Navigation – Plan du site

AccueilNuméros202La recherche en éducation à l'int...La recherche en éducation dans le...

La recherche en éducation à l'interface du politique

La recherche en éducation dans les travaux du Centre Henri Aigueperse

Centre Henri Aigueperse research in education
Denis Adam
p. 29-34

Résumés

La Fédération de l’Éducation nationale (FEN) a été la première centrale syndicale à s’adjoindre un organe chargé, entre autres, de formations et de recherches. Créé en 1986 sous l’appellation Centre d’histoire sociale, de recherches, de formation et de documentation, il devient Centre Henri Aigueperse en 1997. Étonnamment, l’étude des recherches menées par ce Centre montre qu’elles sont assez peu consacrées, en tout cas jusqu’aux années récentes, aux questions d’éducation ou de pédagogie. Les dimensions économiques et sociales, historiques et plus largement de fonction publique sont davantage privilégiées. Si ces orientations peuvent s’expliquer en partie par le financement de ces travaux de recherche octroyé par l’Institut de recherches économiques et sociales (IRES) au titre d’une « quasi-confédération » de fonctionnaires, il faut aussi l’analyser comme le signe que les mandats éducatifs relèvent le plus souvent de la recherche d’un compromis entre les différents syndicats peu compatible avec l’apport d’éclairages extérieurs. Ce n’est finalement qu’avec la stabilisation d’une doctrine éducative portée plus sereinement par la Fédération devenue UNSA Éducation que la confrontation avec la recherche en éducation est possible, souhaitée, développée et productive.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ancien enseignant en école maternelle, conseiller d’éducation populaire et de jeunesse, maître de conférences associé à l’université Paris 13, c’est après de nombreuses et diverses responsabilités syndicales (conseiller syndical du SNI-PEGC puis du SE-UNSA, secrétaire départemental adjoint de la FEN, secrétaire général du SEP-UNSA, secrétaire national de l’UNSA Éducation en charge du secteur éducatif) que j’ai pris la responsabilité, le 13 mars 2018, en tant que délégué général, du Centre Henri Aigueperse, le centre de recherche, de formation et d’histoire sociale de l’UNSA Éducation.
Je n’avais, jusqu’alors été qu’un « utilisateur » du centre. J’avais bénéficié des formations syndicales qu’il propose. J’avais participé aux validations annuelles de son programme de recherche en exécutif national. J’avais, dans ce cadre, conduit avec ma collègue Nathalie Roucous (maîtresse de conférences en sciences de l’éducation à l’université Paris 13) une recherche proposée par le Syndicat de l’Éducation populaire (SEP-UNSA) sur les loisirs éducatifs des enfants.
L’appel à publication de la Revue française de pédagogie est survenu concomitamment à mes réflexions sur la redynamisation du Centre et à mes recherches sur son histoire et celle de son fonctionnement. Il y a beaucoup de lacunes encore dans les archives que j’ai exhumées et dans mes analyses. Les quelques éléments recueillis et présentés ici relèvent davantage du témoignage et d’une réflexion en cours pour mettre en perspective le réalisé et les évolutions à venir.

Texte intégral

Peu de place pour les questions éducatives à la création du Centre

  • 1 Henri Aigueperse (1902-1989) a été secrétaire général du SNI (Syndicat national des instituteurs d (...)

1Le 15 janvier 1986, lors d’un Conseil fédéral national, la FEN (Fédération de l’Éducation nationale) crée son Centre d’histoire sociale, de recherches, de formation et de documentation. Il prendra le nom de Centre Henri Aigueperse1 en 1997 et sera enfin dénommé Centre Henri Aigueperse-UNSA Éducation à partir de 2000, lors du changement de dénomination de la FEN.

2Les statuts initiaux précisent, parmi les buts du Centre : la mise en œuvre d’études, de travaux de recherche, de confrontations sur l’ensemble des problèmes économiques et sociaux concernant la FEN, le mouvement syndical, le mouvement social.

