Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21ParutionsEyriès, A., & Moatti, D. Des écra...

Parutions

Eyriès, A., & Moatti, D. Des écrans plein la vue…  : Les jeunes à l’épreuve de la cyberaddiction

Paris, Éditions L’Harmattan, 2019
Wilfried Abledji Gnahoua
Référence(s) :

Eyriès, A., & Moatti, D. (2019). Des écrans plein la vue…  : Les jeunes à l’épreuve de la cyberaddiction. Éditions L’Harmattan. 17,5 €

Texte intégral

1L’ouvrage intitulé « Des écrans plein la vue… Les jeunes à l’épreuve de la cyberaddiction » est dirigé par Alexandre Eyriès, chercheur Habilité à Diriger des recherches en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bourgogne Franche-Comté et chercheur au Laboratoire CIMEOS et Daniel Moatti, Docteur Habilité à Diriger des Recherches. Il présente en deux parties un tableau sur le fléau de la cyberaddiction chez les jeunes et chez les adultes.

2Cet ouvrage est construit autour du questionnement suivant : Faut-il y voir simplement le résultat naturel de l’évolution d’une société contemporaine toujours plus immergée dans les dispositifs numériques de communication ? Il expose comme nous pouvons le constater déjà dans l’introduction générale le caractère à la fois incontournable et envahissant des dispositifs sociotechniques de l’information et de la communication.

Première partie – La cyberaddiction entre déni et surreprésentation

3Dans la première partie intitulée « La cyberaddiction entre déni et surreprésentation », l’auteur attire l’attention du lecteur sur la face cachée de la digitalisation galopante des sociétés et des pratiques humaines en présentant notamment le risque lié au fait de mettre sous boisseau « au nom d’un messianisme technologique » la cyberaddiction (p.15) qui continue de faire des victimes chez les jeunes, adolescents et adultes. Autrement dit, le fait d’appréhender et de justifier la digitalisation constante de la société comme « un impératif social » et « une vertu cardinale » ne permet pas d’observer les conséquences des pratiques techniques sur les populations connectées. Les contributions de Daniel Moatti, d’Alexandre Eyries et de Nicolas Oliveri viennent ainsi attirer l’attention du lecteur sur la dangerosité des outils technologiques.

4Dans sa contribution, Daniel Moatti s’attache à expliquer l’impossibilité de critiquer la technologie dans une société où la foi en la technologie et l’ignorance des conséquences de celle-ci sur les populations connectées occultent le fléau de la cyberdépendance. Par exemple, il note que sur le plan universitaire, il existe une difficulté à engager une réflexion allant dans le sens de la cyberdépendance car cela représente une entreprise intellectuelle à risque « en particulier celui de voir balayer les argumentations, y compris les statistiques sérieusement établies d’un seul mot : technophobe » (p.17). En mentionnant les avancées technologiques et les espoirs mis dès les débuts par plusieurs acteurs du domaine de la politique, de l’éducation etc. dans les vertus de la technologie à améliorer les choses, en présentant les aspects négatifs de la technologie ou encore en posant les Lumières comme cause principale de ce messianisme technologique, Daniel Moatti n’entend pas se présenter comme partial et radicalement opposé à l'utilisation de la technologie dans sa contribution. Il souhaite développer à partir d’exemple précis une critique objective de la technologie en mettant en évidence le fléau de la cyberaddiction.

5Alexandre Eyries s’intéresse dans sa contribution intitulée « La cyberaddiction dans les médias : à visions contrastées, perceptions mouvantes ? » Aux usages déviants et déraisonnables du numérique et des outils technologiques par une catégorie de personnes. On note qu’il existe des personnes qui font un usage excessif d’internet au point de négliger certains aspects de leur vie. Il situe cette catégorie de personnes parmi les 12 à 19 ans. En tentant de clarifier les concepts de cyberdépendance, de techno-dépendance ou de cyberaddiction, il décide d’abonder dans le même sens que Daniel Moatti et Pascal Lardellier pour qui il y a une réelle « différence entre cyberaddiction et techno-dépendance. »

  • 1 L’otakisme désigne la façon de vivre propre aux otakus. Et Otaku désigne une personne qui consacre (...)

6Enfin, la première partie se termine par la contribution de Nicolas Oliveri. Il engage une réflexion sur l’otakisme1 japonais et la cyberdépendance en présentant le contexte de la société japonaise marquée par la convergence entre la technologie et la société. Il relève son retard dans le traitement de la dépendance au numérique : « l’approche socioculturelle préconisée ici, laisse entrevoir les mécanismes d’une prise en charge tardive de la cyberdépendance par les Japonais, au profit désormais d’une volonté de calquer les traitements proposés sur les autres pays asiatiques, touchés eux aussi par une dépendance au numérique de plus en plus active ». (p. 75). En effet, comme les trois précédentes réflexions, cet article vise à montrer que la cyberaddiction existe même si elle est minimisée ou occultée par les innovations technologiques.

