Navigation – Plan du site
Espaces, acteurs et supports de médiation

Le Conseil supérieur des programmes : un OVNI dans le ciel de l’Éducation nationale ?

The Superior Board for School Curriculums: a UFO in the sky of the French School board?
Denis Paget
p. 19-25

Résumés

La loi dite de « refondation de l’école » de 2013 a créé une institution originale par sa composition, chargée de missions étendues sur l’élaboration des programmes scolaires et la formation des enseignants, appelée Conseil supérieur des programmes (CSP). Après cinq années de fonctionnement, on peut aujourd’hui tirer un premier bilan du travail accompli, des problèmes rencontrés dans sa composition, sa gouvernance, sa transparence et son indépendance par rapport au politique. Cet article attire l’attention sur la temporalité particulière de la production et de la durée de vie souhaitable des programmes nationaux qui ne peut être calée sur celle des gouvernements et des ministres, sur la nécessité d’une réflexion au long cours, sur la cohérence entre la conception des programmes et les systèmes d’évaluation. L’expérience du CSP révèle également les difficultés d’insertion d’un tel organisme au sein du ministère de l’Éducation nationale entre son indépendance inscrite dans la loi et son rôle de prestataire au service du ministre.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

La fabrique des programmes : dernière roue du carrosse des réformes
Le CSP, un organisme original et pluraliste
Le CSP et ses difficultés
Conclusion

Aperçu du début du texte

La loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République du 8 juillet 2013 a créé un Conseil supérieur des programmes (CSP), installé par le ministre Vincent Peillon le 10 octobre 2013. Ce Conseil est chargé de proposer au ministre des projets de programmes d’enseignement des élèves, mais aussi de réfléchir aux modalités d’évaluation de leurs acquis ainsi qu’à la formation initiale et continue de leurs enseignants. La création de cette institution est inédite au sein de l’Éducation nationale. Ce Conseil a tenté de répondre au souci de rendre transparent le processus d’élaboration des programmes d’enseignement, et à un besoin de renforcement de la cohérence entre les contenus dispensés, les évaluations et la formation des enseignants. L’ampleur des missions, portant sur des objets cruciaux du fonctionnement de l’Éducation nationale, mais souvent considérés comme seconds ou d’arrière-plan par les réformes, s’accompagne d’une composition également inédit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Paget, « Le Conseil supérieur des programmes : un OVNI dans le ciel de l’Éducation nationale ? », Revue française de pédagogie, 201 | 2017, 19-25.

Référence électronique

Denis Paget, « Le Conseil supérieur des programmes : un OVNI dans le ciel de l’Éducation nationale ? », Revue française de pédagogie [En ligne], 201 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rfp/7167 ; DOI : 10.4000/rfp.7167

Haut de page

Auteur

Denis Paget

Professeur de lettres modernes,membre qualifié du Conseil Supérieur des programmes (2013-2018)

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals