parti conservateur qu’il a lui-même contribué à accélérer, Nigel Farage s’est efforcé de résister et de continuer à faire exister son nouveau parti. D’abord en proposant un pacte électoral à Boris Johnson, que ce dernier a sèchement décliné, puis en dénonçant le nouvel accord conclu par le Premier ministre avec l’UE, qualifié de « Brino » (Brexit in name only). L’échéance électorale se rapprochant, le leader du Brexit Party a finalement cédé à la pression exercée par le parti conservateur mais aussi dans ses propres rangs : il a retiré ses candidats dans les 317 circonscriptions remportées par les Conservateurs aux élections législatives de 2017, afin d’éviter de scinder le vote Leave et risquer par là-même une victoire travailliste – et donc menacer le Brexit tout entier. Toutefois, le fait que Boris Johnson ait exclu toute prolongation de la période de transition au-delà du 31 décembre 2020 et qu’il se soit engagé à ce que le futur accord commercial avec l’UE n’implique aucun alignement politique peut être considéré comme une concession ultime visant à tendre la main à Farage et à ses sympathisants à l’approche du scrutin – un geste qui s’apparente implicitement à une contrepartie faite au Brexit Party et à son leader.

29La victoire retentissante remportée par le parti conservateur est venue valider la stratégie de Boris Johnson et a sonné du même coup le glas du Brexit Party, qui n’a recueilli que 2% des voix, tandis que le UKIP n’a obtenu que 0,1% du fait de sa dérive vers l’extrême droite. Néanmoins, le très faible score du Brexit Party lors de ces élections n’est pas représentatif de son impact réel sur le jeu politique. Dans la continuité de son prédécesseur, le Brexit Party a été un agent majeur de la restructuration de l’ordre politique britannique, à la suite de l’onde de choc qu’il a envoyée lors des élections européennes de 2019 et qui s’est répercutée sur le paysage politique en général et le parti conservateur en particulier. La victoire du parti de Nigel Farage aux élections européennes a agi comme un déclencheur décisif de la radicalisation du parti conservateur et de son virage populiste. Une fois encore, le parti de Boris Johnson a combiné une stratégie d’inclusion et d’exclusion, en écho à la campagne référendaire, avec Dominic Cummings à nouveau en stratège clé, cette fois en tant que conseiller spécial du Premier ministre. Nigel Farage a été exclu en tant qu’acteur politique, et s’est vu refuser le pacte électoral qu’il offrait aux Conservateurs. Cependant, bien qu’il ait été écarté en tant que personne, ses idées ont été une nouvelle fois accréditées lors de cette élection, marquées par la victoire de la droite populiste, sous les traits d’un parti majoritaire.

Conclusion

  • 45 Norris Pippa, « Was Farage the midwife delivering Johnson’s victory? The Brexit Party and the size (...)
  • 46 Sartori Giovanni, Parties and Party Systems: A Framework for Analysis, ECPR Press, 2005, p. 108.

30Le UKIP, puis le Brexit Party, ont donc fait preuve d’une capacité incontestable à impacter, voire à ébranler l’ordre politique britannique, et ceci même depuis une position d’outsider. Malgré leur échec récurrent à obtenir une représentation significative à Westminster, notamment s’agissant du UKIP à cause du système électoral, les deux partis ont réussi à exercer une influence disproportionnée, participant à définir les termes du débat politique national sur le Brexit, avant et après le référendum. Cet épisode illustre parfaitement la façon dont des petits partis politiques, dont la représentation nationale est entravée par le first-past-the-post, peuvent indirectement avoir de l’influence et peser sur le jeu politique, sans pourtant exercer le pouvoir. Le rôle de Nigel Farage s’est avéré déterminant à cet égard : il a réussi à changer la donne politique. Norris le qualifie de « faiseur de roi » (kingmaker45) lors de l’élection législative de 2019, rappelant le potentiel de chantage (blackmail potential) des petits partis tel que défini par Sartori46.

  • 47 Seyd Patrick, Whiteley Paul, « Conservative Grassroots: An Overview », Contemporary British Conserv (...)
  • 48 Tournier-Sol Karine, « Reworking the Eurosceptic and Conservative Traditions into a Populist Narrat (...)

31Le UKIP et le Brexit Party ont ainsi agi comme des groupes de pression sur le système politique britannique en général, et sur le parti conservateur en particulier. Ils ont contribué à la radicalisation progressive du parti conservateur de l’extérieur, à sa transformation en véritable « parti du Brexit ». Même si cette redéfinition du parti est aussi le résultat d’un processus endogène, puisqu’elle correspond à l’une des tendances idéologiques au sein de la « broad church47» conservatrice, elle a été renforcée par le UKIP et le Brexit Party. Ce n’est cependant pas surprenant, dans la mesure où cela vient corroborer la porosité qui a toujours existé entre le parti conservateur et le UKIP (avant sa dérive vers l’extrême droite), dont l’idéologie emprunte à la tradition conservatrice48. La plateforme électorale du UKIP a toujours été proche de celle de la droite du parti conservateur, ce qui a d’ailleurs longtemps cantonné le parti à l’image de simple faction dissidente du parti conservateur.

32En fait, ce n’est pas la première fois que le parti conservateur se repositionne en réaction à la concurrence sur sa droite : Margaret Thatcher l’avait déjà fait en réponse à la menace électorale du National Front à la fin des années 1970, privant ainsi l’extrême droite d’espace politique. C’est précisément cette capacité d’adaptation et de cooptation qui a permis au parti conservateur de monopoliser le territoire à droite et d’empêcher l’émergence de toute autre force politique concurrente. Boris Johnson n’a fait qu’imiter la Dame de Fer, renvoyant le UKIP et le Brexit Party aux marges du système politique britannique, et assurant ainsi l’hégémonie de son parti – et son propre destin.

Top of page

Bibliography

Alexandre-Collier Agnès, Schnapper Pauline, Usherwood Simon (dir.), « The nested games of the UK’s EU referendum: ruptures, reconfigurations and lessons for Europe », Journal of Contemporary European Studies, 29:3, 2021.

Barnard Catherine, Menon Anand, « ‘Clean Brexit’ sounds so simple, doesn’t it? Trouble is, it doesn’t exist », The Guardian, 21 mai 2019. https://www.theguardian.com/commentisfree/2019/may/21/clean-brexit-party-no-deal

Budge Ian, Farlie Dennis, « Party Competition - Selective Emphasis or Direct Confrontation? An Alternative View with Data », in Daalder Hans, Mair Peter, Western European Party Systems. Continuity & Change, Londres, Sage,1983, p. 267–305.

Conservative Party, « Get Brexit Done », Conservative Manifesto for the 2019 General Election, 64 p.

Curtice John, « A Revolt on the Right? The Social and Political Attitudes of UKIP Supporters », British Social Attitudes, 32, 2015, Natcen Social Research.

Eatwell Roger, Goodwin Matthew (dir.), The New Extremism in 21st Century Britain, Oxon, Routledge, 2010.

Evans Geoffrey, Menon Anand, Brexit and British Politics, Cambridge, Polity Press, 2017.

Evans Geoffrey, Mellon Jonathan, « Immigration, Euroscepticism and the rise and fall of UKIP », Party Politcs, 25:1, 2019, p. 76-87.

Fella Stefano, Uberoi Elise, Cracknell Richard, European Parliament Elections 2019 : Results and Analysis, House of Commons Library, Briefing Paper N° 8600, 26 juin 2019.

Ford Robert, Goodwin Matthew, Revolt on the Right: Explaining Support for the Radical Right in Britain, Oxon, Routledge, 2014.

Goodwin Matthew, Heath Oliver, « The 2016 Referendum, Brexit and the Left Behind: An Aggregate-level Analysis of the Result », The Political Quarterly, 87:3, 2016, p. 323-332.

Heppel Timothy, « Cameron and Liberal Conservatism: Attitudes within the Parliamentary Conservative Party and Conservative Ministers », The British Journal of Politics and International Relations, 15:3, 2013, p. 340-361.

House of Commons Library, « Membership of UK Political Parties », n° SN05125, 3 septembre 2018.

Jeffery Charlie, Jones Richard Wyn, Henderson Ailsa, Scully Roger, Lodge Guy, « Taking England Seriously: The New English Politics », The Future of England Survey, Centre on Constitutional Change, 2014.

Johnson Boris, « Speech at the Conservative Party Conference », 2 octobre 2019.

Kitschelt Herbert, The Radical Right in Western Europe: A Comparative Analysis, University of Michigan Press, 1995.

Lord Ashcroft, « How the United Kingdom voted on Thursday… and why », Lord Ashcroft Polls, 24 juin 2016.

Mellon Jonathan, Geoffrey, « Are Leave Voters Mainly UKIP? », British Election Study, 8 July 2016.

Mellon Jonathan, Evans Geoffrey, Fieldhouse Edward, Green Jane, Prosser Christopher, « Brexit or Corbyn? Campaign and Inter-Election Vote Switching in the 2017 UK General Election », Parliamentary Affairs, 71:4, 2018, p. 719–737.

Menon Anand, Salter John-Paul, « Brexit: initial reflections », International Affairs, 92:6, 2016, p. 1297-1318.

Mudde Cas, « The Populist Zeitgeist », Government and Opposition, 39:4, 2004, p. 541-563.

Norris Pippa, « Was Farage the midwife delivering Johnson’s victory? The Brexit Party and the size of the Conservative majority », LSE BPP, 16 décembre 2019.

Petrocik John R., « Issue Ownership in Presidential Elections, with a 1980 Case Study », American Journal of Political Science, 40:3, 1996, p. 825–850.

Reif Karlheinz, Schmitt Hermann, « Nine Second-Order National Elections: a Conceptual Framework for the Analysis of European Election Results », European Journal of Political Research, 1980, 8, p. 3-44.

Rydgren Jens, « Is Extreme Right-Wing Populism Contagious? Explaining the Emergence of a New Party Family », European Journal of Political Research, 44:3, 2005, p. 413–437.

Sartori Giovanni, Parties and Party Systems: A Framework for Analysis, ECPR Press, 2005.

Schain Martin A., « The Extreme-Right and Immigration Policy-Making: Measuring Direct and Indirect Effects », West European Politics, 29:2, 2006, p. 270-289.

Seyd Patrick, Whiteley Paul, « Conservative Grassroots: An Overview », in Ludlam Steve, Smith Martin J. (dir), Contemporary British Conservatism, Basingstoke, Macmillan, 1996, p. 63-85.

Swales Kirby, Understanding the Leave Vote, Natcen Social Research, 2016.

Taggart Paul, Populism, Buckingham, Open University Press, 2000.

Taggart Paul, Szczerbiak Aleks, « Contemporary Euroscepticism in the Party Systems of the EU Candidates States of Central and Eastern Europe », European Journal of Political Research, 43:1, 2004, p. 1–27.

Tournier-Sol Karine, « Reworking the Eurosceptic and Conservative Traditions into a Populist Narrative: UKIP's Winning Formula? », Journal of Common Market Studies, 53:1, 2015, p. 140-156.

Tournier-Sol Karine, Prendre le large : le UKIP et le choix du Brexit, Paris, Vendémiaire, 2017.

Wadsworth Jonathan et al, Brexit and Immigration in the UK, LSE, Centre for Economic Performance, 2016. https://cep.lse.ac.uk/pubs/download/brexit05.pdf

Whiteley Paul, « Nigel Farage Triumphs: Survey Reveals What Drove Voters to the Brexit Party in the European Elections », The Conversation, 27 mai 2019.

Top of page

Notes

1 Alexandre-Collier Agnès, Schnapper Pauline, Usherwood Simon (dir.), « The nested games of the UK’s EU referendum: ruptures, reconfigurations and lessons for Europe », Journal of Contemporary European Studies, 29:3, 2021.

2 Taggart Paul, Szczerbiak Aleks, « Contemporary Euroscepticism in the Party Systems of the EU Candidates States of Central and Eastern Europe», European Journal of Political Research, 43:1, 2004, p. 1–27.

3 En 1999, le UKIP entre au Parlement européen avec 3 eurodéputés (parmi lesquels Nigel Farage) ; en 2004, il remporte 12 sièges, puis 13 en 2009, et enfin 24 en 2014 lorsqu'il se hisse en tête du scrutin.

4 Alexandre-Collier Agnès, Schnapper Pauline, Usherwood Simon, « The nested games of the UK’s EU referendum: ruptures, reconfigurations and lessons for Europe », Journal of Contemporary European Studies, 29:3, 2021, p. 301-308.

5 Reif Karlheinz, Schmitt Hermann, « Nine Second-Order National Elections: a Conceptual Framework for the Analysis of European Election Results », European Journal of Political Research, 1980, 8, p. 3-44.

6 Tournier-Sol Karine, Prendre le large : le UKIP et le choix du Brexit, Paris, Vendémiaire, 2017.

7 Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République tchèque, Slovaquie et Slovénie.

8 Bulgarie and Roumanie.

9 Wadsworth Jonathan et al, Brexit and Immigration in the UK, LSE, Centre for Economic Performance, 2016. https://cep.lse.ac.uk/pubs/download/brexit05.pdf

10 Evans Geoffrey, Mellon Jonathan, « Immigration, Euroscepticism and the rise and fall of UKIP », Party Politcs, 25:1, 2019, p. 76-87.

11 Rydgren Jens, « Is Extreme Right-Wing Populism Contagious? Explaining the Emergence of a New Party Family», European Journal of Political Research, 44:3, 2005, p. 413–437.

12 Tournier-Sol Karine, « Reworking the Eurosceptic and Conservative Traditions into a Populist Narrative: UKIP's Winning Formula? », Journal of Common Market Studies, 53:1, 2015, p. 140-156.

13 Expression récurrente dans le discours de Nigel Farage et du UKIP, reprise également sur des affiches, depuis 2014. Voir par exemple : BBC NEWS, « EU Debate : Nigel Farage issues call to 'join people's army' », 2 avril 2014. https://www.bbc.com/news/av/uk-politics-26857594

14 Kitschelt Herbert, The Radical Right in Western Europe: A Comparative Analysis, University of Michigan Press, 1995.

15 Evans Geoffrey, Menon Anand, Brexit and British Politics, Cambridge, Polity Press, 2017.

16 Schain Martin A., « The Extreme-Right and Immigration Policy-Making: Measuring Direct and Indirect Effects », West European Politics, 29:2, 2006, p. 271. Menon, Anand, Salter, John-Paul, “Brexit: initial reflections”, International Affairs, 92:6, 2016, p. 1305.

17 Telegraph, 23 janvier 2013.

18 Heppel Timothy, « Cameron and Liberal Conservatism: Attitudes within the Parliamentary Conservative Party and Conservative Ministers », The British Journal of Politics and International Relations, 15:3, 2013, p. 347.

19 Mudde Cas, « The Populist Zeitgeist », Government and Opposition, 39:4, 2004, p. 563.

20 Ford Robert, The Guardian, 4 octobre 2015.

21 Dominic Cummings blog, https://dominiccummings.com/2017/01/09/on-the-referendum-21-branching-histories-of-the-2016-referendum-and-the-frogs-before-the-storm-2/

22 Mellon Jonathan, Evans Geoffrey, « Are Leave Voters Mainly UKIP? », British Election Study, 8 July 2016. Cette étude élargit le cadre des sympathisants UKIP aux « curieux » (UKIP curious), et conclut que deux tiers des électeurs qui ont voté pour sortir de l’Union européenne avaient déjà au moins envisagé de voter pour le UKIP lors de précédentes élections, soit une majorité très nette (67,1 %).

23 Lord Ashcroft, « How the United Kingdom voted on Thursday… and why », Lord Ashcroft Polls, 24 juin 2016.

24 Goodwin Matthew, Heath Oliver, « The 2016 Referendum, Brexit and the Left Behind: An Aggregate-level Analysis of the Result », The Political Quarterly, 87:3, 2016, p. 323-332.

25 Ford Robert, Goodwin Matthew, Revolt on the Right: Explaining Support for the Radical Right in Britain, Oxon, Routledge, 2014.

26 Swales Kirby, Understanding the Leave Vote, Natcen Social Research, 2016.

27 Les deux autres sont les « eurosceptiques aisés » (affluent Eurosceptics) qui sont plus conservateurs et plutôt issus de la classe moyenne, et les « ouvriers plus âgés » (older working-classes), socialement différents des « laissés pour compte » et plus conservateurs.

28 Ibid.

29 Evans Geoffrey, Menon Anand, Brexit and British Politics, Cambridge, Polity Press, 2017.

30 Curtice John, « A Revolt on the Right? The Social and Political Attitudes of UKIP Supporters », British Social Attitudes, 32, 2015, Natcen Social Research; Jeffery Charlie, Jones Richard Wyn, Henderson Ailsa, Scully Roger, Lodge Guy, « Taking England Seriously: The New English Politics », The Future of England Survey, Centre on Constitutional Change, 2014.