Deuxième partie – La cyberaddiction : du cas individuel à la réponse institutionnelle

7La seconde partie de l’ouvrage présente la question de la cyberaddiction du cas individuel à la réponse institutionnelle. Les contributions de Francis Alain Guitton, Gilles Brachotte et Bertrand Gasiglia ont pour objectif de confirmer l’existence de la cyberaddiction dans une époque marquée par l’hyperconnectivité.

8Cette seconde partie commence par le texte de Francis Alain Guitton dans lequel Boris S, un jeune, victime de l’addiction à l’écran et présenté comme un drogué de la Game Boy est soumis à une anamnèse. Cette anamnèse révèle l’exposition constante et l’isolement de Boris S face aux écrans pendant l’absence de sa mère. Une thérapie est mise en place pour permettre à Boris S de sortir de cet enfermement technologique, mais il stoppe la thérapie au bout d’un moment. Plus tard, on découvrira que Boris S souffre d’une polyarthrite rhumatoïde, une maladie juvénile chronique caractérisée par l’inflammation persistante des articulations. En effet, en relatant le cas clinique de Boris S dans son texte, l’auteur souhaite attirer l’attention du lecteur sur le danger que représente la cyberaddiction.

9Ensuite, Gilles Brachotte développe une réflexion sur la place des écrans chez les jeunes dans sa contribution intitulée : « Numérique et culture jeune : retour d’expérience tridimensionnelles ». Son travail dans une démarche de retour d’expériences à la fois personnelle et professionnelle d’acteurs engagés dans la cité. Autrement dit, ce sont les questionnements d’un parent confronté à la problématique des écrans et de l’emprise du numérique dans la cellule familiale, d’un enseignant qui constate une évolution de la relation apprenant-enseignant ou d’un Maire confronté aux problématiques du déploiement des infrastructures des réseaux numériques ainsi qu’à l’usage des dispositifs sociotechniques en particulier au sein des écoles élémentaires et maternelles. En présentant quelques points essentiels permettant de comprendre l’attrait des jeunes pour le numérique, l’auteur propose de contextualiser l’évolution du cadre sociétal pour les jeunes, et d’autre part de prendre en considération les politiques publiques et numériques mises en place.

10Enfin, la seconde partie se termine par la contribution de Bertrand Gasiglia intitulée « La politique du conseil général des Alpes-Maritimes en matière de prévention des cyberaddictions : 2003-2014 ». Dans cette étude, l’auteur s’attache à développer une réflexion sur les politiques publiques menées par la collectivité départementale dans ce domaine. On note que « l’action politique souffre d’un défaut majeur qui est la faiblesse de son évaluation extérieure » (p. 123). En effet, la contribution de Bertrand Gasiglia vient confirmer l’existence incontournable de la cyberaddiction dans la société et les initiatives prises de part et d’autre pour freiner le phénomène.

11En somme, à travers les différentes contributions qui y sont proposées, l’ouvrage souhaite attirer l’attention du lecteur sur le fléau omniprésent de la cyberaddiction dans notre société. En évitant que chacun n’y voit pas essentiellement un impératif social, mais plutôt un fléau dont les conséquences peuvent s’avérer graves pour les populations connectées notamment les jeunes, les adultes ou les adolescents.

Commentaire

12Cet ouvrage traite de la question essentielle de la cyberaddiction dans le contexte actuel de l’hyperconnectivité. Pour les auteurs, la cyberaddiction est liée à la croissance exponentielle des dispositifs sociotechniques de l’information et de la communication qui ne cessent d’envahir la société et de modifier la gestion du temps. En effet, une lecture plus info-communicationnelle nous permet de reconnaître l’importance des dispositifs sociotechniques dans la formation et l’accès à l’information de chacun. Cependant, le fléau de la cyberaddiction dont il est question dans cet ouvrage mérite d’être pris en considération par les usages des dispositifs sociotechniques, plus précisément ceux du numérique afin que la société de l’information ne se transforme en société de cyberaddict si l’on y prend garde.

Haut de page

Notes

1 L’otakisme désigne la façon de vivre propre aux otakus. Et Otaku désigne une personne qui consacre une partie de son temps à des activités comme le manga, les dessins animés, les jeux vidéo, c’est à dire à des activités d’intérieur. Le terme otaku vient du japonais, qui est composé du substantif “taku” signifiant “chez soi” et de la préposition honorifique “o”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wilfried Abledji Gnahoua, « Eyriès, A., & Moatti, D. Des écrans plein la vue…  : Les jeunes à l’épreuve de la cyberaddiction »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/10718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.10718

Haut de page

Auteur

Wilfried Abledji Gnahoua

Doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication au Laboratoire Devisu de l'Université Polytechnique Hauts-de-France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search