Navigation – Plan du site
Dossier

La Société des professeurs d’histoire et de géographie (SPHG) et ses membres (1910-1939) : acteurs et disciplines scolaires

The History and Geography Teachers Society and its Members (1910-1939): Actors and School Subjects
Kévin Dubos
p. 39-57

Résumés

Apparues pour la plupart au début du xx e siècle, les sociétés de spécialistes en général et plus particulièrement la Société des professeurs d’histoire et de géographie (SPHG) ont souvent été perçues comme des groupements corporatistes conservateurs et, à ce titre, rendues responsables de la difficulté à réformer les disciplines scolaires qu’elles entendaient défendre. L’objectif de cet article est de nuancer ce point de vue pour le cas de l’histoire-géographie dans l’entre-deux-guerres en analysant le mode de fonctionnement de cette association et en la replaçant dans son contexte institutionnel afin de cerner les limites de son influence effective, tant sur le destin de la discipline scolaire historico-géographique que sur ses représentants sur le terrain, à savoir les professeurs.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Anatomie d’un groupement professionnel
Des adhérents nombreux, mais faiblement impliqués
Une minorité agissante d’agrégé(e)s parisien(ne)s
La Société dans le paysage de l’Instruction publique
La caisse de résonance d’une identité professionnelle
Professeurs ou historiens ?
À la charnière des humanités classiques et des humanités modernes
Les autres hussards noirs de la République
La SPHG, le consensus au risque de l’immobilisme
Face aux réformes de structure, une élite condamnée au silence ?
Méthodes et contenus : le choix du plus petit dénominateur commun
La défense du statut des disciplines : un combat mené en pure perte ?
La « collaboration déférente » et ses limites
Conclusion

Aperçu du début du texte

Au milieu des années 1970, alors que l’enseignement du second degré est en plein bouleversement et que des résistances aux réformes scolaires se font sentir, Suzanne Citron (1974) écrit le premier travail de recherche sur la genèse et les débuts de la Société des professeurs d’histoire et de géographie (SPHG) alors déjà vieille de plus soixante ans. Elle y conclut que cette association, comme sans doute certaines de ses homologues d’autres disciplines, a renforcé « l’immobilisme scolaire » (Citron, 1974, p. 247) encore actif au moment où elle écrit, notamment en rigidifiant le découpage disciplinaire du secondaire par sa forme même d’association de spécialistes d’histoire et de géographie. L’analyse du contexte spécifique de naissance de cette société tend, à première vue, à confirmer la thèse de S. Citron.

En effet, au début du xx e siècle, la quasi-totalité des disciplines de l’enseignement secondaire voit naître des associations professionnelles regroupant les ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kévin Dubos, « La Société des professeurs d’histoire et de géographie (SPHG) et ses membres (1910-1939) : acteurs et disciplines scolaires », Revue française de pédagogie, 199 | 2017, 39-57.

Référence électronique

Kévin Dubos, « La Société des professeurs d’histoire et de géographie (SPHG) et ses membres (1910-1939) : acteurs et disciplines scolaires », Revue française de pédagogie [En ligne], 199 | avril-mai-juin 2017, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfp/6037 ; DOI : 10.4000/rfp.6037

Haut de page

Auteur

Kévin Dubos

Université de Picardie-Jules-Verne, Centre amiénois de recherches en éducation et formation (CAREF)

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals