Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21DossierPollution atmosphérique à la une ...

Dossier

Pollution atmosphérique à la une : visibilité médiatique d’un problème environnemental

Nataly Botero

Résumés

Cet article s’intéresse au traitement médiatique de la pollution de l’air, un problème à la croisée de questions environnementales et sanitaires. L’angle choisi est celui de la médiatisation, à travers notamment l’étude des pages de couverture du Monde, du Figaro et de Libération, entre 2010 et 2019. Puisant dans la sociologie des problèmes publics et dans l’analyse du discours, ce texte retrace dans un premier temps les caractéristiques de la prise en charge du problème par l’État français. Il revient ensuite sur le traitement effectué par les journaux, à travers les images et les titres présents en une. Les analyses ont permis d’identifier trois séquences de couverture médiatique au cours de la décennie étudiée : d’abord, la pollution de l’air est abordée comme un problème contenu caractérisé par un registre fataliste ; ensuite comme un problème plus grave bénéficiant de la visibilité du scandale du dieselgate ; enfin comme un problème secondaire mais dont la population civile commence à s’emparer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Simone Bonnafous, « La médiatisation de la question immigrée : état des recherches », Études de com (...)

1Cet article s’intéresse au traitement médiatique de la pollution de l’air, un problème à la croisée de questions environnementales et sanitaires. L’angle choisi est celui de la médiatisation, entendue comme l’interaction entre acteurs porteurs d’intérêts et de visions différents « aboutissant à la présence d’un sujet dans les médias de masse et à des conflits pour l’interprétation et l’attribution de valeurs symboliques »1. Ce phénomène est exploré à travers la une de trois journaux de la presse écrite nationale (Le Monde, Libération et Le Figaro), entre 2010 et 2019. Le choix des unes en tant que matériau empirique obéit à une interrogation portant sur la visibilité et le statut prioritaire ou périphérique accordé à ce problème par les journaux étudiés.

  • 2 Erik Neveu, « L’approche constructiviste des “problèmes publics”. Un aperçu des travaux anglo-saxon (...)
  • 3 Jean-Baptiste Comby, « Quand l’environnement devient médiatique. Conditions et effets d’institution (...)

2En caractérisant la pollution atmosphérique en tant que problème, nous nous situons dans une approche puisant dans la sociologie des problèmes publics. S’il est admis que la gravité d’un fait social n’est gage d’intérêt médiatique, son traitement constitue « un élément d’objectivation destiné à attester de la visibilité sociale d’un enjeu »2. Des travaux sur la couverture des problèmes écologiques par les médias indiquent que cet intérêt est en partie tributaire d’un « sentiment que les problèmes sont plus graves donc moins négligeables »3, rendant ce type d’information plus ou moins rentable. Quels sont les contours de la problématique et les enjeux sélectionnés pour apparaître en page de couverture ? Comment les régimes d’énonciation textuel et visuel prennent-ils en charge la qualité de l’air et sa dégradation ? Quels sont les cadrages discursifs privilégiés sur ces dix années ?

  • 4 Bernard Delforce, Jacques Noyer, « Pour une approche interdisciplinaire des phénomènes de médiatisa (...)
  • 5 Jocelyne Arquembourg, « L’antibiorésistance en France, du risque à la menace pour la santé publique (...)

3L’intérêt pour les matérialités textuelles et visuelles situe également cette étude dans une approche sémio-discursive de nature « journalique », attentive aux agencements langagiers et aux « matrices formelles »4 déployées dans la presse. Cette dernière est considérée comme une scène « où se donnent à voir et à entendre les acteurs qui y ont accès et les discours qui font autorité »5.

4Ce texte s’articule autour de trois parties : la première présente la pollution de l’air en tant que problème public environnemental touchant à la santé humaine. La deuxième partie porte sur les dispositifs médiatiques explorés (la une et ses titres), dressant le portrait d’un problème dilué et à bas bruit. La troisième partie présente trois séquences de traitement identifiées au cours de la décennie étudiée : d’abord comme un problème contenu caractérisé par un registre fataliste ; ensuite comme un problème plus grave, favorisé par la visibilité du scandale du dieselgate ; enfin comme un problème secondaire mais dont la population civile commence à s’emparer.

Un problème environnemental d’origine anthropique

  • 6 Joëlle Le Moal, Daniel Eilstein, Georges Salines, « La santé environnementale est-elle l’avenir de (...)

5Nombreuses sont les affaires portées au rang de problème public dont l’origine environnementale est formellement identifiée : radiations, amiante, plomb, pesticides, etc. Ces exemples montrent que les activités humaines bouleversent non seulement les dynamiques géologiques et les cycles de la vie, mais également l’équilibre des organismes vivants dans un jeu spéculaire d’extériorité environnementale et d’intériorité physiologique. La frontière entre extérieur et intérieur s’efface au profit d’un regard écosystémique porté à la fois par les théories de l’anthropocène et par la santé environnementale. Pour cette dernière, le dépassement du dualisme « extérieur/intérieur » se cristallise dans l’identification d’au moins trois niveaux intrinsèquement corrélés : « macro-environnement, environnement individuel et micro-environnement intérieur »6. L’usage vernaculaire du terme « environnement » comme milieu physique entourant les organismes se complexifie par la prise en compte de rétroactions et d’interdépendances entre le vivant et le non vivant. La dégradation de ce dernier peut nuire à la vie, comme c’est le cas de l’air pollué. Si l’air peut être contaminé par des polluants naturels (gaz issus d’éruptions volcaniques, tempêtes de sable), la part la plus importante et la plus toxique de cette pollution est d’origine anthropique.

  • 7 Franck Boutaric, Pierre Lascoumes, « L’épidémiologie environnementale entre science et politique. L (...)
  • 8 Daniel Cefaï, « Postface. La fabrique des problèmes publics. Boire ou conduire, il faut choisir ! » (...)

6Depuis plusieurs siècles, les activités humaines ont chargé l’air de composés variés qui nuisent à l’équilibre des écosystèmes : alors que certains participent au réchauffement climatique (CO2, méthane), d’autres sont nocifs pour la santé humaine, animale et végétale (intrants agricoles en suspension, ammoniac, résidus de combustion industrielle, automobile ou domestique). En Europe, les pollutions aériennes revêtaient déjà une dimension problématique au cours du xviiisiècle, dont le développement industriel était marqué par les fumées des cheminées et les suies de la production charbonnière. Les premières mesures d’ampleur visant à préserver un air propre ont été prises au cours du xxe siècle, comme le Clean air act à Londres et la création en France de l’Association pour la Prévention de la Pollution de l’Air (APPA). Constatant des liens de causalité avec des problèmes de santé publique, l’épidémiologie s’est emparée du phénomène en considérant ces polluants comme des facteurs de risque7. Ces actions vont dans le sens de la préservation de l’intérêt général : dans la mesure où l’air est essentiel à toute forme de vie aérobie, il peut être considéré comme un bien public appartenant « à tous et à personne »8.

  • 9 Isabelle Roussel, « La pollution atmosphérique entre santé et environnement (1958-1996). L’exemple (...)
  • 10 La propriété est entendue par J. Gusfield comme « la capacité à créer ou à orienter la définition p (...)

7En France, la prise en charge par l’État de la contrepartie polluante des Trente Glorieuses s’est caractérisée par un angle majoritairement technique, en confiant sa résolution aux ingénieurs et aux industriels9. Cette orientation s’est pérennisée et a fait émerger une vision experte et savante de la pollution ayant fortement défavorisé sa saisie par la population. Le monopole des actions et des discours au sujet de la pollution de l’air étant historiquement détenu par l’État, celui-ci peut être considéré comme le « propriétaire » du problème10. La pollution aérienne est officiellement définie comme la présence dans l’air de plusieurs types de polluants regroupés dans deux catégories :

  • les polluants primaires, émis directement : monoxyde d’azote, dioxyde de soufre, monoxyde de carbone, particules (ou poussières), métaux lourds, composés organiques volatils, hydrocarbures aromatiques polycycliques…

    • 11 Site du Gouvernement Français [En ligne, page consultée le 14 juillet 2020]. Disponibilité et accès (...)

    les polluants secondaires issus de transformations physico-chimiques entre polluants de l’air sous l’effet de conditions météorologiques particulières : ozone, dioxyde d’azote, particules.11

  • 12 Santé Publique France [En ligne, page consultée le 14 juillet 2020]. Disponibilité et accès https:/ (...)

8Tel que nous le verrons ultérieurement, le nombre et la nature de ces polluants ne sont pas sans conséquences sur la saisie sociale et médiatique du problème. Pourtant, sa gravité est sans conteste : l’air pollué est considéré par l’OMS comme le principal risque environnemental pour la santé dans le monde, sa mortalité étant estimée à 48 000 décès prématurés par an en France12. Dans la partie suivante, nous nous attachons à comprendre le traitement élaboré par les médias étudiés.

Dispositifs médiatiques explorés : la une et ses titres

  • 13 Yanick Rumpala, « De l’objectivation des risques à la régulation des comportements L’information su (...)
  • 14 Daniel Cefaï, « La construction de problèmes publics. Définitions de situations dans les arènes pub (...)
  • 15 Julien Langumier, « La pollution de l’air dans la presse : une représentation “dramatique”. Étude d (...)

9Si la constitution de l’air pollué en tant que problème public environnemental et sanitaire a été explorée en sciences politiques13, il n’y a, à notre connaissance, que peu d’études sur la médiatisation de celui-ci. L’intérêt porté aux médias est pourtant central, dans la mesure où ceux-ci relèvent d’une partie de « l’armature matérielle de l’arène publique »14. Seule une étude en ethnologie des risques s’est intéressée à la pollution de l’air dans la presse régionale. Elle conclut à une banalisation du phénomène ainsi qu’à un traitement dépourvu de conflictualité, avec une focalisation quasi-exclusive sur les débats scientifiques « sur lesquels la population n’a que peu de prise »15.

  • 16 Roselyne Ringoot, Analyser le discours de presse, Paris, Armand Colin, 2014, p. 45-145.
  • 17 Jean-François Têtu, Maurice Mouillaud, Le Journal quotidien, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, (...)
  • 18 Patrick Charaudeau, Langage et discours : éléments de sémiolinguistique, Paris, Hachette, 1983, p.  (...)

10Notre recherche prend comme matériau empirique les unes de trois quotidiens français, Le Monde, Libération et Le Figaro, entre janvier 2010 et décembre 2019. La une est pertinente car elle présente l’aboutissement d’un processus de hiérarchisation des informations jugées remarquables et rentables. Page totémique et vitrine du journal, elle est considérée comme l’un de cinq dispositifs énonciatifs propres à la presse écrite, avec la page, la rubrique, les titres et l’hyperstructure16. Nous entendons le terme dispositif comme « un site où l’énoncé prend forme », jouant un rôle de « format ou de matrice »17. Quant aux titres, ils tiennent le rôle principal dans la scène d’information, que ce soit à travers leur fonction épiphanique (annoncer l’événement) ou de guide (conduire à l’article)18.

11C’est à travers la base des données Europresse que nous avons accédé aux pages de couverture du Monde et du Figaro, celles de Libération étant disponibles uniquement sur le site du journal grâce à un abonnement en ligne. Au total, 9 290 pages de couverture ont été scrutées à travers une méthode non automatisée.

Un problème dilué et à bas bruit

12La constitution du corpus s’est effectuée en deux étapes : nous avons d’abord identifié un ensemble large de sujets relatifs à la pollution de l’air, regroupant causes anthropiques, conséquences, actions publiques, accidents industriels et controverses politiques. Un total de 336 unes a été recensé, correspondant à 56 % au Monde, 34 % au Figaro et 10 % à Libération. Les deux premiers quotidiens présentent des unes multithématiques débouchant sur la démultiplication d’accroches, alors que la une de Libération est de nature monothématique, expliquant ainsi sa faible proportion.

13Dans cette première phase, la mise en évidence des liens de causalité entre certains facteurs anthropiques (chauffage urbain, activités industrielles, incinération des déchets) et la pollution de l’air s’efface au profit d’une focalisation sur la circulation automobile et les pesticides. Alors que le scandale du dieselgate a mis en lumière la généralisation des pratiques visant à afficher un taux de pollution inférieur aux émissions réelles, ces journaux ont privilégié un traitement sous l’angle du scandale industriel international, axé notamment sur les conséquences politiques et économiques pour les constructeurs concernés. Le cadrage portant sur les conséquences sanitaires de ces pratiques de triche était marginal, sinon absent.

14Les activités agricoles font également l’objet de nombreuses publications en page de couverture, sans être pour autant identifiées en tant que cause de la pollution de l’air. La question des pesticides en est exemplaire, puisqu’elle est majoritairement traitée à travers des controverses scientifiques (dangerosité des intrants agricoles) et politiques (effets d’une potentielle diminution ou interdiction). La pollution atmosphérique se présente alors comme un métaproblème dont les causes constituent des problématiques à part entière, abordées de manière autonome.

15Au vu de cette forte dispersion, la deuxième étape de sélection a porté sur des sujets faisant référence lexicale explicite aux pollutions aériennes. 107 unes ont été sélectionnées, deux tiers correspondant au Monde et le tiers restant correspondant pour 28 % au Figaro et pour 10 % à Libération.

  • 19 Organisation mondiale de la santé [En ligne], Centre International de recherche sur le Cancer [page (...)

16Du point de vue chronologique, les journaux accordent une importance moindre à ce problème entre 2010 et 2012, avec seulement 5 sujets publiés. L’activité discursive augmente à partir de 2013 avec 13 sujets, 5 de plus pour l’année 2014. Cette augmentation coïncide avec le classement du gazole et des particules fines dans la catégorie « cancérigène certain » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) en 2012 et suivi par celui de la pollution atmosphérique en 201319. Alors que 2015 connaît une forte baisse (8 sujets), l’année 2016 présente un pic de publications (24 sujets). 2017 et 2018 présentent respectivement 17 et 15 publications majoritairement issues du Monde. Ce journal est quasiment le seul à continuer à publier des informations en une en 2019. Le schéma suivant retrace cette évolution.

  • 20 Source : auteure.

Figure 1. Évolution du nombre de sujets publiés en une20

Figure 1. Évolution du nombre de sujets publiés en une20

17Au niveau de la matérialité discursive des titres, la pollution atmosphérique est bien identifiée en tant que problème environnemental, comme en témoignent les 17 surtitres mobilisant le lexème « environnement » (devancé par « pollution », avec 23 occurrences). Ce mot en surtitre fait office de repérage thématique et se substitue à l’indication de rubrique, signalant au lectorat dans quel domaine situer le sujet qui suit. Par ailleurs, les énoncés étudiés n’établissent pas un lien fort entre les dérèglements climatiques et l’air pollué : seuls trois titres sont publiés par Le Monde durant la période examinée, et ce durant les pics de pollutions d’hiver (dus au chauffage domestique) ou d’été (les canicules favorisant la production de polluants secondaires, comme l’ozone).

18L’importance assez faible accordée à la pollution atmosphérique se lit à travers le nombre de gros-titres, recensés à hauteur de 15 (8 pour Le Monde et 7 pour Libération). Seulement 8 % des sujets du Monde sont des gros-titres, contre 70 % pour Libération. Ces disparités révèlent des rapports inégaux entre la quantité de sujets et leur statut : alors que Libération publie peu, ce journal a tendance à accorder une visibilité accrue au problème. Les éditoriaux publiés en une sont également rares et ne se comptent qu’au nombre de 6. Ces éléments semblent aller dans le sens d’un problème à bas bruit et posé comme non concurrent à d’autres problèmes environnementaux jugés plus urgents. Qu’en est-il alors des images ?

Images de la pollution : un régime pauvre et verrouillé

19La pollution de l’air a ceci de particulier qu’elle est imperceptible à nos sens, sauf en cas de fort épisode, lorsque l’air se charge au point d’obscurcir le ciel. C’est cette représentation qui est privilégiée dans les images publiées en une, le régime visuel se prêtant peu à la figuration de la pollution chronique. Alors qu’il s’agit de la pollution la plus dangereuse, cette dernière ne répond pas aux impératifs de mise en image.

20Seul 15 % de sujets propose une représentation iconique (11 pour Le Figaro et 5 pour Libération), les gros-titres ne se conjuguant jamais avec des images. La participation de ces dernières à la construction de l’air pollué comme problème public étant très faible, le régime textuel est ainsi indiqué comme suffisant. Notre hypothèse est que la non-photogénie du phénomène empêche une mobilisation accrue du régime visuel.

21La rareté iconique est doublée par la pauvreté des représentations visuelles, mobilisant majoritairement des photographies distanciées et surplombantes de paysages urbains. Défigurées par un écran de pollution ocre-gris, les villes photographiées sont à peine reconnaissables. Ces images sont fortement attachées à l’univers de la circulation automobile, avec la monstration du périphérique et des fumées des pots d’échappement. Seules quatre d’entre elles proposent des représentations humaines : un couple de personnes âgées qui se balade sur les berges de Seine et des femmes masquées à vélo. Tel que nous le verrons dans la partie suivante, ces images ancrent l’énonciation iconique dans les domaines privilégiés par le cadrage médiatique du problème.

Dix années de titres sur la pollution : traitement en trois actes

22Ce problème a connu trois séquences distinctes, bien que poreuses, durant ces dix années : la première (2010-2015) correspond au traitement d’un problème public silencieux, caractérisé par un registre fataliste. La deuxième (2015-2016) est tributaire du scandale du dieselgate et braque les projecteurs médiatiques sur deux causes corrélées : le diesel et la circulation automobile. La troisième (2018-2019) voit poindre un double mouvement : des instances internationales condamnant l’inaction de l’État et des victimes saisissant la justice. Ces séquences permettent d’appréhender les points de focalisation et les silences à travers lesquels ces journaux ont traité le problème de la pollution de l’air.

Première séquence : problème contenu et registre fataliste

  • 21 Un code a été accordé à chaque journal : LM pour Le Monde, LB pour Libération et LF pour Le Figaro.

23La première séquence (2010-2015), dont les deux premières années constituent une période muette, compte au total 44 titres publiés en une. Un peu moins de la moitié fait référence à l’action publique, avec un intérêt particulier pour la métropole parisienne et ses pics de pollution, dont les publications sont fortement dépendantes. Avec des formulations à diathèse passive, la survenue de ces épisodes se naturalise et semble inévitable, d’autant que l’action publique ne parvient pas à y remédier. La focalisation sur Paris obéit au fait qu’il s’agit d’une municipalité ayant mis en place des mesures suscitant de nombreuses controverses politiques. Plusieurs enjeux de taille convergent dans cette ville, ce qui permet aux journaux de renforcer son statut à part tout en contribuant à la centralisation du problème21 :

[1] Paris pollué, politiques irresponsables (LM, 16/12/2013)
[2] Planète. Pollution de l’air : coûteuse inaction (LM, 16/07/2013)
[3] Alerte à la pollution : l’inaction des politiques (LM, 15/03/2014)
[4] Lutte contre la pollution. L’enfumage (LB, 14/03/2014)
[5] Pollution. Cent milliards d’euros, le coût de l’inaction (LF, 16/07/2015)

24En plus de pointer le caractère défaillant de l’action publique, cette première séquence se caractérise par une énonciation dans laquelle l’air pollué constitue le sujet d’action agissant sur un sujet d’état, la « santé ». Ce nom générique prédomine durant les premières années et commence à se décliner dans la nominalisation de pathologies concrètes à partir de 2015. Les conséquences sanitaires sont très présentes dans les titres et les chapeaux, alors même que les surtitres indexaient les sujets dans le domaine environnemental :

[6] L’air des villes nuit gravement à la santé (LM, 03/03/2011)
[7] Pollution de l’air, un fléau pour la santé (LM, 19/10/2013)
[8] La pollution de l’air tue plus que le tabac (LM, 27/03/2014)
[9] Pollution. Le trafic routier mis en cause dans certains cas de leucémie (LF, 18/09/2015)

  • 22 Bruno Crespin, Benjamin Ferron, « Un scandale à la recherche de son public. La construction médiati (...)

25Le rapprochement avec le tabagisme se lit dans les titres 6 et 8, construits sur la base du détournement d’avertissements présents sur les paquets de cigarettes. Ces procédés d’intertextualité permettent d’appréhender le domaine d’expérience qu’est la pollution dans les termes de celui du tabagisme, grâce aux nombreuses propriétés qu’ils partagent : l’air, la fumée (titre 4), la respiration, la dégradation de la santé, etc. À notre sens, la mise en équivalence entre la pollution de l’air (sur laquelle les citoyens n’ont eu historiquement que peu d’emprise) et le tabagisme (dont la communication sanitaire est centrée sur la responsabilité du fumeur) est susceptible d’effectuer un glissement vers le paradigme de l’individualisation des responsabilités, avec les conséquences dépolitisantes que certains auteurs ont décrit22.

26Si les constructeurs automobiles ne sont pas encore pointés du doigt, le diesel fait l’objet de plusieurs sujets en une. Le positionnement des journaux diverge, Le Monde et Libération se démarquant du Figaro :

[10] Diesel et pollution de l’air, l’étude scientifique qui alarme (LM, 25/11/2014)
[11] Diesel. Hollande l’enfumeur (LB, 12/09/2013)
[12] Dépollution. Menace sur les petites voitures diesel (LF, 26/03/2013)
[13] Le diesel dans le viseur du gouvernement (LF, 02/12/2014)

27Dans ces titres, Le Figaro atténue la responsabilité du diesel pour l’ériger en victime de l’action publique. Une hypothèse face à ce choix peut être avancée : au cours de la période étudiée, ce journal consacre une quinzaine de sujets favorables à l’automobile individuelle. Les contours d’un contrat de lecture fédérant le journal et son lectorat autour d’un attachement manifeste à l’automobile se dessinent.

  • 23 Patrick Champagne, Dominique Marchetti, « L’information médicale sous contrainte. À propos du “scan (...)

28Ainsi, dans cette séquence, la pollution de l’air est une question dont la dimension problématique semble neutralisée : elle est présente sans pour autant susciter trop d’intérêt, les solutions proposées par le propriétaire du problème ne donnent pas lieu à des avancées significatives et d’autres acteurs sont absents. Ce registre fataliste contribue à un traitement du problème qui est abordé aux antipodes du « scandale », entendu comme « une réprobation et/ou une émotion à propos de faits perçus comme particulièrement immoraux ou révoltants »23. Cela peut être dû au fait que les discours sur la pollution de l’air sont encore enclavés dans les organismes en charge du problème, dont la gestion se caractérise par la surveillance discrète et les alertes épisodiques. La quasi absence de sujets en une entre 2010 et 2012, puis le relatif regain d’intérêt entre 2013 et 2015 ne signifient pas l’absence des débats sur la pollution dans d’autres arènes sociales ou politiques. C’est plutôt que les arènes médiatiques ne s’intéressent au problème que par le truchement d’autres affaires comme le « scandale du dieselgate ». Ce dernier a relancé, par ricochets, la mise en débat.

Deuxième séquence : éclatement du scandale et discours alarmiste

  • 24 Patrick Champagne, Dominique Marchetti, Ibid., p. 56.
  • 25 Joseph Gusfield, La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre sy (...)

29La deuxième séquence (2016-2017) rassemble 41 titres et a sans doute bénéficié de la visibilité du scandale du dieselgate, permettant aux informations relatives à la pollution de l’air de « “monter” en première page »24. Ce scandale a participé à désenclaver les discours et à les faire migrer vers des arènes médiatiques, qui se sont intéressées à l’attribution de responsabilités des constructeurs automobiles de la part des pouvoirs publics. Ces imputations n’étant pas aisées, les constructeurs ont cherché « à résister aux tentatives de leur faire endosser le problème comme étant le leur »25 :

[14] Pollution. Renault a-t-il triché ? (LB, 20/01/2016)
[15] Pollution. Renault assure ne pas avoir de logiciel truqueur (LM, 25/08/2016)

30Les journaux s’intéressent à la pollution chronique ou de fond, le diesel étant identifié comme principal facteur explicatif de celle-ci sur une temporalité longue. Le titre 16 pointe non pas l’inefficacité de ses actions engagées par l’État mais bien davantage sa complicité, avec le passage sous silence d’informations jugées sensibles :

[16] Santé. Comment l’État a caché en 1997 la dangerosité du diesel (LM, 02/04/2016)
[17] Sciences. Les effets sur deux générations de la pollution au diesel (LF, 01/08/2016)

31Le champ lexical mobilisé dans cette séquence amorce un changement de registre, plus accusateur et alarmiste. Tel qu’il est possible d’observer dans les titres suivants, les conséquences sanitaires suivent un parcours déductif, en partant du terme englobant (« santé ») vers les victimes de cette pollution. Ce parcours reste toutefois tronqué par l’absence d’énonciation de nombreuses pathologies dues à la pollution atmosphérique (problèmes cardiaques et respiratoires, troubles du développement fœtal, diabète, leucémie, etc.). Les conséquences génériques évoquées dans la première séquence prennent corps et s’incarnent au sein de cette nouvelle figure qui fait émergence à partir de 2016. Les victimes de la pollution sont présentées selon deux régimes d’énonciation, dont le premier se caractérise par des estimations quantitatives liées à la mortalité :

[18] Automobile. Les excès d’émissions de diesel ont causé environ 38 000 décès en 2015 (LM, 17/05/2017)
[19] Pollution de l’air : plus de 500 000 décès en Europe (LM, 12/10/2017)
[20] Environnement. La pollution tue 12,7 millions de personnes par an (LM, 05/12/2017)

32Allant d’un millier à quelques millions, cet ordre de grandeur donne à voir la gravité et l’étendue du problème mais contribue du même coup à anonymiser les victimes et à masquer la singularité des trajectoires. Ce premier régime emprunte à l’épidémiologie l’intérêt pour le devenir collectif des maladies à travers la mise en scène des chiffres. Le deuxième régime d’énonciation privilégie des dénominations pouvant davantage incarner ces victimes et faciliter leur représentation auprès du lectorat, même si elles restent relativement vagues :

[21] La pollution de l’air touche huit citadins sur dix dans le monde (LM, 13/05/2016)
[22] Environnement. 300 millions d’enfants respirent un air toxique (LM, 01/11/2016)
[23] Comment les pics de pollution affectent la santé des personnes fragiles ? (LF, 10/12/2016)

33Les dénominations « citadins », « enfants » et « personnes fragiles » constituent les populations à risque sélectionnées par les journaux étudiés. Le caractère générique de ces dénominations fait que, au final, les victimes restent dans l’ombre de l’anonymat. Ne sont précisés ni l’âge, ni le niveau potentiellement inégal d’exposition aux polluants, pas plus que d’autres populations vulnérables comme les personnes âgées, les malades chroniques et les femmes enceintes. Durant cette période, les populations affectées n’existent que comme un sujet d’état subissant la pollution de l’air, sans visage ni capacité d’action. Contrairement par exemple aux mouvements pour le climat, les journaux n’ont pas relevé de mobilisation citoyenne marquante ni de porteurs de cause formellement identifiés dans les titres en une, la personnalisation étant un levier important dans la mise en récit médiatique. Cette tendance montre des signes d’évolution avec la troisième et dernière séquence.

Troisième séquence : actions en justice et agentivité des victimes

34La troisième séquence (2018-2019) ne regroupe que 22 titres, dont aucun pour Libération. Ce désintérêt peut être interprété comme le début d’une nouvelle période silencieuse pour ces médias généralistes. Leur discours a été monopolisé par les nombreuses controverses politiques au sujet des restrictions de circulation et de la piétonisation des voies sur berge à Paris : arrêtés, annulations, recours et dérogations à n’en plus finir. La pollution de l’air disparaît en une au profit d’un feuilleton focalisé sur la mise en opposition entre piétons et conducteurs et la forte personnalisation des antagonismes politiques (Maire de Paris vs. Présidente de la région Île-de-France).

35Cette période se révèle pourtant d’une grande importance dans l’évolution du problème, et ce grâce à trois dynamiques imbriquées : d’abord, la condamnation de la France par la Cour de Justice de l’Union Européenne ; ensuite, les recours juridiques initiés par des associations et des ONG auprès du Conseil d’État et, enfin, les plaintes des particuliers accusant l’État de « carence fautive ». Sur le plan européen, la France était poursuivie depuis plus d’une décennie pour le non-respect de la directive européenne sur la qualité de l’air, dont la condamnation a été prononcée en 2019 : 

[24] Pollution. Qualité de l’air : Bruxelles tance la France (LM, 30/01/2018)
[25] Pollution. Bruxelles sommé par la justice de durcir ses règles sur le diesel (LM, 15/12/2018)
[26] Pollution. La France condamnée par la justice européenne (LM, 24/10/2019)

36Sur le plan national, les associations de lutte pour la qualité de l’air ont introduit plusieurs recours juridiques auprès Conseil d’État pour non-respect de ladite directive, recours qui ont conduit à la condamnation de l’État français en 2020. Les informations relatives à ces recours sont largement absentes des unes, seul un titre du Monde étant publié à ce sujet. Il en va de même pour les victimes de la pollution qui, sans susciter un intérêt médiatique appuyé, commencent à se frayer un chemin par le biais des saisines judiciaires. La médiatisation de ces actions les fait connaître, ces victimes se reconnaissant comme telles en entamant un processus de demande de réparation (claiming). Des signes précoces, annonciateurs de cette séquence, ont émergé dès 2013 avec les dénonciations d’une partie de la population civile chinoise. La rareté de ces exemples mérite de les aborder avec les autres composants présents en page de couverture, notamment le chapeau :

[27] À Pékin, pollution extrême et colère des habitants
La circulation a été restreinte dans la capitale chinoise […] Des mesures jugées insuffisantes par la blogosphère chinoise. (LM, 02/02/2013)
[28] Environnement. Les Chinois se mobilisent contre la pollution (LF, 17/07/2013)
[29] Pollution. Premier procès contre l’État
Une mère et sa fille de 17 ans attaquaient l’État, mardi 28 mai, devant le tribunal administratif de Montreuil (Seine-Saint-Denis) pour “carence fautive”. (LM, 29/05/2019)

  • 26 Emmanuel Henry, « Rapports de force et espaces de circulation de discours. Les logiques des redéfin (...)

37Alors que les associations et les ONG agissent sur plusieurs fronts et depuis plusieurs décennies (l’une des premières plaintes pour mise en danger de la vie d’autrui datant de 1995), ce n’est qu’à partir de 2017 que cette modalité d’action remonte en une. A travers ces actions en justice, les victimes de la pollution se rendent visibles, endossent un rôle actif et entendent peser sur la redéfinition et les solutions apportées. Un processus de requalification démarre lorsque les populations civiles s’emparent d’un problème auparavant circonscrit au monde politique et industriel, hors de portée. Ce mouvement est galvanisé par un autre cas largement médiatisé durant la même période dans lequel un particulier a attaqué en justice l’industriel Monsanto aux États-Unis, en obtenant gain de cause. Cette modalité de mobilisation sur le terrain judiciaire (plaintes, recours, référés) à l’encontre de l’État favorise « l’attention des journalistes sur le problème, […étant] présenté dans des formes qui rendent plus aisé sa prise en charge par les médias ».26 Ces plaintes ont également pour effet d’empêcher le reconfinement du débat sur la pollution de l’air aux sphères administratives et gestionnaires. Cette séquence rend compte d’une réappropriation forte du problème par des publics non institutionnels, profanes, civiles et militants, qui font jouer une redéfinition davantage politisée.

Conclusion

  • 27 Daniel Cefaï, op. cit., 1996, p. 56.

38La pollution atmosphérique est un problème environnemental d’ampleur qui demande à être approfondi dans ses dimensions sanitaire, politique et communicationnelle. En effet, cette étude n’a concerné que trois journaux grand public et les résultats présentés mériteraient d’être vérifiés auprès d’autres médias écrits et audiovisuels, généralistes et spécialisés. Avec les limites qui lui sont propres, cette analyse a démontré que les pollutions aériennes n’apparaissent pas comme prioritaires, étant en forte concurrence avec d’autres problèmes environnementaux jugés plus pressants (dérèglements climatiques, pesticides, biodiversité). La relégation au statut secondaire est due en partie au fait que leur saisie par des publics non institutionnels n’a pas suscité de mobilisations fortes et marquantes, l’ordre des priorités étant établi en fonction « de la force dramatique ou rhétorique avec laquelle une affaire est plaidée par ses défenseurs »27.

  • 28 Joseph Gusfield, op. cit., p. 14.

39Une telle appropriation ne semble pas favorisée par le monopole historique de l’État, identifié par les médias étudiés comme principal « propriétaire » du problème. Ce dernier a le rôle d’attribuer des responsabilités à d’autres acteurs censés « faire quelque chose à propos d’un problème »28, mais ces imputations n’arrivent clairement en page de couverture qu’à partir de 2015. Même si le scandale du dieselgate a été majoritairement abordé à travers l’angle industriel et financier, il a eu pour effet de braquer les projecteurs médiatiques sur les pollutions dues à la circulation, pointant ainsi la responsabilité des constructeurs automobiles et des carburants, d’une part, et des pouvoirs publics nationaux et supranationaux, d’autre part. Hormis cet événement, les informations relatives aux pollutions de l’air restent peu enclines au sensationnalisme et constituent tout sauf un « scandale » : un transfert de propriétés semble ainsi avoir lieu entre l’objet et son traitement, tous les deux diffus et dilués.

40Nous sommes à présent en mesure de formuler des hypothèses sur la difficulté d’installation de ce problème dans les arènes sociales et médiatiques. Outre le fait que les initiatives visant à limiter le trafic routier et automobile souffrent de grande impopularité, la pollution de l’air porte en elle au moins trois caractéristiques qui rendent difficile ce processus. D’abord, elle est le résultat d’une myriade de composants présents dans l’air (gaz, particules, résidus en suspension) et non d’un polluant unique, mieux à même d’être identifiable et mémorisable. Ensuite, contrairement aux polluants générant un répertoire limité de pathologies, les pollutions atmosphériques sont responsables d’un large éventail de maladies (par ailleurs non énoncées dans le corpus), ce qui rend malaisé leur attribution à cette cause. Remarquons à ce sujet que les journaux mettent la focale sur les conséquences sanitaires, en éclipsant notamment les effets sur l’environnement. Or ces pollutions peuvent quitter leur forme en suspension pour contaminer les terres et les eaux, puis l’ensemble des êtres vivants. Ce qu’il est convenu d’appeler « pollution atmosphérique » apparaît alors comme une distinction à but heuristique. Enfin, pouvant toucher les populations des territoires les plus pollués (métropoles, vallées, sites à forte activité industrielle et agricole), ce problème manque d’un groupe social formellement identifié comme porteur, les associations spécialisées ayant un défaut de visibilité et d’audibilité auprès du grand public. Ces traits semblent s’ériger comme autant de barrières au traitement de la pollution de l’air en tant que problème prioritaire.

41L’appropriation citoyenne s’amorce toutefois grâce aux actions en justice introduites par les associations et les particuliers, des formes de mobilisation déjà éprouvées dans les affaires de l’amiante et des pesticides. Les populations affectées font jouer des leviers pouvant faire évoluer une situation qui semblait verrouillée, voir naturalisée. Cette tendance prend de l’ampleur car, au moment où ces lignes sont écrites, de lourdes sanctions sont requises par le Conseil d’État à l’encontre du gouvernement pour non-respect des réglementations sur la qualité de l’air. Reste à savoir si ce mouvement sera assez fort pour faire évoluer une question qui semblait jusque-là condamnée à suivre une carrière de problème périphérique.

Haut de page

Bibliographie

Arquembourg, J. « L’antibiorésistance en France, du risque à la menace pour la santé publique ». Questions de communication, n° 29, 2016, pp. 29-47.

Bonnafous, S. « La médiatisation de la question immigrée : état des recherches ». Études de communication, n° 22, 1999, pp. 59-72.

Boutaric, F., Lascoumes, P. « L’épidémiologie environnementale entre science et politique. Les enjeux de la pollution atmosphériques en France ». Sciences sociales et santé, 26, 2008, pp. 5-38.

Cefaï D. « Postface. La fabrique des problèmes publics. Boire ou conduire, il faut choisir ! » in J. Gusfield, La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique. Economica, 2009, pp. 219-318.

Cefaï, D. « La construction de problèmes publics. Définitions de situations dans les arènes publiques ». Réseaux, n° 75, 1996, pp. 43-66.

Champagne, P., Marchetti D. « L’information médicale sous contrainte. À propos du “scandale du sang contaminé” ». Actes de la recherche en sciences sociales, n° 101-102, 1994, pp. 40-62.

Charaudeau, P. Langage et discours : éléments de sémiolinguistique. Paris, Hachette, 1983.

Comby, J.-B. « Quand l’environnement devient médiatique. Conditions et effets d’institutionnalisation d’une spécialité journalistique ». Réseaux, n° 157-158, 2009, pp. 157-190.

Crespin, B., Ferron, B. « Un scandale à la recherche de son public. La construction médiatique du problème de la “pollution de l’air intérieur” en France (1995-2015) ». Politiques de communication, n° 7, 2016, pp. 151-179.

Delforce, B., Noyer, J. « Pour une approche interdisciplinaire des phénomènes de médiatisation : constructivisme et discursivité sociale ». Études de communication, n° 22, 1999, pp. 13-40.

Gusfield, J. La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique. Economica, 2009.

Henry, E. « Rapports de force et espaces de circulation de discours. Les logiques des redéfinitions du problème de l’amiante » in C. Gilbert, E. Henry (dirs), Comment se construisent les problèmes de santé publique. Paris, La découverte, 2009, pp. 155-174.

Langumier, J. La pollution de l’air dans la presse : une représentation « dramatique ». Étude de la production des quotidiens régionaux de l’agglomération lyonnaise. Pollution atmosphérique, n° 176, 2002, pp. 503-512.

Le Moal, J. Eilstein, D., Salines, G. La santé environnementale est-elle l’avenir de la santé publique ? Santé publique, n° 22, 2010, pp. 281-289.

Neveu, E. L’approche constructiviste des « problèmes publics ». Un aperçu des travaux anglo-saxons. Études de communication, n° 22, 1999, pp. 41-58.

Ringoot, R. Analyser le discours de presse. Paris, Armand Colin, 2014.

