Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Revue des revuesIntelligibilité du numérique

Revue des revues

Intelligibilité du numérique

Entretien avec Bruno Chaudet
Bruno Chaudet

Texte intégral

1Bruno Bachimont est enseignant-chercheur à l’université technologique de Compiègne. Il a été directeur de la recherche et de la valorisation de la faculté des sciences de Sorbonne université, directeur à la recherche de l’UTC et de l’Institut National de l’Audiovisuel. Il est chercheur au sein du COSTECH. Il est directeur de la publication et rédacteur en chef de la revue Intelligibilité du numérique.

2Lise Verlaet est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paul Valéry – Montpellier III et chercheur au sein du LERASS-Céric. Elle est responsable scientifique du programme de recherche Numerev mené au sein de la MSH-Sud et rédactrice en chef de la revue Intelligibilité du numérique.

Il y a déjà beaucoup de revues qui publient sur le numérique. Certaines sont d’ailleurs exclusivement centrées sur cette thématique. Je pense notamment à Interfaces numériques ou à la revue Réseaux. Quelle place singulière souhaitez-vous occuper dans ce paysage ?

Effectivement il existe de nombreuses revues scientifiques qui s’intéressent au numérique. Pour reprendre les deux revues que vous avez citées, l’on constatera que la revue Interfaces numériques s’intéresse aux problématiques de design numérique à travers une ouverture pluridisciplinaire ; quant à la revue Réseaux, son périmètre scientifique se porte sur les télécommunications et les mass-médias avec cette fois-ci un regard pluridisciplinaire. Or désormais tout moyen de communication utilise le numérique. A cet égard, nous pourrions également évoquer la Revue des Interactions Humaines Médiatisées qui étudie les transformations psychosociales inhérentes à la relation entre l’usager et les médias et qui appelle à des contributions là encore interdisciplinaires, vision par ailleurs propre aux sciences de l’information et de la communication. La revue Études digitales, créée plus récemment et qui se veut transdisciplinaire, propose de considérer le numérique en tant que technologie de l’information et de la communication à travers des approches herméneutiques et critiques. Et nous pourrions continuer à brosser ainsi le paysage des revues scientifiques qui traitent du numérique ou plus précisément d’axes problématiques corrélatifs au numérique.

Pour ce qui est de la revue Intelligibilité du numérique, et pour reprendre les termes de notre éditorial, nous avons choisi de centrer le propos sur “cette chose plurivoque et polymorphe qu’est le numérique, pour tenter de comprendre et d’analyser la complexité des phénomènes qui le caractérisent mais aussi auxquels il participe, induit et crée”. Il s’agit donc de saisir l’objet numérique, comme acteur privilégié de l’écosystème à travers toutes ses dimensions. Comprendre le numérique et le rendre intelligible présuppose à notre sens une vision interdisciplinaire puisqu’il est nécessaire de s’interroger a minima à la fois SUR le numérique, ce qui le définit et le caractérise ; POUR le numérique, c’est-à-dire sa dimension socio-technique ; PAR le numérique, à travers sa fonction de médium ; et enfin AVEC le numérique, soit la culture du numérique et la littératie inhérente. L’ambition soutenue par la revue est donc d’accueillir des travaux soit qui centrent le propos sur une de ces dimensions, soit qui mêlent plusieurs de ces dimensions.

Par conséquent, notre revue ne s’intéresse pas aux conséquences du numérique sur les différents secteurs disciplinaires ou applicatifs, mais au numérique lui-même. Il s’agit de cerner de quoi le numérique est le nom à partir de ses manifestations et mobilisations, mais aussi des interrogations et questions qu’il laisse en suspens. Il est frappant de constater que l’explicabilité est devenue un enjeu essentiel, et le statut des résultats calculés un problème central, qu’il s’agit, à travers la notion d’intelligibilité, de pouvoir reconsidérer et réinterpréter. Le numérique sera autant un laboratoire pour comprendre ce que veut dire comprendre, ce que signifie qu’être intelligible, que le terrain privilégié pour entreprendre une telle enquête. En d’autres termes, il conviendra également de questionner l’AU-DELÀ du numérique.

