Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21ParutionsHall, S. Identités et cultures 2....

Parutions

Hall, S. Identités et cultures 2. Politique des différences par Stuart Hall et Maxime Cervulle

(M. Cervulle, Dir. ; A. Blanchard & F. Vörös, Trad.). Éditions Amsterdam, 2019
Claire Scopsi
Référence(s) :

Hall, S. (2019). Identités et cultures 2. Politique des différences (M. Cervulle, Dir. ; A. Blanchard & F. Vörös, Trad.). Éditions Amsterdam. ISBN 978-2-35480-193-9, 19 €

Texte intégral

  • 1 Hall, S., Cervulle, M., & Jaquet, C. (2008). Identités et cultures : Politiques des cultural studie (...)
  • 2 La première édition date de 2013. Hall, S., Cervulle, M. (Dir.), Blanchard, A.(Trad.) & Vörös F. (T (...)

1Avec Identités et Culture, Maxime Cervulle offre aux publics francophones l’accès à une importante anthologie de textes de Stuart Hall, auteur majeur des cultural studies de la deuxième moitié du xxie siècle. Un premier volume1, publié en 2008, présentait 17 articles centrés sur la question des fondements marxistes de l’œuvre de Hall. Second volume de ce projet, Politiques des différences, dont nous présentons ici la deuxième édition revue et augmentée2, rassemble 11 traductions d’articles ou de conférences données entre 1987 et 2004. Il montre l’évolution de la conception des races et du racisme de Hall dans ces années, marquées par la fin de la guerre froide et l’avènement de la mondialisation, et qui conduisent aux questionnements contemporains sur l’ethnicité. Britannique né en Jamaïque, Hall exprime le point de vue hybride d’un « intellectuel noir » selon ses propres mots, nourri à la fois de sa formation académique européenne et des traditions caribéennes. Sa réflexion sur le racisme, l’ethnos et l’interculturalités des mondes contemporains, est à la fois un retour sur soi et un projet politique de construction « d’unités dans la différence » (p. 56).

  • 3 Anderson, B. R. O. (2002). L’imaginaire national : Réflexions sur l’origine et l’essor du nationali (...)
  • 4 Publié dans le Bulletin de la Société française de philosophie, vol. LXII, no 3, juillet-septembre (...)

2Les textes s’organisent en trois parties thématiques, sans prise en compte de la chronologie de leur production. La première partie interroge le régime de représentation de l’autre dans le processus de mondialisation. L’approche de Hall, résolument relativiste, est hardie, puisqu’elle propose de lire l’ex-empire britannique comme un ensemble multiculturel dans lequel la société anglaise est un groupe ethnique parmi d’autres, défini par sa position géographique en Europe, et non comme le groupe culturel de référence. La fin de la colonisation est présentée, non comme une rupture politique, mais comme une lente érosion de l’identité nationale péniblement construite, qui révèle, en s’effaçant, une société segmentée, créolisée et hybridée dans une multitude de groupes interdépendants. Mais la société segmentée n’est pas la conséquence de la décolonisation. Les concepts de communautés imaginées de Benedict Anderson3 et de différance de Jacques Derrida4 traversent en permanence la lecture sociale de Hall et parviennent à y coexister, car, depuis les premières mobilités du monde moderne, l’identité nationale instituée et les identités segmentées ont toujours cohabité au sein des états, comme « le sucre sur le bord de la tasse de thé ». Hall, au tournant des années 2000, avance donc la fin de la vision polarisée de l’altérité, au profit d’une continuité de propositions identitaires, nourries de discours qui s’élaborent par un système dynamique de similarités et de micro-différences. Cette vision alimente tous les travaux contemporains des cultural studies, et notamment les identités genrées, mais comment Hall en est-il venu à cette remise en question du matérialisme au profit du linguistic turn et comment peut-il s’abstraire de la dualité fondamentale du racisme et de la lutte des classes ?

