Navigation – Plan du site

AccueilNuméros200VariaLes effets de l’intégration socia...

Varia

Les effets de l’intégration sociale étudiante sur la réussite universitaire en 1er cycle sont-ils significatifs ?

Does student social integration have significant effects on achievement during first degree university studies?
Julien Berthaud
p. 99-117

Résumés

En France, les recherches portant sur les déterminants de la réussite universitaire ont assez peu exploré les effets de l’intégration sociale, contrairement aux travaux nord-américains qui ont mis en exergue son influence positive sur la persévérance des étudiants. Cet article propose ainsi une (re)définition de ce concept appliqué à la population étudiante universitaire et en interroge les effets sur la réussite et les performances des étudiants. Les analyses montrent que l’implication dans les interactions sociales avec les pairs et la qualité perçue de l’intégration sociale à l’université favorisent l’investissement dans les études et peuvent conduire certains étudiants à réussir davantage.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dès les années 1970 et 1980, en plein contexte de démocratisation du système éducatif, la problématique de l’échec universitaire émerge en même temps qu’affluent les premiers travaux portant sur les déterminants de la réussite étudiante (Fave-Bonnet & Clerc, 2001), notamment en première année, là où l’échec se révèle être le plus important, l’hétérogénéité des « nouveaux étudiants » se heurtant aux exigences du milieu universitaire (Beaud, 2008). Ce champ de recherche n’a eu de cesse de s’étendre au fil des politiques mises en place visant, sans nécessairement y parvenir, à ouvrir toujours davantage l’accès à l’enseignement supérieur tout en cherchant à promouvoir la réussite du plus grand nombre. Quelques décennies plus tard, les chercheurs ont ainsi pu mettre en évidence les déterminants « classiques » de la réussite étudiante, tout en impulsant de manière récurrente le renouvellement de ce champ d’étude en visant à développer ou à identifier de nouveaux facteurs (Duguet, Le Mener & Morlaix, 2016). Ainsi, si l’influence des caractéristiques sociodémographiques et scolaires des étudiants sur leur réussite a longtemps prévalu dans les travaux, la recherche s’est par la suite étendue aux facteurs contextuels renvoyant aux conditions de vie et d’études et au contexte institutionnel, puis aux facteurs personnels tels que la motivation ou les capacités cognitives. Bien que la compréhension des inégalités de réussite s’en soit trouvée améliorée, une part des différences de réussite demeure inexpliquée. Par ailleurs, rien ne semble être en mesure de détrôner la carrière scolaire de l’étudiant qui constitue le premier facteur explicatif de la réussite universitaire dans les recherches raisonnant « toutes choses égales par ailleurs ». Face à ces résultats maintes fois validés et éprouvés (Duru-Bellat, 1995 ; Michaut, 2000 ; Morlaix & Suchaut, 2012), la recherche sur les déterminants de la réussite à l’université appelle de nouvelles pistes. Parmi elles peuvent être considérées certaines variables peu abordées dans le contexte français comme celles renvoyant aux facteurs interpersonnels, qui s’ajoutent aux facteurs individuels et contextuels (Sauvé, Debeurme, Fournier et al., 2006), et dont se sont largement saisis les travaux menés outre-Atlantique.

  • 1 Par réussite académique nous entendons ici le fait de valider les examens et l’année universitaire

2En effet, les recherches nord-américaines portant sur les parcours étudiants se sont quant à elles focalisées sur les facteurs de la persévérance dans les études avec, dès les années 1970-1980, un intérêt tout particulier pour les processus relationnels, en plein essor des mouvements socioconstructiviste et interactionniste. Sous l’impulsion de Tinto (1975) notamment, une longue tradition de recherche s’est alors construite autour de l’intégration sociale et de son poids dans la rétention des étudiants à l’université, faisant des émules chez les chercheurs aux États-Unis (Pascarella, 1985 ; Cabrera, Castaneda, Nora et al., 1992 ; Berger & Milem, 1999), au Canada (Sauvé, Debeurme, Fournier et al., 2006), comme en Belgique (Schmitz, Frenay, Neuville et al., 2010). Ces modèles de l’intégration se révèlent particulièrement efficaces pour expliquer la persévérance ou l’intention de persévérer des étudiants, mais les analyses faisant le lien avec la réussite académique en tant que telle1 se font plus rares (Neuville, Frenay, Noël et al., 2013), qui plus est en France. Les chercheurs considèrent pourtant que le métier d’étudiant implique une forme d’affiliation au milieu universitaire renvoyant pour partie au groupe de pairs (Coulon, 1997 ; Alava, 1999). De même, avec l’attention grandissante portée aux conditions d’études et au bien-être des étudiants, notamment sous l’égide des enquêtes menées depuis 1994 par l’Observatoire de la vie étudiante, les difficultés émanant de la transition lycée-université ou de l’isolement dont souffre un quart des étudiants (Belgith, Giret, Ronzeau et al., 2017), notamment les primo-arrivants (Haas, Morin-Messabel, Fieulaine et al., 2012), ont pu également mettre en exergue l’influence des relations et des interactions sociales entre étudiants sur les expériences et les parcours à l’université. De telles considérations ont d’ailleurs pu conduire les universités à adopter des mesures spécifiques telles que la mise en place du tutorat ou encore des semaines d’accueil lors des rentrées universitaires (Michaut, 2003 ; Perret, 2015). Pour autant, les facteurs relationnels et interpersonnels demeurent insuffisamment mobilisés dans les travaux empiriques français portant sur les déterminants de la réussite académique.

3C’est en ce sens que cet article propose d’interroger les processus interactionnels dans le contexte universitaire français au travers de l’intégration sociale étudiante et de ses effets et relations au sein des parcours de réussite en licence. Après avoir défini le concept d’intégration sociale et questionné sa place parmi les déterminants de la réussite étudiante, nous présenterons la démarche empirique adoptée pour ce travail avant de décrire les données collectées et d’exposer les principaux résultats.

L’intégration sociale à l’université et ses différentes dimensions

4L’utilisation du concept d’intégration sociale dans un contexte universitaire remonte principalement aux années 1970 avec les travaux de Tinto (1975, 1993), initiateur et porteur de modèles intégratifs visant à expliquer la persévérance dans les études universitaires en fonction de l’intégration des étudiants, modèles qui ont été largement investigués, repris et complétés par la suite. Le modèle initial de Tinto (1975) et ses nombreuses descendances reposent sur une conception de l’intégration sociale se focalisant sur la perception subjective des étudiants, à savoir la satisfaction vis-à-vis du réseau social, des relations sociales et des interactions ou des opportunités offertes en termes d’interactions. Cette satisfaction est évaluée sous l’angle du bien-être social, du développement personnel, de la perception d’un support ou encore du sentiment d’intégration (Berger & Milem, 1999 ; Mannan, 2001 ; Schmitz & Frenay, 2013). En marge ou en place de la perception, d’autres auteurs ont développé des mesures de l’intégration sociale sous l’angle de l’implication dans les relations et les interactions sociales, en évaluant la nature et la fréquence de ces interactions, mais aussi l’étendue du réseau, le temps consacré à la participation à des activités voire le nombre de relations amicales créées (Terenzini & Pascarella, 1977 ; Chapman & Pascarella, 1983).

5L’intégration sociale des étudiants comporte donc à la fois des aspects qualitatifs et des aspects quantitatifs, certains accordant plus de crédit aux premiers qu’aux seconds (Mamiseishvili, 2012), mais la focalisation sur les uns ou sur les autres est généralement pointée comme une limite (Schmitz, Frenay, Neuville et al., 2010). S’il convient de dissocier les mesures ayant trait à la perception de celles ayant trait aux comportements, puisqu’il s’agit là de deux types d’informations distinctes (Astin, 1996), il convient également de considérer que ce sont les parties d’un seul et même processus. En effet, les comportements adoptés renseignent les mécanismes par lesquels la socialisation s’opère (Dubet & Martucelli, 1996), mais le processus n’est finalisé que si l’individu se sent intégré, aussi la perception et la satisfaction ne peuvent être ignorées (Rocher, 1968). Il paraît donc pertinent d’envisager une mesure de l’intégration sociale qui combine implication et perception. L’implication peut être appréhendée par les caractéristiques du réseau ainsi que par les comportements adoptés (les interactions sociales, leur diversité et leur fréquence). La perception quant à elle est appréhendée par la qualité et la valeur perçues du réseau. Finalement, il s’agit d’appliquer à l’intégration sociale la conception tridimensionnelle du soutien social opérée par Ruiller (2007) et inspirée de Barrera (1981), qui définit le concept comme étant la somme des dimensions structurale, fonctionnelle et subjective (voir tableau 1).

6De la sorte, nous définissons un concept, l’intégration sociale étudiante, plus large que ceux mobilisés dans les travaux précités, puisque combinant les aspects quantitatifs et qualitatifs. Il se distingue également d’autres notions comme celle de socialisation qui désigne le processus visant l’intégration mais sans en définir les mécanismes (Duclos, 2011), ou encore celle d’affiliation qui renvoie à l’adhésion culturelle et la reconnaissance de l’appartenance à un groupe mais sans préciser les comportements par lesquels elle se réalise (Ogien, 1986), autrement dit les interactions sociales. Il se rapproche en revanche du concept d’ajustement social qui se définit comme « l’engagement social dans les activités sociales, le succès dans les relations interpersonnelles et la satisfaction avec l’environnement social » (Hurtado, Carter & Spuler, 1996, p. 141).

7La dimension structurale renvoie aux ressources sociales disponibles qu’il convient de prendre en compte (Vaux, Phillips, Holly et al., 1986). Cela revient à s’interroger quant au nombre d’étudiants qui composent le réseau, aux caractéristiques sociodémographiques de ces étudiants (genre, âge, niveau d’études) et à leur provenance. Ces différents indicateurs permettent ainsi de renseigner la nature du réseau social constitué.

8Concernant la dimension fonctionnelle, il convient de considérer que la socialisation des étudiants passe autant par des activités internes à l’université que par des activités externes (Erlich, 1998). Il s’agit dès lors de distinguer à l’intérieur de ces comportements intra-groupe les interactions internes, qui renvoient aux relations de travail entre étudiants et qui peuvent représenter une aide pour les études (Neuville, Frenay, Noël et al., 2013), des interactions externes renvoyant aux activités extracurriculaires, sans rapport direct avec les études et pouvant remplir le rôle de développement personnel et social mis en avant dans plusieurs travaux (Pascarella & Terenzini, 1979 ; Berger & Milem, 1999).

9Concernant enfin la dimension subjective, il apparaît tout d’abord pertinent de prendre en compte le soutien social apporté par le réseau afin d’évaluer si les relations sociales peuvent être identifiées comme ayant une valeur pour l’individu. Cette méthodologie est similaire à celle utilisée par Senécal, Vallerand et Vallières (1992) dans leur échelle de la qualité des relations interpersonnelles, qui vise à évaluer si les relations participent au bien-être de l’individu. Conformément aux différentes méthodologies employées, la qualité perçue du réseau par l’étudiant doit également être évaluée par la valeur que l’étudiant lui accorde, à savoir l’existence de liens amicaux (Berger & Milem, 1999), la perception d’une aide pour les études (Mannan, 2001), le développement personnel et social (Pascarella & Terenzini, 1979), ainsi que le sentiment d’être intégré à la population étudiante (Larose, Soucy, Bernier et al., 1996). Ce dernier exprime le fait de se sentir à sa place et de faire partie intégrante d’un groupe (Guilbert, 2005) et atteste un niveau de satisfaction indissociable du concept d’intégration sociale.

Tableau 1. Dimensions et indicateurs de l’intégration sociale étudiante

Implication Perception
Caractéristiques du réseau étudiant Comportements intra-réseau Qualité du réseau
Interactions internes Interactions externes Soutien apporté Valeur du réseau
• Nombre
• Genre
• Âge
• Niveau d’études
• Provenance
• Disponibilité
• Discuter des études
• Réviser des cours
• Faire des exercices
• Échanger des cours
• Faire des recherches complémentaires
• Activités sportives et ludiques
• Sorties culturelles
• Soirées entre étudiants
• Autres sorties (restaurant, bar, shopping, etc.)
• Activités associatives et bénévoles
• Soutien matériel
• Soutien actif
• Soutien socio-affectif
• Soutien rétroactif
• Sentiment d’intégration
• Liens amicaux
• Développement social/personnel
• Entraide étudiante
Dimension structurale Dimension fonctionnelle Dimension subjective

L’intégration sociale parmi les déterminants de la réussite étudiante

10Avant les années 1980, les aspects interactionnels et relationnels étaient relativement absents et méconnus des recherches sur les étudiants et l’université, constituant même pour certains une sorte de « boîte noire » (Coulon & Paivandi, 2008). Les travaux de Tinto (1975, 1993) et les nombreuses exploitations de son modèle ont par la suite largement contribué à démontrer que des facteurs interpersonnels tels que le sentiment d’intégration sociale des étudiants, la qualité du groupe de pairs et les relations avec les pairs influent significativement sur le déroulement des études, notamment en termes de persévérance.

11Dans nombre de ces travaux, c’est principalement la dimension subjective de l’intégration sociale qui est abordée, autrement dit la qualité perçue du réseau social disponible et la satisfaction qui émane de la socialisation. Il apparaît en effet que, pour les étudiants, le soutien apporté par les pairs est crucial pour leur parcours académique (Mamiseishvilli, 2012) et le sentiment d’être intégré permet de réduire le stress lié à la séparation familiale (Wilcox, Winn & Fyvie‐Gauld, 2005) ; les décrocheurs se caractérisant ainsi par des difficultés à se créer un réseau social, présentant un faible sentiment d’appartenance et se sentant exclus du monde universitaire (Beaupère & Grunfeld, 2012). Cette satisfaction vis-à-vis de l’intégration sociale favoriserait par ailleurs l’engagement institutionnel des étudiants et influencerait favorablement les efforts fournis par ces derniers dans leur apprentissage (Schmitz & Frenay, 2013). Certains travaux (Boyer & Sedlacek, 1987) montrent en effet que la disponibilité d’un réseau de soutien fort est une variable expliquant de manière significative la persévérance dans les études, et qui est positivement et significativement liée à de meilleures notes. Pour les étudiants, le fait de pouvoir se tourner vers d’autres personnes en cas de difficultés est une des conditions essentielles à l’ajustement académique, autrement dit au fait de s’adapter aux demandes et exigences du monde universitaire. D’autres travaux ont pu démontrer l’impact positif de la perception par les étudiants de l’existence d’un soutien de la part des pairs sur leur réussite (Neuville, Frenay & Schmitz, 2013), ceux qui réussissent estimant avoir été mieux intégrés que ceux qui ont échoué, mais aussi sur leur bien-être, participant cette fois-ci de l’ajustement émotionnel (Schmitz & Frenay, 2013).

12Au-delà de la perception subjective, c’est également la dimension fonctionnelle de l’intégration, à savoir l’implication dans les interactions sociales, qui exerce une influence positive sur les parcours des étudiants à l’université. Les travaux de Bean (1983) révèlent ainsi l’impact positif des interactions et de l’investissement dans la vie sociale du campus sur le processus de persévérance dans les études. Pour Astin (1996), les interactions avec les autres étudiants représentent le plus fort investissement positif influant sur les résultats universitaires, alors que l’absence d’implication dans la vie du campus est un facteur influant négativement. Les échanges entre pairs constituent en effet des moyens de substitution au soutien apporté par l’enseignant, ils représentent des recours lorsque l’échange avec ce dernier n’est pas possible. De plus, la discussion avec les autres étudiants permet une « mise en perspective » jugée utile par les étudiants (Boyer, 2000, p. 43). La (re)mobilisation des étudiants dans leurs études passe ainsi par les relations sociales et les interactions qui ouvrent la voie aux relations d’entraide voire à l’échange de savoirs (Coulon & Paivandi, 2008). Notons toutefois que des résultats inverses sont parfois relevés. Mamiseishvili (2012) montre par exemple que l’intégration sociale des étudiants étrangers peut influer négativement sur leur persévérance et leur réussite. Le temps investi dans les activités sociales n’étant pas investi dans le travail purement académique, les étudiants qui sont davantage engagés dans la vie sociale placent moins souvent leurs études en priorité.

13La littérature conduit ainsi à formuler l’hypothèse selon laquelle l’intégration sociale étudiante, du moins ses dimensions fonctionnelle et subjective, est un facteur influent qui plus est lié à d’autres indicateurs également reconnus comme déterminants. Le recours aux modèles intégratifs dont se sont saisis plusieurs auteurs révèle en effet qu’elle agit de manière indirecte sur la persévérance et la réussite puisqu’elle favorise l’engagement institutionnel des étudiants (Cabrera, Castaneda, Nora et al., 1992 ; Tinto, 1993 ; Berger & Milem, 1999), et qu’elle permet l’ajustement émotionnel (Schmitz & Frenay, 2013) et l’ajustement académique (Pascarella, 1985 ; Neuville, Frenay, Noël et al., 2013). Cependant, ces travaux visent, pour la plupart, à expliquer une intention de persévérer et rarement une persévérance effective. Encore moins souvent, ils ont cherché à évaluer le poids de l’intégration sociale dans l’explication de la réussite effective ou des performances des étudiants, ce qui représente aux yeux de Neuville, Frenay, Noël et alii (2013) une perspective de recherche cruciale. Par ailleurs, ils ne reposent que sur l’une ou l’autre des dimensions de l’intégration sociale étudiante. Enfin, ils ne contrôlent pas toujours les effets de l’intégration sociale en intégrant d’autres variables influentes sur la réussite, notamment celles relevant du contexte de formation ou des conditions de vie (Pinto, 2010 ; Michaut, 2012).

Démarche empirique

14L’objectif de cet article est d’analyser les effets de l’intégration sociale étudiante sur la réussite en 1er cycle universitaire, en tenant compte du caractère multidimensionnel de l’intégration, en considérant les autres facteurs communément mobilisés pour expliquer la réussite et en visant à expliquer à la fois la réussite absolue (être admis aux examens) et la réussite relative (les performances) des étudiants.

Les données
Les données utilisées dans ce travail sont issues de deux sources. Une part provient des fichiers administratifs de l’universitéa et des fiches filières des formations :
– caractéristiques sociodémographiques (genre, âge, catégorie socioprofessionnelle) ;
– passé scolaire (type de baccalauréat, mention) ;
– caractéristiques universitaires (domaine disciplinaire, niveau, redoublement, site) ;
– résultats d’admission et notes finales à la 1re session.
Les autres données ont quant à elles été collectées par le biais d’un questionnaire (en annexe), qui mobilise et/ou s’inspire d’outils de mesure existants :
– investissement académique (motif d’inscription, assiduité, pratiques d’études, temps de travail personnel) ;
– conditions de vie (hébergement, activité rémunérée) ;
– intégration sociale étudiante (Chapman & Pascarella, 1983 ; Schmitz & Frenay, 2013 ; Barrera, Sandler & Ramsey, 1981).
Le questionnaire a été administré, à partir d’une enquête en ligne adressée par mailing à un échantillon de 1 365 étudiants inscrits en cycle licence (1re, 2e et 3e année) en 2014-2015 à l’université de Bourgogne (taux de réponse de 15 %).
a. Il s’agit des données APOGEE (Application pour l’Organisation et la Gestion des Enseignements et des Étudiants) collectées à chaque rentrée universitaire par les scolarités des différentes formations.
  • 2 Notre échantillon surreprésente la population féminine (+8 %), les bacheliers généraux (+6 %), les (...)

15La recherche étant de nature exploratoire, la représentativité de l’échantillon ne constituait pas un objectif de ce travail, d’autant que l’établissement de formation est un facteur expliquant des différences en matière d’intégration (Felouzis, 2001). De par la méthode de collecte choisie pour ce travail, à savoir une enquête en ligne reposant sur le volontariat, des biais peuvent apparaître dans la constitution de l’échantillon, ce qui représente l’une des limites de ce travail. Nous y reviendrons. Néanmoins, si notre échantillon surreprésente certains profils étudiants2, il est néanmoins représentatif en termes de filières d’études, l’ensemble des filières des trois années de licence généralistes de l’université de Bourgogne sont présentes et dans des proportions similaires à l’ensemble des inscrits de cette université.

16Précisons que les différentes dimensions de l’intégration sociale ont donné lieu à plusieurs types de mesure, nous conduisant à réaliser différents types d’analyses. La dimension structurale renseigne les caractéristiques du réseau étudiant soit des indicateurs qualitatifs auxquels aucune pondération ne peut être imputée (voir questionnaire en annexe, questions 8 à 14). À l’inverse, les dimensions fonctionnelle et subjective qui renseignent les interactions et la qualité perçue du réseau ont été mesurées à partir d’items associés à des échelles de congruence ou de fréquence, permettant la construction de quatre scores correspondant aux interactions internes (questions 15 et 16), aux interactions externes (question 18), au soutien apporté (question 22) et à la valeur du réseau (questions 17, 19, 20 et 21). Il faut noter sur ce point qu’aucune étude, à notre connaissance, n’a établi de lien entre les caractéristiques du réseau étudiant (la dimension structurale) et la réussite ou la persévérance dans les études. Rien n’indique en effet qu’un réseau très développé en nombre soit un facteur influent, ni même que ce réseau se doive d’être homogène ou hétérogène pour être efficace ou représenter un meilleur support pour l’étudiant. De fait, nous ne mobiliserons ces données qu’à titre descriptif et non dans le cadre d’analyses inférentielles, contrairement à celles se rapportant aux deux autres dimensions.

Description des données

  • 3 La catégorie défavorisée réunit les ouvriers, les personnes au chômage et sans activité et les ret (...)
  • 4 Nous appelons cohabitants les étudiants qui résident au logement parental ou familial durant les c (...)

17Notre échantillon se compose pour ses deux tiers de femmes et pour la plupart d’étudiants de nationalité française (97 %). Selon la classification proposée par Merle (2013)3, les étudiants sont en majorité issus de la catégorie favorisée (28 %) et de la catégorie moyenne inférieure (28 %). Les détenteurs d’un baccalauréat général constituent une large majorité (86 %), un peu plus de la moitié des étudiants a obtenu une mention au bac et un faible quart a déjà redoublé avant l’université. Quatre étudiants sur dix sont inscrits en 1re année de licence, un peu plus de trois sur dix sont en 2e année et le reste en 3e année. Les trois quarts des étudiants se répartissent équitablement entre les domaines droit-économie-gestion, sciences et sciences humaines et sociales, le dernier quart étant constitué des étudiants de lettres-langues-langage (18 %) et de STAPS (8 %). Au regard de leurs conditions de vie, on relève une majorité d’étudiants décohabitants4 non salariés (56 %) et un peu plus de la moitié des étudiants perçoit une bourse. Notons enfin que la majorité des étudiants sont admis à l’issue des examens (63 %), un quart d’entre eux n’ont pas obtenu la moyenne et sont ajournés et un peu plus d’un étudiant sur dix est défaillant (12 %), autrement dit ne s’est pas présenté à tout ou partie des examens.

