Navigation – Plan du site

AccueilNuméros206Varia« Porte-parole » ou « copains, co...

Varia

« Porte-parole » ou « copains, copines » ? Les surveillant.es de collège, un groupe professionnel segmenté

“Spokespersons” or “buddies”? Secondary school supervisors, a segmented professional group
Julie Couronné
p. 135-147

Résumés

D’après une enquête ethnographique menée au sein de deux collèges relevant de l’éducation prioritaire, cet article analyse l’hétérogénéité d’un groupe professionnel peu étudié, celui des surveillant.es. En effet, il rassemble des femmes et des hommes ayant des niveaux de diplôme, des origines sociales et des aspirations professionnelles contrastés. Cette hétérogénéité implique des variations de pratiques et de postures qui donnent à voir une logique interne de différenciation entre ces femmes et ces hommes. Nous avons distingué deux segments professionnels. Le premier regroupe des surveillant.es, qui tel.les des « porte-parole » de l’institution scolaire, cherchent à éduquer et faire autorité auprès des élèves. Quant au second, il rassemble des surveillant.es qui interagissent avec les élèves comme des « copains, copines ». Ces dernier.ères mobilisent alors le feeling et l’échange de « vannes » pour repérer ainsi que protéger les élèves les plus en difficulté, déstabilisant ainsi la norme sociale de la « bonne distance ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Les « porte-parole » : éduquer et faire autorité
Des assistant.es pédagogiques diplômé.es de l’enseignement supérieur
Du côté de l’institution scolaire
« Vous n’allez pas vous lever à chaque fois qu’un surveillant entre ! »
Les « copains, copines » : ressentir et protéger
Des assistant.es d'éducation qui ont échoué à la fac
Le feeling et la « vanne » comme posture professionnelle
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans l’imaginaire collectif, les « surveillant.es » de lycée ou de collège évoquent des étudiant.es, jeunes, qui gardent les élèves durant les permanences, vérifient les carnets de correspondance à la sortie des cours et se font appeler par leur prénom. Situé.es au plus près des élèves, ils et elles représentent, aux yeux des adolescents, les adultes les plus visibles, ceux et celles qu’ils croisent et recroisent tout au long de la journée. Pourtant, les résultats de notre enquête ethnographique, menée dans deux collèges franciliens relevant de l’éducation prioritaire, montrent que le travail effectué par les surveillant.es au quotidien auprès des élèves reste dans l’ombre du travail pédagogique des enseignant.es. Cette invisibilisation s’observe aussi bien au niveau des textes institutionnels et des discours publics que des travaux scientifiques (voir encadré 1). De nombreuses enquêtes évoquent ces travailleur.euses situé.es « en bas » de la hiérarchie des métiers scolaires, suggér...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Couronné, « « Porte-parole » ou « copains, copines » ? Les surveillant.es de collège, un groupe professionnel segmenté », Revue française de pédagogie, 206 | 2020, 135-147.

Référence électronique

Julie Couronné, « « Porte-parole » ou « copains, copines » ? Les surveillant.es de collège, un groupe professionnel segmenté », Revue française de pédagogie [En ligne], 206 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfp/8971 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfp.8971

Haut de page

Auteur

Julie Couronné

Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (LISE, CEET)

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search