  • 2 FEN Hebdo, no 76 du 24 janvier 1986.

3Dans FEN Hebdo2, le journal interne des militants, l’annonce de la création du Centre fédéral sous la forme associative est justifiée par le fait qu’elle « assurera une assise juridique spécifique aux activités de la FEN dans les domaines de la formation, de la documentation et de la recherche historique et économique ». Ainsi, même si cela peut paraître étrange au premier abord, ce n’est pas dans le domaine éducatif que le Centre est positionné, ni pour les formations – qui sont essentiellement des outillages de militants syndicaux – ni pour la recherche.

4De nombreuses explications peuvent certainement éclairer cette situation. Nous pouvons en avancer rapidement quatre :

  • la FEN, même si elle n’est déjà plus aussi puissante que dans les années 1950 à 1970, reste une importante fédération de fonctionnaires. À ce titre, elle se doit de mener une réflexion plus large que celle portant sur le seul domaine de l’enseignement et fait le choix d’être en pointe dans le champ de la connaissance économique et de la Fonction publique ;
  • la FEN, depuis ses origines, est traversée par des conflits de courants de pensée. Exacerbés dans les années 1980, ces conflits conduiront à la scission en 1992 et à la création de la FSU ; mais aussi à un renouveau dans le syndicalisme interprofessionnel avec la création de l’UNSA, dont la FEN sera la première fédération fondatrice. Jusqu’à cette date, les questions éducatives sont donc difficiles à traiter de manière neutre et objective dans un centre de recherche dont le Conseil d’administration est composé de la représentation proportionnée des courants ;
  • la réflexion éducative est menée à la fois par la Fédération et – majoritairement – par les syndicats nationaux selon leurs champs de compétence (le SNI-PEGC essentiellement pour le 1er degré, le SNES pour le second degré, le SNESUP pour l’enseignement supérieur, le SNETAA pour l’enseignement professionnel…). Il est douteux que les syndicats, à l’époque, aient volontiers accepté de déléguer cette responsabilité au Centre fédéral, encore moins de l’y mutualiser ;
  • dès 1977 la FEN s’est cependant dotée d’un projet éducatif (l’École de l’Éducation permanente). En 1988, elle élabore pour son congrès de La Rochelle un projet pour la réorganisation du système éducatif et la refonte du métier d’enseignant, véritable programme de politique scolaire et éducative, mobilisant les apports de la recherche en éducation autant que les revendications syndicales : « Pour l’avenir de la jeunesse, l’école de l’an 2000 ». Le ministre de l’Éducation nationale Lionel Jospin s’en inspirera fortement pour élaborer sa « Loi d’orientation » de 1989 mais sans en retenir l’élément structurant de l’unification de tous les corps enseignants et surtout sans se donner les moyens d’accompagner pédagogiquement sa mise en œuvre. La FEN est alors déséquilibrée. Son projet pédagogique est vidé de son sens, alors que l’évolution démographique conduit naturellement au renforcement du second degré au détriment du premier et donc au changement de majorité, à moyen terme, de la Fédération. Un des éléments majeurs qui conduira à la scission de la FEN, à la création de la FSU et de l’UNSA.

Figure 1. Les publications du Centre fédéral de la FEN de 1984 à 1992

Figure 1. Les publications du Centre fédéral de la FEN de 1984 à 1992

5Durant les années 1980, puis 1990 (au-delà de la scission), le Centre Henri Aigueperse est composé de quatre départements (recherche, formation, histoire sociale et documentation), de fait relativement indépendants et menant des travaux séparés qui éclairent lointainement l’action syndicale. Ils sont issus de logiques différentes. Le département formation s’impose pour permettre la reconnaissance et le financement de la formation syndicale. Celui d’histoire sociale conduit des travaux dans un cadre collectif en partenariat avec le Centre Malher de l’université Paris 1.

6Les travaux de recherche sont surtout repérables par les publications auxquelles ils conduisent, particulièrement dans les Cahiers du Centre fédéral. Sur les 15 recherches réalisées et publiées entre 1984 et 1992, seule une, en 1985, est consacrée à un thème éducatif. Elle est intitulée Système éducatif et révolution informatique et conduite par Michel Delapierre, Jean Vicard et Émilien Pelissier.

7Une analyse rapide des sommaires des Cahiers du Centre fédéral, publiés à partir de 1992, montre la prégnance des éléments d’histoire, renforcée par la publication une fois par an du mémoire de maîtrise en histoire sociale lauréat du Prix Maitron créé par la FEN, et toujours existant. Ainsi, si le numéro 2 de juin 1992 rend compte des travaux de Marie Duru-Bellat, Jean-Pierre Jaroussin et Alain Minguat sur le thème « de l’orientation en fin de cinquième au fonctionnement du collège », il faudra attendre le no 20 de septembre 1997, cinq ans plus tard, pour retrouver la publication d’un thème éducatif : « La gestion de l’hétérogénéité des publics d’élèves au collège », par les mêmes Marie Duru-Bellat et Alain Minguat.

Le renforcement des recherches, au risque de décalages

8Bénéficiant, au même titre que les confédérations syndicales, de l’apport financier de l’agence d’objectifs de l’IRES (Institut de recherches économiques et sociales, créé en 1982 par l’ensemble des organisations syndicales représentatives françaises avec le concours du gouvernement), le Centre Henri Aigueperse peut mettre en œuvre chaque année plusieurs programmes de recherche. Si les sujets purement pédagogiques sont rares et non souhaités, puisqu’il s’agit d’avoir une vision large des questions sociales et sociétales, les questions éducatives trouvent régulièrement place dans les appels à travaux de recherche portés par le Centre et sont renforcées à partir des années 2000.

9Un petit aperçu pour illustrer cette recrudescence :

  • 2003 : Éducation : l’évolution au tournant de 1989
  • 2004 : Évolution et structure des compétences des élèves à l’école primaire et au collège
  • 2006 : Professionnalisation dans l’Enseignement supérieur
  • 2007 :
    • Éducation et territoire
    • De l’intégration à la scolarisation des enfants handicapés
  • 2008 :
    • L’université tout au long de la vie
    • Socle commun de compétences
  • 2009 :
    • Les loisirs éducatifs
    • La fracture numérique et l’enfant
    • L’enseignement professionnel : à l’épreuve du bac

10La liste pourrait ainsi se prolonger jusqu’aux derniers appels à projet de recherche.

11La procédure retenue conduit à ce que le plus souvent les travaux soient sollicités par l’un des syndicats de la Fédération. Ils sont alors présentés en exécutif fédéral puis sont validés par les instances du Centre Henri Aigueperse. La recherche peut alors être proposée par appel d’offres à une équipe de recherche généralement dans le cadre d’un laboratoire universitaire ou être menée en interne. Dans tous les cas, un comité de suivi est constitué pour chacune des recherches. Il est composé à la fois des chercheurs en charge de la recherche et de militants syndicaux dont les missions sont en lien avec le sujet de celle-ci. Ainsi, les recherches éducatives mobiliseront le secteur éducation de la fédération, certains sujets plus larges, comme l’enseignement professionnel par exemple, impliquent également l’UNSA interprofessionnelle. Ce comité se réunit au moins trois fois durant la durée des travaux. Il participe et réagit à la présentation d’un rapport d’étape à mi-parcours et procède à une audition de présentation lors de la présentation terminale de la recherche. Ses questionnements et ses remarques peuvent conduire à des approfondissements ou précisions au long du travail, comme dans la rédaction du rapport final.

12Plusieurs constats peuvent être mis en avant à partir de cette procédure. Tout d’abord, elle a le plus souvent conduit à retenir des sujets de recherche liés à l’enseignement et proposés par le Syndicat des enseignants (SE-UNSA). Ensuite, la temporalité de ces recherches interroge. S’il est fréquent de rappeler le décalage entre le temps de la décision politique et celui de l’action éducative, il faut aussi reconnaître que le temps de l’action syndicale n’est pas celui de la recherche. Les syndicats ont tendance à solliciter des sujets qui correspondent à leurs interrogations du moment. Les résultats de la recherche seront, quant à eux, rendus entre 18 et 30 mois plus tard. La question sera-t-elle encore dans l’actualité syndicale ? La réponse peut être clairement positive. C’est le cas des travaux sur le numérique. Ils ont permis à l’UNSA Éducation d’être en pointe sur le sujet, avec une position non dogmatique mais réfléchie et équilibrée, reconnue par les partenaires éducatifs comme l’administration.

13C’est également le cas pour les travaux de recherche sur les rapports aux territoires (dans l’éducation scolaire comme dans l’enseignement supérieur ou encore par rapport à la formation professionnelle initiale) qui ont positionné l’UNSA Éducation comme un interlocuteur des collectivités territoriales – particulièrement des Régions – tout en réaffirmant la place indispensable de l’État et des établissements (par exemple dans la revendication de conventions tripartites…).

14C’est aussi le cas en ce qui concerne l’articulation des temps, des acteurs et des activités éducatives scolaires et hors scolaires. Les travaux menés avec les chronobiologistes, avec les mouvements pédagogiques, les mouvements d’éducation populaire et sur le champ des loisirs éducatifs ont forgé la position de l’UNSA Éducation tant sur la défense des 5 demi-journées de classe par semaine que sur le développement des projets éducatifs de territoire (PEDT).

15On pourrait en dire de même pour les travaux conduits sur le socle commun, sur les jeunes invisibles ou sur un sujet plus large, mais constituant une valeur essentielle de l’UNSA Éducation, la laïcité.

16D’autres travaux cependant arrivent en décalage. Ils ne sont plus dans « l’air du temps » et donc leurs résultats, voire même la pertinence de les mener à terme, peuvent être interrogés. C’est le cas lorsque les réformes se bousculent et viennent modifier le fonctionnement scolaire par exemple (c’est récemment le cas avec l’abandon de la réforme du collège et un travail prévu, dans ce cadre, sur l’interdisciplinarité, qui nécessite d’être redéfini).

17Certains sujets ne trouvent pas non plus un usage syndical, un écho ou un public porteur. Ainsi, et on peut certainement le regretter, ce fut le cas pour l’éducation à la consommation, sujet certes passionnant mais qui peine à trouver une concrétisation en France.

18À l’inverse, très médiatiques, certains sujets échappent largement au Centre et à la Fédération comme ce fut le cas de l’étude sur l’usage des SMS et de leur incidence sur l’orthographe, largement diffusée en 2014, mais pratiquement oubliée aujourd’hui alors que la loi vient interdire l’usage des portables à l’école. Le Centre Henri Aigueperse a récemment rappelé l’existence de cette étude pour défendre leurs possibles utilisations pédagogiques.

19Enfin, il faut reconnaître que les partenariats avec les équipes de recherche ont le plus souvent relevé d’une relation ponctuelle, limitée au temps même de la recherche. Le Centre Henri Aigueperse n’a pas alimenté un vivier de chercheurs avec lesquels il aurait, au fil des années, construit des relations de travail et d’échange pérennes. D’une part, parce que très peu de valorisation des résultats des recherches a été proposée. D’autre part, parce que le Centre n’ayant pas d’autres activités en lien avec la recherche (colloques, publications, mise en réseau, veille…), il n’a aucun contact durable à offrir aux chercheurs qui ont travaillé ponctuellement pour lui.

La redynamisation du Centre

  • 3 Extrait de la convocation à l’Assemblée générale extraordinaire du Centre Henri Aigueperse -UNSA É (...)

20Il y a quelques mois (mars 2018), lors du renouvellement de l’équipe nationale de l’UNSA Éducation, une assemblée générale du Centre Henri Aigueperse a été convoquée. Elle avait pour but d’acter des changements organisationnels signe de la redynamisation du Centre : « afin d’être en capacité permanente d’analyser les évolutions de notre société et du champ éducatif sans cesse en mouvement, le Centre Henri Aigueperse, centre de recherche, de formation et d’histoire sociale de l’UNSA Éducation, a besoin de se renforcer, de nouer de nouveaux partenariats, d’être davantage au service du développement de l’UNSA Éducation et ses syndicats »3.

21Si les principaux axes de travail restent identiques, le lien avec la recherche en éducation est fortement affirmé à travers plusieurs démarches :

  • un conseil d’orientation est créé. Il est composé de représentant de l’UNSA Éducation et de ses syndicats ainsi que d’un collège de chercheurs de domaines universitaires variés (sciences de l’éducation, communication, histoire sociale, sociologie, sciences politiques…) et dont les travaux sont en lien avec le champ de l’éducation. Se réunissant au minimum trois fois par an, il propose des sujets de recherche et de publication (pour le site ou la revue), participe à la validation scientifique des démarches de recherches mises en œuvre et assure une veille quant aux travaux de recherches menés par ailleurs dans le champ éducatif. Les membres du Conseil d’orientation peuvent faire partie des comités de suivi des recherches en cours ;
  • nouveau délégué général du Centre (poste nouvellement créé en remplacement de celui de secrétaire général), je suis l’ancien secrétaire national fédéral en charge de l’éducation. Je suis également chercheur associé au laboratoire EXPERICE de Paris 13 ;
  • la nouvelle revue du Centre, intitulée [R], propose un « voyage dans le monde éducatif et culturel en 80 pages, trois fois par an », la lettre numérique mensuelle [Quoi de 9 ?], tout comme le site internet rénové (https://centrehenriaigueperse.com/​) font apparaître des rubriques « recherches » dont l’essentiel des articles rendent compte de travaux de recherches en lien avec le champ éducatif ;
  • de même la rubrique « agenda » de la lettre numérique comme le renouvellement des partenariats tendent à valoriser les liens avec des institutions de recherches en éducation (IFÉ, Lirédu, Injep, CNESCO…), des mouvements pédagogiques (les CRAP-Cahiers pédagogiques…) et des mouvements d’éducation populaire (Ligue de l’enseignement, Ceméa…).

22Pourquoi de tels rapprochements ? Deux raisons principales justifient cette évolution. La première est centrée sur le renouvellement même de la démarche syndicale. Dans la logique du manifeste « Oxygène(s), pour une nouvelle société éducative et solidaire », base du travail du Congrès national de l’UNSA Éducation de Grenoble en mars 2016, une démarche de proximité, de participation, d’ouverture a été initiée. Elle postule la nécessité de ne pas s’enfermer dans un entre-soi de la pensée et de la réflexion, mais de chercher la confrontation, l’enrichissement, le débat avec celles et ceux qui travaillent les sujets éducatifs et sociétaux. Les apports de la recherche entrent dans cette approche.

23La seconde raison relève de la stratégie d’action vis-à-vis des décideurs et en particulier des ministères. De plus en plus, la décision publique, politique et administrative, est guidée et justifiée par des résultats de la recherche, nationale ou internationale. Une organisation syndicale ne peut faire l’impasse de connaître ces résultats. Mieux, elle doit être en capacité de les analyser, de les comparer, de s’appuyer sur d’autres, d’en susciter – voire d’en produire –, afin de pouvoir, à la place qui est la sienne et en toute connaissance de cause, avancer ses propres propositions, faire valoir des amendements, soutenir ou s’opposer aux mesures et réformes portées par les décideurs.

  • 4 L’Internationale de l’Éducation (IE) est la plus grande fédération syndicale mondiale. Elle représ (...)

24L’existence d’un centre de recherche est en ce sens une aide et un appui aux orientations et décisions syndicales. C’est également pourquoi le Centre Henri Aigueperse s’inscrit dorénavant dans le réseau de recherche de l’Internationale de l’Éducation (réseau qui réunit les centres de recherche des organisations syndicales membres de l’IE)4.

25Le rôle du Centre est avant tout d’apporter un éclairage et des perspectives. Il s’inscrit à la fois dans une prise de distance et dans un temps plus long. Il ne gère pas au quotidien les décisions et les actions, mais il permet de les appréhender sous d’autres angles, complémentaires à la vision militante. C’est un outil au service de l’action syndicale.

26Pour le Centre Henri Aigueperse, qui a supprimé sa structuration en départements autonomes, il y a interactions entre la recherche, la formation et l’histoire sociale. Les résultats de la recherche, y compris de la recherche historique, doivent venir nourrir les contenus des formations à la fois dans un souci de consolidation des pratiques militantes mais également dans le but d’un renforcement du développement professionnel des personnels d’éducation.

27Ainsi l’une des recherches en cours (dans le cadre de l’agence d’objectif de l’IRES), consacrée à « l’accueil et l’accompagnement des enfants migrants et allophones », se traduira dès octobre prochain par une semaine de formation syndicale et professionnelle en Guyane sur ce sujet particulièrement sensible sur ce territoire. Ce sera l’occasion à la fois de construire un savoir et de le confronter à la réalité locale, de porter des attentes et revendications syndicales, mais aussi d’armer les personnels afin de mieux pouvoir répondre à leur mission éducative.

28Ainsi, malgré une trentaine d’années d’existence, ce n’est que récemment que le Centre Henri Aigueperse a fait évoluer son implication dans la recherche en éducation. Limitée à sa création, elle vise aujourd’hui à devenir un axe essentiel qui apporte un regard distancié et des données fiables, éclaire l’action syndicale en lui permettant de s’ancrer dans des expertises reconnues, offre un contenu renouvelé à la formation des militants de l’UNSA Éducation et de ses syndicats et au développement professionnel des personnels d’éducation. La redynamisation du Centre correspond à un besoin et à une volonté : ceux de construire le syndicalisme de demain, comme une force de proposition et de progrès, proche des collègues, agissant de manière claire, participative, constructive. En participant à la construction et à la diffusion des résultats de la recherche, en proposant des formations, en rappelant les avancées de l’histoire, le Centre participe à ce renouveau.

Haut de page

Notes

1 Henri Aigueperse (1902-1989) a été secrétaire général du SNI (Syndicat national des instituteurs de la FEN) de la Libération à 1953. En 1948, il préservera l’unité organique du Syndicat et de la Fédération au prix de son passage à l’autonomie. Dès sa retraite, Henri Aigueperse s’engage dans la recherche en histoire sociale et dans le développement de la formation militante. Il aura beaucoup œuvré à la création du Centre.

2 FEN Hebdo, no 76 du 24 janvier 1986.

3 Extrait de la convocation à l’Assemblée générale extraordinaire du Centre Henri Aigueperse -UNSA Éducation du 13 mars 2018.

4 L’Internationale de l’Éducation (IE) est la plus grande fédération syndicale mondiale. Elle représente trente-deux millions d’employés de l’éducation par l’intermédiaire de quatre cents organisations d’enseignants et d’employés de l’éducation réparties dans cent soixante-dix pays et territoires à travers le monde.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les publications du Centre fédéral de la FEN de 1984 à 1992
URL http://journals.openedition.org/rfp/docannexe/image/7426/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Adam, « La recherche en éducation dans les travaux du Centre Henri Aigueperse »Revue française de pédagogie, 202 | 2018, 29-34.

Référence électronique

Denis Adam, « La recherche en éducation dans les travaux du Centre Henri Aigueperse »Revue française de pédagogie [En ligne], 202 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rfp/7426 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfp.7426

Haut de page

Auteur

Denis Adam

Délégué général du Centre Henri Aigueperse, UNSA Éducation

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search