  • 5 Gramsci, A. Lettres de prison. Paris : Éditions Gallimard, 1971, 622 pages. Collection Témoins. Tex (...)

3La deuxième partie éclaire l’évolution qu’opère la fin de la prééminence marxiste dans l’approche conceptuelle de Hall, alors que grandit l’influence de Derrida, dont le principe de différance, qui revient en leitmotiv dans de nombreux textes, lui permet de fonder sa propre définition structurelle de l’altérité. Deux premiers textes embrassent la définition de race et, alors que la réalité des races est définitivement écartée par la biologie, constatent la persistance du terme dans les discours communs et les sciences humaines pour corréler les comportements culturels aux appartenances raciales. Biologiquement nulle, la race est un signifiant, un signe visible donc commode à utiliser pour structurer le discours social. Mais si le signe « noir » est persistant, son sens varie profondément dans l’espace et le temps. Initié à partir de la découverte du Nouveau Monde, le paradigme racialiste structure les représentations du monde qui sont alors religieuses. L’anthropologie, puis la génétique s’engouffre dans les catégories tracées par le religieux, l’économie articule les races avec les notions de développement ou d’impérialisme économique, la sociologie les érige en classes sociales. Les justifications et les projets diffèrent, mais le signifiant reste. Le matérialisme marxiste aborde les races par l’économie particulière des moyens de production que sont l’esclavage et toutes les formes intermédiaires d’asservissements, pourtant, les catégories de production ne suffisent pas à rapprocher les sociétés dominées. Dans une même relation au capital, des différences apparaissent : toutes les mains d’œuvre ouvrières noires ne se comportent pas de la même façon dans tous les points du monde, d’autres facteurs d’autres interactions entre en jeu. Hall puise dans la pensée d’Antonio Gramsci5 des arguments pour alerter contre une simplification de la question du racisme. Si Gramsci n’a jamais écrit sur les races, son analyse des rapports de classe dans l’industrie Turinoise croise sans cesse les différences régionales, culturelles et nationales, au sein des groupes ouvriers et le rapport de force social n’est pas un pur économisme : les structures de productions sont garanties par un système culturel, religieux, juridique et historique. De même les races n’expliquent pas tout, et les rapports de force doivent être replacés dans leur système historique et local de conflits d’intérêts. Même si le racisme est une donnée permanente en tous lieux et toute époque, il n’y a pas un racisme en général mais des racismes en particulier.

  • 6 Fannon, F. (1952). Peaux noires, masques blancs. Paris, Seuil. Texte intégral en version électroniq (...)

4Si la filiation de Gramsci est clairement affichée, la relation de Hall à Frantz Fanon reste mesurée. S’étonnant du regain d’intérêt manifesté dans les années 1990 aux écrits du psychiatre et anticolonialiste tiers-mondiste, par des intellectuels et des artistes, Hall s’interroge sur la relecture « inactuelle » d’une œuvre dont la postérité délaisse la partie marxiste, pour se focaliser sur le psychanalytique « peaux noires masques blancs »6(1952). On comprend que la polarité noir/blanc du discours de Fanon sur la fétichisation du corps et du sexe « noirs » au détriment du cerveau, ne peut convenir à sa propre réfutation d’un système binaire du racisme. Stuart Hall renvoie alors le texte de Fanon à son historicité ; produit dans un contexte colonial dont Fanon ne parvient pas à s’abstraire, il échappe à une possible théorisation et présente plutôt une valeur de témoignage.

  • 7 Hall a dirigé l’Institute for International Visual Arts à Londres à partir de 1997.
  • 8 La modernité et ses autres : trois « moments » dans l’histoire d’après-guerre des arts de la diaspo (...)