Roussel, I. « La pollution atmosphérique entre santé et environnement (1958-1996). L’exemple de l’Association pour la prévention de la pollution atmosphérique (APPA), de sa création à la loi de 1996 ». Écologie & Politique, n° 58, 2019, pp. 35-52.

Rumpala, Y. « De l’objectivation des risques à la régulation des comportements L’information sur la qualité de l’air comme instrument d’action publique ». Réseaux, n° 126, 2004, pp. 177-212.

Tetu, J-F. Mouillaud, M. Le Journal quotidien. Presses Universitaires de Lyon, 1989.

Haut de page

Notes

1 Simone Bonnafous, « La médiatisation de la question immigrée : état des recherches », Études de communication, n° 22, 1999, p. 60.

2 Erik Neveu, « L’approche constructiviste des “problèmes publics”. Un aperçu des travaux anglo-saxons », Études de communication, n° 22, 1999, p. 44.

3 Jean-Baptiste Comby, « Quand l’environnement devient médiatique. Conditions et effets d’institutionnalisation d’une spécialité journalistique », Réseaux, n° 157-158, 2009, p. 159.

4 Bernard Delforce, Jacques Noyer, « Pour une approche interdisciplinaire des phénomènes de médiatisation : constructivisme et discursivité sociale », Études de communication, n° 22, 1999, p. 19.

5 Jocelyne Arquembourg, « L’antibiorésistance en France, du risque à la menace pour la santé publique », Questions de communication, n° 29, 2016, p. 31.

6 Joëlle Le Moal, Daniel Eilstein, Georges Salines, « La santé environnementale est-elle l’avenir de la santé publique ? », Santé publique, vol. 22, 2010, p. 285.

7 Franck Boutaric, Pierre Lascoumes, « L’épidémiologie environnementale entre science et politique. Les enjeux de la pollution atmosphériques en France », Sciences sociales et santé, vol. 26, 2008, p. 5-38.

8 Daniel Cefaï, « Postface. La fabrique des problèmes publics. Boire ou conduire, il faut choisir ! » dans J. Gusfield, La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica, 2009, p. 233.

9 Isabelle Roussel, « La pollution atmosphérique entre santé et environnement (1958-1996). L’exemple de l’Association pour la prévention de la pollution atmosphérique (APPA), de sa création à la loi de 1996 », Écologie & Politique, n° 58, 2019, p. 39.

10 La propriété est entendue par J. Gusfield comme « la capacité à créer ou à orienter la définition publique d’un problème » dans son ouvrage La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica, 2009, p. 11.

11 Site du Gouvernement Français [En ligne, page consultée le 14 juillet 2020]. Disponibilité et accès https://www.gouvernement.fr/risques/pollution-de-l-air.

12 Santé Publique France [En ligne, page consultée le 14 juillet 2020]. Disponibilité et accès https://www.santepubliquefrance.fr/presse/2016/impacts-sanitaires-de-la-pollution-de-l-air-en-france-nouvelles-donnees-et-perspectives.

13 Yanick Rumpala, « De l’objectivation des risques à la régulation des comportements L’information sur la qualité de l’air comme instrument d’action publique », Réseaux, n° 126, 2004, p. 177-212.

14 Daniel Cefaï, « La construction de problèmes publics. Définitions de situations dans les arènes publiques », Réseaux, n° 75, 1996, p. 50.

15 Julien Langumier, « La pollution de l’air dans la presse : une représentation “dramatique”. Étude de la production des quotidiens régionaux de l’agglomération lyonnaise », Pollution atmosphérique, n° 176, 2002, p. 512.

16 Roselyne Ringoot, Analyser le discours de presse, Paris, Armand Colin, 2014, p. 45-145.

17 Jean-François Têtu, Maurice Mouillaud, Le Journal quotidien, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1989, p. 101.

18 Patrick Charaudeau, Langage et discours : éléments de sémiolinguistique, Paris, Hachette, 1983, p. 102.

19 Organisation mondiale de la santé [En ligne], Centre International de recherche sur le Cancer [page consultée le 14 juillet 2020]. Disponibilité et accès https://www.iarc.fr/fr/news-events/the-lancet-oncology-the-carcinogenicity-of-outdoor-air-pollution-2/

20 Source : auteure.

21 Un code a été accordé à chaque journal : LM pour Le Monde, LB pour Libération et LF pour Le Figaro.

22 Bruno Crespin, Benjamin Ferron, « Un scandale à la recherche de son public. La construction médiatique du problème de la “pollution de l’air intérieur” en France (1995-2015) », Politiques de communication, n° 7, 2016, p. 151-179.

23 Patrick Champagne, Dominique Marchetti, « L’information médicale sous contrainte. À propos du “scandale du sang contaminé” », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 101-102, 1994, p. 43.

24 Patrick Champagne, Dominique Marchetti, Ibid., p. 56.

25 Joseph Gusfield, La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica, 2009, p. 12.

26 Emmanuel Henry, « Rapports de force et espaces de circulation de discours. Les logiques des redéfinitions du problème de l’amiante », dans C. Gilbert, E. Henry, Comment se construisent les problèmes de santé publique, La découverte, Paris, 2009, p. 166.

27 Daniel Cefaï, op. cit., 1996, p. 56.

28 Joseph Gusfield, op. cit., p. 14.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution du nombre de sujets publiés en une20
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/10230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nataly Botero, « Pollution atmosphérique à la une : visibilité médiatique d’un problème environnemental »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/10230 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.10230

Haut de page

Auteur

Nataly Botero

Université de Bourgogne

Nataly Botero est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Bourgogne. Elle est chercheure au CIMEOS et membre du Groupe d’études et de recherches Communication, environnement, science et société. nataly.botero(at)iut-dijon.u-bourgogne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search