Navigation – Plan du site

Soumission de notes de synthèse

Les notes de synthèse constituent l’une des rubriques majeures de la Revue française de pédagogie : recherches en éducation. Depuis leur introduction en 1978 et les premières notes proposées par Jean-Claude Forquin en 1979, elles jouent un rôle majeur de structuration de la recherche en éducation dans l’espace francophone en permettant à la fois une synthèse des publications dans un domaine et une mise en ordre de ces dernières selon une interrogation propre aux auteurs (Sirota, 2001).

Les notes de synthèse doivent ainsi respecter un certain nombre de conditions pour pouvoir être publiées.

  1. Émanant de spécialistes avérés de la question abordée, elles doivent reposer sur une étude à haut degré de systématicité de la littérature existante, notamment internationale. Les notes de synthèse doivent ainsi administrer la preuve de cette systématicité en explicitant clairement les modalités de constitution des corpus de publications étudiés (quand par exemple elles reposent sur l’exploitation de moteurs de recherche ou sur une revue de littérature inédite en situation d’enquête) ou en renvoyant à des travaux accessibles permettant de le faire (mémoires d’Habilitation à diriger des recherches, rapports publics etc.).

  2. Les notes de synthèse portent sur la littérature de recherche. Les essais, les ouvrages polémiques ou les ouvrages doctrinaux d’un côté, ou la documentation institutionnelle existante de l’autre (rapports publics par exemple) peuvent entrer dans le champ de cet exercice s’ils permettent d’éclairer l’évolution des questions de recherche abordées. En revanche, une note de synthèse qui ne reposerait que sur la synthèse de ce type d’écrits n’entre pas dans le périmètre de cette rubrique.

  3. Les notes de synthèse peuvent porter aussi bien sur des thèmes émergents, peu explorés, ou au contraire sur des thèmes largement documentés pour lesquels un travail de mise à jour, de clarification, de structuration et de (re)problématisation est nécessaire. Elles sont aussi l’occasion de faire connaître des pans de littérature scientifique et de questionnement développés dans d’autres aires culturelles ou au niveau international non francophone et encore peu investis dans le champ de la recherche francophone.

  4. Les notes de synthèse ont pour double objectif de donner à voir comment se structure un domaine de recherche et d’apprécier par ce biais la validité des résultats proposés, ce qui ne saurait se faire sans préciser et interroger ce qu’ils doivent à leurs modalités et leurs contextes de production, ainsi qu’à leurs cadres théoriques et conceptuels. Les auteurs doivent donc à la fois procéder à un travail de condensation et d’ordonnancement des travaux existants, de mise en évidence des résultats les plus fiables et d’analyse critique des aspects centraux minorés ou laissés dans l’ombre par ce domaine, ou des résultats les plus faibles présentés dans la littérature étudiée (Forquin, 1996, Bourdoncle, 2001).

  5. Les notes de synthèse ne constituent pas de simples états de la littérature, reposant sur une pure accumulation bien difficile à délimiter des travaux existants. Elles constituent également une « synthèse problématique », donc une problématisation particulière des travaux mobilisés qui en facilitent l’appropriation et la discussion (Bourdoncle, 2001).

  6. Pour que ces conditions soient remplies, une dernière doit l’être aussi. Il est attendu des auteurs des notes de synthèse qu’ils fassent preuve d’impartialité, d’objectivité et d’équilibre dans l’analyse des pans de littérature étudiés. Une note de synthèse ne saurait constituer un outil de valorisation d’un cadre théorique spécifique, d’une école de pensée ou d’un réseau de chercheurs au détriment d’autres.

Les notes de synthèse, ou projets de notes, doivent être adressés au secrétariat de rédaction de la Revue française de pédagogie : recherches en éducation par courrier électronique à l’adresse : revue.rfp@ens-lyon.fr

Ces projets doivent comporter :

  • un argumentaire qui précise le thème, sa pertinence et son actualité, scientifiques et sociales, les apports envisagés et la structuration de la note de synthèse ;

  • une première liste des auteurs ou références à couvrir ;

  • des précisions méthodologiques sur la façon dont la littérature est couverte.

Les projets de notes de synthèse sont évalués par le comité de rédaction. Si ce dernier donne son accord, les notes de synthèse sont ensuite expertisées en double-aveugle. Elles sont également évaluées par le comité de rédaction

Des réunions de travail entre l’auteur ou les auteurs de la proposition et les rédacteurs en chef de la revue et/ou des membres de son comité de rédaction peuvent être envisagées pour affiner et enrichir la proposition.

La longueur des notes de synthèse est généralement comprise entre 80 000 et 130 000 signes (espaces comprises) mais des formats plus longs ou plus courts peuvent être acceptés en fonction de la thématique abordée. Les consignes aux auteurs sont disponibles à l’adresse suivante : https://journals.openedition.org/rfp/4286

Bibliographie

BOURDONCLE R. (2001). « La carte de la pensée et le champ du débat ». Revue française de pédagogie, no 135, p. 61-64.

FORQUIN J.-C. (1996). « L’usage des synthèses dans la recherche en éducation ». Perspectives documentaires en éducation, no 37, p. 71-80.

SIROTA R (2001). « La note de synthèse, un instrument de structuration de la sociologie de l’éducation ». Revue française de pédagogie, no 135, p. 45-60.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals