Navigation – Plan du site

AccueilNuméros207DossierLes paradoxes de la LPPR ou pourq...

Dossier

Les paradoxes de la LPPR ou pourquoi l’annonce de moyens supplémentaires est-elle source de résistances ?

The paradox of the Multiannual Research Programming law. Why does the promise of extra financial resources provoke resistance?
Christine Musselin
p. 41-48

Résumés

Cet article s’interroge sur les raisons expliquant les résistances à une loi qui prévoit pourtant l’octroi pluriannuel de moyens supplémentaires. Pour l’auteure, les origines de ce paradoxe sont à trouver dans les transformations qui ont affecté le système français d’enseignement supérieur et de recherche : le projet de loi n’apporte pas de solution aux problèmes qu’elles ont suscités, qu’il s’agisse du fonctionnement des universités, du manque de postes, de la place prise par le financement sur projet ou du pilotage plus centralisé de la recherche. Elle conclut sur l’occasion manquée qu’est finalement cette loi qui, parce qu’elle est centrée sur le financement de la recherche, risque d’alimenter une stratification verticale de l’enseignement supérieur plutôt que de reconnaître et de valoriser une plus large diversification des profils entre les établissements.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

La LPPR, la loi qui fait déborder le vase ?
Une plus forte centralisation et bureaucratisation du fonctionnement universitaire qui pèse sur les activités des enseignants et chercheurs
Une plus forte différenciation sous l’effet du financement sur projets et des évaluations
Un pilotage de la recherche localement renforcé grâce au PIA, et nationalement plus ciblé à la faveur de la SNR(I)
La décroissance des postes ouverts au recrutement
Des propositions pour le projet de loi qui semblent accentuer la tendance sans apporter de solutions aux problèmes
La LPPR, une occasion manquée ?

Aperçu du début du texte

Après les mobilisations de début d’année et la crise provoquée par le COVID-19, le contenu de la LPPR (Loi de programmation pluriannuelle de la recherche) a finalement été dévoilé en juin 2020. L’avenir dira si et comment il va évoluer et s’il sera voté à l’automne. Quoi qu’il en soit, on peut dès maintenant se pencher sur les réactions que le projet de loi a suscitées. Je laisserai de côté leurs formes, même si elles sont particulièrement intéressantes, pour me centrer sur ce qui semble à première vue être un paradoxe : pourquoi l’annonce de moyens supplémentaires conséquents pour un secteur qui les réclame depuis longtemps a-t-elle provoqué autant de résistances ?

Pour avancer des réponses à cette question, je propose de me livrer à un état des lieux des principales transformations qui ont affecté le système d’enseignement supérieur français, et notamment le secteur universitaire, en prenant appui sur les enquêtes passées et récentes que j’ai menées dans les universités françaises ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Musselin, « Les paradoxes de la LPPR ou pourquoi l’annonce de moyens supplémentaires est-elle source de résistances ? », Revue française de pédagogie, 207 | 2020, 41-48.

Référence électronique

Christine Musselin, « Les paradoxes de la LPPR ou pourquoi l’annonce de moyens supplémentaires est-elle source de résistances ? », Revue française de pédagogie [En ligne], 207 | 2020, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfp/9171 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfp.9171

Haut de page

Auteur

Christine Musselin

Sciences Po, CSO, CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search