Navigation – Plan du site
Dossier

Les bacheliers professionnels face à Admission Post-Bac (APB) : « logique commune » versus « logique formelle » de l’orientation

Vocational baccalaureate holders facing Admission Post-Bac (APB): "public logic" versus "formal logic" of orientation
Claire Lemêtre et Sophie Orange
p. 49-60

Résumés

L’article montre que les difficultés d’usage des applications de gestion des affectations dans l’enseignement supérieur (APB hier, aujourd’hui Parcoursup), éprouvées par les élèves de terminale professionnelle et, plus largement, par les élèves des classes populaires, tiennent à un décalage entre deux façons de voir et de dire l’avenir scolaire et professionnel, chacune reposant sur une logique propre. L’application APB, loin de constituer un support neutre et transparent des choix des élèves, impose un langage singulier de ces choix (ce que nous avons appelé la « logique formelle » de l’orientation, en nous inspirant de Basil Bernstein) qui va favoriser ceux qui parlent la même langue (les bacheliers d’origine supérieure principalement) et qui va tenir à distance voire disqualifier les pratiques et les représentations de ceux qui arborent une autre logique, que nous avons appelée la « logique commune » de l’orientation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
La « logique formelle » d’APB
Un système restreint
L’« expérience directe » de la poursuite d’études
Mobilisation collective et conformisme scolaire
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Les bacheliers professionnels, « tard-venus » à la poursuite d’études et principalement issus des classes populaires (Palheta, 2012), disposent de peu de ressources scolaires et sociales pour appréhender le fonctionnement de l’enseignement supérieur comme de l’outil Admission Post-Bac (APB) qui régissait jusqu’à récemment son accès. En effet, leurs parents n’ont le plus souvent pas effectué d’études supérieures et les dispositifs d’aide à l’orientation ne s’adressent encore que peu à ces « nouveaux étudiants » (Erlich, 1998) en puissance.

Les témoignages ne manquent pas des problèmes rencontrés par un certain nombre d’élèves à se saisir de l’outil APB pour exprimer leurs vœux : embarras pour s’y retrouver parmi l’offre pléthorique de formations ou encore incapacité à ordonner de façon pertinente leurs candidatures (Truong, 2013). Ces maladresses ont pu être interprétées comme le résultat d’un manque d’informations à propos des filières possibles (Pistolesi, 2015) ou d’une...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Lemêtre et Sophie Orange, « Les bacheliers professionnels face à Admission Post-Bac (APB) : « logique commune » versus « logique formelle » de l’orientation », Revue française de pédagogie, 198 | 2017, 49-60.

Référence électronique

Claire Lemêtre et Sophie Orange, « Les bacheliers professionnels face à Admission Post-Bac (APB) : « logique commune » versus « logique formelle » de l’orientation », Revue française de pédagogie [En ligne], 198 | 2017, mis en ligne le 31 mars 2020, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rfp/5264 ; DOI : 10.4000/rfp.5264

Haut de page

Auteurs

Claire Lemêtre

Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis, CIRCEFT-ESCOL

Articles du même auteur

Sophie Orange

Université de Nantes, CENS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals