Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21ParutionsGeorgalou, M. Discourse and ident...

Parutions

Georgalou, M. Discourse and identity on Facebook

London, Bloomsbury Discourse, 2018
Yves Laberge
Référence(s) :

Georgalou, M. (2018). Discourse and identity on Facebook. London : Bloomsbury Discourse. 27 €

Texte intégral

1Ce livre méconnu – adapté d’une thèse de doctorat (p. xvii) – s’intéresse à la manière dont l’identité des individus peut être (re)construite discursivement par le truchement de Facebook (p. 3). D’emblée, les premières pages rappellent à quel point, dans un monde obnubilé par les médias sociaux (« social network sites »), Facebook et ses avatars permettent de produire une présentation de soi qui, sans être totalement fictive ni parfaitement authentique, résulterait de nombreux messages, d’expressions choisies, de petits récits axés sur soi-même (et son entourage) partagés au fil des jours, mais aussi de certains savoirs qui seraient communs aux différents usagers en interaction : parents, amis ou collègues préalablement choisis et mis en réseau (p. 3). Selon la linguiste Mariza Georgalou, les utilisateurs de Facebook ont principalement recours au langage pour se (re)configurer individuellement en utilisant la toile, et l’analyse élaborée dans ce livre se concentrera précisément sur les discours, la construction de soi, la co-construction des identités des personnes en interaction au sein de l’échange Facebook (p. 3). Les termes utilisés pour décrire cet univers virtuel sont nombreux et les variantes abondent : identités en ligne, ou virtuelles, digitales, cyber-identités ou « e-identities » (p. 13). Ces identités numériques sont fluides et à facettes multiples (p. 12).

2Le livre Discourse and Identity on Facebook se subdivise en neuf chapitres denses incluant l’Introduction et la Conclusion. La section centrale contient l’analyse proprement dite, à partir de transcriptions de conversations entre différents intervenants en réseau. L’un des apports les plus intéressants touche les liens entre l’identité et le lieu, avec différentes articulations possibles selon les intervenants (p. 77). En dépit de sa nature virtuelle et donc impalpable, Facebook est néanmoins compris comme étant un lieu (p. 77). Et ce lieu d’échanges en ligne devient une possibilité réelle pour l’individu de « performer son identité » (« identity performance »), c’est-à-dire de se livrer conformément à l’identité que chacun s’est inventée dans le monde virtuel (p. 210). C’est précisément cette idée de performance qui permet d’affirmer que « l’identité en ligne est non seulement présentée, mais aussi gérée » (p. 210). Ailleurs, on traite également des identités professionnelles construites sur Facebook, des identités des étudiant(e)s, afin de montrer leur caractère distinct, même chez un même individu disposant de plus d’un compte Facebook (p. 126). La dernière moitié touche des aspects plus délicats : la vie privée, l’autocensure, les formes de codage pour les sous-entendus, les différents risques de dérives sur Facebook. Les matériaux étudiés ici sont nombreux, variables et détaillés, en fonction de divers paramètres comme l’âge, la temporalité et à partir de divers matériaux : profils, conversations, images, vidéos, appartenances, préférences et fréquentations culturelles. L’analyse est fine et scrute même le choix des mots, des interjections, de la ponctuation (p. 109). En toile de fond, on revit la crise économique qui a secoué la Grèce au cours de la dernière décennie (certains passages retranscrits en grec sont ensuite traduits en anglais). Les conclusions sont multiples et souvent révélatrices.

  • 1 Richard Jenkins, « The 21st-century Interaction Order », dans Michael Hviid Jacobsen (dir.) The Con (...)
  • 2 Trottier, Daniel, Identity Problems in the Facebook Era, Abingdon, Routledge, collection « Framing (...)
  • 3 Yves Laberge, « Identités de groupes et identités nationales : de quelques nouvelles théories anglo (...)

3Les recherches académiques sur Facebook et les médias sociaux sont en pleine émergence – on parle même de « Facebook Studies » dans le monde anglo-saxon, et beaucoup de publications de la présente décennie ont justement été axées sur les rapports de Facebook avec les identités sociales selon des approches à la fois sociolinguistiques, ethnologiques ou sociologiques123. Et ce n’est qu’un début. Dans sa préface louangeuse, Greg Myers écrit qu’en raison de sa rigueur dans l’analyse et de sa cohérence, ce deuxième livre de Mariza Georgalou pourra rester pertinent même si un jour Facebook venait à disparaître ou à être remplacé par un autre système similaire (p. xv). Les apports et les points forts de ce livre nuancé sont nombreux : précision de la méthodologie, analyse fine, approche originale et souvent créatrice par la transcription des échanges sur Facebook ou par le choix de certaines des illustrations. En outre, un glossaire (très utile) situant des termes théoriques ou technologiques comme « affordances » ou encore « reflexivity » complète l’ouvrage (pp. 273-280).

  • 4 Mariza Georgalou, The Discursive Construction of National Identity in Media Sport: The Case of Gree (...)

4Indéniablement, Discourse and Identity on Facebook est un ouvrage bien documenté et repose sur un cadre théorique solide et étayé ; on sent à chaque page la grande maîtrise du sujet. Toutefois, certaines définitions de la première partie sembleront peut-être boiteuses ou approximatives pour le non-initié, par exemple celle – pourtant cruciale – de l’identité : « une manière de tenter de donner du sens au chaos de nos vies, d’organiser nos différents sentiments, idées, croyances, attitudes et valeurs » (p. 2). Cette première définition trop vague néglige la dimension collective de l’identité ; c’est en fait l’identité collective, voire le lien social – unissant l’individu à son groupe – et les processus de reconnaissance de soi dans le groupe d’appartenance qui sont ici interrogés, scrutés, reconsidérés – souvent de manière habile. En ce sens, ce livre oscille entre la psychologie et la psychologie sociale, voire la sociolinguistique – ce qui en soi n’est nullement un problème. Toute cette question de l’ancrage disciplinaire est d’ailleurs abordée, préliminairement, dans l’Introduction ; mais on comprend que l’on trouve ici une recherche résolument transdisciplinaire, ce qui reste l’un des points forts de ce livre (p. 11). Plus loin, une autre définition pose problème par son caractère imprécis, cette fois à propos de l’analyse de discours, qui chercherait à mieux comprendre « comment les gens utilisent le langage pour faire des choses dans le monde : échanger des informations, exprimer des sentiments, faire marcher des choses, créer de la beauté, animer les autres et soi-même, et ainsi de suite » (p. 36). À moins d’être déjà familier avec ce domaine, cette définition très large ne permet pas vraiment de bien saisir ce que serait l’analyse de discours et comment la distinguer, par exemple, de l’analyse de contenu (qui est davantage axée sur les mots plutôt que sur le sens). Même si, entre experts, nous savons tous très bien ce qu’est l’analyse de discours, il reste néanmoins impératif de bien définir et articuler les concepts que l’on utilise pour la première fois dans un livre ou un article, ne serait-ce que pour se situer et alimenter cet exercice indispensable de la conceptualisation. Ici, l’amorce reste au départ trop vague, mais il faut reconnaître que les pages qui suivent précisent amplement le propos initial en y apportant divers éléments complémentaires (p. 19). D’ailleurs, Mariza Georgalou avait également consacré sa recherche de maîtrise au thème des identités sociales4.

5Ce Discourse and Identity on Facebook de Mariza Georgalou mériterait un large lectorat et pas uniquement dans le domaine de la linguistique. Outre les chercheurs de 2e et 3e cycles poursuivant des travaux sur les identités et en analyse de discours, ce livre étoffé sera une inspiration pour les thésards voulant privilégier une approche transdisciplinaire, chose relativement inusitée dans les universités francophones. Cependant, une bonne connaissance de la langue anglaise sera nécessaire pour bien apprécier l’ensemble de cette démonstration.

Haut de page

Notes

1 Richard Jenkins, « The 21st-century Interaction Order », dans Michael Hviid Jacobsen (dir.) The Contemporary Goffman, Abingdon, Routledge, collection « Routledge Studies in Social and Political Thought », 2010.

2 Trottier, Daniel, Identity Problems in the Facebook Era, Abingdon, Routledge, collection « Framing 21st Century Social Issues », 2014.

3 Yves Laberge, « Identités de groupes et identités nationales : de quelques nouvelles théories anglo-saxonnes sur les identités sociales », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 45-1 | 2014, mis en ligne le 04 août 2014, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rsa/1216 ; DOI : 10.4000/rsa.1216

4 Mariza Georgalou, The Discursive Construction of National Identity in Media Sport: The Case of Greece at Euro 2004, Thesis for MA, Advisor: Veronika Koller, January 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Georgalou, M. Discourse and identity on Facebook »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/10775 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.10775

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Ph.D., Membre régulier du Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté – Centr’ERE, Université du Québec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search