Navigation – Plan du site
Notes critiques

BOURGEOIS Étienne. Le désir d’apprendre

Paris : PUF, 2018, 336 p.
Patricia Champy-Remoussenard
p. 131-132
Référence(s) :

BOURGEOIS Étienne. Le désir d’apprendre. Paris : PUF, 2018, 336 p.

Texte intégral

1Il est des questions redoutables, redoutées, et par conséquent souvent tout juste effleurées dans les recherches en éducation. Étienne Bourgeois s’y confronte, les affronte, les « instruit » dans cet ouvrage important qu’est Le désir d’apprendre. Difficile de traduire un texte d’une telle richesse. Dense, il pourra paraître un peu ardu. Il est exigeant. Il est aussi inventif. C’est un ouvrage de maturité. Une pensée fine et impertinente, audacieuse et précise s’y déploie. Il faudra le lire et le relire.

2Le désir d’apprendre est un mystère que l’auteur cherche à élucider. Et la réflexion est dans cet ouvrage menée comme une enquête. L’intention d’Étienne Bourgeois est d’explorer des tensions permanentes et « fécondes » entre des « oppositions réductrices ». Entre pédagogie et didactique, conception instrumentale et conception distractive de la formation, entre socialisation et subjectivation constitutives l’une de l’autre, entre formation initiale et formation des adultes, surtout entre enseigner et transmettre. D’un bout de l’ouvrage à l’autre, Étienne Bourgeois déplie cette tension entre deux conceptions supposées antagonistes du rapport à l’apprentissage. Et c’est vers une relecture de la transmission qu’il nous conduit au fil d’une argumentation très précise. Qu’est devenu le modèle de la transmission ? Pourquoi s’en est-on détourné ? C’est une des questions essentielles de l’ouvrage.

  • 1 Cheng F. (2009). Le livre du vide médian. Paris : Albin Michel.

3La pensée circule ici sur une ligne de crête. C’est dans l’entre que réside la possibilité de comprendre ce que la pensée chinoise, traduite par F. Cheng, nomme le « vide médian »1, médiation nécessaire pour se frayer un chemin entre deux pôles. Finalement, Étienne Bourgeois explore et « enquête » sur cette tension au sens de Dewey pour nous conduire vers une vision complexe du processus de construction du sujet en formation.

4Les voies de cette enquête sont plurielles. C’est l’occasion d’une exploration d’un certain nombre de courants de pensées et d’auteurs bien plus riche que ne le laisse entendre le propos modeste de l’auteur, et – par exemple – de faire (re)découvrir les analyses précieuses du sociologue Marcel Lesne. Une exploration en forme de débat scientifique donc, par rapport à nombre d’auteurs qui ont marqué la recherche en sciences humaines et en sciences de l’éducation ces dernières décennies (avec des références à la fois francophones et anglo-saxonnes). Une exploration appuyée sur des travaux de recherche en lien avec des publics comme les formateurs en alphabétisation ou les Compagnons du Devoir, la diversité des apprenants pris comme exemples aidant à progresser dans l’élucidation recherchée.

5C’est le processus de construction du sujet et l’apprentissage qui le permet qui sont étudiés, avec la mise en évidence de cinq moments-clefs qui rendent possible l’avènement du sujet en formation. L’émergence progressive du sujet consiste à « entrer dans le monde de l’autre, par la maîtrise des savoirs et savoir-faire enseignés », et à « pouvoir progressivement se les approprier, les faire siens par un travail de réflexivité critique pour construire et assumer sa propre voie et l’inscrire dans le monde, en lien avec les autres ». La subjectivation est vue comme un processus continu qui s’inscrit dans un inachèvement radical du maître et de l’apprenant.

6Une des nombreuses originalités de l’ouvrage est, dans la deuxième partie, l’option prise pour tenter de comprendre ce qui conduit de l’apprentissage à la subjectivation. Quelle émergence du sujet, quelle construction du sujet en formation ? Il y est question de sérendipité, de présence, de pleine conscience et des quatre dispositions de l’individu requises pour s’engager dans une enquête réflexive : l’ouverture d’esprit, l’engagement sans réserve, l’indépendance d’esprit et la responsabilité.

7Pour faire saisir ce processus, Étienne Bourgeois mobilise deux exemples « fictifs » à partir desquels la mise au travail des connaissances est étudiée. Celui d’une apprenante en formation universitaire d’enseignants d’une part, celui d’une apprenante en formation d’ébénisterie d’autre part. C’est dans le troisième moment qu’est exploré le vide médian. Laura et Sylvia, les deux personnages fictifs, font saisir la teneur et le rôle de tous ces « moments ». L’ensemble de cette exploration est nourri de toute l’expérience pédagogique de l’auteur (chercheur et artisan de cette transmission enseignante).

8La subjectivation est proposée comme un processus sans fin, un va-et-vient entre soi et les autres. L’auteur cherchant à comprendre ce qui facilite ou fait obstacle à ce processus dans les contextes de formation, il consacre une partie de l’ouvrage à la relation maître/disciple, et au rôle du groupe en formation. Quatre fonctions du maître dans la transmission sont distinguées : la médiation avec l’héritage du passé, l’interprétariat du savoir ésotérique, l’accompagnement, la fonction symbolique. Le rôle des pairs dans le processus de subjectivation, le rôle du groupe, est lui envisagé selon cinq voies par lesquelles il contribue au processus de subjectivation.

9Cet ouvrage constituera une ressource précieuse pour les chercheurs et pour les étudiants, et notamment les doctorants. Et, bien au-delà du champ de formation des adultes qui constitue l’ancrage principal de son auteur, cet ouvrage sera utile pour toute recherche en éducation.

10Finalement, sans du tout en prescrire les contours, Étienne Bourgeois, par l’enquête exigeante qu’il mène dans cet ouvrage et par les éclairages audacieux qu’il propose, se tourne vers l’avenir en proposant des pistes de développement pour une formation dont le monde de demain aura besoin.

Haut de page

Notes

1 Cheng F. (2009). Le livre du vide médian. Paris : Albin Michel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Champy-Remoussenard, « BOURGEOIS Étienne. Le désir d’apprendre », Revue française de pédagogie, 203 | 2018, 131-132.

Référence électronique

Patricia Champy-Remoussenard, « BOURGEOIS Étienne. Le désir d’apprendre », Revue française de pédagogie [En ligne], 203 | 2018, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/rfp/8208

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals