Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21SpicilègePratiques informationnelles sur l...

Spicilège

Pratiques informationnelles sur l’emploi de jeunes adultes non diplômés

Eddy Supeno, Leïla Rivard et Julie Chabot

Résumés

Les pratiques informationnelles des jeunes adultes ont souvent le numérique pour focale risquant d’homogénéiser cette population comme ses pratiques informationnelles. S’intéressant à l’insertion professionnelle de trente jeunes adultes majoritairement non diplômés du secondaire, l’analyse qualitative de leurs pratiques informationnelles en emploi montrent un recours plus nuancé au numérique et des modalités différenciées de connexion et d’interaction avec les sources informationnelles mobilisées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Cette recherche a bénéficié du soutien du Fond de recherche Québécois – Société et Culture. Les aut (...)

1Le discours public souligne l’importance du numérique dans l’ensemble des activités sociales, notamment sur le marché du travail. Plusieurs travaux étudient donc son rôle dans les pratiques informationnelles des jeunes adultes, qu’elles soient formelles ou non (Cordier, 2011 ; Latzko-Toth et Pastinelli, 2013). Ayant grandi dans un environnement numérique, ils y auraient acquis une aisance qui les rendraient multitâches et ferait d’eux des travailleurs bien adaptés à ses exigences (Selwin, 2009), négligeant peut-être l’importance des inégalités sociales sous-jacentes à celles numériques (Granjon, 2009 ; Hargittai et Hinnant, 2008). Le risque existe donc de les massifier en un bloc – des « natifs numériques » – et ainsi d’étudier leurs pratiques informationnelles qu’essentiellement sous l’angle du numérique. Plusieurs recherches soulignent leurs pratiques informationnelles diversifiées – par Internet, l’entourage ou des imprimés – en matière notamment de recherche d’emploi (Delesalle, 2006) ou de sexualité (Amsellem-Mainguy, 2016). Et bien que Steeves (2014) note aucune différence dans leurs pratiques informationnelles selon le revenu et la scolarité, il semble pourtant que ceux scolarisés soient plus enclins à s’informer sur leurs droits au travail (Bourdon, Supeno et Lacharité-Auger, 2012). Ils sont également plus proactifs en recherche d’emploi en combinant plusieurs sources d’information qui conduisent généralement à des emplois stables et bien rémunérés (Pérez et al., 2016). Ainsi, les pratiques informationnelles des jeunes adultes peuvent être différenciées selon le degré de scolarité et ne se limitent pas qu’au numérique, bien qu’Internet constitue un vaste réservoir d’informations sur l’emploi (Williamson, Qayyum, Hider et Liu 2012).

2Alors que les transitions vers l’emploi des jeunes adultes sont teintées d’incertitude (Castel, 2003), l’accès à des ressources diversifiées, dont celles informationnelles, peut les faciliter. Au Québec, les recherches n’analysent qu’indirectement les pratiques informationnelles sur l’emploi des populations peu scolarisées. Si Internet constitue la première source consultée par des adultes peu scolarisés en recherche d’information sur l’emploi notamment, cela est peu systématique et l’entourage demeure une source importante (Bélisle et Bourdon, 2015). La proximité relationnelle est aussi un critère fort de sélection de sources humaines chez de jeunes adultes non diplômés du secondaire pour trouver de l’emploi (Supeno et Mongeau, 2015). D’autres se sont penchés sur les barrières informationnelles dans le raccrochage scolaire, mais essentiellement auprès d’une population adulte (Lavoie, Levesque et Aubin-Horth, 2008). Enfin, les recherches associant les jeunes adultes et l’information sur l’emploi se concentrent sur ceux déjà en emploi en documentant notamment les accidents de travail (Brun et Laroche, 2007) ou les abus liés aux normes du travail (Bernier, 2007). Si ce bref état des connaissances montre l’importance de l’information dans l’insertion professionnelle (Supeno, Mongeau et Pariseau, 2016), on ignore si des différences peuvent exister parmi les jeunes adultes quant à leurs pratiques informationnelles sur l’emploi. Une interrogation importante si l’on souhaite éviter de les homogénéiser ainsi que leurs pratiques informationnelles. Cet article souhaite combler partiellement ce manque auprès de jeunes adultes non diplômés du secondaire en insertion professionnelle au Québec.

Cadre d’analyse

3Plusieurs modèles théoriques sur les pratiques de recherche d’information existent (Fischer, Erdelez et McKechnie, 2005). Bien qu’on s’attarde à la recherche d’informations spécifiques à l’emploi, on sait que les jeunes adultes ne se limitent pas qu’aux sources formellement dédiées (Supeno et Mongeau, 2015). Ici, information et sources sont liées, car la perception de la situation à résoudre influence le type de sources recherchées (Byström, 2002). On sait également que leur insertion professionnelle est souvent influencée par leurs différents contextes de vie (Supeno et Bourdon, 2017). Ainsi, le modèle de McKenzie (2002) conçoit la recherche d’information comme une pratique sociale de tous les jours, ancrée dans différents contextes où l’accent est mis sur les connexions et interactions avec les sources. Les combinaisons des modalités de connexion et d’interaction permettent de conceptualiser quatre modes différents de pratiques informationnelles.

4Le mode « recherche active » caractérise une connexion avec des sources préalablement identifiées (connexion active) avec qui la personne interagit en posant par exemple des questions définies auparavant (interaction planifiée). La personne a une attitude proactive car elle a identifié l’information dont elle a besoin ainsi que les sources jugées pertinentes pour la lui fournir. Le mode « vigilance passive » identifie des connexions à des sources jugées potentiellement pertinentes (connexion par veille) en se plaçant dans des situations ou des lieux jugés pertinents pour trouver l’information recherchée en observant, en écoutant ou en consultant les sources d’information présentes (interaction opportuniste). La personne a une attitude plus attentiste, privilégiant l’exposition à de l’information potentielle qu’à la recherche active d’information. Le mode « surveillance non directive » désigne une connexion imprévue avec une source considérée a priori non pertinente et ce, dans des lieux souvent inattendus (connexion accidentelle). Cette modalité de connexion suppose des interactions non structurées avec la source (interaction non planifiée). Le mode « par intermédiaires » définit une connexion avec la source par l’entremise d’une première source (connexion par intermédiaires). La personne est considérée comme passive car la référence à la source finale n’est généralement pas de son fait avec qui une interaction n’est pas systématique (absence d’interaction).

5Les modes « vigilance passive » et « surveillance non directive » sont particulièrement appropriés car les jeunes adultes se limitent parfois aux informations immédiatement disponibles et imprévues dans leur insertion professionnelle (Supeno et Bourdon, 2014). L’information est définie comme matériel cognitif jugé subjectivement nécessaire en vue de résoudre un problème (Shenton et Dixon, 2004), en l’occurrence des situations associées à l’insertion professionnelle.

Méthodologie

Échantillon

  • 2 Les CJE sont des structures offrant l’accompagnement des personnes de 16 à 35 ans dans leurs démarc (...)

6Un échantillon non probabiliste de 30 jeunes adultes non diplômés du secondaire (21 hommes et 9 femmes âgés entre 19 et 34 ans, moyenne d’âge de 25 ans) a été recruté dans des Carrefours Jeunesse-Emploi (CJE)2 de quatre villes du Québec. Lors des entretiens :

    • 3 Le DES (diplôme d’études secondaires) sanctionne la fin des études au secondaire (12 années de scol (...)

    26 n’ont pas complété leurs études secondaires et 4 ont un DES ou un DEP3

  • 12 participaient à un programme d’insertion en emploi, 6 étaient au chômage, 5 étaient inactifs, 3 étaient en formation et 4 exerçaient un travail rémunéré ou bénévole

    • 4 La majorité de l’échantillon a déclaré plus d’une source de revenu au moment des entretiens.

    29 recevaient des prestations gouvernementales, 6 des revenus d’emploi et 9 avaient des revenus non déclarés4

Collecte des données

7Des entretiens individuels (Savoie-Zajc, 2009) ont été réalisés pour interviewer les jeunes adultes. Une perspective qualitative cohérente avec le modèle de McKenzie pour saisir les significations accordées tant aux pratiques qu’aux informations recueillies de manière contextualisée. Les pratiques informationnelles ont été documentées à l’aide d’un guide d’entretien construit en fonction du modèle de McKenzie. En outre, un questionnaire a caractérisé l’échantillon sur le plan sociodémographique (âge, genre, degré de scolarité, occupation principale, etc.).

Analyse des données

8Les entretiens ont été enregistrés numériquement puis transcrits pour réaliser un codage thématique (Paillé et Mucchielli, 2012) du corpus sous NVivo 12 à partir d’une arborescence constituée des dimensions du modèle conceptuel. Ce codage thématique consistait à lire les transcriptions pour déstructurer et inscrire les données dans la dimension appropriée. Une fois le codage réalisé, des matrices à condensé ont réduit davantage les données pour mettre en évidence les articulations entre les modalités d’interaction et de connexion avec les sources déclarées. Chaque matrice a ensuite été examinée pour documenter, en mode écriture pour tout l’échantillon et en considérant les données sociodémographiques, les modes de pratiques informationnelles.

Résultats

9Chaque mode de pratique informationnelle est présenté en fonction des sources d’information relationnelles (humaines) puis non relationnelles (non humaines). Cette taxonomie a été retenue (Agarwal, Xu et Poo, 2011) car les jeunes adultes, parmi les différentes sources mobilisées, semblent privilégier celles relationnelles (Julien, 1999).

Recherche active

10Pour les sources relationnelles, ce mode a été identifié dans le verbatim de 24 personnes (8 femmes, 16 hommes) des quatre villes.

