Navigation – Plan du site

AccueilNuméros215VariaFace à la « professionnalisation ...

Varia

Face à la « professionnalisation ségrégative ». Les tactiques des apprentis de l’enseignement supérieur

Facing the “segregation of professionalisation”. Tactics of apprentices in higher education
Stéphanie Mignot-Gérard, Constance Perrin-Joly, François Sarfati et Nadège Vezinat
p. 109-122

Résumés

Le fort développement des formations en apprentissage dans le supérieur en France est conçu par les pouvoirs publics comme l’instrument privilégié de la lutte contre le chômage des jeunes. Des études en sciences sociales ont cependant nuancé ce postulat en mettant en évidence la sélection à l’entrée des filières en apprentissage, mais aussi le rendement différencié de ces dernières suivant les secteurs d’emploi. Mais que se passe-t-il dans des formations universitaires d’une même spécialité ayant un recrutement académique et social diversifié ? La présente étude porte sur des étudiants apprentis dans deux masters « finance » d’un Institut d’administration des entreprises (IAE). L’enquête montre que ces masters en apprentissage répondent à la demande de professionnalisation d’étudiants « petits-moyens », qui vont néanmoins découvrir la segmentation des emplois proposés pour le même diplôme. S’opère alors une « ségrégation professionnalisante » : tandis que les mieux dotés socialement vont user de tactiques pour trouver un travail conforme à leur formation et à leurs aspirations, ceux d’origine plus modeste privilégient l’entrée dans l’emploi stable.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Introduction
L’apprentissage dans une école de « l’excellence moyenne », instrument de professionnalisation des « petits-moyens »
Une professionnalisation inscrite dans l’« ADN » des IAE
La demande d’apprentissage d’étudiants « petits-moyens »
Une évidence qui se fissure au seuil de l’emploi
Une imparfaite adéquation : la segmentation dans l’emploi
Face à l’inadéquation formation-travail, des tactiques menées par les étudiants
L’accès au « bon » métier reste indexé sur des ressources sociales
L’accès au « bon » contrat d’apprentissage : l’interaction des facteurs de race, de genre et de classe
Des aspirations différenciées suivant le milieu social d’origine
Des destins professionnels contrastés
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Héritière d’une logique adéquationniste ancienne (Charles, 2014), la « professionnalisation » des études universitaires n’est pas une idée neuve en France. La création du diplôme universitaire de technologie (DUT) en 1966, puis du diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en 1978 ou celle de la licence professionnelle en 1999 ont jalonné l’histoire du rapprochement de l’enseignement supérieur et du monde du travail. L’« inflation professionnalisante » (Erlich & Verley, 2010) est pensée comme un moyen de favoriser l’employabilité des sortants du supérieur à la suite du processus de Bologne en 1999. Rendu possible en 1987 par la loi Seguin, l’apprentissage dans l’enseignement supérieur constitue pour les pouvoirs publics l’un des piliers de cette professionnalisation (Cahuc, Ferracci, Tirole et al., 2014). Il y occupe une place d’autant plus importante qu’il est en très forte croissance depuis les mesures politiques adoptées à la suite de la crise du Covid-19. En 20...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Mignot-Gérard, Constance Perrin-Joly, François Sarfati et Nadège Vezinat, « Face à la « professionnalisation ségrégative ». Les tactiques des apprentis de l’enseignement supérieur »Revue française de pédagogie, 215 | 2022, 109-122.

Référence électronique

Stéphanie Mignot-Gérard, Constance Perrin-Joly, François Sarfati et Nadège Vezinat, « Face à la « professionnalisation ségrégative ». Les tactiques des apprentis de l’enseignement supérieur »Revue française de pédagogie [En ligne], 215 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2026, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/rfp/11853 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfp.11853

Haut de page

Auteurs

Stéphanie Mignot-Gérard

Université Paris-Est-Créteil, IRG (EA 2354)

Constance Perrin-Joly

Université Sorbonne Paris-Nord, Iris

François Sarfati

Université d’Évry-Paris Saclay, Centre Pierre Naville et Centre d’Études de l’Emploi et du Travail

Nadège Vezinat

Université Paris 8, CRESPPA, Équipe Genre, Travail et Mobilités (UMR 7217)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search