Navigation – Plan du site

AccueilNuméros207DossierUniversité : la fin d’un système ?

Dossier

Université : la fin d’un système ?

University: the end of the French system?
Hugo Harari-Kermadec, Mélanie Sargeac et Camille Noûs
p. 79-86

Résumés

En produisant une analyse économique de la Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) en perspective avec les évolutions qui l’ont précédée, cet article s’efforce de mettre en lumière en quoi ces politiques publiques redéfinissent l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) dans son ensemble alors même qu’elles ne s’adressent prioritairement qu’à une poignée d’établissements et d’acteurs insérés dans une compétition globale. La LPPR, toujours à l’état de projet lors de l’écriture de cet article, et dont l’entrée en vigueur est annoncée au 1er janvier 2021, pourrait marquer une importante étape dans cette transformation de l’université et introduire un financement indexé à la performance.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Chercher d’abord, évaluer ensuite, financer enfin
Le couperet de l’évaluation toujours renouvelé par la flexibilisation des emplois
Une autonomie financière renforcée pour tenir jusqu’à l’évaluation
Le financement corrélé à l’évaluation, accélérateur de la polarisation
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

En France, bien que l’éducation gratuite et laïque soit inscrite dans la Constitution de 1946 comme un « devoir de l’État », un nombre croissant d’exceptions permet aux établissements de l’enseignement supérieur de déterminer des frais de scolarité. Or, le Conseil constitutionnel a rappelé le 11 octobre 2019 – à l’occasion de la mise en œuvre de l’arrêté augmentant drastiquement (+1 600 %) les frais d’inscription pour les étudiants non européens – que cette gratuité de l’éducation s’appliquait également à l’enseignement supérieur, contrairement à ce que comportait ce dispositif cyniquement dénommé « Bienvenue en France ». À côté de l’école, du collège et du lycée, l’université est chargée de permettre ce service public nécessaire à l’exercice du droit à l’éducation, sans barrière d’accès – ni économique avec les frais d’inscription, ni d’excellence avec les concours. Selon le Conseil constitutionnel, des droits d’inscription « modiques » peuvent être perçus « en tenant c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugo Harari-Kermadec, Mélanie Sargeac et Camille Noûs, « Université : la fin d’un système ? », Revue française de pédagogie, 207 | 2020, 79-86.

Référence électronique

Hugo Harari-Kermadec, Mélanie Sargeac et Camille Noûs, « Université : la fin d’un système ? », Revue française de pédagogie [En ligne], 207 | 2020, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 11 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfp/9256 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfp.9256

Haut de page

Auteurs

Hugo Harari-Kermadec

ENS Paris-Saclay, IDHES

Articles du même auteur

Mélanie Sargeac

Université Paris Nanterre, IDHES

Camille Noûs

Laboratoire Cogitamus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search