18Concernant leur intégration sociale, les étudiants de notre échantillon sont massivement enclins à fréquenter des réseaux mixtes en termes de genre (près de 84 %) alors qu’une telle mixité au regard du niveau d’études ou de l’âge apparaît moins forte, ce qui tend à confirmer les travaux qui présentent les échanges inter-niveaux comme étant relativement plus rares (Montfort, 2003). De la même manière, nos données empiriques confirment que les réseaux étudiants se constituent en premier lieu au sein même de la formation suivie (Erlich, 1998), ce que déclarent près de 85 % des étudiants de notre échantillon. Le cas échéant, il apparaît que la rencontre ait eu lieu très majoritairement au sein des groupes de travaux dirigés constitués et/ou dans une moindre mesure du fait de s’installer côte à côte en cours. Quand ils ne sont pas issus de la formation suivie, les étudiants composant ces réseaux proviennent souvent de la scolarité antérieure (pour plus de 60 % des répondants), ce qui confirme le maintien des réseaux antérieurs mis au jour par plusieurs auteurs (Grignon, Gruel & Bensoussan, 1996 ; Boyer, 2000).

  • 5 Plus les répondants choisissent les modalités supérieures des échelles de congruence et de fréquen (...)

19À partir des différents scores construits pour les interactions internes et externes, le soutien apporté et la valeur du réseau, on relève ensuite que chacune de ses sous-dimensions est évaluée différemment par les étudiants. Ainsi, les scores moyens (standardisés sur un total de 325) vont de 5,9 pour les interactions externes à 9,8 pour le soutien apporté, 12,4 pour les interactions internes et 22,9 pour la valeur du réseau. Les scores plus élevés en interactions internes, comparativement aux interactions externes, révèlent ainsi la prégnance des aspects académiques au sein des interactions ayant cours entre étudiants. De même, il est intéressant de remarquer que, malgré les « faibles scores » se rapportant aux interactions et au soutien apporté, les étudiants sont néanmoins enclins à attribuer une valeur élevée à leur réseau. Ceci confirme, d’une part, la prégnance de la perception subjective au sein du concept d’intégration sociale et, d’autre part, l’intérêt de disposer simultanément d’indicateurs se rapportant à l’implication et à la perception.

Effets de l’intégration sociale étudiante sur la réussite en licence

20Nous avons ensuite mobilisé les techniques de la modélisation qui permettent de tenir sous contrôle un certain nombre de variables reconnues comme étant influentes sur la réussite universitaire et de raisonner « toutes choses égales par ailleurs ». Pour chacune des deux mesures de la réussite prises en compte dans cette étude, nous avons procédé en deux étapes : un premier modèle n’intègre que les variables relevant de l’intégration sociale étudiante afin de déterminer l’existence d’effets bruts, puis un second modèle ajoute les autres catégories de facteurs ce qui permet d’approcher les effets nets de l’intégration sociale.

La modélisation
Dans le cadre d’une modélisation, on cherche à démontrer l’influence d’une ou plusieurs variables indépendantes X (explicatives) sur une variable dépendante Y (à expliquer). Un modèle de régression permet d’estimer le pouvoir explicatif d’une ou plusieurs variables sur une autre. On impose donc un sens à la relation puisqu’on détermine que telle variable est à expliquer. Celui-ci découle directement des hypothèses de recherche ou s’impose de manière logique par des événements qui se suivent chronologiquement. Lorsque la variable à expliquer est de nature quantitative continue, on parle de régression linéaire. On interprète alors l’effet des variables indépendantes à partir du coefficient qui leur est associé et qui représente l’augmentation en unité de Y pour la modalité active ou une unité supplémentaire de X. Lorsqu’elle est de nature qualitative, on parle de régression logistique. On interprète ici les chances pour la modalité active de X que l’événement Y se produise.

21Concernant tout d’abord le résultat final d’admission (voir tableau 2), le modèle 1 révèle l’avantage conféré aux étudiants présentant les scores d’interactions internes et de valeur du réseau les plus élevés, qui voient leur probabilité d’échouer diminuer de manière significative. Des effets similaires sont relevés sur la diminution du risque d’être défaillant (plutôt qu’admis) à l’issue des examens. Autrement dit, plus nombreuses sont les interactions studieuses avec les autres étudiants et plus élevée est la qualité perçue du réseau étudiant, plus grandes sont les chances de valider l’année universitaire. A contrario, un score plus élevé en soutien apporté semble augmenter la probabilité de ne pas se présenter à l’ensemble des examens.

  • 6 L’absence de colinéarité a été vérifiée pour l’ensemble des modélisations à partir du VIF (Varianc (...)
  • 7 L’investissement académique renvoie ici à un score agrégeant l’assiduité, les pratiques d’études e (...)

22Mais en observant les résultats du modèle 2 qui intègre d’autres facteurs influents de la réussite, notamment le passé scolaire et les caractéristiques universitaires, on s’aperçoit qu’une partie des effets associés à l’intégration sociale étudiante disparaissent sous le poids d’indicateurs bien plus performants6. Ainsi, aucun score d’intégration sociale n’apparaît influent « toutes choses égales par ailleurs » sur la probabilité d’être ajourné alors que le risque est amplement diminué (p < 0,01) pour les étudiants issus des classes moyennes supérieures, les détenteurs d’un baccalauréat général, les détenteurs d’une mention, les étudiants de 2e et 3e années et ceux qui déclarent l’investissement7 académique le plus élevé. Le risque augmente en revanche pour les étudiants en retard scolaire ainsi que pour ceux inscrits dans les domaines droit-économie-gestion et STAPS, comparativement aux étudiants de sciences humaines et sociales.

23Des résultats plus contrastés transparaissent quant à la probabilité d’être défaillant bien que la plupart des variables exercent un effet similaire, exception faite du milieu social, du type d’établissement, du genre et de la bourse. De même, l’effet négatif du score de valeur du réseau et l’effet positif du score de soutien apporté se confirment « toutes choses égales par ailleurs ». Ainsi, sous contrôle des autres catégories de facteurs, l’intégration sociale étudiante exerce un effet nul sur le risque d’échouer aux examens et un effet variable, dans sa dimension subjective, sur la persévérance. Si le fait de se sentir intégré et d’attribuer de la valeur à son réseau social étudiant conduit à moins souvent abandonner aux examens, ce qui confirme bon nombre des travaux évoqués plus haut (Cabrera, Castaneda, Nora et al., 1992 ; Tinto, 1993 ; Berger & Milem, 1999 ; Schmitz & Frenay, 2013), recevoir un fort soutien de la part des autres étudiants conduit plutôt à l’effet inverse, contrairement à ce qui pouvait être attendu.

24Si l’on se penche à présent sur les résultats des modélisations linéaires réalisées sur la note finale obtenue en fin d’année (voir tableau 3), on relève dans le modèle 1 que l’ensemble des scores d’intégration sont influents de manière brute sur les performances des étudiants. Les scores d’interactions internes et de valeur du réseau influent de manière positive sur la note finale octroyant un avantage plus faible (+0,03 pt) et moins significatif (p < 0,1) pour le premier que pour le second (+0,06 pt ; p < 0,01). Les scores d’interactions externes et de soutien apporté exercent quant à eux une influence négative, plus forte (-0,06 pt) mais moins significative (p < 0,05) pour le premier que pour le second (-0,05 pt ; p < 0,01). Mais ici encore, la prise en compte des autres catégories de facteurs annule une large part de ces effets, comme le montre le modèle 2. Si le score de soutien apporté conserve son effet négatif et significatif sur les notes, les trois autres scores n’exercent aucune influence « toutes choses égales par ailleurs ». Le gain de variance expliquée entre les deux modèles (+33 %) est à attribuer au passé scolaire (à l’avantage des bacheliers généraux, avec mention et à l’heure scolairement), au domaine disciplinaire (ici également en défaveur des filières de droit-économie-gestion), au niveau d’études (en faveur des 2e et 3e années) ainsi qu’à l’investissement académique (dont l’effet est positif).

Tableau 2. Modélisation logistique multinomiale du résultat d’admission en fin d’année

Résultat d’admission final (référence : Admis) Modèle 1 Modèle 2
Ajourné Défaillant Ajourné Défaillant
Coeff. Odds Coeff. Odds Coeff. Odds Coeff. Odds
Intégration sociale étudiante Interactions internes -0,030** 0,970 -0,047*** 0,954 ns - ns -
Interactions externes ns - ns - ns - ns -
Soutien apporté ns - 0,042** 1,043 ns - 0,043** 1,044
Valeur du réseau -0,045*** 0,956 -0,095*** 0,909 ns - -0,088*** 0,915
Caractéristiques sociodémographiques Femme Réf. Réf.
Homme ns - 0,368* 1,445
CSP défavorisée Réf. Réf.
CSP moyenne inférieure ns - ns -
CSP moyenne supérieure -0,656 *** 0,519 ns -
CSP favorisée ns - ns -
Passé scolaire Autres bacs Réf. Réf.
Bac général -0,662*** 0,516 -0,734*** 0,480
Pas de mention Réf. Réf.
Mention au bac -1,475*** 0,229 -1,012*** 0,363
À l’heure Réf. Réf.
Retard scolaire 0,645*** 1,906 0,555** 1,742
Caractéristiques universitaires Sciences humaines et sociales Réf. Réf.
Droit-économie-gestion 1,490*** 4,437 1,465*** 4,327
Lettres-langues-langage ns - 1,472*** 4,357
STAPS 0,683** 1,981 ns -
Sciences ns - 0,724 ** 2,063
L1 Réf. Réf.
L2 -0,884*** 0,413 -1,202*** 0,301
L3 -1,344*** 0,261 -1,509*** 0,221
Non-redoublant Réf. Réf.
Redoublant ns - ns -
Campus Réf. Réf.
Antenne universitaire -0,644 * 0,525 ns -
Engagement académique Orientation choisie Réf. Réf.
Orientation par défaut ns - 0,583*** 1,791
Pas de buts sociaux Réf. Réf.
Buts sociaux ns - ns -
Investissement académique -0,031*** 0,970 -0,033*** 0,968
Conditions de vie Non boursier Réf. Réf.
Boursier ns - -0,643*** 0,526
Cohabitant non salarié Réf. Réf.
Cohabitant salarié ns - ns -
Décohabitant non salarié ns - ns -
Décohabitant salarié ns - ns -
Décohabitant salarié contraint ns - 0,700 * 2,014
Constante 0,129 ns 0,516 ns 1,181** 1,253*
R² de Nagelkerke 4,5 % 35,1 %

Lecture : ici sont estimées, d’une part, la probabilité d’être ajourné plutôt qu’admis et, d’autre part, celle d’être défaillant plutôt qu’admis. On interprète les chances pour la modalité active d’une variable indépendante que tel événement se produise, comparativement à la modalité de référence, toutes autres variables étant égales par ailleurs. Par exemple, dans le modèle 2, les détenteurs d’un bac général ont une probabilité 0,734 fois moins élevée d’être défaillants plutôt qu’admis comparativement aux autres bacheliers. Les coefficients s’interprètent selon les seuils de significativité standards (* : 10 % ; ** : 5 % ; *** : 1 %). La qualité d’ajustement des données s’apprécie à partir du R² de Nagelkerke qui correspond au pourcentage de variance expliquée.

Tableau 3. Modélisation linéaire multiple de la note en fin d’année

Note finale 1re session Modèle 3 Modèle 4
Intégration sociale étudiante Interactions internes 0,031 * ns
Interactions externes -0,065 ** ns
Soutien apporté -0,048 *** -0,050***
Valeur du réseau 0,061 *** ns
Caractéristiques sociodémographiques Femme Réf.
Homme ns
CSP défavorisée Réf.
CSP moyenne inférieure ns
CSP moyenne supérieure 0,370*
CSP favorisée ns
Passé scolaire Autres bacs Réf.
Bac général 1,026 ***
Pas de mention Réf.
Mention au bac 1,696***
À l’heure Réf.
Retard scolaire -0,621***
Caractéristiques universitaires Sciences humaines et sociales Réf.
Droit-économie-gestion -1,622***
Lettres-langues-langage 0,445*
STAPS ns
Sciences ns
L1 Réf.
L2 0,895***
L3 1,045***
Non-redoublant Réf.
Redoublant ns
Campus Réf.
Antenne universitaire ns
Engagement académique Orientation choisie Réf.
Orientation par défaut ns
Pas de buts sociaux Réf.
Buts sociaux ns
Investissement académique 0,040***
Conditions de vie Non boursier Réf.
Boursier ns
Cohabitant non salarié Réf.
Cohabitant salarié ns
Décohabitant non salarié ns
Décohabitant salarié ns
Décohabitant salarié contraint ns
Constante 9,880*** 8,539***
R² ajusté 2,3 % 35,7 %

Lecture : on interprète l’effet des variables indépendantes à partir du coefficient qui leur est associé et qui représente l’augmentation en unité de Y (ici la note) pour la modalité active ou une unité supplémentaire de X, toutes autres variables étant égales par ailleurs. Par exemple, dans le modèle 4, le fait d’être détenteur d’un bac général apporte 1,026 point de plus à la note finale comparativement aux autres bacheliers. Les coefficients s’interprètent selon les seuils de significativité standards (* : 10 % ; ** : 5 % ; *** : 1 %). La qualité d’ajustement des données s’apprécie à partir du R² ajusté qui correspond au pourcentage de variance expliquée.

25Plusieurs enseignements sont à tirer de ces analyses. Il apparaît en premier lieu que les effets de l’intégration sociale étudiante sur la réussite à l’université sont différenciés. D’un côté, les aspects les plus intrinsèques et académiques de l’intégration (la valeur du réseau et les interactions internes) apparaissent plutôt favorables à la réussite. De l’autre, les aspects plus extrinsèques et sociaux (le soutien apporté et les interactions externes) y sont plutôt moins favorables. C’est en creux le lien qu’entretient l’intégration sociale avec l’engagement académique qui semble se jouer ici, celui-ci pouvant être positif (Neuville, Frenay, Noël et al., 2013) comme négatif (Mamiseishvili, 2012).

26Mais il faut en second lieu nuancer ce propos en considérant la faiblesse de ces effets une fois considérés les autres déterminants de la réussite académique. Au même titre que dans de nombreux travaux (Dupont, De Clercq & Galand, 2015 ; Duguet, Le Mener & Morlaix, 2016), la carrière scolaire des étudiants de notre échantillon endosse une large part de la variance expliquée des résultats d’admission et des notes obtenues. Par ailleurs, notre échantillon réunit des étudiants issus des trois niveaux de licence, ce qui peut également constituer un biais dans nos estimations, étant entendu que les étudiants de 2e et 3e années réussissent mieux que leurs camarades de 1re année (Fouquet, 2013), ce que confirment nos modèles. En vue d’approfondir cette réflexion, nous avons estimé, d’une part, la force du lien résidant entre les variables relatives au passé scolaire et au niveau d’études et les scores d’intégration sociale, et avons reconduit, d’autre part, les analyses sur des sous-groupes (par niveau d’études, par type de baccalauréat, avec ou sans mention). Ces analyses complémentaires (non présentées) ont notamment révélé que les interactions internes et la valeur du réseau sont significativement plus fréquentes chez les bacheliers généraux et les étudiants de 2e et 3e années, et que les modèles par sous-groupes ne révèlent pas de réelles différences eu égard des variables significativement influentes sur la réussite étudiante.

27Ainsi, si l’intégration sociale étudiante n’influe pas, ou peu, de manière directe sur les résultats et les performances académiques des étudiants, elle est en revanche plus (ou mieux) développée chez les étudiants possédant des caractéristiques associées à une plus grande réussite à l’université, qu’il s’agisse de caractéristiques scolaires (posséder un baccalauréat général, posséder une mention) ou universitaires (être inscrit en 2e ou 3e année).

Des effets indirects au travers de l’investissement académique ?

  • 8 Nous avons choisi de prendre la note finale comme mesure de la réussite puisque des effets bruts r (...)

28Puisque peu d’effets directs ont pu être constatés, nous avons cherché à savoir, pour finir, si l’intégration sociale étudiante agissait de manière indirecte sur la réussite universitaire en considérant l’hypothèse développée dans de nombreux travaux (Pascarella, 1985 ; Cabrera, Castaneda, Nora et al., 1992 ; Tinto, 1993 ; Berger & Milem, 1999 ; Neuville, Frenay, Noël et al., 2013) et selon laquelle l’intégration renforce les engagements des étudiants et participe d’un ajustement académique. Pour ce faire, nous avons testé les effets indirects émanant de l’intégration sociale étudiante et transitant par l’investissement académique sur les performances finales des étudiants8, en mobilisant la méthode des analyses en pistes causales.

L’analyse en pistes causales
Lorsqu’on cherche à mettre en évidence des relations de médiation au sein d’un modèle causal, à savoir qu’une variable peut alors être considérée à la fois comme dépendante et indépendante, on mobilise généralement la méthode de l’analyse en pistes causales. Il est ainsi possible de déterminer si et comment l’effet d’une variable transite par une ou plusieurs autres variables, puisqu’elle fournit une décomposition de l’effet produit en mesurant l’effet direct et indirect d’une variable indépendante sur une variable dépendante tout en permettant de considérer certaines variables comme médiatrices, selon leur positionnement dans le modèle causal.

29Il apparaît alors que les interactions internes n’exercent pas d’effet direct sur la note finale mais ont un impact positif et significatif (< 0,05) sur l’investissement académique (voir figure 1). Ce dernier influant par ailleurs positivement sur la note finale, on peut dès lors en conclure que les interactions internes exercent un effet indirect et positif sur les performances à travers l’investissement académique. Le modèle causal relatif aux interactions externes présente des résultats différents. En effet, d’une part un score plus élevé en interactions externes diminue très significativement (< 0,01) les performances des étudiants et, d’autre part, ce score est également significativement lié à un moindre investissement académique (< 0,05). Bien que ce dernier conserve son influence positive et significative sur les notes finales, il demeure que l’effet indirect des interactions externes sur les performances est négatif (-0,08*0,16).

Figure 1. Analyse en pistes causales mettant en relation l’intégration sociale étudiante, l’investissement académique et la note finale

Figure 1. Analyse en pistes causales mettant en relation l’intégration sociale étudiante, l’investissement académique et la note finale

Lecture : la flèche du haut illustre l’effet direct de chaque score d’intégration sociale sur la note finale. L’effet indirect transitant par l’investissement académique est illustré par les deux flèches du bas et correspond à la multiplication des deux coefficients associés. Les coefficients représentent l’augmentation en unité de Y (ici la note) pour une unité supplémentaire de X (les scores d’intégration sociale), et s’interprètent selon les seuils de significativité standards (* : 10 % ; ** : 5 % ; *** : 1 %).

30Le soutien apporté par le réseau étudiant exerce un effet direct négatif et significatif (p < 0,05) sur les notes finales mais l’effet indirect est quant à lui positif. En effet, le soutien apporté influe positivement et significativement sur l’investissement académique (p < 0,05) qui lui-même influe positivement sur les performances (p < 0,05). Ainsi, à travers l’investissement académique, l’effet négatif du soutien apporté sur les performances disparaît. Enfin, le modèle causal renvoyant à la valeur du réseau est semblable à celui portant sur les interactions internes. Aucun effet direct n’est relevé dans le modèle alors que la valeur du réseau, positivement associée à l’investissement académique (p < 0,01), présente un effet indirect sur les notes finales également positif puisqu’un investissement plus important de la part des étudiants explique significativement le fait d’obtenir de meilleures notes finales (p < 0,01).

Conclusion

31En France, l’intérêt pour les parcours étudiants à l’université alimente la recherche en éducation depuis des décennies, et plus particulièrement depuis que l’échec important d’une partie des étudiants, notamment en 1re année de 1er cycle (Fouquet, 2013), a été mis en avant. Les travaux ont révélé l’influence de nombreuses variables renvoyant aux étudiants, au contexte de formation et aux conditions de vie et d’études, mais se sont moins intéressés aux facteurs interpersonnels ou relationnels, comme par exemple l’intégration sociale, dont l’influence sur la persévérance étudiante apparaît centrale dans d’autres pays (Neuville, Frenay, Noël et al., 2013). C’est ainsi que cet article se proposait d’investir cette catégorie de facteurs dans le contexte universitaire français tout en la confrontant aux autres déterminants de la réussite étudiante.

32Comme toute proposition scientifique, cette recherche n’est pas exempte de limites qui sont, notamment, d’ordre méthodologique. En effet, la démarche d’enquête adoptée ici, à savoir un questionnaire auto-administré et diffusé en ligne, a pu conduire à un biais de sélection dans la mesure où la participation à l’enquête ne repose que sur le volontariat des personnes contactées (Frippiat & Marquis, 2010). Si, d’un côté, cela confère une qualité certaine aux réponses fournies, d’un autre côté cela n’est pas sans influer sur le profil des répondants, spécifique puisque nécessairement intéressé par l’enquête. Dans notre cas, si la diversité des filières universitaires est équitablement représentée, l’échantillon surreprésente en revanche certains profils d’étudiants, notamment les bacheliers généraux ainsi que les détenteurs d’une mention. À ce titre, les taux de réussite des répondants sont supérieurs à ceux de la population d’origine, ce qui affecte nécessairement en partie les résultats produits. Par ailleurs, les mesures utilisées dans ce travail sont sans doute perfectibles ou nécessiteraient d’être soumises à d’autres échantillons pour en améliorer la validité. Enfin, une autre limite concerne le type de données collectées, qui est essentiellement quantitatif, ce qui ne permet pas toujours d’aborder finement les processus et phénomènes étudiés, notamment sociaux (Quivy & Van Campenhoudt, 1988).

33Il n’empêche que le lien supposé entre intégration sociale étudiante et réussite académique est confirmé, en partie, par nos résultats. De manière brute, en effet, la collaboration studieuse, le sentiment d’intégration et la perception d’un réseau social valorisant favorisent la réussite, la persévérance et les performances. Des effets inverses transparaissent en revanche pour ce qui est des interactions détachées de l’activité studieuse et du soutien apporté par les pairs. Mais une fois considéré l’ensemble des déterminants de la réussite étudiante, la plupart de ces effets disparaissent. Au final, l’intégration sociale étudiante n’apparaît pas être un facteur central de la réussite à l’université, mais plutôt une caractéristique davantage développée chez les étudiants présentant déjà des profils associés à de plus grandes chances de réussite. Ce résultat fait écho à d’autres travaux (Morlaix & Suchaut, 2012) où l’ajout de nouvelles variables explicatives ne suffit pas à dépasser le poids des caractéristiques sociales et scolaires, illustrant en quelque sorte un effet Matthieu des études universitaires, autrement dit que les avantages vont à ceux qui sont déjà avantagés. Pour dépasser ce constat, il serait intéressant de se cantonner aux seuls étudiants « défavorisés » socialement et/ou scolairement et d’étudier ce qui, pour ces étudiants, explique que certains réussissent mieux que d’autres.

34L’effet de la sociabilité étudiante sur la réussite académique s’apprécie en revanche de manière indirecte, au travers de l’engagement des étudiants dans leurs études en termes d’investissement. Nous confirmons en ce sens les travaux qui ont inspiré notre démarche (Pascarella, 1985 ; Cabrera, Castaneda, Nora et al., 1992 ; Tinto, 1993 ; Berger & Milem, 1999 ; Neuville, Frenay, Noël et al., 2013), tout en les prolongeant puisque nos analyses portent sur les performances académiques des étudiants, là où les travaux se sont souvent cantonnés à l’intention de persévérer et à la persévérance. Ainsi, les interactions sociales impliquant une collaboration studieuse entre étudiants, le soutien apporté et perçu par le groupe de pairs de même que la valeur attribuée au réseau étudiant ainsi qu’un fort sentiment d’intégration à la population étudiante, conduisent les étudiants à être davantage assidus, à diversifier et augmenter leurs pratiques d’études et leur temps de travail personnel, ce qui les conduit plus souvent vers la réussite, en amenant de meilleures notes. À l’inverse, les interactions externes qui renvoient aux loisirs et aux sorties non rattachées à l’activité studieuse exercent un effet indirect négatif sur cet investissement académique, ce qui apporte un autre prolongement aux travaux précités, puisque l’influence de la sociabilité étudiante sur les parcours étudiants se révèle variable. Ce dernier point justifie d’autant plus de considérer le caractère multidimensionnel de l’intégration sociale étudiante, ce qui a été le point de départ notre travail.

35Il nous paraît alors essentiel de poursuivre les investigations quant aux effets indirects émanant de l’intégration sociale étudiante, en recherchant d’autres variables susceptibles de médiatiser son influence sur la réussite et les parcours des étudiants. Conformément à l’ajustement académique et émotionnel suggéré plus tôt, il pourrait être intéressant, par exemple, d’évaluer son effet sur les facteurs motivationnels ou encore sur l’état émotionnel des étudiants (Schmitz & Frenay, 2013). Par ailleurs, une autre perspective de recherche serait de diversifier les mesures de la réussite en ne se cantonnant pas aux indicateurs institutionnels mais en ouvrant sur d’autres formes plus subjectives et en considérant les différents bénéfices (personnels, professionnels ou justement sociaux) que les étudiants peuvent tirer de leur expérience universitaire, qui ne sont pas tous liés à la certification, et dont on peut supposer qu’ils dépendent en partie de leur intégration sociale.

Haut de page

Bibliographie

ALAVA S. (1999). « Médiation(s) et métier d’étudiant ». Bulletin des bibliothèques de France, no 1, p. 8-15.

ASTIN A. W. (1996). « Involvement in learning revisited: Lessons we have learned ». Journal of College Student Development, no 37(2), p. 123-134.

BARRERA M. (1981). « Social Support in the Adjustment of Pregnant Adolescents: Assessment Issues ». In B. H. Gottlieb (dir.), Social Networks and Social Support. Beverly Hills : Sage, p. 69-96.

BARRERA M., SANDLER I. N. & RAMSEY T. B. (1981). « Preliminary development of a scale of social support ». American Journal of Community Psychology, no 9, p. 435-447.

BEAN J. P. (1983). « The application of a model of turnover in work organizations to the student attrition process ». Review of Higher Education, no 12, p. 155-182.

BEAUD S. (2008). « Enseignement supérieur : la “démocratisation scolaire” en panne ». Formation emploi, no 101, p. 149-165.

BEAUPÈRE N. & GRUNFELD M. (2012). « Motifs d’arrêt des études avant la licence : une approche à partir de récits d’anciens étudiants ». Relief, no 36, p. 73-81.

BELGITH F., GIRET J.-F., RONZEAU M. & TENRET É. (2017). « Panorama 2016 conditions de vie des étudiants ». OVE infos, no 34.

BERGER J. B. & MILEM J. F. (1999). « The role of student involvement and perceptions of integration in a causal model of student persistence ». Research in higher Education, no 40(6), p. 641-664.

BOYER R. (2000). « L’entrée à l’université ». In V. Erlich, A. Frickey, P. Heraux, J.-L. Primon, R. Boyer & C. Coridian, La socialisation des étudiants débutants. Expériences universitaires, familiales et sociales. DPD-MEN, coll. « Insertion Éducation Société », no 115, p. 39-66.

BOYER S. P. & SEDLACEK W. E. (1987). « Noncognitive Predictors of Academic Success for International Students: A Longitudinal Study ». Research Report, no 1, p. 3-20.

CABRERA A., CASTANEDA M., NORA A. & HENGSTLER D. (1992). « The convergence between two theories of college persistence ». The Journal of Higher Education, vol. 63, no 2, p. 143-164.

CHAPMAN D. W. & PASCARELLA E. T. (1983). « Predictors of academic and social integration of college students ». Research in Higher Education, vol. 19, no 3, p. 295-322.

COULON A. (1997). Le métier d’étudiant : l’entrée dans la vie universitaire. Paris : PUF.

COULON A. & PAIVANDI S. (2008). État des savoirs sur les relations entre les étudiants, les enseignants et les IATOSS dans les établissements d’enseignement supérieur. Rapport pour l’Observatoire national de la vie étudiante.

DUBET F. & MARTUCCELLI D. (1996). « Théories de la socialisation et définitions sociologiques de l’école ». Revue française de sociologie, no 37(4), p. 511-535.

DUCLOS V. (2011). « L’intégration universitaire et sociale d’étudiants tunisiens et marocains inscrits dans une université francophone canadienne ». Revue canadienne d’enseignement supérieur, no 41(3), p. 81-101.

DUGUET A., LE MENER M. & MORLAIX S. (2016). « Les déterminants de la réussite à l’université. Quels apports de la recherche en éducation ? Quelles perspectives de recherche ? ». Spirale - Revue de recherches en éducation, no 57, p. 31-53.

DUPONT S., DE CLERCQ M. & GALAND B. (2015). « Les prédicteurs de la réussite dans l’enseignement supérieur ». Revue française de pédagogie, no 191, p. 105-136.

DURU-BELLAT M. (1995). « Des tentatives de prédictions aux écueils de la prévention en matière d’échec à l’université ». Savoirs, no 3, p. 399-416.

ERLICH V. (1998). Les nouveaux étudiants. Un groupe social en mutation. Paris : Armand Colin.

FAVE-BONNET M.-F. & CLERC N. (2001). « Des “Héritiers” aux “nouveaux étudiants” : 35 ans de recherches ». Revue française de pédagogie, no 136, p. 9-19.

FELOUZIS G. (2001). La condition étudiante : sociologie des étudiants et de l’Université. Paris : PUF.

FOUQUET S. (2013). « Parcours et réussite en licence et en master à l’université ». Note d’information de la DEPP, no 02/13.

FRIPPIAT D. & MARQUIS N. (2010). « Les enquêtes par Internet en sciences sociales : un état des lieux ». Population, vol. 65(2), p. 309-338.

GRIGNON C., GRUEL L. & BENSOUSSAN B. (1996). « Les conditions de vie des étudiants ». Cahier de l’Observatoire de la vie étudiante, no 1.

GUILBERT L. (2005). « L’expérience migratoire et le sentiment d’appartenance ». Ethnologies, no 27(1), p. 5-32.

HAAS V., MORIN-MESSABEL C., FIEULAINE N. & DEMOURES A. (2012). « L’entrée à l’université et ses difficultés : regards croisés à partir d’un dispositif du Plan Réussite Licence ». L’Orientation scolaire et professionnelle, no 41/4, p. 625-654.

HURTADO S., CARTER D. F. & SPULER A. (1996). « Latino student transition to college: Assessing difficulties and factors in successful college adjustment ». Research in Higher Education, no 37(2), p. 135-157.

LAROSE S., SOUCY N., BERNIER A. & ROY R. (1996). « Exploration des qualités psychométriques de la version française du Student Adaptation to College Questionnaire ». Mesure et évaluation en éducation, no 19(1), p. 69-94.

MAMISEISHVILI K. (2012). « International Student Persistence in U.S Postsecondary Institutions ». Higher Education, vol. 64, no 1, p. 1-17.

MANNAN M. A. (2001). « An assessment of the academic and social integration as perceived by the students in the University of Papua New Guinea ». Higher Education, no 41, p. 283-298.

MERLE P. (2013). « La catégorie socio-professionnelle des parents dans les fiches administratives des élèves ». Socio-logos, no 8.

MICHAUT C. (2000). L’influence du contexte universitaire sur la réussite des étudiants. Thèse de doctorat, sciences de l’éducation, université de Bourgogne.

MICHAUT C. (2003). « L’efficacité des dispositifs d’aide aux étudiants dans les universités : entrer à l’université ». Recherche et formation, no 43, p. 101-113.

MICHAUT C. (2012). « Réussite, échec et abandon des études dans l’enseignement supérieur français : quarante ans de recherche ». In M. Romainville & C. Michaut (dir.), Réussite, échec et abandon dans l’enseignement supérieur. Bruxelles : De Boeck, p. 53-68.

MONFORT V. (2003). Les étudiants de première année à l’université et le travail scolaire. L’exemple de deux filières : sciences et AES. Thèse de doctorat, sociologie, EHESS.

MORLAIX S. & SUCHAUT B. (2012). « Les déterminants sociaux, scolaires et cognitifs de la réussite en première année universitaire ». Revue française de pédagogie, no 180, p. 77-94.

NEUVILLE S., FRENAY M., NOËL B. & WERTZ V. (2013). « La persévérance et la réussite dans l’enseignement supérieur : confrontation du modèle de l’intégration sociale et académique de Tinto et du modèle expectancy-value d’Eccles et Wigfield ». In S. Neuville, M. Frenay, B. Noël & V. Wertz (dir.), Persévérer et réussir à l’université. Louvain : Presses universitaires de Louvain, p. 107-134.

NEUVILLE S., FRENAY M. & SCHMITZ J. (2013). « Réussite et échec en première année d’études universitaires : étude des différences entre les étudiants ». In S. Neuville, M. Frenay, B. Noël & V. Wertz (dir.), Persévérer et réussir à l’université. Louvain : Presses universitaires de Louvain, p. 135-158.

OGIEN A. (1986). « L’affiliation : analyse de la constitution de l’intervention sur autrui ». Pratiques de formation (Analyses), no 11.

PASCARELLA E. T. (1985). « Students’ affective development within the college environment ». Journal of Higher Education, no 56(6), p. 640-663.

PASCARELLA E. T. & TERENZINI P. (1979). « Interaction effects in Spady’s and Tinto’s conceptual models of college dropout ». Sociology of Education, no 52, p. 197-210.

PERRET C. (2015). Le Plan Réussite en Licence : Quelles actions, quels effets, quelles perspectives ? Dijon : Éd. universitaires de Dijon.

PINTO V. (2010). « L’emploi étudiant et les inégalités sociales dans l’enseignement supérieur ». Actes de la recherche en sciences sociales, no 183, p. 58-71.

QUIVY R. & VAN CAMPENHOUDT L. (1988). Manuel de recherche en sciences sociales. Paris : Dunod.

ROCHER G. (1968). Introduction à la sociologie générale. Tome 1. Montréal : HMH.

RUILLER C. (2007). Construction d’une échelle de la perception du soutien social : premiers résultats d’une étude de cas sur un centre hospitalier. Communication au XVIIIe congrès de l’AGRH, organisé en septembre 2007, à Fribourg.

SAUVÉ L., DEBEURME G., FOURNIER J., FONTAINE E. & WRIGHT A. (2006). « Comprendre le phénomène de l’abandon et de la persévérance pour mieux intervenir ». Revue des sciences de l’éducation, vol. 32, no 3, p. 783-805.

SCHMITZ J. & FRENAY M. (2013). « La persévérance en première année à l’université : rôle des expériences en classe, de l’intégration sociale et de l’ajustement émotionnel ». In S. Neuville, M. Frenay, B. Noël & V. Wertz (dir.), Persévérer et réussir à l’université. Louvain-la-Neuve : Presses universitaires de Louvain, p. 83-106.

SCHMITZ J., FRENAY M., NEUVILLE S., BOUDRENGHIEN G., WERTZ V., NOËL B. & ECCLES J. (2010). « Étude de trois facteurs clés pour comprendre la persévérance à l’université ». Revue française de pédagogie, no 172, p. 43-61.

SENÉCAL C. B., VALLERAND R. J. & VALLIÈRES É. F. (1992). « Construction et validation de l’Échelle de la qualité des Relations Interpersonnelles (EQRI) ». Revue européenne de psychologie appliquée, no 42(4), p. 315-322.

TERENZINI P. T. & PASCARELLA E. T. (1977). « Voluntary freshman attrition and patterns of social and academic integration in a university: A test of a conceptual model ». Research in Higher Education, no 6, p. 25-43.

TINTO V. (1975). « Dropout from higher Education: A theorical synthesis of recent research ». Review of Educational Research, no 45(1), p. 89-125.

TINTO V. (1993). Leaving college: Rethinking the causes and cures of student attrition. Chicago : The University of Chicago Press, 2e éd.

VAUX A., PHILLIPS J., HOLLY L., THOMSON B., WILLIAMS D. & STEWART D. (1986). « The Social Support Appraisals (SS-A) Scale: Studies of Reliability and Validity ». American Journal of Community Psychology, vol. 14, p. 195-219.

WILCOX P., WINN S. & FYVIE‐GAULD M. (2005). « “It was nothing to do with the university, it was just the people”: the role of social support in the first‐year experience of higher education ». Studies in Higher Education, no 30(6), p. 707-722.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Par réussite académique nous entendons ici le fait de valider les examens et l’année universitaire.

2 Notre échantillon surreprésente la population féminine (+8 %), les bacheliers généraux (+6 %), les bacheliers avec mention (+6 %), ainsi que les étudiants admis aux examens (+12 %). Il sous-représente les étudiants de 1re année (-9 %).

3 La catégorie défavorisée réunit les ouvriers, les personnes au chômage et sans activité et les retraités ouvriers et employés ; la catégorie moyenne inférieure réunit les agriculteurs, les artisans, les commerçants, les employés ainsi que les retraités agriculteurs, artisans, commerçants et chefs d’entreprise ; la catégorie moyenne supérieure réunit les professions intermédiaires, les techniciens ainsi que les retraités cadres et professions intermédiaires ; la catégorie favorisée réunit quant à elle les cadres et professions intellectuelles supérieures, les chefs d’entreprise, les professions libérales ainsi que les professeurs et instituteurs.

4 Nous appelons cohabitants les étudiants qui résident au logement parental ou familial durant les cours, et décohabitants ceux qui résident en logement indépendant (colocation ou non), résidence universitaire ou foyer.

5 Plus les répondants choisissent les modalités supérieures des échelles de congruence et de fréquence (voir questionnaire en annexe), plus les scores sont élevés.

6 L’absence de colinéarité a été vérifiée pour l’ensemble des modélisations à partir du VIF (Variance Inflation Factor).

7 L’investissement académique renvoie ici à un score agrégeant l’assiduité, les pratiques d’études et le temps de travail personnel (voir questions en annexe)

8 Nous avons choisi de prendre la note finale comme mesure de la réussite puisque des effets bruts relatifs aux quatre scores d’intégration sociale ont été relevés sur cette variable.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Analyse en pistes causales mettant en relation l’intégration sociale étudiante, l’investissement académique et la note finale
Légende Lecture : la flèche du haut illustre l’effet direct de chaque score d’intégration sociale sur la note finale. L’effet indirect transitant par l’investissement académique est illustré par les deux flèches du bas et correspond à la multiplication des deux coefficients associés. Les coefficients représentent l’augmentation en unité de Y (ici la note) pour une unité supplémentaire de X (les scores d’intégration sociale), et s’interprètent selon les seuils de significativité standards (* : 10 % ; ** : 5 % ; *** : 1 %).
URL http://journals.openedition.org/rfp/docannexe/image/7077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Berthaud, « Les effets de l’intégration sociale étudiante sur la réussite universitaire en 1er cycle sont-ils significatifs ? »Revue française de pédagogie, 200 | 2017, 99-117.

Référence électronique

Julien Berthaud, « Les effets de l’intégration sociale étudiante sur la réussite universitaire en 1er cycle sont-ils significatifs ? »Revue française de pédagogie [En ligne], 200 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 26 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/rfp/7077 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfp.7077

Haut de page

Auteur

Julien Berthaud

Université de Bourgogne Franche-Comté, IREDU (EA 7318)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search