Navigation – Plan du site

AccueilNuméros206DossierQuelques rappels de l’émergence d...

Dossier

Quelques rappels de l’émergence de l’échec scolaire comme « problème social » dans les milieux pédagogiques français

Some reminders of the emergence of school failure as a "social problem" in French educational circles
Viviane Isambert-Jamati
p. 49-55

Résumés

Dans ce texte, publié en 1985, l’auteure se distancie de l’usage commun du terme ou de la notion d’échec scolaire pour en faire l’archéologie, en en étudiant la genèse, la présence ou l’absence, et la signification dans les milieux pédagogiques français. Sont pour cela étudiés différents ouvrages ou rapports et différentes revues. L’auteure montre que, jusqu’aux années 1960 dans lesquelles se produisent l’unification et la généralisation du premier cycle secondaire, le terme échec scolaire concernait presque exclusivement les échecs paradoxaux rencontrés par certains enfants de milieux aisés et cultivés que l’on s’attendait à voir réussir leur scolarité secondaire, et non les scolarités courtes des jeunes d’origine populaire. C’est la généralisation de l’entrée au collège et les difficultés qu’y rencontre son nouveau public qui, dans les années 1960-1970, va faire de l’échec scolaire un « problème social », dont on parle de plus en plus, et de manière paradoxale puisque progresse régulièrement la proportion de jeunes obtenant des diplômes généraux ou professionnels.

Haut de page

Notes de la rédaction

Publication d’origine dans : Plaisance Éric (dir.). « L’échec scolaire » : nouveaux débats, nouvelles approches sociologiques. Actes du colloque franco-suisse. 9-12 janvier 1984. Paris : Éditions du CNRS, 1985, p. 155-163. Nous remercions les Éditions du CNRS de nous avoir autorisés à republier ce texte.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Si dans le programme de ce colloque nous avons mis des guillemets à « l’échec scolaire » et à « la lutte contre l’échec scolaire », c’est parce que, usant là de vocables du langage commun, nous ne souhaitions pas les prendre comme tout donnés. Cela ne veut pas dire que nous voyions en eux une construction purement arbitraire : nous savons trop quels jeunes sont dans la situation que l’on désigne ainsi, et quels drames ils vivent, pour nous mettre totalement à distance. Le rapport Schwartz estime par exemple à 200 000, soit 12 % de leur classe d’âge, le nombre de jeunes de 16 à 18 ans qui ont quitté l’école sans aucune formation et sont dans une situation précaire, destinés à n’importe quelle exploitation. Avec l’exigence actuelle de qualification professionnelle, mais aussi en un temps où la vie quotidienne et la culture reposent largement sur des maniements symboliques, cela suscite le scandale à juste titre.

Mais le recours au stéréotype risque de cacher ce qui a effectivement chan...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Viviane Isambert-Jamati, « Quelques rappels de l’émergence de l’échec scolaire comme « problème social » dans les milieux pédagogiques français », Revue française de pédagogie, 206 | 2020, 49-55.

Référence électronique

Viviane Isambert-Jamati, « Quelques rappels de l’émergence de l’échec scolaire comme « problème social » dans les milieux pédagogiques français », Revue française de pédagogie [En ligne], 206 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rfp/8886 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfp.8886

Haut de page

Auteur

Viviane Isambert-Jamati

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search