Navigation – Plan du site

AccueilNuméros217DossierLe premier âge de la domination. ...

Dossier

Le premier âge de la domination. Des définitions de la petite enfance aux pratiques enfantines

The first age of domination. From the definitions of early childhood to children’s practices
Wilfried Lignier
p. 17-28

Résumés

Plusieurs logiques sociales tendent à rendre précocement dominants certains enfants par rapport à d’autres. Comme permet de le montrer l’observation d’enfants de 2-3 ans au sein d’une crèche française, il s’agit d’une part de logiques structurales : les écarts variables entre les définitions de la petite enfance des familles et la définition de l’enfance dans les lieux d’accueil placent d’emblée les divers enfants dans des positions inégalement avantageuses. Mais il s’agit aussi, d’autre part, de logiques pratiques, portées par les enfants eux-mêmes. Dès 2-3 ans, il est possible d’observer de jeunes enfants qui exercent des formes de domination : ainsi lorsqu’ils rendent distinctifs leurs avantages sociaux objectifs, lorsqu’ils assument de faire la police de leurs pairs en leur rappelant les règles locales, ou encore lorsqu’ils privatisent stratégiquement ces règles.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2027.
Consulter cet article

Plan

Définition dominante de la petite enfance et structuration de la situation
Un lieu plus ou moins proche socialement
La marginalisation des définitions alternatives de la petite enfance
Se montrer dominant : ajustements pratiques et distinctions émergentes
Enfants qui réussissent, enfants qui échouent
Des différences sociales d’ajustement aux formes émergentes de distinction
Dominer activement les autres : police des pairs et privatisation des règles
La police des pairs, ou comment se mettre du côté de l’ordre
La privatisation des règles, ou comment mettre l’ordre de son côté
Conclusion

Aperçu du texte

La monopolisation de plus en plus poussée du savoir sur l’enfance par la psychologie expérimentale et les neurosciences pose, entre autres problèmes, une difficulté qu’on pourrait qualifier de morale – puisqu’elle ne relève pas de tendances épistémologiques, théoriques ou méthodologiques, mais plutôt d’une sorte d’éthique et d’esthétique de l’enfance, ancrée dans l’esprit des chercheurs en deçà de leurs choix scientifiques. Cette difficulté est la suivante : les sciences aujourd’hui dominantes de l’enfance sont empreintes d’un irénisme de principe, qui favorise presque toujours des représentations enchantées du jeune âge, et minimise symétriquement les « mauvais » côtés de l’enfance – c’est-à-dire les conflits, les dissimulations, les jeux de pouvoir dont les enfants sont à la fois les objets et les sujets, dans la vie sociale réelle. Quoi qu’on en pense, la marginalisation de la psychanalyse au sein de la discipline psychologique (Plas, 2011 ; Schechter, 2014) n’a pas arrangé les c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wilfried Lignier, « Le premier âge de la domination. Des définitions de la petite enfance aux pratiques enfantines »Revue française de pédagogie, 217 | 2022, 17-28.

Référence électronique

Wilfried Lignier, « Le premier âge de la domination. Des définitions de la petite enfance aux pratiques enfantines »Revue française de pédagogie [En ligne], 217 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2027, consulté le 11 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rfp/12304 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfp.12304

Haut de page

Auteur

Wilfried Lignier

Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search