Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21ParutionsComby, J.-B., & Pagis, J. (Éds). ...

Parutions

Comby, J.-B., & Pagis, J. (Éds). Politiques de catégorisation du monde social

Grenoble et Versailles, Presses universitaires de Grenoble et UVSQ, 2018
Yves Laberge
Référence(s) :

Comby, J.-B., & Pagis, J. (Éds). (2018). Politiques de catégorisation du monde social. Grenoble et Versailles : Presses universitaires de Grenoble et UVSQ. 25 €.

Texte intégral

  • 1 Patrick Tort, La Raison classificatoire. Quinze études. Paris, Aubier-Montaigne, 1989.
  • 2 Pierre Bourdieu, La Distinction. Paris, Éditons de Minuit, 1979.

1Tout ce qui touche de près ou de loin les systèmes de classification et les catégorisations peut intéresser autant les sociologues de la connaissance et les philosophes ; on se souviendra de l’ouvrage indémodable de Patrick Tort portant précisément sur La Raison classificatoire (1989)1, qui proposait à lui seul presque tout un programme de recherche. Le dossier thématique n° 10 de la revue Politiques de communication, consacré aux « Politiques de catégorisation du monde social », contient six articles de fond axés sur certains de ces modes de classification, sur leur élaboration et leurs règles implicites. Cet angle d’approche devient comme une invitation à la sociologie, avec des positionnements, des modalités, des hiérarchisations plus ou moins avouées, sous des apparences de spontanéité. Dans une formule bien ficelée qui résume adéquatement l’un des objectifs de ce dossier relativement dense, les co-responsables affirment dans leur Introduction — assez substantielle — que tout comme les « catégories œcuméniques » peuvent invisibiliser « les rapports de domination », c’est-à-dire l’état des choses, les catégorisations pourraient tout aussi bien se ranger dans deux sous-catégories, en principe opposées, à savoir : « un travail politique de légitimation ou de contestation » (p. 7). C’est en partant de ce constat subtil que l’étude des systèmes de classement pourrait devenir intéressante, voire révélatrice, à condition de conduire une recherche à la fois rigoureuse et socialement pertinente. Il faudra garder à l’esprit ces deux conditions préalables. En relisant cette présentation de Jean-Baptiste Comby et Julie Pagis, on sent toute la pertinence de mentionner un ouvrage fondateur comme La Distinction (1979) de Pierre Bourdieu2, car on retrouve au fil des chapitres des recherches et des présentations de résultats qui font écho à la méthode bourdivine voulant relier sociologiquement les goûts et les pratiques des individus à partir de correspondances ou selon l’appartenance à certains critères préétablis.

2Optant pour une approche socio-historique et qualitative allant bien au-delà de la simple description, la première étude de Nathalie Hugot-Piron s’intitule « Les « jeunes diplômés » : le pouvoir d’une catégorisation syndicale » et touche entre autres les processus d’affiliation professionnelle, de représentation associative et de reconnaissance collective des ingénieurs nouvellement diplômés depuis les années 1920 jusqu’à l’après-guerre, avec son lot d’alliances et d’institutionnalisation dans ce long processus autour de ce que l’on pourrait désigner comme « une construction sociale d’une identité professionnelle » et du statut social chez les ingénieurs français (p. 45).

3Bien que son titre ne l’indique pas, la contribution de Corentin Roquebert (« Classer des styles de vie : proximité lexicale et distance sociale dans le champ journalistique ») s’inspire de la sociolinguistique pour explorer les usages dans les médias français de certains termes argotiques servant à décrire la modernité ambiante et les « effets de mode » (p. 61), à partir de certains mots typiquement hexagonaux ou empruntés de l’anglais, et de ce fait assez peu répandus ailleurs qu’en France (à l’échelle de la Francophonie). Parmi les termes savoureux étudiés dans ce second chapitre, on note : « beauf », « bobo », « hipster », « racaille », « bourge », « BCBG », « hippie », « dandy », « geek », « babacool » et même cette catégorie de « métrosexuel » (p. 61). Au départ, des définitions judicieusement formulées et tirées du Larousse sont pertinemment fournies pour chacun des termes étudiés ; ainsi, le « hipster » est ici défini comme un « jeune urbain qui affiche un style vestimentaire et des goûts à la fois pointus, empreints de second degré et à contre-courant de la culture de masse » (p. 60). L’apport principal de cet article est de scruter quels médias et magazines empruntent (ou non) ces termes nouveaux qui pourraient — aux yeux de certains — donner une image « branchée » et, oserait-on dire, « bien de son temps » : d’après les chiffres compilés ici, certains médias comme le quotidien La Croix semblent les éviter, tandis que des magazines s’inscrivant résolument dans les tendances émergentes (on mentionne L’Express et Télérama), les privilégient plus souvent qu’autrement (p. 66). Mais Corentin Roquebert conclut que c’est dans les articles sur les modes de vie (ici, l’auteur se réfère principalement aux « Lifestyles ») sur Internet que beaucoup de ces termes réapparaissent et circulent le plus fréquemment (p. 67).

