Navigation – Plan du site

AccueilNuméros209DossierDe la première à la troisième ann...

Dossier

De la première à la troisième année d’une licence : comment l’assiduité étudiante est-elle travaillée ?

From year 1 to year 3 of an undergraduate degree course. How is student attendance improved?
Gaële Henri-Panabière et Camille Noûs
p. 59-72

Résumés

Comment les premières années d’enseignement supérieur transforment-elles les étudiants ? La formation universitaire dont il est question dans l’article est peu encadrante, comme la plupart des licences de sciences humaines en France. Pourtant, au fil des trois années pendant lesquelles une trentaine d’étudiants ont été régulièrement enquêtés, leurs pratiques ont changé, en particulier celles qui concernent leur assiduité en cours. Pour comprendre ces changements, les analyses présentées s’inspirent de certains travaux portant sur la socialisation professionnelle. Elles montrent le rôle joué par le cadre institutionnel et sa faiblesse ainsi que par les pairs auxquels des formes de contrôle horizontal sont déléguées.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

Socialisations « en poste » : poids de l’institution et contrôle horizontal
« Mais pourquoi t’es pas venue ? » : le rôle du « cadre » institutionnel et des pairs dans l’assiduité en cours
« Ce qui est stressant, c’est que le rapport de stage est à deux » : respect des échéances et travail en groupe
Entre assiduité en cours et emploi rémunéré : définitions normatives du travail étudiant
« J’ai beaucoup de mal à comprendre le concept de “Je travaille donc je viens pas en cours” »
« [Le mercredi] si je vais pas en cours, je travaille avant d’aller travailler »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Au-delà de ses dimensions certificatives non garanties, qu’est-ce que les étudiants font de leur expérience universitaire ? Comment ou en quoi leurs premières années d’enseignement supérieur les transforment-elles, modifient-elles leurs pratiques et leurs représentations ? La question de l’action socialisatrice d’une formation à l’orée de l’âge adulte se pose avec plus d’évidence lorsque l’on pense à certains secteurs du système d’enseignement supérieur à la fois sélectifs (en amont ou dès la première année) et fortement contraignants comme les grandes écoles et les classes prépas qui y mènent ou comme les filières universitaires de santé. Dans les filières les moins encadrantes, celles qui laissent le plus aux étudiants eux-mêmes la gestion de leur temps de présence en cours et de travail personnel (Lahire, Millet & Pardell, 1997), cette action est plus souvent lue par la négative, notamment pour ses défauts en matière d’enrôlement ou d’affiliation des étudiants.

Or des changements ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaële Henri-Panabière et Camille Noûs, « De la première à la troisième année d’une licence : comment l’assiduité étudiante est-elle travaillée ? », Revue française de pédagogie, 209 | 2020, 59-72.

Référence électronique

Gaële Henri-Panabière et Camille Noûs, « De la première à la troisième année d’une licence : comment l’assiduité étudiante est-elle travaillée ? », Revue française de pédagogie [En ligne], 209 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2025, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfp/9716 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfp.9716

Haut de page

Auteurs

Gaële Henri-Panabière

Université de Paris, Cerlis

Articles du même auteur

Camille Noûs

Laboratoire Cogitamus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search