Navigation – Plan du site
La recherche en éducation en contexte non académique

Objets et pratiques de l’évaluation scolaire

Purposes and practices of school assessment
Dominique Raulin
p. 69-79

Résumés

Dans les 40 dernières années, la massification de l’enseignement scolaire en France a eu pour conséquence l’émergence de la difficulté et de l’échec scolaires en tant que problèmes publics. Face à cette nouveauté apparente, les responsables politiques se sont emparés de thématiques ou de résultats de recherche encore largement débattus : l’évaluation formative (1978), l’approche par compétences dans les contenus d’enseignement (2006) et l’évaluation des acquis des élèves (2010). Ils ont également perpétué l’usage de la « notation chiffrée à la française », alors que la docimologie en a montré depuis longtemps les limites. À travers ces trois exemples, cet article vise à explorer les rapports entre recherche et politique, et leurs effets mutuels.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Comment les décideurs institutionnels ont-ils détourné l’évaluation formative de ses objectifs initiaux ?
Contexte socio-éducatif
La récupération de l’évaluation formative par les politiques
Conclusion
La notation chiffrée des travaux écrits des élèves : un outil imparfait dont l’usage est perpétué par les politiques
Une histoire ancienne
Objectivité versus subjectivité de l’évaluation
La notation chiffrée : un mauvais outil
Le maintien de la note dans le système français : un choix politique
Conclusion
L’évaluation des compétences : possible ou infaisable ? Les politiques ont choisi
Les compétences dans les contenus d’enseignement (en France)
L’introduction des compétences dans les contenus d’enseignement ne fait pas l’unanimité parmi les chercheurs
Conclusion
Conclusion, débats, perspectives

Aperçu du début du texte

Introduction

L’évaluation des acquis des élèves occupe une place importante dans le travail des professeurs de l’enseignement scolaire : que l’on considère le temps qu’ils y passent, par exemple pour corriger les copies de leurs élèves, ou bien les conséquences que leurs pratiques évaluatives peuvent avoir sur l’avenir scolaire et peut-être social de ceux-ci.

Une étude diachronique de l’évaluation depuis les travaux de Piéron (1934) sur la correction des copies d’examen jusqu’à l’introduction d’un livret de compétences (2010) pour assurer le suivi des élèves sur les 9 années de la scolarité obligatoire montre que, sous l’impulsion de la recherche, des méthodes et des objectifs relatifs à l’évaluation ont changé, comme dans les pratiques de l’évaluation formative ; que d’autres sont restés immuables en dépit de leurs limites que la recherche a permis de déceler, comme la notation des travaux écrits des élèves ; ou encore que des décisions ont été prises en dépit des désaccords entre ch...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Raulin, « Objets et pratiques de l’évaluation scolaire », Revue française de pédagogie, 200 | 2017, 69-79.

Référence électronique

Dominique Raulin, « Objets et pratiques de l’évaluation scolaire », Revue française de pédagogie [En ligne], 200 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfp/7021 ; DOI : 10.4000/rfp.7021

Haut de page

Auteur

Dominique Raulin

Université Paris-Descartes, laboratoire EDA, ancien secrétaire général du Conseil national des programmes (CNP)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals