Navigation – Plan du site

AccueilNuméros215Dossier« Faire participer les jeunes ». ...

Dossier

« Faire participer les jeunes ». La contribution de l’éducation populaire à la socialisation militante juvénile

“Engaging young people”. The contribution of popular education to the militant socialisation of youth
Nicolas Brusadelli
p. 45-56

Résumés

Cet article analyse les formes de socialisation militante qui se réalisent au sein des dispositifs de participation juvénile, promus et animés par les principales organisations d’éducation populaire. Il se propose, à partir d’une enquête ethnographique, de recenser les catégories de perception, de jugement et d’action qui y circulent, mais aussi de montrer par quelles pratiques concrètes et sur la base de quelle offre symbolique – à la fois identitaire et morale – on y promeut « la cause des jeunes ». Ce faisant, l’article donne à voir le type d’engagement qui est façonné et érigé en modèle à travers ces dispositifs, à la fois par les organisations d’éducation populaire et par les pouvoirs publics. Il permet alors d’interroger l’ambiguïté des processus de socialisation politique quand ils se déroulent aux frontières de l’État.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Le « vivre-ensemble », une éducation morale
Réconcilier la république et sa jeunesse
Ce que s’engager veut dire
Aux frontières du politique
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

L’espace de l’éducation populaire, entendu comme un « univers de pratique et de sens relativement autonome » (Mathieu, 2007), s’est constitué autour d’enjeux « métapolitiques », dans la mesure où ils portaient sur les conditions mêmes de l’existence du champ politique républicain. Il s’agissait plus précisément, pour les principales organisations se réclamant de cette notion, ancrées dans la bourgeoisie progressiste du xixe siècle, de résoudre la question sociale par la voie socio-éducative et sur le terrain des apprentissages « citoyens ». Au sein des associations laïques comme dans les « cercles d’études » catholiques, l’acquisition de compétences militantes (prendre la parole, argumenter, etc.) s’articulait alors à une certaine éducation morale, destinée à combattre « la haine » et « l’égoïsme » mais aussi à lutter contre les « préjugés de classe » (Laot, 2005).

Cette ambition socio-éducative, qui s’est focalisée peu à peu sur les jeunes générations, n’a pas disparu au...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Brusadelli, « « Faire participer les jeunes ». La contribution de l’éducation populaire à la socialisation militante juvénile »Revue française de pédagogie, 215 | 2022, 45-56.

Référence électronique

Nicolas Brusadelli, « « Faire participer les jeunes ». La contribution de l’éducation populaire à la socialisation militante juvénile »Revue française de pédagogie [En ligne], 215 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2026, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/rfp/11718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfp.11718

Haut de page

Auteur

Nicolas Brusadelli

Université de Picardie Jules Verne, CURAPP-ESS, UMR CNRS 7319

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search