Navigation – Plan du site
Notes critiques

PAYET Jean-Paul. École et familles. Une approche sociologique

Bruxelles : De Boeck, 2017, 133 p.
Jessica Pothet
p. 147-148
Référence(s) :

PAYET Jean-Paul. École et familles. Une approche sociologique. Bruxelles : De Boeck, 2017, 133 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage de synthèse, à visées pédagogiques, Jean-Paul Payet se saisit de la question des relations entre l’École et les familles, aujourd’hui marquées par une « injonction à la participation », à même de produire de nouvelles inégalités scolaires.

2Si la thématique, large, offre à débattre, un pari réussi de cet ouvrage tient dans le fait de circonscrire le propos, en ne s’appuyant d’une part que sur une littérature scientifique d’obédience sociologique, proprement portée sur les cadres de ces relations, d’autre part en proposant dans un second temps une approche ethnographique tournée vers des perspectives empiriques de compréhension, voire d’action. L’ouvrage évite ainsi l’écueil de la dénonciation pour, au contraire, mettre l’accent sur l’acuité des recherches qualitatives, seules à même de décrire les pratiques ordinaires des acteurs concernés.

3Dès le premier chapitre, l’auteur dresse une sociogenèse des relations école-familles, pour ensuite développer dans le chapitre suivant les enjeux contemporains que captent ces relations, les indexant soigneusement aux évolutions que connaît la société dans son ensemble, et de façon plus spécifique à celles qui caractérisent les formes de la vie familiale. À travers cette mise en perspective, J.-P. Payet insiste sur la singularité des situations familiales et des contextes scolaires, tout en les articulant au cadre plus large des transformations de l’enjeu scolaire contemporain.

4L’enfant institue aujourd’hui ces relations notamment au regard de la nature de son expérience scolaire, et la difficulté scolaire constitue une épreuve instituante de la relation pouvant d’ailleurs aller jusqu’à enfermer celle-ci dans un régime de problème. On retrouve là le « go-between » mis en lumière par P. Perrenoud (1994), l’enfant pondérant la relation entre ces deux institutions.

5Mais le regard sociologique ne s’arrête pas à ce que produit la difficulté scolaire, pour également considérer les difficultés à agir, et les dilemmes de l’ensemble des acteurs concernés, au premier rang desquels se situent les enseignants, eux-mêmes enjoints à recomposer leur activité au gré d’un mouvement d’individualisation, d’un impératif de collaboration, et d’une injonction à la professionnalisation, voire à la technicisation.

6Le chapitre 3 examine les dimensions opérantes dans la fabrique du « malentendu » entre l’école et les familles. Ce chapitre insiste sur la nécessaire mise en cohérence des interventions de l’école et de celles des parents – notamment pour les professionnels de l’école qui liront cet ouvrage –, sans laquelle l’école, à l’image de la société, ne peut qu’échouer à assurer une égalité des chances. La question des pratiques éducatives familiales y est posée en toile de fond ; leur éventail est large entre celles répondant d’un modèle éducatif de type « individualiste-participatif non genré », lieu de connivence entre les parents « bobo » et les enseignants, et une conception de l’éducation d’un type plus « vertical et directif », plus attribuable aux parents de milieux populaires. L’auteur repère au sein de cette diversité éducative un « chemin étroit » favorisant la réussite scolaire, mais se garde une fois de plus de définir un cadre général tant les situations familiales sont complexes et singulières. Par exemple, la recherche de proximité entre l’école et les familles peut aboutir à des stratégies de surscolarisation des enfants, les familles populaires devenant alors « colonisées » par l’institution scolaire, en ce sens qu’elles perdent leur pouvoir d’agir en dehors des enjeux scolaires. Du côté des quartiers favorisés, la métaphore se poursuit avec cette fois une institution « colonisée » par les parents. Ces réalités contemporaines gagnent à être étudiées, tant elles contribuent à remodeler l’activité enseignante : domestication, exposition et évaluation du travail enseignant, mais participent par ailleurs à instrumentaliser plus globalement le fonctionnement de l’institution. L’ouvrage pointe en ce sens de façon efficace comment les avantages des uns fabriquent le désavantage des autres.

7Dans le chapitre 5, J.-P. Payet soulève sans doute un enjeu essentiel de l’ouvrage, mais tout aussi déterminant de la question contemporaine des relations école-familles : la fabrique des inégalités de participation. Si l’action publique s’adapte aux situations individuelles et crée de nouveaux droits en termes de participation des usagers, elle les assortit par ailleurs d’une obligation de collaboration. Ce chapitre propose ainsi une solide réflexion sur ce qu’engendre le processus de responsabilisation appliqué de façon concomitante aux usagers et aux agents de l’école.

8Les deux derniers chapitres font enfin apparaître des logiques et des pratiques divergentes entre « travail sur autrui » et « travail pour autrui », catégorisations empruntées aux travaux de D. Laforgue (2009). Le premier pointe les épreuves et les écueils d’une action qui consisterait à « agir sur les parents » tandis que le second s’attache, à travers deux recherches-actions fidèlement décrites, à la question des modalités concrètes d’une collaboration paritaire avec les familles, sans pour autant ériger les résultats de ces travaux en guides de « bonnes pratiques ». Le lecteur s’y verra proposer des principes d’action, des pistes de réflexion. Est d’ailleurs introduite à la fin de l’ouvrage la question ouverte d’une éventuelle redéfinition du travail enseignant, et de son glissement vers le travail social, lorsque celui-ci s’incarne dans des contextes d’éducation prioritaire. Nul doute que la question interpellera les futurs enseignants en formation, tout autant qu’elle offre des pistes de recherche fécondes.

9Cet ouvrage actualise le jeu des différences de milieux sociaux dans lesquelles prend place l’école, et dans lequel elle construit sa relation aux familles, tout en objectivant les risques contemporains qui la menacent. Le ton critique de la conclusion n’hésite pas à décrire une école française et républicaine « rongée par les deux bouts » : une privatisation souterraine et une sous-traitance des élèves en difficulté, reflet du peu d’écho que génère, auprès des gouvernants, l’accroissement sans précédent des inégalités sociales.

Haut de page

Bibliographie

LAFORGUE D. (2009). « Pour une sociologie des institutions publiques contemporaines : pluralité, hybridation et fragmentation du travail institutionnel ». Socio-logos, no 4.

PERRENOUD P. (1994). « Le go-between : entre sa famille et l’école, l’enfant messager et message ». In C. Montandon & P. Perrenoud, Entre parents et enseignants un dialogue impossible ? Berne : Peter Lang, p. 49-87.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jessica Pothet, « PAYET Jean-Paul. École et familles. Une approche sociologique », Revue française de pédagogie, 199 | 2017, 147-148.

Référence électronique

Jessica Pothet, « PAYET Jean-Paul. École et familles. Une approche sociologique », Revue française de pédagogie [En ligne], 199 | avril-mai-juin 2017, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 15 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfp/6733

Haut de page

Auteur

Jessica Pothet

Université de Lorraine, laboratoire 2L2S

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals