Navigation – Plan du site

AccueilNuméros202La recherche en éducation à l'int...Le savant et le syndicat : cinqua...

La recherche en éducation à l'interface du politique

Le savant et le syndicat : cinquante ans de rapport critique du SNES avec la recherche en éducation

Scholars and trade unions: Fifty years of critical relationship between the SNES and research in the field of education
Hervé Le Fiblec
p. 35-42

Résumés

Les rapports que le principal syndicat enseignant du second degré entretient depuis une cinquantaine d’années avec la recherche en éducation sont le reflet des variations de son orientation syndicale et du déplacement des points nodaux du débat éducatif. D’abord porté par les perspectives de transformation de l’école, il en fait un usage pédagogique et polémique dans l’objectif d’imposer ses propositions dans le débat. Puis, en partie dépassé par la récupération libérale des savoirs critiques, il prend ses distances vis-à-vis des chercheurs-experts qu’il estime souvent instrumentalisés par le pouvoir, avant de chercher à développer, de façon autonome, des recherches qui interrogent aussi la spécificité du travail enseignant dans un salariat en mutation.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le développement et la popularisation de la recherche en éducation, à la fin des années 1960, un demi-siècle de recul permet d’examiner la réception par les enseignants des travaux menés dans ce domaine. Il est bien sûr que l’on ne peut se fonder sur les positions et discours de leurs organisations syndicales, même majoritaires, pour en déduire l’opinion des enseignants. Pour autant, ces organisations entretiennent avec la profession qu’elles représentent des liens certes moins forts aujourd’hui qu’hier, mais assez importants pour qu’on puisse se faire une idée des questions en débat, de la façon dont elles se posent et des réponses apportées.

2L’intérêt, éventuellement critique, du syndicalisme enseignant pour la recherche a fait l’objet, il y a une quinzaine d’années, d’un travail collectif approfondi, qui reste une référence (Robert, 2004). Celui-ci montrait notamment que le recours à la recherche, fréquent à partir des années 1980, s’il n’a pas totalement écarté les risques d’instrumentalisation, y compris sous la forme d’un « discours second », a surtout permis une mutation vers un syndicalisme plus réflexif. Nous nous proposons ici d’apporter un éclairage qui n’a pas prétention à rénover ces approches, mais plutôt, en nous centrant sur une organisation particulière, le Syndicat national des enseignements de second degré (SNES), majoritaire parmi les personnels des lycées et collèges, et en examinant la question dans la durée, d’essayer de cerner les rapports qu’entretient ce syndicalisme avec la recherche.

Pour une recherche « subversive »

3Au-delà des aspects plus politiques (Dalançon, 2007), le changement de majorité au sein du SNES en 1967 induit une transformation de son rapport à la recherche.

  • 1 Tenu en mars 1968 à l’initiative de l’Association d’étude pour l’expansion de la recherche scienti (...)
  • 2 L’Université syndicaliste [U.S.], no 8, 8 janvier 1969, p. 34.

4Cette réorientation est d’abord l’œuvre d’un homme, Jean Petite, militant de la nouvelle majorité mais appartenant à la gauche chrétienne, et qui sera secrétaire pédagogique du syndicat jusqu’en 1981. Participant avec un certain enthousiasme au colloque d’Amiens de 19681, il est convaincu de la nécessité d’une transformation de l’école, mais aussi que celle-ci ne se fera pas sans l’adhésion des enseignants, qui sont majoritairement peu conscients du rôle que leurs pratiques jouent dans la perpétuation d’un système socialement sélectif, et peu enclins à les changer. Pour lui, « tourner en dérision ceux qui chercher à améliorer l’acte pédagogique et à répondre aux légitimes interrogations des élèves, c’est entretenir un conservatisme qui ne sauvegarde même pas la liberté individuelle »2.

  • 3 U.S., no 8, 8 janvier 1969.
  • 4 Auteur, en 1949, du Professeur psychologue (PUF) où il relate son observation des élèves des « cla (...)
  • 5 16e colloque de l’Association internationale de pédagogie expérimentale de langue française, consa (...)

5Pour éviter le décrochage de sa représentativité, sensible lors des élections professionnelles de 1969, ou le repli sur des approches traditionnelles, voire traditionalistes, de la pédagogie (Le Fiblec, 2018), le SNES va faire écho aux travaux scientifiques, à destination d’une profession à convaincre. La recherche est ainsi convoquée quand le syndicat se sait en grande partie en porte-à-faux avec son milieu. Ainsi, lors du débat sur la notation et l’évaluation des élèves, il se réfère explicitement3 aux travaux les plus récents d’Henri Piéron et de Lucien Lefèvre4, et, sans le citer, aux débats du colloque de Lyon5.

6Du fait de la « politisation » du débat pédagogique (Prost, 2004), la direction est sur la corde raide. Refusant l’immobilisme prôné par les forces syndicales conservatrices, elle s’oppose aussi à un « pédagogisme » qui ferait de la transformation des méthodes l’unique moyen du changement, et rejette les critiques radicales de l’école qui servent de référence à certains courants minoritaires ou à la nouvelle direction du Syndicat général de l’Éducation nationale après 1972 (Ferhat, 2018).

  • 6 U.S., no 15, 13 avril 1972, p. 27.

7Le congrès de 1972 fixe le cadre théorique de la réflexion syndicale sur la transformation de l’école. Pour le SNES, « l’école n’est ni un instrument privilégié de domination ni un instrument privilégié de libération. De la même façon que la crise actuelle de l’école dans notre pays est inséparable de la crise sociale, les luttes pour la démocratisation de l’école sont inséparables de l’ensemble des luttes qui se déroulent dans notre pays »6.

  • 7 U.S., no 5, 8 novembre 1972.
  • 8 U.S., no 6, 4 décembre 1968, p. 16.

8La recherche en éducation est d’abord un outil de légitimation de sa critique du système scolaire et de sa volonté de changement à la fois en direction des enseignants et du ministère. Le SNES joue ainsi un rôle important dans la popularisation des travaux de Bourdieu (Masson, 2005), et plus globalement du Centre de sociologie européenne, réalisant un long entretien7 avec Claude Grignon qui vient de publier L’ordre des choses (1971). Les travaux d’Alfred Yates, alors quasiment inconnus du public enseignant, sont cités dès 1968 pour justifier une critique de la répartition et du regroupement des élèves en « types » auxquels devraient correspondre des « types » d’établissements et des « types » d’enseignants. Le SNES souligne que ces travaux « montrent que tout groupement tend à exagérer les distinctions sur lesquelles il est fondé, et que toute ségrégation artificielle tend à provoquer un nivèlement par le bas »8.

9Le dialogue avec les chercheurs, au travers des colloques et journées d’études organisés pendant les années 1970, participe aussi de l’ouverture de l’activité syndicale sur la société en la faisant sortir des établissements, ainsi qu’à la quête d’une identité nouvelle, par affichage d’affinités avec un réseau dont le syndicat serait le centre. Y dominent les chercheurs ayant aussi une activité militante, politique ou, surtout, syndicale, comme Gérard Vergnaud, Paul Mazliak ou Robert Mérand. Les militants communistes sont les plus nombreux, sans exclusive cependant. Deux figures importantes de ce réseau, Georges Snyders, et, surtout, Viviane Isambert-Jamati, qui apparaît comme une référence centrale, ont ainsi eu des rapports complexes avec le PCF, le premier l’ayant quitté pendant de nombreuses années, l’autre n’y ayant jamais adhéré, mais se positionnant comme « compagnon de route ».

  • 9 U.S., no 16, 21 avril 1971.
  • 10 Motion du congrès de 1971.

10Cette valorisation de la recherche, très nette après le congrès de 1971, où est adoptée une longue motion intitulée « Pour une véritable recherche pédagogique »9, est un des aspects d’une stratégie visant à imposer les conceptions pédagogiques du syndicat. D’abord à l’interne de la Fédération de l’Éducation nationale (FEN) : contrairement au Syndicat national des instituteurs, qui défend le maintien d’une formation initiale et continue dans les écoles normales, pierre angulaire de l’identité professionnelle des instituteurs, le SNES réclame leur universitarisation, et donc la formation de tous à la recherche (Dalançon, 2010). Le syndicat insiste aussi sur la nécessité de la recherche-action et le développement d’un lien constant entre « les chercheurs en pédagogie appliquée et l’ensemble des praticiens »10.

11Il défend une liberté pédagogique tempérée, contre les initiatives qu’il qualifie de « gauchistes ». Les apports de la recherche peuvent seuls justifier les changements des pratiques pédagogiques. Il met donc en avant les travaux compatibles avec une transformation plus qu’une « destruction » de l’école, et fait un faible écho aux travaux qui induisent des remises en cause auxquelles il n’adhère pas, comme ceux de Baudelot et Establet (1972), ou plus tard de Guy Vincent (1980).

  • 11 U.S., no 26, 20 avril 1977.
  • 12 Les actes du colloque organisé en 1975 par le CRESAS ne seront publiés qu’en 1978 sous le titre Le (...)

12Mais au fil des années 1970, l’usage de la recherche connaît une inflexion : il s’agit moins de convaincre la profession que de contester les conceptions éducatives du pouvoir. Ainsi, le congrès de Nancy11 (1977) analyse la réforme du Centre de recherche de l’éducation spécialisée et de l’adaptation scolaire (CRESAS) comme une remise au pas après que ses travaux ont contredit la lecture officielle du rôle du « potentiel génétique » dans l’échec scolaire12.

  • 13 U.S., no 26, 25 avril 1979, p. 28.

13La recherche est alors appréciée parce que participant d’une démarche contestataire : « la recherche pédagogique est […] muselée, bâillonnée, parce que jugée subversive ». Pour le syndicat, « se battre pour la recherche pédagogique, c’est contribuer dans le champ pédagogique à démocratiser l’enseignement et à en améliorer la qualité », comme le dit la motion13 du congrès de Bordeaux (1979).

Du désenchantement à la disqualification

14Ce congrès est cependant le dernier qui y consacre une motion spécifique. Une série de ruptures va conduire le syndicat du désenchantement vis-à-vis de la recherche à une méfiance, voire une disqualification de ses acteurs.

  • 14 L’Institut national de recherche et de documentation pédagogique devient Institut national de rech (...)
  • 15 U.S., no 18, 8 février 1978.
  • 16 U.S., no 8, 25 octobre 1978.

15La première rupture se produit à la fin des années 1970. Les politiques de René Haby et de son successeur Christian Beullac sont perçues comme autoritaires et se traduisant par une reprise en main idéologique de la recherche. Dès 1976, le transfert au Centre national de documentation pédagogique (CNDP) des missions de documentation pédagogique de l’Institut national de recherche et de documentation pédagogique (INRDP)14 est interprété comme la création d’un filtre politique entre la recherche et ses résultats d’une part, la profession et ses pratiques d’autre part. Le SNES trouve confirmation de ses inquiétudes dans l’utilisation des moyens à peine naissants de la formation continue des personnels pour faire la promotion de la politique du ministre. Il dénonce les « stages Haby »15 qui visent « uniquement à une meilleure application de la réforme »16.

  • 17 « Inauguration (enfin !) du C.E.S. audio-visuel de Marly-le-Roi », U.S., no 20, 28 mai 1969, p. 8.
  • 18 U.S., no 27, 27 avril 1977.

16Enfin, la décision de clore, à l’issue de l’année scolaire 1979-1980, l’expérimentation pédagogique menée au collège de Marly-le-Roi depuis 1966, citée en exemple dès 196917, marque les esprits. La participation de militants du SNES à cette expérience au niveau local, et notamment de Rosette Spire, qui entre au secrétariat national en 1978, n’est sans doute pas pour rien dans cet intérêt manifeste, et dans le surinvestissement syndical sur ce dossier. Mais cela illustre aussi les craintes exprimées par le syndicat, après les journées d’études de mars 1977, d’une expérimentation réduite à « explorer les orientations définies par la réforme ministérielle »18.

  • 19 U.S., no 5, 29 septembre 1976.

17On trouve là les raisons d’un désenchantement : le syndicat qui avait fait le pari d’une utilisation de la recherche pour une évolution du métier conforme à ses attentes est pris de cours par la récupération des savoirs critiques dans la logique d’un management libéral (Derouet, 2006). La crainte d’une recherche en éducation « étroitement soumise à la politique et aux objectifs ministériels, réduite à la transmission de recettes, sur un fond de propagande officielle »19, c’est-à-dire instrumentalisée par le pouvoir, devient alors un prisme en partie déformant de sa réception par le syndicat.

  • 20 Motion du Congrès national de La Baule, U.S., no 53, 21 avril 1983.
  • 21 Y militent notamment Jean-Louis Derouet, Marie-Claude Besson, Jean-Pierre Astolfi (entretien avec (...)

18En 1983, la revendication de création d’un « grand institut national de recherche en éducation »20 est l’expression d’un intérêt constant pour la recherche et une remise en cause de l’usage que veut faire le pouvoir de la recherche institutionnelle et plus particulièrement de l’INRP, au sein duquel existe une section syndicale active21.

19Après 1981, le recours assez systématique avant toute réforme au rapport préparatoire, confié à une personnalité souvent issue de la recherche, assez caractéristique de la méthode d’Alain Savary, va accélérer au sein du syndicat cette mise à distance par une forme de disqualification de la figure du chercheur-expert, instrumentalisé par le pouvoir. Le sort de la mission de Louis Legrand sur le collège est tout à fait significatif. L’ancien directeur de l’INRP n’a pas, au départ, à faire face à des préjugés négatifs. Malgré des désaccords, essentiellement sur la redéfinition des contenus demandée par le SNES depuis le début des années 1970, la réception des travaux de la commission est plutôt bonne. Jusqu’au moment où Legrand formule des propositions sur le service des enseignants, qui vont susciter l’opposition du syndicat, et, plus encore que celles sur le tutorat, la mobilisation des professeurs. Lorsque le rapport est publié, en décembre 1982, la messe est dite, et l’autorité intellectuelle de Legrand minée par le contenu de la « lettre ouverte » qu’il avait adressée en octobre aux enseignants pétitionnant contre ses projets.

  • 22 U.S., no 65, 17 octobre 1983.

20Peu ou prou, le sort de la commission menée par Antoine Prost, un an plus tard, est sensiblement le même. Dans un premier temps, le syndicat met en avant la reprise de certaines de ses propositions pour le lycée22. Mais là encore, c’est la question du service des professeurs qui provoque la rupture, le SNES acceptant plus ou moins de nouvelles missions pour les enseignants, sous réserve de leur intégration dans le service, qui n’est pas préconisée par le rapport final.

  • 23 Témoignage de Louis Weber, secrétaire national du SNES, publié dans Points de repères, revue de l’ (...)

21L’idée finit par prévaloir que le contenu pédagogique des rapports n’est que le masque des objectifs réels, budgétaires : « c’est le service des enseignants qui était fondamentalement en cause, sous le double aspect qualitatif (la bivalence) et quantitatif »23.

22Le désaccord sur le contenu politique et corporatif des rapports, qui d’ailleurs souvent échappe au domaine d’expertise du chercheur missionné, prime sur l’examen des savoirs et recherches mobilisés dans le cadre des travaux des commissions, et la participation des chercheurs est lue comme une caution presque naïve donnée à des choix pré-établis ou contraints.

23Parfois, le contexte politique global est même déterminant : le cas de Philippe Meirieu, acceptant en 1998 une mission sur la réforme du lycée de la part d’un ministre en plein conflit avec le SNES, rapidement élargi à l’ensemble de la profession (Bon & Prost, 2011), conduit à une disqualification a priori de ses propositions, voire par une extension sans doute abusive, de son autorité scientifique. Comme il le dit lui-même, « quand le politique mobilise un expert, il l’instrumentalise, il l’utilise en tant qu’expert, non en tant que chercheur » (Robert, 2004, p. 110).

  • 24 C’est ce que développe Georges Snyders (1976).
  • 25 U.S., no 112, 17 mai 1985.
  • 26 U.S., no 211, 22 mars 1989, p. 16.
  • 27 Voir la réflexion critique de Jean-Michel Zakartchouk dans Les Cahiers pédagogiques (2002).
  • 28 U.S., no 510, novembre 1999.

24En regard, le positionnement politique du chercheur devenu expert peut conditionner la lecture de ses travaux par le syndicat. Le cas de Pierre Bourdieu est de ce point de vue tout à fait significatif : auteur de référence après la publication des Héritiers, il est mis à distance dans les années qui suivent du fait de son assimilation à une « critique radicale » que le syndicat récuse24. À l’inverse, les propositions du rapport qu’il rédige au nom du Collège de France, en 1985, sont critiquées comme visant à la création d’un « système à l’américaine »25. En 1989, le rapport sur les contenus d’enseignement qu’il co-signe avec François Gros suscite des réactions plutôt mesurées. Denis Paget souligne qu’il s’agit d’un « document important », qui « essaye de baliser les démarches et les savoirs fondamentaux ainsi que les types d’organisation des enseignements ». Quant aux « interrogations » qu’il soulève, elles concernent surtout la mise en œuvre pratique de ses orientations26. Mais cela n’empêche pas le SNES de participer plus tard, à sa transformation en « icône »27, figure symbolique de l’alliance du savant et du politique (Bouveresse, 2003) : l’entretien qu’il accorde à L’Université syndicaliste en novembre 199928 fait ainsi la couverture de la publication et, presque vingt ans plus tard, Frédérique Rolet, secrétaire générale du SNES, conclut son discours d’ouverture du congrès national de Rennes (2018) par une citation de cet auteur.

Faire soi-même et faire apparaître des problématiques nouvelles

25Cette mise à distance va conduire le syndicat à chercher d’autres moyens, mieux maîtrisés, de concilier recherche, prise en compte de la parole des enseignants et syndicalisme. L’usage polémique de la recherche cède la place à une approche plus réflexive compatible avec la volonté, plus ou moins consciente, du syndicat de prendre une place centrale dans la professionnalisation des enseignants.

26Au milieu des années 1980, deux initiatives en témoignent. La première est la création en 1986 de l’Institut de recherches historiques sur le syndicalisme dans les enseignements de second degré (IRHSES). Si l’objectif premier est de se doter d’un centre de formation syndicale distinct de celui de la FEN dans un contexte de crise interne, cet institut va se forger, sous la direction d’Alain Dalançon, une identité à la fois comme centre d’archives et comme centre de recherche en histoire travaillant essentiellement sur ses ressources propres. Les objectifs ambitieux des débuts, rivaliser avec les grands instituts syndicaux comme l’IHS-CGT ou le Centre fédéral de la FEN, ne seront pas vraiment atteints. Faute d’équipes assez étoffées, son activité s’est parfois limitée au recueil de témoignages de militants ou à la vulgarisation. Les recherches qu’il a cependant menées n’ont par ailleurs été intégrées que tardivement ou ponctuellement à la formation des militants.

  • 29 Voir le témoignage de Patrick Rayou, in Robert, 2004, p. 72-80.
  • 30 Entretien croisé avec Élisabeth Chatel, Jean-Yves Rochex et Jean-Luc Roger, U.S., no 352, 8 décemb (...)

27Au même moment est créée la revue Degrés, à l’existence relativement brève (septembre 1984-mai 1986). Animée principalement par Patrick Rayou, qui suivra ensuite une carrière universitaire, elle mêle approches disciplinaires et transdisciplinaires, comptes-rendus critiques d’expérimentations, écho des recherches en éducation29, et ouvre la voie à la création d’un « groupe métier » dans la structure nationale du syndicat. Celui-ci va être l’interface du projet de recherche Le métier d’enseignant du second degré et ses évolutions, dirigé par Jean-Yves Rochex, dont les conclusions paraissent en 1994 (Chatel, Rochex, Roger et al., 1994) et qui font l’objet d’un écho relativement limité et assez tardif dans la presse syndicale30. Cette prudence s’explique peut-être par le caractère inédit de la démarche, entièrement pilotée par une équipe de chercheurs, et consécutive à un appel d’offres institutionnel sur la « modernisation du service public ».

  • 31 C’est d’ailleurs ainsi que Denis Paget, alors co-secrétaire général du SNES, en présente, en 2003, (...)

28L’autre descendance de Degrés se trouve dans l’observatoire des contenus et des pratiques, créé en 1999, qui reprend l’objectif de « capitalisation des savoirs issus des pratiques et [de] leur circulation » (Bouthors, 2004, p. 307-308) qui caractérisait la revue. Cependant, son objet reste mal défini. Initialement conçu comme observatoire des pratiques31, il s’élargit finalement aux contenus d’enseignement, au risque de ne proposer qu’une juxtaposition de réflexions sur les programmes et la didactique des disciplines. De fait, même s’il n’est pas formellement abandonné, son activité déclinera progressivement, se confondant à celle du secteur « contenus », faute surtout d’une prise en charge suffisante par les structures syndicales locales, condition essentielle de la réalisation de son projet.

29Sans délaisser la recherche en éducation, l’intérêt du SNES se porte aussi sur d’autres domaines. Ce déport s’explique par les transformations du contexte. Dans les années 2000, la démocratisation quantitative du second degré fait désormais l’objet d’un consensus politique. Le rapport annexé à la Loi d’orientation de 2005 affiche des objectifs qui faisaient encore, à la fin des années 1980, l’objet d’un débat clivant entre droite et gauche. Même l’éducation prioritaire est intégrée par la droite, au prix il est vrai d’une inflexion de son projet (Bongrand, 2011 ; Rochex, 2016). Le débat porte donc moins sur les objectifs affichés que sur les moyens, domaine où la recherche a évidemment son intérêt, mais aussi, d’un point de vue plus politique, sur la sincérité et les arrières-pensées, domaines dans lesquels le chercheur peinerait à trouver sa place.

  • 32 Trois au début des années 1980 (SNES-FEN, SGEN-CFDT et SNALC), six à partir des années 1990 (avec (...)
  • 33 Ce fut notamment le cas sur la « masterisation », même s’ils étaient, comme toujours quand il s’ag (...)

30De plus, la multiplication des organisations syndicales32, dont certaines ont des orientations pédagogiques très proches, réduit le caractère déterminant de ces questions dans le débat intersyndical. La scission de la FEN et la création en 1993 de la Fédération syndicale unitaire (FSU) provoquent une certaine homogénéisation : les débats peuvent être tendus33, mais ils ne s’inscrivent plus dans la confrontation de projets de société et pédagogiques généraux fondamentalement incompatibles et assumés comme tels. S’il serait excessif de parler de « dépolitisation » du débat pédagogique, ses enjeux ne sont plus pour le syndicat, dans un système scolaire à la structure globalement stabilisée, aussi lourds que dans les décennies précédentes.

  • 34 Revue « Nouveaux regards », créée en 1995, à laquelle succède en 2012 « Regards croisés ».
  • 35 Un « chantier » est une équipe de recherche organisée autour d’un objet particulier au sein de l’I (...)

31Enfin, la décision prise en 2004 par la FSU de s’élargir à l’ensemble des secteurs de la fonction publique n’est pas non plus sans effets. L’examen des « dossiers » centraux de la revue de son Institut de recherche34 est de ce point de vue significatif. Depuis 2009, sur trente-cinq numéros parus, seuls six sont clairement centrés sur les questions scolaires. Cet institut n’a d’ailleurs plus mis en place de « chantier »35 dont l’objet soit clairement lié à l’école. La transformation, en 2009, du chantier « Nouvelles figures de la performance à l’école », ouvert en 2007, en « Nouveau management public » est représentative d’une logique de « déscolarisation » de ses domaines de recherche.

32Ainsi, ce n’est pas avec une équipe de recherche en éducation que le SNES entame un nouveau partenariat en 2001, mais avec le laboratoire de psychologie du travail et clinique de l’activité du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), dirigé par Yves Clot. Le lien avec la recherche menée dans les années 1990 se fait par l’entremise de Jean-Luc Roger, qui pilote le projet, mais la perspective est très sensiblement différente : sans en nier totalement la spécificité, la recherche est problématisée autour du « travail sur le travail », sur l’activité des enseignants.

  • 36 C’est d’ailleurs ce que le syndicat met en avant (« Favoriser les collectifs de pairs », site du S (...)

33On retrouve dans la démarche telle que la conçoit le SNES l’objectif d’une recherche-action. Le but est d’aboutir à une activité syndicale concrète, visant à la transformation du rapport au travail des participants, avec la mise en place de collectifs de « travail sur le travail » entre pairs, hors hiérarchie : on passe d’une exploitation syndicale des résultats de la recherche à une recherche comme et pour l’activité syndicale36. Après 2015, d’ailleurs, le syndicat valorise cette recherche en développant des « collectifs métiers » fonctionnant selon le modèle des groupes mis en place pendant la phase antérieure, mais sans présence de chercheurs. La démarche, cependant, reste quantitativement limitée, principalement du fait de son originalité et donc de son hétérogénéité par rapport à la culture syndicale (Cardoso & Remermier, 2018).

34Si l’objectif est de se centrer sur le « métier », il y a cependant un très net changement de paradigme, qui correspond aussi à un glissement dans la façon de considérer l’enseignant. Si le SNES ne renie pas le « syndicalisme de métier » qu’il a toujours revendiqué, il est de plus en plus enclin à considérer que les enseignants sont soumis aux mêmes contraintes que le reste du salariat et que leur condition doit être analysée et appréhendée comme telle.

Conclusion

35L’examen de ces cinquante années de partenariat et de réception critique de la recherche par le SNES montre à quel point cette question est loin d’être déconnectée des questions syndicales centrales, même si elle apparaît pour de nombreux militants comme secondaire, voire peu légitime.

36Pourtant, au travers de ces évolutions, c’est l’histoire d’une orientation syndicale dans la durée, de ses continuités et de ses ruptures, qui peut se lire. L’usage de la recherche sert d’abord à convaincre de la nécessité du changement d’une profession en partie désarçonnée par Mai 68, puis d’arme pour la lutte contre les politiques giscardiennes. L’appropriation par interprétation des savoirs critiques devient ensuite l’objet d’une lutte entre le syndicat et le pouvoir.

37La période récente est, elle, marquée par une forme de déprofessionnalisation partielle du syndicalisme enseignant, de rapprochement de ses préoccupations principales de celles des autres syndicats de salariés, à quoi correspond la recherche d’outils d’analyse des transformations réelles, plus que de celles souhaitées, du travail enseignant par le prisme des transformations du salariat dans son ensemble.

38Cette dernière évolution devrait particulièrement intéresser les chercheurs en sciences de l’éducation, en ceci qu’elle pourrait les conduire à interroger plus encore une liberté pédagogique de l’enseignant inscrite dans les textes, en pensant non seulement ce que l’école fait des élèves mais aussi ce qu’elle fait des enseignants, qui sont sans doute tout autant que les élèves des « productions » d’un système qu’ils sont loin de maîtriser autant qu’ils le pensent, ou qu’on peut penser qu’ils le fassent.

Haut de page

Bibliographie

BAUDELOT C. & ESTABLET R. (1972). L’école capitaliste en France. Paris : F. Maspéro.

BON A. & PROST A. (2011). « Le moment Allègre (1997-2000) ». Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 100.

BONGRAND P. (2011). « L’introduction controversée de l’“excellence” dans la politique française d’éducation prioritaire (1999-2005) ». Revue française de pédagogie, no 177, p. 11-24.

BOUTHORS M. (2004). « Degrés, une expérience au carrefour de projets d’intéressement à la recherche ». In A. D. Robert (dir.), Le syndicalisme enseignant et la recherche en éducation. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble ; INRP, p. 307-317.

BOUVERESSE J. (2003). Bourdieu, savant et politique. Marseille : Agone.

BRUCY G. (2003). Histoire de la FEN. Paris : Belin.

CARDOSO A. & REMERMIER C. (2018). « Prendre soin du travail, une exigence pour l’activité syndicale et la défense des métiers ». Agone, no 62.

CHATEL É., ROCHEX J.-Y., ROGER J.-L. et al. (1994). Le métier d’enseignant du second degré et ses évolutions. Paris : INRP-Université Nancy II (LASTES).

CRESAS (1978). Le Handicap socio-culturel en question. Paris : ESF.

DALANÇON A. (2007). Histoire du SNES, tome 2. Paris : IRHSES.

DALANÇON A. (2010). « La formation des maîtres du second degré (1967-1973), un enjeu déterminant dans la FEN ». In F. Bosman, J.-F. Chanet, L. Frajerman & J. Girault, La Fédération de l’éducation nationale (1928-1992). Histoire et archives en débat. Lille : Presses universitaires du Septentrion.

DEROUET J.-L. (2006). « Entre la récupération des savoirs critiques et la construction des standards du management libéral : bougés, glissements et déplacements dans la circulation des savoirs entre recherche, administration et politique en France de 1975 à 2005 ». Revue française de pédagogie, no 154, p. 5-18.

FERHAT I. (2018). « Une forme scolaire libératrice ou reproductrice ? ». In J.-Y. Séguy (dir.), Variations autour de la « forme scolaire ». Mélanges offerts à André D. Robert. Nancy : Presses universitaires de Nancy ; Éditions universitaires de Lorraine.

GRIGNON C. (1971). L’ordre des choses. Les fonctions sociales de l’enseignement technique. Paris : Éd. de Minuit.

LE FIBLEC H. (2018). « Les influences du colloque d’Amiens sur les débats internes du syndicalisme enseignant. Le cas du SNES dans la FEN (1967-1974) ». Communication au colloque « Le Colloque d’Amiens, mars 1968 », 8-9 mars 2018. En ligne : <https://webtv.u-picardie.fr/watch_video.php?v=1WS4428MKW86> (consulté le 7 mai 2019).

MASSON P. (2005). « Premières réceptions et diffusion des Héritiers (1964-1973) ». Revue d’histoire des sciences humaines, no 13.

PROST A. (2004). « 1968, ou la politisation du débat pédagogique ». In J. Girault (dir.), Les enseignants dans la société française au xxe siècle. Paris : Publications de la Sorbonne.

ROBERT A. D. (1995). Le syndicalisme des enseignants. Paris : CNDP

ROBERT A. D. (dir.) (2004). Le syndicalisme enseignant et la recherche en éducation. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble ; INRP.

ROBERT A. D. (2008). « Autour de mai 1968, la pédagogie en question. Le colloque d’Amiens ». Les Sciences de l’éducation – pour l’Ère nouvelle, no 2008/3.

ROCHEX J.-Y. (2016). « Faut-il crier haro sur l’éducation prioritaire ? Analyses et controverses sur une politique incertaine ». Revue française de pédagogie, no 194, p. 91-108.

SNYDERS G. (1976). École, classe et lutte des classes. Paris : PUF.

VINCENT G. (1980). L’école primaire française. Étude sociologique. Lyon : Presses universitaires de Lyon.

ZAKARTCHOUK J.-M. (2002). « Pas une icône, mais un auteur à lire... ». Les Cahiers pédagogiques, no 402.

Haut de page

Notes

1 Tenu en mars 1968 à l’initiative de l’Association d’étude pour l’expansion de la recherche scientifique, ce colloque qui réunit plusieurs centaines de participants aboutit à une série de propositions pour la transformation du système éducatif qui seront au centre du débat éducatif durant les décennies suivantes (à ce sujet, voir Robert, 2008).

2 L’Université syndicaliste [U.S.], no 8, 8 janvier 1969, p. 34.

3 U.S., no 8, 8 janvier 1969.

4 Auteur, en 1949, du Professeur psychologue (PUF) où il relate son observation des élèves des « classes nouvelles », L. Lefèvre est le promoteur de l’observation psycho-pédagogique des élèves.

5 16e colloque de l’Association internationale de pédagogie expérimentale de langue française, consacré à la docimologie, tenu en avril 1968.

6 U.S., no 15, 13 avril 1972, p. 27.

7 U.S., no 5, 8 novembre 1972.

8 U.S., no 6, 4 décembre 1968, p. 16.

9 U.S., no 16, 21 avril 1971.

10 Motion du congrès de 1971.

11 U.S., no 26, 20 avril 1977.

12 Les actes du colloque organisé en 1975 par le CRESAS ne seront publiés qu’en 1978 sous le titre Le Handicap socio-culturel en question.

13 U.S., no 26, 25 avril 1979, p. 28.

14 L’Institut national de recherche et de documentation pédagogique devient Institut national de recherche pédagogique (INRP).

15 U.S., no 18, 8 février 1978.

16 U.S., no 8, 25 octobre 1978.

17 « Inauguration (enfin !) du C.E.S. audio-visuel de Marly-le-Roi », U.S., no 20, 28 mai 1969, p. 8.

18 U.S., no 27, 27 avril 1977.

19 U.S., no 5, 29 septembre 1976.

20 Motion du Congrès national de La Baule, U.S., no 53, 21 avril 1983.

21 Y militent notamment Jean-Louis Derouet, Marie-Claude Besson, Jean-Pierre Astolfi (entretien avec Louis Weber, 19 décembre 2018).

22 U.S., no 65, 17 octobre 1983.

23 Témoignage de Louis Weber, secrétaire national du SNES, publié dans Points de repères, revue de l’IRHSES, no 35, mars 2014, p. 22.

24 C’est ce que développe Georges Snyders (1976).

25 U.S., no 112, 17 mai 1985.

26 U.S., no 211, 22 mars 1989, p. 16.

27 Voir la réflexion critique de Jean-Michel Zakartchouk dans Les Cahiers pédagogiques (2002).

28 U.S., no 510, novembre 1999.

29 Voir le témoignage de Patrick Rayou, in Robert, 2004, p. 72-80.

30 Entretien croisé avec Élisabeth Chatel, Jean-Yves Rochex et Jean-Luc Roger, U.S., no 352, 8 décembre 1994.

31 C’est d’ailleurs ainsi que Denis Paget, alors co-secrétaire général du SNES, en présente, en 2003, le projet (Robert, 2004, p. 50).

32 Trois au début des années 1980 (SNES-FEN, SGEN-CFDT et SNALC), six à partir des années 1990 (avec le SE-UNSA, SUD-éducation et FO).

33 Ce fut notamment le cas sur la « masterisation », même s’ils étaient, comme toujours quand il s’agit de la formation des maîtres, surdéterminés par des intérêts corporatifs.

34 Revue « Nouveaux regards », créée en 1995, à laquelle succède en 2012 « Regards croisés ».

35 Un « chantier » est une équipe de recherche organisée autour d’un objet particulier au sein de l’Institut.

36 C’est d’ailleurs ce que le syndicat met en avant (« Favoriser les collectifs de pairs », site du SNES : <https://www.snes.edu/Favoriser-les-collectifs-de-pairs.html> [consulté le 20 juin 2018]).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Le Fiblec, « Le savant et le syndicat : cinquante ans de rapport critique du SNES avec la recherche en éducation »Revue française de pédagogie, 202 | 2018, 35-42.

Référence électronique

Hervé Le Fiblec, « Le savant et le syndicat : cinquante ans de rapport critique du SNES avec la recherche en éducation »Revue française de pédagogie [En ligne], 202 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/rfp/7442 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfp.7442

Haut de page

Auteur

Hervé Le Fiblec

Institut de recherche sur l’histoire du syndicalisme dans les enseignements de second degré (IRHSES) et Institut de Recherche de la Fédération syndicale unitaire (IRFSU)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search