5La troisième partie consacrée à l’identité et aux cultures visuelles7 interroge la sphère artistique avec trois textes d’importance et de portée inégales qui tentent d’établir des connexions entre les productions artistiques et les histoires sociales. Dans un exposé majeur8, Hall éclaire les modalités de participation à la culture européenne (essentiellement anglo-saxonne) dominante des artistes et intellectuels caribéens de la période postcoloniale y sont retracées et Hall distingue trois vagues successives : l’immédiate période postcoloniale connaît les revendications et la conquête de modernité des anciens colonisés qui se traduisent par la migration de nombreux artistes vers les métropoles, et la revisite moderniste de leurs ressources traditionnelles. La deuxième vague, dans les années 1970, se centre sur la notion de race et la représentation du corps noir. L’imaginaire diasporique s’élabore et les identités culturelles s’alimentent de ces productions artistiques qui consacrent un nouveau sujet noir. Dans la troisième vague des années 1990, la notion de race se dilue dans une multitude de vecteurs de différance (genres, particularismes ethniques et religieux…) tandis que l’assimilation aux mœurs et cultures mondialisées de l’occident s’accomplit. Des critiques de films européens et américains de Jean-Luc Godard, Claire Denis, Derek Jarman, Pedro Almodovar et Spike Lee, se lancent à la recherche des indices d’un déclin identitaire des sociétés post-coloniales.

6La grande qualité de la sélection élaborée par Maxime Cervulle est de nous révéler en quelques textes la dynamique de la réflexion de Stuart Hall : la dynamique historique replace constamment les principes des rapports d’altérité dans la temporalité des discours, tandis que la dynamique spatiale, relie la perception de soi aux placements des corps, qu’ils relèvent de la relégation coloniale ou des franchissements de frontières des migrants contemporains. Les textes, qui se répondent, permettent d’appréhender les enjeux des synthèses opérées par Hall à la fin des années 1980, pour relier les expériences et pratiques sociales aux catégories et aux schémas d’interprétation qui les sous-tendent. En présentant des textes tardifs, majoritairement composés après la retraite du Centre for Contemporary Cultural Studies de Birmingham, l’ouvrage ne présente pas la part classique de l’œuvre de Hall (elle est traitée dans le tome I), mais des textes plus libres, parfois autobiographiques, où il décline les grandes lignes de ses thèses dans des domaines et sous des angles variés. On y distingue davantage ce qui fonde la postérité de Hall : la mise en évidence d’une « mécanique » discursive de la racialisation.

Haut de page

Notes

1 Hall, S., Cervulle, M., & Jaquet, C. (2008). Identités et cultures : Politiques des cultural studies (Vol. 1). Paris, Ed. Amsterdam.

2 La première édition date de 2013. Hall, S., Cervulle, M. (Dir.), Blanchard, A.(Trad.) & Vörös F. (Trad.)(2013). Identités et cultures : Politiques des différences (Vol. 2). Paris, Ed. Amsterdam.

3 Anderson, B. R. O. (2002). L’imaginaire national : Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme. La Découverte/Poche.

4 Publié dans le Bulletin de la Société française de philosophie, vol. LXII, no 3, juillet-septembre 1968

5 Gramsci, A. Lettres de prison. Paris : Éditions Gallimard, 1971, 622 pages. Collection Témoins. Texte intégral en version électronique : http://classiques.uqac.ca/classiques/gramsci_antonio/lettres_de_prison/lettres_de_prison.html

6 Fannon, F. (1952). Peaux noires, masques blancs. Paris, Seuil. Texte intégral en version électronique : http://classiques.uqac.ca/classiques/fanon_franz/peau_noire_masques_blancs/peau_noire_masques_blancs.html

7 Hall a dirigé l’Institute for International Visual Arts à Londres à partir de 1997.

8 La modernité et ses autres : trois « moments » dans l’histoire d’après-guerre des arts de la diaspora noire, conférence prononcée en 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Scopsi, « Hall, S. Identités et cultures 2. Politique des différences par Stuart Hall et Maxime Cervulle »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 16 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/10691 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.10691

Haut de page

Auteur

Claire Scopsi

Maître de conférences, chercheuse au Dicen-IDF Cnam/Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search