4Poursuivant la réflexion précédente axée sur les styles de vie, le chapitre de Cyprien Tasset (« Se catégoriser comme intello précaire. Les appropriations d’une proposition d’identité collective ») porte sur les identifications de certains professionnels parmi les 25-35 ans et sur leurs choix de recatégorisations, au fil de leurs réinsertions sociales ou professionnelles, à la suite d’un cheminement personnel comportant une redéfinition de soi. Les deux chapitres subséquents s’intitulent « Vouloir le déclassement ? De la critique des hiérarchies professionnelles à la critique de l’ordre économique » (par Anne de Rugy) et « Trouver une profession mystère : le sens social, entre appuis institutionnels et réflexivité ordinaire », par Thomas Amossé, Étienne Penissat et Rémi Sinthon. En dépit de leur originalité, certains de ces chapitres souffrent de leur complexité et conviendront exclusivement à un lectorat restreint d’initiés et de chercheurs spécialisés.

  • 3 Jean Piaget, La formation du symbole chez l'enfant: imitation, jeu et rêve, image et représentation(...)

5Le dernier chapitre d’Alice Simon portant sur « Les catégorisations enfantines de la politique » expose dans des termes plus pédagogiques une recherche-action à partir de la reproduction sociale des stéréotypes et des préjugés — positifs et négatifs — liés aux principaux personnages politiques figurant parmi les plus en vue dans la France des années 2010. Plus que les autres, ce chapitre très vivant d’Alice Simon nous rapproche au cœur des sciences de l’information et de la communication mais aussi des études médiatiques et de la communication politique, voire des Cultural Studies à la Stuart Hall, et cette contribution originale est indéniablement un point fort de tout ce dossier. On voit bien comment certains enfants français (ici, de niveau CM2) peuvent très rapidement classifier et stéréotyper sans aucun complexe les politiciens qu’ils voient évoluer dans les médias français, à la télévision ou autrement, à travers des prismes déjà très marqués et sans doute hérités de leur entourage, et non à la suite d’une véritable évaluation. C’est très révélateur quant à la propagation des préjugés envers des cibles facilement critiquables : les politiciens. La force de l’image publique et l’impact des apparences (« the power of looks », comme le disent les Britanniques) sont ici réaffirmés à travers l’innocence et la candeur dont les enfants font souvent preuve dans leurs appréciations. En lisant cet article vivant d’Alice Simon, on repense parfois aux premiers livres de Jean Piaget3 lorsqu’il relatait d’une manière admirablement spontanée l’élaboration des images et des symboles chez les enfants ; dans un cas comme dans l’autre, l’effort conjoint de description, d’analyse et de théorisation s’effectue admirablement et efficacement.

6On sort de la lecture de ce « Politiques de catégorisation du monde social » avec des sentiments partagés : d’une part, on reste souvent impressionné par la rigueur et la qualité d’approfondissement de plusieurs des articles, et particulièrement les deuxièmes (sur les styles de vie) et cinquième (sur la profession-mystère), car chacun offre des exemples très élaborés de classifications. Parmi les points forts de cet ensemble, les tableaux et les annexes sont d’une grande richesse : tout comme un réseau de classifications et de ramifications, on peut passer des longues minutes à les examiner, à en comparer les composantes et les regroupements. Mais par ailleurs, certains chapitres très élaborés s’insèrent inconfortablement dans la formule d’un dossier thématique car en raison de leur degré d’approfondissement (et ce n’est pas un défaut), ils constitueraient presque des embryons d’une thèse ou d’une monographie que l’on appréhenderait bien mieux en les considérant isolément. Malheureusement, on déplore que ce dossier de la revue Politiques de communication se clôt sans récapitulation ni conclusion générale. Quoi qu’il en soit, et en dépit des quelques réserves qui précèdent, on apprend beaucoup en lisant ce dossier étoffé, autant du point de vue du contenu qu’au niveau des méthodes empruntées, qui n’hésitent pas à oser l’interdisciplinarité avec une grande liberté. Il faut le souligner. En outre, les auteurs évitent le jargon et les néologismes, ce qui est très louable. Toutefois, d’un chapitre à l’autre, on ne peut s’empêcher de se poser la question de la pertinence sociale de plusieurs de ces contributions méticuleuses, voire pointues. Quel sera le profit ou l’utilité immédiate de ces démonstrations souvent sophistiquées, sans pour autant être dénudées de rigueur ? C’est à chaque auteur de le réaffirmer. On devine que le lectorat privilégié de cette revue se limitera principalement aux doctorants en linguistique, en sociologie des médias ou (dans deux cas) en sociologie du travail.

Haut de page

Notes

1 Patrick Tort, La Raison classificatoire. Quinze études. Paris, Aubier-Montaigne, 1989.

2 Pierre Bourdieu, La Distinction. Paris, Éditons de Minuit, 1979.

3 Jean Piaget, La formation du symbole chez l'enfant: imitation, jeu et rêve, image et représentation. Neuchâtel et Paris, Delachaux et Niestlé, 1945.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Comby, J.-B., & Pagis, J. (Éds). Politiques de catégorisation du monde social »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/10793 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.10793

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Ph.D., Membre régulier du Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté – Centr’ERE, Université du Québec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search