Tableau 1. Sources relationnelles et informations

Tableau 1. Sources relationnelles et informations

* Le nombre d’occurrences correspond au nombre de personnes qui ont mentionné la source dans ce mode. Le nombre total des occurrences est supérieur au nombre de jeunes adultes car une personne a pu déclarer plusieurs sources.

11Les intervenants (conseiller en emploi, conseiller en orientation, etc.) constituent la première source déclarée. Un résultat attendu car l’échantillon a été recruté dans des CJE, ils sont des médiateurs importants entre l’information et les jeunes adultes et ces derniers développent souvent un lien de confiance avec leurs intervenants (Sabelli, 2012 ; Turcotte, 2008). Cependant, toutes les autres sources répertoriées n’ont ni compétences ni expertise a priori en matière d’information sur l’emploi – alors qu’on demandait les sources mobilisées spécifiquement pour l’emploi. La proximité relationnelle est cependant bien un critère de choix car plusieurs amis et membres de la famille sont identifiés comme intimes.

12Les intervenants sont sollicités essentiellement sur des techniques de recherche d’emploi : « T’as jamais de bons CV. C’est pour ça que je venais voir souvent [Intervenante CJE] pour qu’elle remette à jour le mien. Pour être sûr d’avoir un bon CV et savoir à qui aller le porter. » (MG-02). Amis et famille, eux, sont interpellés pour leurs connaissances des possibilités d’emploi considérant leur expérience professionnelle. L’information la plus demandée est de connaître les entreprises qui engagent et leurs conditions de travail : « Je demande à mon père, qui a pas mal fait n’importe quoi, s’ils engagent, ils payent combien et si c’est permanent […] Je sais déjà quoi poser. » (SH-01). C’est le cas aussi de SH-13 : « C’est le salaire, des choses comme ça. Quel genre d’emploi ils font. » ou de SH-06 : « Je vais demander [à mon père] s’il connaît quelqu’un qui chercherait une personne pour un emploi parce que je veux un job. ». En raison d’une forte proximité relationnelle, certains sont sollicités car ils connaissent bien les jeunes adultes : « Je vais demander à ma mère parce que le petit stress du premier job, de la première entrevue, les parents connaissent aussi qui on est » (MG-04). Ou SH-13 : « Je vais voir mon beau-père, il a souvent des jobs à me proposer […] Il va savoir que j’ai une question à poser et va me répondre avant que je la pose. Il sait déjà ce que je veux ». D’autres sources sont approchées pour leur « expertise » pour valider un choix : « Ma demi-sœur est une bonne conseillère. […] Je vais l’appeler et elle va me conseiller. Elle va me dire ce qui est bon ou pas. » (LPI-04). Ou encore LPI-03 : « Si je lui dis : “toi, est-ce que tu me verrais travailler là-dedans ?” il va me dire : “non parce que ça peut être dangereux pour toi” ».

13La principale modalité d’interaction ici est celle de l’interaction directe : parler physiquement à la source lors d’un rendez-vous ou non, l’appeler par téléphone ou via une plateforme numérique (ex. : Messenger).

14Pour les sources non-relationnelles, ce mode a été identifié dans le verbatim de 28 personnes (8 femmes, 20 hommes) des quatre villes.

Tableau 2. Sources non-relationnelles et informations

Tableau 2. Sources non-relationnelles et informations

15Le tableau 2 ne répertorie que les dix premières sources déclarées. Au total, 33 ont été documentées mais la majorité (17) n’a été mentionnée qu’une ou deux fois.

16La majorité des sources ont pour objectif unique ou principal de fournir de l’information sur le marché du travail (offres d’emploi, perspectives de placement, description de tâches, etc.). C’est le cas de 7 sources sur les 10 premières et de 28 sources sur les 33. Les sources numériques constituent l’essentiel : sur les 10 premières sources, 7 renvoient à des sites web ou à Facebook, 2 sont des lieux physiques (CJE et Centre local d’emploi) et 1 est en format papier (journaux). Des résultats en cohérence avec ceux de Webber et Zhu (2007) pour qui Internet est une source privilégiée dans la recherche d’emploi de jeunes adultes. On note cependant que sur les 33 sources, 14 ne sont pas numériques (ex. : salon de l’emploi, livres sur les programmes d’études, emplois affichés sur un panneau, agence d’intérim). Les sources non numériques conservent donc une relative importance dont celles imprimées comme l’ont constaté Williamson et al. (2012) chez des adolescents en recherche d’informations sur l’emploi notamment.

17L’analyse globale montre la diversité des sources mobilisées en termes de nombre, de format et de mandat. Cela témoigne d’une bonne connaissance a priori du paysage informationnel québécois (numérique ou non) en matière d’emploi car les principales sources spécialisées sont déclarées. Cependant, connaissance ne rime pas nécessairement avec maîtrise car l’aisance des jeunes adultes face au numérique est surestimée – que l’on parle de maîtrise technique ou d’évaluation critique des informations obtenues (Rowlands et al., 2008).

  • 5 Kijiji est un ensemble de sites web dont l’objectif principal était la publication de petites annon (...)

18On note la présence de sources numériques inusitées en matière d’information sur l’emploi. Ainsi, Google est vu comme une sorte d’entrée universelle informationnelle : « En tapant dans Google “Recherche emploi” à un moment donné, tu trouves tout avec Google » (SH-05). Facebook permet de contacter des personnes pour obtenir des informations personnalisées : « C’est la meilleure chose pour n’importe quoi. C’est quasiment rendu comme Google pour moi. Si tu cherches quelque chose, y’a quelqu’un qui va trouver ta réponse assez vite. » (SH-03). En outre, des groupes informels sur des secteurs d’activité spécifiques s’y affichent où des offres d’emploi sont publiées. Kijiji5 se démarque pour ses offres d’emploi : « Des fois, j’y vais pour me trouver de petits jobs. » (SH-01). Ces sources constituent des alternatives aux sources institutionnelles (sites web d’Emploi-Québec et Placement en ligne) et concurrencent celles privées solidement implantées dans le paysage informationnel québécois de l’emploi (Jobboom, Indeed, etc.).

19Sources relationnelles ou non, les informations recherchées sont similaires (offres d’emploi, conditions de travail, etc.). Des informations pourtant loin d’être techniques ou rares au point de mobiliser des sources spécialisées et qui sont toutes disponibles sur les trois sites institutionnels dédiés à l’information sur l’emploi : Emploi-Québec (programmes et mesures de soutien), Placement en ligne (offres d’emploi) et IMT en ligne (information sur le marché du travail). Ces trois sites sont par ailleurs systématiquement utilisés par les intervenants des CJE auprès des jeunes adultes.

Vigilance passive

20Pour les sources relationnelles, ce mode a été identifié chez 14 personnes (5 femmes, 9 hommes) des quatre villes.

Tableau 3. Sources relationnelles et informations

Tableau 3. Sources relationnelles et informations

21Les sources documentées sont semblables à celles répertoriées dans le mode précédent (intervenants, amis et famille). Toutefois, le nombre de sources déclarées et d’occurrences est moins élevé. Comme déjà relevé ailleurs (Supeno et Pariseau, 2018), les personnes intervenantes saisissent l’opportunité des rencontres prévues ou non pour communiquer aux jeunes adultes des informations personnalisées (emplois potentiels ou comment améliorer leur recherche d’emploi). Des informations jugées souvent pertinentes par ces derniers, démontrant la connaissance fine qu’en ont les intervenants.

22La principale information transmise ici est identique à celle documentée dans le mode précédent : faire connaître les entreprises qui engagent – que ce soit celles où l’entourage travaille ou celles que leur entourage sait qu’elles embauchent. Cela reflète l’importance partagée par les jeunes adultes et leur entourage de ce type d’information dans la recherche d’emploi. À la différence près ici que l’entourage ne communique que les offres d’emploi jugées pertinentes en fonction de sa connaissance des jeunes adultes. Les suggestions sont donc préalablement filtrées : « Quand mon cousin trouve des jobs qu’il sait faits pour moi, il me le dit. » (SH-06). Ou LPR-02 : « Ma sœur me demande parfois : “Ça ne te tenterait pas de travailler pour [chaîne de restauration] ?” Parce qu’ils cherchent des employés comme toi. ». Cette personnalisation peut jusqu’à prendre la forme de conseils sur leur orientation professionnelle : « [Le meilleur ami de mon père] m’a parlé de ma passion pour la pâtisserie parce qu’il m’a vu travailler à plusieurs endroits. Là où il me sentait la plus passionnée, c’était à la pâtisserie » (SH-11). Des conseils permettant de soupeser les inconvénients et avantages en fonction de la situation du jeune adulte : « J’ai demandé à ma demi-sœur : “c’est mieux [emploi A] ou [emploi B] ?” Elle m’a dit : “vu que tu as beaucoup de rendez-vous, tu dois passer au tribunal, t’as ton enfant, je te suggère [l’emploi B]”. C’est une bonne conseillère. » (LPI-04).

23Pour les sources non-relationnelles, ce mode a été identifié chez 14 personnes (5 femmes, 9 hommes) des quatre villes.

Tableau 4. Sources non-relationnelles et types d’information

Tableau 4. Sources non-relationnelles et types d’information

24On retrouve d’abord Facebook et les listes d’envoi où les jeunes adultes y naviguent sans y faire de recherches car ils veulent seulement s’y abonner pour recevoir des notifications d’offres d’emploi. C’est le cas de SH-05 : « Quand t’as l’application sur ton cellulaire, tu peux même avoir des alertes “nouveau job’’« . Ou encore LPR-04 : « Je suis inscrite sur un site. Je reçois chaque jour, ç’en est lassant, la liste des emplois disponibles dans la région. ». Concernant Facebook : « Ce sont des groupes de discussion et les gens écrivent : “moi, je recherche telle sorte d’employés”, d’autres : “moi, je cherche un emploi” […] j’ai des notifications pour toutes les annonces. » (SH-01). La stratégie consiste ici à « laisser » les sources les alimenter en offres d’emploi.

25D’autres consultent des sources sans pour autant y chercher d’information spécifique. Il s’agit de recherches générales sur Google ou dans des livres sur des programmes d’études conduisant à de l’information inattendue mais jugée pertinente : « J’explorais sur Internet, ça a fini que j’ai trouvé des offres d’emploi en défilant » (SH-01). Ou encore SH-14 : « Les livres, je vais parfois juste regarder pour le plaisir. J’ai déjà fait des découvertes intéressantes comme ça aussi et d’autres fois, je ne sais carrément pas ce que je cherche. ». Pour d’autres, c’est se rendre sur des lieux où ils savent qu’ils y trouveront de l’information mais sans avoir d’objectif précis : « [Le CJE] est un endroit où je viens à l’occasion, quand il y a des programmes qui m’intéressent ou des choses comme ça. Quand ils me proposent des activités auxquelles je pourrais participer » (SH-08). On relève ici aussi un panachage de sources institutionnelles et non institutionnelles. Ainsi, si les requêtes ont toutes le même objectif, les chemins pour y parvenir témoignent d’un élargissement de l’horizon informationnel.

26On voit bien dans ce mode leur logique davantage attentiste (vis-à-vis des sources) et d’exposition (à de l’information) que de sollicitation et de recherche intentionnelle. Ils prennent cependant soin de se placer dans des contextes où ils se sauront en contact potentiel avec ces sources. Cette logique attentiste/d’exposition peut expliquer le nombre moins élevé de sources et d’occurrences : en supposant que seules les personnes proches des jeunes adultes connaissent leur situation professionnelle, elles seules peuvent donc a priori leur communiquer de l’information sur l’emploi. L’interaction en présentiel est là aussi la principale modalité d’interaction.

Surveillance non directive

27Pour les sources relationnelles, ce mode a été identifié chez 6 personnes (2 femmes, 4 hommes) de trois villes.

Tableau 5. Sources relationnelles et informations

Tableau 5. Sources relationnelles et informations

28Bien que se trouvant dans des endroits non associés à la recherche d’emploi et sans avoir l’intention explicite d’y chercher de l’information, certains jeunes adultes y sont néanmoins exposés de deux façons. La première consiste à se faire proposer des possibilités d’emploi par des personnes informées ou non de leur recherche d’emploi. Si cette modalité de connexion est identique à celle du mode précédent, elle s’effectue ici dans des contextes où ils ne s’attendent pas à être exposés à de l’information sur l’emploi : « À un repas familial, un beau-frère ou un cousin me disent : “Ah ! Mon entreprise cherche des employés” » (SH-05). La seconde façon est lorsque des personnes étrangères leur proposent un emploi : « Ça m’est déjà arrivé en marchant, quelqu’un me tapote le coude et me dit : “Toi, tu te cherches un job ? J’ai une auberge et je cherche une femme de chambre, t’as le profil” » (MG-06).

29Pour les sources non-relationnelles, ce mode a été identifié chez 10 personnes (2 femmes, 8 hommes) de trois villes.

Tableau 6. Sources non-relationnelles et types d’information

Tableau 6. Sources non-relationnelles et types d’information

30Une première situation d’exposition à de l’information sur l’emploi survient quand ils sont en contact avec un média sans qu’ils en cherchent à ce moment-là : « Je n’écoute pas beaucoup la radio. Ce n’est pas un moyen de chercher de l’emploi mais ça arrive que j’entende passer des offres d’emploi » (SH-05). Ou encore SH-06 : « Parfois, il y a des publicités de [entreprise A] qui met tout le temps des annonces sur Facebook où ils disent chercher du monde ». L’exposition survient également quand ils sont dans des lieux affichant des offres d’emploi sans qu’ils en cherchent : « Au supermarché parfois c’est indiqué des offres d’emploi, dans les bars, c’est marqué qu’ils cherchent une serveuse. » (LPI-04). Ou encore LPR-04 : « quand tu sors d’un magasin sur une affiche avec écrit “cherche un employé”. Moi, je regarde tout ça ».

31Ce sont uniquement des offres d’emploi que les jeunes adultes déclarent ici. Une donnée à considérer avec précaution car dans ce mode, ils nomment en entrevue ce qui leur est subjectivement significatif en matière d’information sur l’emploi. N’ayant accès qu’aux pratiques déclarées, il est donc possible qu’ils aient été exposés à d’autres informations mais qu’ils ne s’en rappellent pas ou ne les considèrent pas pertinentes.

Par intermédiaires

32Pour les sources relationnelles, aucune analyse n’est présentée car ce mode n’a été identifié que chez une seule personne. Pour les sources non relationnelles, 9 personnes de trois villes ont été identifiées dans ce mode (1 femme, 8 hommes). Considérant les caractéristiques de ce mode, le tableau 7 présente les sources primaires puis celles secondaires (accédées via les sources primaires) puis les types d’information. Les sources humaines documentées ici l’ont été uniquement en tant que sources primaires.

Tableau 7. Sources primaires et secondaires et types d’information

Tableau 7. Sources primaires et secondaires et types d’information

33L’analyse montre une redondance entre les sources. Globalement, les sources primaires renvoient aux principales identifiées dans les modes précédents – en particulier les sites web spécialisés dans la publication d’offres d’emploi : « Quand t’écris : “Recherche emploi”, c’est la première chose qui sort [Emploi-Québec]. Ou sinon, c’est Jobillico, Indeed. » (SH-01). Google est par ailleurs la source primaire par excellence comme entrée « universelle » pour accéder à d’autres sources. À l’inverse, Facebook n’est pas mentionné comme source primaire ou secondaire alors qu’il l’est dans les trois modes précédents. Les sources primaires non numériques (structures d’aide à l’emploi et sources relationnelles) servent d’intermédiaires vers des sources secondaires proposant également des offres d’emploi. Toutefois, elles renvoient aussi vers des sources plus diversifiées offrant d’autres informations sur l’emploi (conditions de travail ou soutien à la recherche d’emploi par exemple). Pour autant, les sources secondaires sont peu voire pas du tout utilisées : « [Le CJE] est comme une sorte d’agence de placement. Ma mère m’en avait déjà parlé, mais je m’en rappelle plus exactement. » (LPR-01). Ou encore SH-05 : « Je n’ai jamais utilisé [structure d’aide à l’emploi X]. J’en ai entendu parler, ça fait quelques années. »

Conclusion

34Ces résultats sont à examiner avec toute la prudence requise car ils s’accompagnent de limites. La méthodologie d’analyse catégorisait le corpus de manière globale : le verbatim d’une personne pouvait ainsi être codé dans plusieurs modes et l’influence des données sociodémographiques y est plus difficile à cerner. Des analyses approfondies seraient donc nécessaires pour saisir plus finement les pratiques informationnelles individuelles. La dimension temporelle représente un autre point aveugle : certains jeunes adultes peuvent mobiliser simultanément plusieurs sources, ne plus en mobiliser une aujourd’hui après l’avoir fait à un certain moment tout comme un certain temps peut s’écouler entre découvrir et solliciter une source. Reste que l’analyse de leurs pratiques informationnelles demeure riche d’enseignements. On constate premièrement la forte prédilection des sources relationnelles, bien documentée ailleurs (Bélisle et Bourdon, 2015 ; Julien, 1999). Le poids des personnes intimes préoccupe cependant avec le risque de pauvreté informationnelle induit et souvent caractéristique des populations socialement vulnérables qui se limitent souvent qu’à l’entourage proche pour chercher de l’information (Chatman, 1996 ; Hersberger, 2003). Les liens « forts » proposeraient souvent les mêmes informations susceptibles de réduire la variété des options d’emploi, écartant ainsi la plus-value informationnelle qu’offriraient potentiellement les liens dits « faibles » (Granovetter, 1977). Et si les jeunes adultes de l’étude combinent plusieurs sources comme leurs homologues plus scolarisés (Pérez et al., 2016), les informations recherchées demeurent souvent les mêmes et sont disponibles dans certaines sources connues et aisément accessibles. On peut alors se questionner sur la réelle exploitation des informations recueillies. Dans tous les cas, la présence non négligeable de sources non numériques relativise le discours public insistant sur le rôle incontournable du numérique en matière d’insertion professionnelle. Toutefois, l’importance notable de sources numériques non spécialisées (Facebook, Kijiji) soulève une possible reconfiguration du paysage informationnel québécois en matière d’emploi. Comme le souligne Delesalle (2006) en contexte français, l’adéquation entre le format des sources et les besoins des jeunes adultes en matière informationnel se pose peut-être. Il n’en reste pas moins que leurs pratiques informationnelles sont différenciées et demeurent dynamiques car sensibles à leurs contextes de vie (Savolainen 2012). Ainsi, certains cherchaient aussi des informations sur la formation, sous-entendant un projet de retour aux études en gestation. D’autres se renseignaient sur la distance entre leur lieu de résidence et les entreprises ciblées ou cherchaient des offres d’emploi en marchant, supposant une mobilité probablement contrainte.

Haut de page

Bibliographie

Agarwal Naresh Kumar, Xu Yunjie et Poo Danny C.C., « A context-based investigation into source use by information seekers », Journal of the American Society for Information Science and Technology, 2011, vol. 62, n° 6, p. 1087-1104.

Ansellem-Mainguy, Yaëlle. Jeunes, genre et Internet : l’exemple des recherches d’informations sur la santé, Journée « Rejoindre la jeunesse par le numérique », Observatoire Jeunes et société, 2016, Québec.

Belisle, Rachel et Bourdon, Sylvain (dir.). Tous ces chemins qui mènent à un premier diplôme. Orientation des adultes sans diplôme dans une perspective d’apprentissage tout au long de la vie, Rapport de recherche, Action concertée MELS, MESS et FRQSC. Sherbrooke/Québec : CÉRTA et FRQSC, 2015, 311 p.

Bernier, Jean. « Les mutations dans les formes d’emploi et leurs conséquences sur les jeunes » in Bourdon Sylvain et Vultur Mircea (dir.), Regards sur… Les jeunes et le travail, 2007, Québec, Presses de l’Université Laval.

Bourdon, Sylvain, Supeno, Eddy et Lacharité-Auger, Carolyne. Enquête Droits et sécurité des jeunes au travail en Estrie, Rapport de recherche, Sherbrooke, CÉRTA, Université de Sherbrooke, 2012, 40 p.

Brun, Jean-Pierre et Laroche, Elena. « La santé et la sécurité des jeunes au travail », in Bourdon, Sylvain et Vultur, Mircea (dir.), Regards sur… Les jeunes et le travail, 2007, Québec, Presses de l’Université Laval.

Byström, Katriina. « Information and information sources in tasks of varying complexity », Journal of the American Society for Information Science and technology, 2002, vol. 53, n° 7, pp. 581-591.

Castel, Robert. L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ? Paris, Seuil, 2003, 96 p.

Chatman, Elena. « The Impoverished Life-World of Outsiders », Journal of the American Society for Information Science, 1996, vol. 47, n° 3, p. 193-206.

Cordier, Anne. « Les collégiens et la recherche d’information sur Internet : entre imaginaires, pratiques et prescriptions, Documentaliste-Sciences de l’Information, 2011, vol. 48, n° 1, pp. 62-69.

Delesalle, Cécile. Les pratiques et usages des jeunes en matière d’information, (avec la collaboration de Sophie Govindassamy), Paris, INJEP, 2006, 26 p.

Fischer, Karen E., Erdelez, Sanda et McKechnie, Lynne E. F. Theories of information behavior, Medford, Information Today, 2005, 431 p.

Granjon, Fabien, « Inégalités numériques et reconnaissance sociale », Les Cahiers du numérique, 2009, vol. 5, n° 1, pp. 19-44.

Granovetter, Mark. « The strength of weak ties », The American Journal of Sociology, 1977, vol. 78, n° 6, pp. 1360-1380.

Hargittai, Eszter et Hinnant, Amanda. « Digital inequality. Differences in young adults’ use of internet », Communication Research, 2008, vol. 35, n° 5, pp. 602-621.

Hersberger, Julie A. « Are the economically poor information poor ? Does the digital divide affect the homeless and access to information ? », Canadian Journal of Information and Library Science, 2003, vol. 27, n° 3, pp. 44-63.

Julien, Heidi E. « Barriers to Adolescents’ Information Seeking for Career Decision Making », Journal of the American Society for Information Science, 1999, vol. 50, n° 1, pp. 38-48.

Latzko-Toth, Guillaume et Pastinelli, Madeleine. « Par-delà la dichotomie public/privé : la mise en visibilité des pratiques numériques et ses enjeux éthiques », Tic & société, 2013, vol. 7, n° 2, pp. 149-175.

Lavoie, Natalie, Levesque, Jean-Yves et Aubin-Horth, Shanoussa, « Le retour en formation chez les personnes peu scolarisées : un faisceau d’obstacles », Éducation et Société, 2008, vol. 22, n° 2, pp. 161-178.

McKenzie, Pamela J. « A model of information practices in accounts of everyday-life information seeking », Journal of Documentation, 2002, vol. 59, n° 1, pp. 19-40.

Mervyn, Kieran et Allen, David K. « Sociospatial context and information behavior : social exclusion and the influence of mobile information technology. », Journal of the American Society for Information Science and Technology, 2012, vol. 63, n° 6, pp. 1125-1141.

Paillé, Pierre et Mucchielli, Alex. L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, 2012, 424 p.

Pérez, Pablo, Deleon Camilia et Fernández, Mariana. « Une insertion professionnelle inégale : l’importance de l’origine sociale dans les transitions professionnelles des jeunes en Argentine », Revue Jeunes et Société, 2016, vol. 1, n° 2, pp. 29-56.

Rowlands, Ian, Nicholas, David, Williams, Peter, Huntington, Paul, Fieldhouse, Maggie, Gunter, Barrie, Withey, Richard, Jamali, Hamid R., Dobrowolski, Tom et Tenopir Carol. « The Google generation : the information behaviour of the researcher of the future », Information perspectives, 2008, vol. 60, n° 4, pp. 290-310.

Savoie-Zajc, Lorraine. « L’entrevue semi-dirigée » In Gauthier, Benoît (dir.), Recherche sociale. De la problématique à la collecte des données, 2009, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Sabelli, Martha. « Information behaviour among young women in vulnerable contexts and social inclusion : the role of social mediators. » Information Research, 2012, vol. 17 n° 4, 545.

Savolainen, Reijo. « Conceptualizing information need in context. » Information Research, 2012, vol. 17 n° 4, 534.

Selwin, Neil. « The digital native-myth and reality », Aslib Proceedings : New Information Perspectives, 2009, vol. 61, n° 4, pp. 364-379.

Shenton, Andrew K. et Dixon, Pat. « Issues arising from youngsters’ information-seeking behavior », Library & Information Science Research, 2004, vol. 26, pp. 177-200.

Steeves, V. Young Canadians in a Wired World, Phase III : Life Online, Ottawa, MédiaSmarts, 2014, 60 p.

Supeno, Eddy et Pariseau, Marie-Michelle. « Pratiques informationnelles dans un centre de documentation : contexte, espace et dynamique de parcours », Canadian Journal of Information and Library Science, 2018, vol. 42, n° 3-4, pp. 56-75.

Supeno, Eddy et Bourdon, Sylvain. « Temps longs et temps courts dans les parcours de jeunes adultes en situation de précarité », Sociétés et Jeunesses en difficulté [en ligne], 2017, n° 19.

Supeno, Eddy, Mongeau, Venessa et Pariseau, Marie-Michelle. « Quand tout se joue …Bifurcations, horizon et informations », Revue jeunes et société, 2016, vol. 1, n° 2, pp. 57-78.

Supeno, Eddy et Mongeau, Venessa. « Horizon informationnel sur la formation et le travail chez de jeunes adultes non diplômés en situation de précarité », NCRÉ, 2015, vol. 18, n° 1, pp. 114-136.

Supeno, Eddy et Bourdon, Sylvain. « Se saisir du présent pour cristalliser l’improbable », Chemins de formation, 2014, n° 18, pp. 67-72.

Turcotte, Marie-Ève. Utilisation des services sociaux et insertion sociale de jeunes adultes avec antécédents de placement pour des motifs de protection, Mémoire de maîtrise en santé communautaire, Université de Montréal, Montréal, 2008, 178 p.

Williamson, Kirsty, Qayyum, Asim, Hider, Philip et Liu, Ying-Hsang. « Young adults and everyday-life information : the role of news media », Library & Information Science Research, 2012, vol. 34, n° 4, pp. 258-264.

Webber, Sheila et Zhu, Wen. « Employment information needs of Chinese young adults in Sheffield », Journal of Librarianship and Information Science, 2007, vol. 39, n° 4, pp. 223-233.

Haut de page

Notes

1 Cette recherche a bénéficié du soutien du Fond de recherche Québécois – Société et Culture. Les auteurs tiennent à remercier les Carrefours Jeunesse-Emploi ayant collaboré à cette recherche.

2 Les CJE sont des structures offrant l’accompagnement des personnes de 16 à 35 ans dans leurs démarches d’insertion socioprofessionnelle.

3 Le DES (diplôme d’études secondaires) sanctionne la fin des études au secondaire (12 années de scolarité complétées à partir du primaire). Le DEP (diplôme d’études professionnelles) relève aussi du secondaire et vise l’acquisition de compétences spécialisées dans un métier.

4 La majorité de l’échantillon a déclaré plus d’une source de revenu au moment des entretiens.

5 Kijiji est un ensemble de sites web dont l’objectif principal était la publication de petites annonces pour vendre, acheter, donner ou échanger des produits et des services.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Sources relationnelles et informations
Légende * Le nombre d’occurrences correspond au nombre de personnes qui ont mentionné la source dans ce mode. Le nombre total des occurrences est supérieur au nombre de jeunes adultes car une personne a pu déclarer plusieurs sources.
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/10407/img-1.png
Fichier image/png, 78k
Titre Tableau 2. Sources non-relationnelles et informations
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/10407/img-2.png
Fichier image/png, 46k
Titre Tableau 3. Sources relationnelles et informations
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/10407/img-3.png
Fichier image/png, 86k
Titre Tableau 4. Sources non-relationnelles et types d’information
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/10407/img-4.png
Fichier image/png, 98k
Titre Tableau 5. Sources relationnelles et informations
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/10407/img-5.png
Fichier image/png, 52k
Titre Tableau 6. Sources non-relationnelles et types d’information
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/10407/img-6.png
Fichier image/png, 62k
Titre Tableau 7. Sources primaires et secondaires et types d’information
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/10407/img-7.png
Fichier image/png, 122k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eddy Supeno, Leïla Rivard et Julie Chabot, « Pratiques informationnelles sur l’emploi de jeunes adultes non diplômés »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/10407 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.10407

Haut de page

Auteurs

Eddy Supeno

Ph.D., professeur, c.o., Université de Sherbrooke, Centre d’études et de recherches sur les transitions et l’apprentissage

Leïla Rivard

B.Éd., candidate à la maîtrise en orientation, Université de Sherbrooke, Centre d’études et de recherches sur les transitions et l’apprentissage

Julie Chabot

B.Éd., candidate à la maîtrise en orientation, Université de Sherbrooke, Centre d’études et de recherches sur les transitions et l’apprentissage

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search