Navigation – Plan du site

AccueilNuméros215DossierDes résidences pour former des « ...

Dossier

Des résidences pour former des « citoyennes du monde » : le Foyer international des étudiantes et le club international Reid Hall à Paris (1906-1964)

Training women to be “citizens of the world” in the Parisian Foyer international des étudiantes and Reid Hall (1906-1964)
Marie-Elise Hunyadi
p. 57-69

Résumés

Cet article s’intéresse à l’usage de deux résidences parisiennes pour étudiantes, le Foyer international des étudiantes et Reid Hall, prises comme des instances de formation à la « compréhension internationale ». Il met en regard la création et le développement des deux foyers avec les engagements associatifs des fondatrices, qui s’insèrent dans les réseaux internationaux féminins, pacifistes et éducatifs de la première moitié du xxe siècle. L’analyse de l’imbrication des réseaux associatifs permet d’éclairer les projets d’éducation interculturelle qui sont mis en place dans les résidences, et qui entendent former de futures militantes pacifistes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Deux résidences parisiennes au croisement des mouvements internationaux féminins, éducatifs et pacifistes
De l’accueil des étudiantes états-uniennes et britanniques à l’internationalisation du public des foyers
Des ancrages associatifs s’intégrant dans des réseaux internationaux pluriels
Libérer l’esprit des contraintes matérielles, favoriser les échanges interculturels : le double projet des fondatrices
Apporter un confort matériel, entre soutien aux études supérieures et diplomatie universitaire
Former des ambassadrices de la compréhension internationale
Une formation au pacifisme et à la compréhension internationale entre éducation formelle et informelle
Conclusion

Aperçu du début du texte

Alors que les femmes obtiennent le droit de fréquenter les universités françaises et d’y passer des diplômes dans les années 1860, il faut attendre les premières décennies du xxe siècle pour que le processus de féminisation du public universitaire ne s’enclenche réellement. À Paris, les étudiantes restent une poignée en 1900, puisqu’elles ne représentent que 3 % des effectifs d’étudiants. Cette proportion, qui comprend par ailleurs un grand nombre d’étrangères (Tikhonov-Sigrist, 2010 ; Moulinier, 2012), augmente ensuite à un rythme plus rapide, le nombre d’étudiantes atteignant 12 % du total des étudiants à la veille de la Grande Guerre, et de l’ordre de 30 % juste avant la seconde guerre mondiale (Charrier, 1931 ; Christen-Lécuyer, 2000). L’arrivée des femmes dans ce monde masculin suscite au départ de vifs débats, les études universitaires semblant pour beaucoup de contemporains incompatibles avec la nature féminine. Aux discussions portant sur les capacités intellectuelles des fe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Elise Hunyadi, « Des résidences pour former des « citoyennes du monde » : le Foyer international des étudiantes et le club international Reid Hall à Paris (1906-1964) »Revue française de pédagogie, 215 | 2022, 57-69.

Référence électronique

Marie-Elise Hunyadi, « Des résidences pour former des « citoyennes du monde » : le Foyer international des étudiantes et le club international Reid Hall à Paris (1906-1964) »Revue française de pédagogie [En ligne], 215 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2026, consulté le 03 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/rfp/11748 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfp.11748

Haut de page

Auteur

Marie-Elise Hunyadi

Université catholique de l’Ouest, LIRFE

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search