Navigation – Plan du site

AccueilNuméros209DossierL’« intensité » du curriculum en ...

Dossier

L’« intensité » du curriculum en service social : un apprentissage en tension entre standardisation scolaire et qualification professionnelle

The “intensity” of the social work curriculum: a training caught between educational standardisation and professional qualification
Ruggero Iori
p. 29-41

Résumés

L’article montre comment la filière en service social met en place un cadrage qui favorise la construction d’un rapport déterminé au temps, en lien avec le futur emploi d’assistante sociale. Produit par l’institution et appuyé par des formateurs qui l’incarnent, le curriculum contribue à structurer des manières d’étudier, de concevoir la formation et de s’y engager, vers l’entrée en poste. Cette formation n’arrive toutefois pas à asseoir une emprise totale sur ses membres. L’article met en évidence qu’en fonction de leur profil, les étudiants se conforment plus ou moins à ces prescriptions professionnelles, même si l’intensité des formes de travail et de contenus demandées contribue à façonner un ethos professionnel spécifique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Temps des études et temps de travail : un curriculum à l’intersection d’un apprentissage éducatif et de qualifications professionnelles
L’inculcation d’une standardisation professionnelle
Condenser le temps en formation et en stage, réduire le temps libre
Réceptions et réappropriations étudiantes : s’investir dans la formation en service social
Manières d’étudier et sociabilités en service social
Des investissements étudiants différenciés
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Plusieurs recherches en sciences sociales ciblent l’apprentissage du travail social « sur le tas » et moins ce que leurs écoles transmettent. Néanmoins, cet apprentissage, comme tous les moments de la formation, est un contexte favorable à la consolidation des dispositions, étudiantes et professionnelles à la fois, et un temps producteur d’effets socialisateurs. L’intérêt de porter le regard sur ce moment s’explique par la particularité qui entoure les cursus en travail social : la formation initiale se situe ici à la frontière entre enseignement supérieur et formation professionnelle continue. Cette filière s’organise en un cursus de trois ans fondé sur une logique d’alternance, entre des moments en stage et des « séquences école », regroupant un public en large partie féminin. Si le stage est notamment mis en avant par les étudiantes et valorisé tout au long de la formation par les enseignantes, comment le moment en école contribue-t-il à façonner les savoir-faire et l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ruggero Iori, « L’« intensité » du curriculum en service social : un apprentissage en tension entre standardisation scolaire et qualification professionnelle », Revue française de pédagogie, 209 | 2020, 29-41.

Référence électronique

Ruggero Iori, « L’« intensité » du curriculum en service social : un apprentissage en tension entre standardisation scolaire et qualification professionnelle », Revue française de pédagogie [En ligne], 209 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfp/9681 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfp.9681

Haut de page

Auteur

Ruggero Iori

Paris Cergy Université, EMA (Ecole, Mutations, Apprentissages)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search