Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21ParutionsRouissi, S., & Beyaert-Geslin, A....

Parutions

Rouissi, S., & Beyaert-Geslin, A. La vie interfaciale. Regards croisés en SIC et en Arts

Pessac, MSH Aquitaine, 2019
Xavier Inghilterra
Référence(s) :

Rouissi, S., & Beyaert-Geslin, A. (2019). La vie interfaciale. Regards croisés en SIC et en Arts. Paris : MSH Aquitaine. ISBN : 978-2-85892-598-8. 22 €.

Texte intégral

1La vie interfaciale. Regards croisés en SIC et en Arts est un ouvrage collectif dirigé par Soufiane Rouissi et Anne Beyaert-Geslin, édité par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine avec le soutien de l’Université Bordeaux Montaigne et le laboratoire MICA. Un colloque transversal organisé le 6 et 7 juin 2018 à la MSHA, est à l’origine de cet ouvrage où les SIC et les Arts sont conjointement convoqués pour s’intéresser à la question vive de la vie entre les interfaces.

2Dans une première partie intitulée « Interactions » (pp. 19-42), Françoise Paquienseguy s’intéresse au paradoxe des interfaces. Omniprésentes, protéiformes, celles-ci sont aussi moins visibles. En retraçant l’historiographie des interfaces graphiques, l’auteure nous amène à comprendre comment la technique produit cette illusion d’invisibilité. Depuis le langage HTML, le cerveau humain considère une page-écran « aplatie » lorsque celle-ci résulte effectivement d’une composition d’éléments distincts mis en œuvre par le développeur ou le webdesigner. La seconde illusion est relative au fait qu’aucun internaute ne voit s’afficher la même page écran. L’interface, dans sa fonction d’injonction, est aussi capable de générer de la valeur ajoutée en exploitant les ressources des utilisateurs. Or cette « injonction à participer », est le fruit d’une interface sociale et d’une interface technique. Ainsi, les interfaces ont transformé l’usager en technicien chevronné dont les pratiques sont plus véloces et ubiquitaires. En convoquant la critique sociale du temps selon Rosa et Virilio, Françoise Paquienséguy déplore les transformations à l’œuvre et les risques psycho-sociaux qui résultent de cette vie interfaciale.

3Dans Interfaces numériques et médiations de sens. Approche par la question de l’accessibilité (pp. 33-42), Nathalie Pinède propose une perspective d’accessibilité de l’usager en situation de handicap. Avec les années, les représentations ont évolué modifiant la perception collective et les initiatives relatives au numérique. La question de l’accessibilité dépasse alors les aspects techniques pour une acception d’égalité entre les personnes. En dépit de cet encadrement réglementaire et des obligations de mise en conformité des sites web, on déplore aujourd’hui qu’une seule minorité de personnes en situation de handicap ait effectivement accès aux contenus. Il existe dès lors un paradoxe entre interfaces et accessibilité, entre visible et invisible. Or toute mise en invisibilité repose sur une forme d’illusion.

4C’est précisément sur une interface tangible qu’Eric Lacombe livre une recherche intitulée Une interface tangible pour découvrir les Graines d’information (pp. 43-57). Celle-ci vise à améliorer les relations entre utilisateurs et contenus. À partir du concept de graines d’informations présenté, c’est la transformation numérique des organisations en réseau et la schématisation dynamique de l’information qui sont questionnées. Aussi convoque-t-il le paradigme de la cognition incarnée selon Varela et al. (1993). Une première limitation technique a permis d’explorer de nouvelles voies et renforcer la validité du modèle. Une implémentation informatique se poursuit autour du traitement du langage avec expérimentations IRL et une version en réalité augmentée est envisagée comme perspective complémentaire.

5Andréa Alexander aborde l’Aspectualisation du discours visuel, comment l’infographie change notre rapport au fait traumatique (pp. 59-70). La chercheuse s’appuie sur une étude menée sur le journal national quotidien et plus particulièrement sur son design d’information. L’approche par le visuel amène aujourd’hui l’infographie à exprimer des faits médiatiques lourds. Pour étudier ce nouveau langage visuel journalistique, cette recherche utilise deux outils méthodologiques issus de la sémiotique greimassienne : la notion d’aspectualisation et la sémiotique plastique. Elle se base sur une infographie de presse d’une publication du 30 mars 2016 du journal Le Monde intitulée Verviers, cellule-souche des attentats de Paris et Bruxelles. Les résultats de la recherche montrent que deux temps figurent dans cette infographie : le temps de l’individu et le temps de l’organisme. Le lecteur est tiré hors d’une perception du temps qui confine le traumatisme à un événement fini. L’incertitude de ce procès permet au journaliste de mettre le lecteur dans un rapport anxiogène aux faits qui le laisse dans une expectative émotionnelle.

6Marie-Christine Lipani (pp. 71-81) s’intéresse à The conversation : dispositif d’interface entre science et journalisme. Le concept d’interface convoqué ici est un dispositif de médiation entre différentes entités. Celui-ci se caractérise par un site collaboratif à mi-chemin entre journalisme et recherche. La posture de l’auteure est de s’appuyer sur le concept de « journalisme rassembleur et conflictuel de la communauté démocratique » théorisé par Muhlmann (2004). Cette approche est aussi la posture éditoriale du site qui assure l’interface entre le journalisme et la recherche académique, permettant un espace d’expression et de médiatisation des travaux que le public pourra s’approprier. Loin de se substituer à la publication scientifique, l’objectif sous-jacent du média est de faire entrer la communauté d’enseignants-chercheurs dans le débat public comme l’expression de la dimension sociale de la recherche. Cette étude montre que The Conversation, par sa ligne éditoriale, a permis de réduire le rapport de défiance existant entre les corporations de chercheurs et de journalistes.

7La seconde partie de cet ouvrage collectif s’intéresse aux « Milieux » des interfaces. La contribution de Patrizia Laudati (pp. 85-95) s’intéresse à la réappropriation sensible de la ville : l’expérience spatiale comme pratique interfaciale. Selon une approche phénoménologique de la perception, l’auteure questionne le concept d’interface communicationnelle et sémio pragmatique pour montrer comment le visible et le sensible sont reliés dans l’expérience spatiale et la perception architecturale. Grâce à l’expérience, l’usager élabore ses propres représentations spatiales ; or, les représentations sont conditionnées par la reconnaissance de l’environnement et l’image de soi-même et de l’altérité. Ce miroir d’Escher est le seuil à partir duquel les formes matérielles de la ville se referment dans l’univers personnel et conceptuel de l’usager. L’appropriation est une forme de reconnaissance et de réflexivité déclenchées par l’expérience que l’individu a de l’espace et qui lui permettent de réaffirmer son propre statut par rapport au lieu et à autrui.

8Dans une troisième partie, Alain Mons (pp. 97-108) propose une communication intitulée La peau. Métaphore des interfaces dans laquelle il revient à la formation « archaïque » de l’activité interfaciale du corps. Dans notre culture, la question de la peau est métaphorique de multiples phénomènes interfaciaux contemporains. Des effets de miroirs entre la peau humaine et les surfaces urbaines composites des bâtiments, dans notre quotidien sensible aussi bien qu’au cinéma, dans la photographie, la vidéo, les peintures murales ou les tableaux. La peau corporelle est un point d’attraction de la perception dans le contexte urbain. Il se produit des effets saisissants de surface et de l’interface dès que la peau apparaît dans les lieux publics ou semi-privés. Ce sont les effets épidermiques selon un processus épidémique dans les espaces existentiels. L’auteur conclut qu’avec la peau, nous sommes vraisemblablement au plus près de soi-même mais dans le même temps du côté de l’inconnu. La peau est le territoire de l’intime tant du point de vue corporel et physique que dans son acception phénoménologique.

9Florian Harmand et David Pucheu, dans Pervasion et persuasion dans le milieu-interface apportent une lecture critique de l’informatique ubiquitaire. Ils explorent les concepts de projet à travers l’histoire de l’interface homme-machine (IHM) et du design pour aborder les interprétations et des concrétisations de l’informatique ubiquitaire et de ses implications sur la considération de l’usager dans le design de service. Les mécanismes de persuasion, immanents aujourd’hui sur le web, sont autant d’influences qui pèsent sur l’usager lors de ses expériences en ligne. Dans le business de l’attention, certains services cherchent à accompagner l’usager dans l’accomplissement de ses propres buts par des mécanismes de persuasion lorsque d’autres le mobilisent pour l’influencer sur des comportements prédéterminés par les designers (par exemple, ajouter au panier). Le design persuasif s’efforce de conjuguer les spécificités des mondes numériques et analogiques pour diriger l’usager vers un scénario prédéterminé. La conclusion de leur recherche est que les dispositifs ubiquitaires ne favorisent pas l’émancipation des usagers mais participent de l’aliénation cognitive et comportementale de ceux-ci.

10Anne-Cécile Lenoël (pp. 127-139) dans Protocoles interfaciaux ou quand le design contemporain participe de la conversation sociale, propose d’examiner le design contemporain dans le cadre de sa confrontation au concept de vie interfaciale. Ainsi, le design, en tant que co-construction avec l’usager, participe à la conversation sociale en élaborant des « protocoles interfaciaux ». Selon Manzini (2015), la notion de conversation sociale revêt plusieurs aspects : la participation d’experts et de profanes, d’individus et de groupes ayant chacun leurs propres réseaux socionumériques. Le design apparaît alors comme un dispositif sociotechnique qui ne se réduit pas à résoudre des problèmes mais qui accompagne les mutations participatives permettant au plus grand nombre de concevoir et redessiner son existence. Les protocoles interfaciaux sont potentiellement en mesure de nous amener à inventer de nouveaux modes de vies.

11Jérôme Dupont (pp. 141-154) s’intéresse au concept d’interfact dans l’analyse des enjeux poïétique et pédagogique de créations contemporaines interrogeant par la culture de chantier et de projet nos manières d’habiter notre environnement. Le projet Lotville du collectif raumlaborberlin est utilisé comme terrain empirique comme étant la fabrique utopique d’une cité-jardin liant par l’interfact une pratique conjointement fictionnelle et frictionnelle de l’espace commun. Les réalisations mettent en œuvre une interfacticité dans laquelle il s’agit de construire un objet de débat permettant d’envisager d’autres possibles. L’ensemble des interfacts qui constituent Lotville sont ainsi des jalons d’un espace hybride, entre fiction et réalité. Le projet Lotville s’inscrit aussi dans une généalogie du design critique.

12Dans une troisième partie, les contributions s’attachent à caractériser les ambiances de l’interface. Fabio La Rocca (pp. 157-168) aborde quant à lui « l’ambiance inter-connective : environnements sensibles et figurations des surfaces urbaines ». Son acception de l’interface est la modalité du rapport avec les sphères techniques et numériques et le moyen qui influence les rapports sociaux. Ces sphères représentent l’influence des technologies, des images partagées, des informations diffusées et échangées, la vie en réseau, la médiatisation du vécu, le design et les expériences sensibles. L’auteur emprunte à Amar (1989) la notion d’expérience « connexionniste » qui, dans le cadre de la « nouvelle » conception urbaine, prend tout son sens avec l’expérience réticulaire. La digitalisation incruste l’espace urbain et produit une re-contextualisation. L’homme contemporain est le reflet de ce quotidien, le banal, le commun, l’ordinaire ; nos prolongements sensoriels via les interfaces techniques sont l’expression d’une « culture de l’ordinaire ».

13Gino Gramaccia questionne l’interface à travers Le visage invisible du demandeur d’asile (pp. 169-174). Il définit le visage invisible comme celui qui n’est plus en mesure de croiser le regard d’un individu socialement et politiquement ancré dans son territoire. Une éthique partagée par le demandeur d’asile et l’accueillant devrait produire un rapprochement de la terre natale de l’exilé à la terre d’accueil de l’invitant. Or la reconnaissance de la terre natale est ce qui pourrait potentiellement redonner au visage de l’exilé le format symbolique d’un portrait d’identité.

14Catherine Pascal, Lise Vieira et Noble Akam proposent d’interroger le Bio pouvoir, ou le progrès social et le défi humaniste sous le prisme du numérique (pp. 175-189). Au cœur de leur questionnement, la période de transition actuelle est-elle une prise de liberté du fait d’un humanisme numérique difficile ? Outre le concept d’interface homme-machine, les auteurs convoquent également le « bio pouvoir » de Foucault. Les objets de l’environnement numérique personnel ont un impact sur l’organisation sociale des individus. Ils choisissent de se pencher sur l’ordinateur personnel comme objet emblématique de cet environnement numérique. Ainsi, à en juger par les technologies maîtrisées, le futur de l’ordinateur personnel sera doté d’une interface visuelle distante, une télécommande « intelligente » ou encore une greffe de puce sous la peau de l’usager. Autant d’innovations qui amènent les auteurs à réfléchir à la façon d’articuler éthique, économie, création et humanités numériques.

15Suite à l’exposition organisée par Metavilla dans le cadre du colloque La vie interfaciale, la notion de méta-médiation s’impose à Caroline Corbal Albessard (pp. 191-201). La structure médiatique externalisée participe de toutes parts à la médiation du monde par son immanence, sa dématérialisation et sa centralisation des données. Ces interfaces technologiques composent le monde au point de créer des arrangements avec les mêmes éléments.

16Une dernière contribution (pp. 203-210) s’intitule Les Autres-Mondes du Carnaval sont ici et maintenant. Dominique Pauvert s’intéresse à l’étude des traditions carnavalesques européennes et des œuvres des peintres Bruegel et Bosch pour leur vision du carnaval qui remet en cause les représentations ordinaires de l’espace et du temps. Le puits, par exemple, est à l’interface du monde d’en bas, d’où remontent les âmes, et le monde des hommes. Les masques constituent de la même manière une interface en tant qu’ils permettent, dans toutes les traditions culturelles, de passer dans l’autre monde ou d’en sortir. L’auteur explore ainsi les différents rites qu’ont dépeints les deux artistes pour en figurer le rôle interfacial.

17À travers les quinze contributions consignées dans cet ouvrage, nous disposons d’une mise en perspective d’une interface numérique protéiforme en SIC et dans les Arts. Celle-ci esquisse, à visée épistémologique, le champ des possibles pour dessiner le contour de nos vies interfaciales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Inghilterra, « Rouissi, S., & Beyaert-Geslin, A. La vie interfaciale. Regards croisés en SIC et en Arts »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 22 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/10836 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.10836

Haut de page

Auteur

Xavier Inghilterra

Docteur Qualifié en Sciences de l’Information et de la Communication, LERASS-Ceric, Université de Montpellier 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search