31 « I now feel that I have done my bit, that I couldn’t possibly achieve more (…). During the referendum I said I wanted my country back … now I want my life back ». BBC NEWS, « UKIP leader Nigel Farage stands down », 4 juillet 2016.

32 Le parti avait un seul député à l’époque, Douglas Carswell, un ancien député conservateur, qui a quitté le UKIP en mars 2017 pour siéger en tant qu’indépendant à la Chambre des Communes.

33 47% au début de la campagne électorale de 2017. Mellon Jonathan, Evans Geoffrey, Fieldhouse Edward, Green Jane, Prosser Christopher, « Brexit or Corbyn? Campaign and Inter-Election Vote Switching in the 2017 UK General Election », Parliamentary Affairs, 71:4, 2018, p. 719–737.

34 House of Commons Library, « Membership of UK Political Parties », n° SN05125, 3 septembre 2018.

35 « Patriotic Europeans Against the Islamisation of the Occident ».  

36 Eatwell Roger, Goodwin Matthew (dir.), The New Extremism in 21st Century Britain, Oxon, Routledge, 2010.

37 Telegraph, 4 décembre 2018.

38 Taggart Paul, Populism, Buckingham, Open University Press, 2000.

39 Budge Ian, Farlie Dennis, « Party Competition - Selective Emphasis or Direct Confrontation? An Alternative View with Data », in Daadler Hans, Mair Peter, Western European Party Systems. Continuity & Change, Londres, Sage,1983, p. 267–305 ; Petrocik John R., « Issue Ownership in Presidential Elections, with a 1980 Case Study », American Journal of Political Science, 40:3, 1996, p. 825–850.

40 Barnard Catherine, Menon Anand, « ‘Clean Brexit’ sounds so simple, doesn’t it? Trouble is, it doesn’t exist ». The Guardian, 21 mai 2019. https://www.theguardian.com/commentisfree/2019/may/21/clean-brexit-party-no-deal

41 Fella Stefano, Uberoi Elise, Cracknell Richard, European Parliament Elections 2019 : Results and Analysis, House of Commons Library, Briefing Paper N° 8600, 26 juin 2019.

42 Whiteley Paul, « Nigel Farage Triumphs: Survey Reveals What Drove Voters to the Brexit Party in the European Elections », The Conversation, 27 mai 2019.

43 « There are forces in this country that simply don’t want Brexit delivered at all ». Johnson Boris, « Speech at the Conservative Party Conference », 2 octobre 2019.

44 Conservative Party, « Get Brexit Done », Conservative Manifesto for the 2019 General Election, 64 p.

45 Norris Pippa, « Was Farage the midwife delivering Johnson’s victory? The Brexit Party and the size of the Conservative majority », LSE BPP, 16 décembre 2019.

46 Sartori Giovanni, Parties and Party Systems: A Framework for Analysis, ECPR Press, 2005, p. 108.

47 Seyd Patrick, Whiteley Paul, « Conservative Grassroots: An Overview », Contemporary British Conservatism, edited by S. Ludlam and M. J. Smith, Macmillan, 1996, p. 85.

48 Tournier-Sol Karine, « Reworking the Eurosceptic and Conservative Traditions into a Populist Narrative: UKIP’s Winning Formula? », Journal of Common Market Studies, 53:1, 2015, p. 140–156.

Top of page

References

Electronic reference

Karine Tournier-Sol, “L’impact du UKIP et du Brexit Party sur l’échiquier politique britannique ”Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXVII-2 | 2022, Online since 15 June 2022, connection on 06 October 2022. URL: http://journals.openedition.org/rfcb/9498; DOI: https://doi.org/10.4000/rfcb.9498

Top of page

About the author

Karine Tournier-Sol

Laboratoire Babel EA 2649
Université de Toulon

Karine Tournier-Sol est Maître de conférences-HDR en civilisation britannique à l’Université de Toulon. Ses travaux de recherche portent sur les relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne et sur le populisme. Parmi ses publications récentes : The Faces of Contemporary Populism in Western Europe and the US, Palgrave Macmillan, 2021 (dir. en collaboration avec Marie Gayte) ; Prendre le large : le UKIP et le choix du Brexit, Vendémiaire, 2017.

By this author

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Top of page
  • Logo Crecib
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search