En cela, il nous semble que la revue Intelligibilité du numérique apporte un angle différent comparativement aux revues existantes. Qui plus est, nous avons le plaisir de travailler avec Sylvie Leleu-Merviel, Nicole Pignier ou encore Khaldoun Zreick, rédacteurs en chef de certaines des revues sus-citées et qui ont accepté de faire partie du comité scientifique de notre revue, ce qui tend à confirmer que cette dernière n’est pas perçue comme concurrente mais bien comme complémentaire à la réflexion scientifique.

Vous notez dans votre éditorial vouloir « revenir aux fondamentaux d’une revue scientifique dans sa fonction d’espace de débat ». C’est une activité qui me paraît effectivement centrale et que nous avons délaissés collectivement. Il me semble que cette fonction est aujourd’hui essentiellement assurée par nos interventions dans des journées de recherche, colloques et congrès. Or, nous avons besoin de ce temps et de cet espace de lectures, de réflexions, d’écritures et de critiques partagées pour avancer collectivement. Comment analysez-vous cette absence et comment cela va-t-il s’organiser concrètement ?

Sans s’étendre sur les différentes formes de communication scientifique au cours de l’histoire, une catégorisation s’est instituée entre d’une part les manifestations scientifiques et d’autre part les revues scientifiques. Les premières généralement considérées comme un lieu de débat permettant de discuter les travaux de recherche exploratoires, les secondes comme un espace de diffusion de travaux scientifiques aboutis. L’idée n’est pas de revenir sur ce découpage ni sur la hiérarchisation de la production scientifique qu’elle sous-tend dans l’évaluation de la recherche.

Tout un chacun a déjà pu profiter de l’apport des échanges suite à l’exposé de ses travaux lors d’une manifestation scientifique, nous trouvons intéressant de pouvoir de la même manière discuter des travaux qui auraient déjà été publiés au sein d’un numéro. D’une part cela vient nourrir la réflexion des auteurs, et d’autre part, l’unité scientifique co-construite au sein d’un numéro de revue mérite à notre sens d’être analysée et (re)problématisée collectivement. Cette démarche laisse entrevoir un continuum réflexif qui nous semble porteur et prometteur. De fait, outre la publication scientifique, la rédaction de la revue prévoit d’organiser des rencontres ou manifestations scientifiques pré ou post-publication de numéro.

Par ailleurs, force est de constater que les revues scientifiques en ligne restent majoritairement dans les formats traditionnels hérités de l’imprimé. Nous noterons néanmoins l’existence de revues telles que Sens Public ou COSSI qui proposent des dispositifs d’écrilecture (annotation, commentarisation, balisage) permis in situ par le numérique, lesquels ont vocation à favoriser l’interaction auteur-lecteur-contenu. Nous entendons également mobiliser ces pratiques et dans la mesure du possible y adjoindre celles liées à la redocumentarisation et à l’éditorialisation de sorte à réaliser un travail collaboratif de fond sur les contenus scientifiques hébergés par la revue Intelligibilité du numérique, voire explorer de nouvelles formes d’écrilecture. Ceci est une finalité, mais pour l’heure, notre action se porte sur l’assise intellectuelle et scientifique de ce qu’est l’intelligibilité du numérique, et subséquemment de construire le raisonnement d’une revue qui n’en est qu’à ses balbutiements. D’autant que les dispositifs énoncés nécessitent à la fois de la matière scientifique et une importante animation.

Des initiatives sont en cours… teasing !

3Quel est le fonctionnement éditorial de la revue ?

Contrairement aux revues préalablement citées, la revue Intelligibilité du numérique n’est ni une revue institutionnelle, ni une revue portée par un éditeur commercial, mais par un collectif de chercheurs. Elle est intégralement en ligne, en libre accès immédiat et ne demande pas de cession de droits d’auteur, souscrivant ainsi aux principes de la science ouverte.

La revue s’appuie sur un comité de rédaction composé de Serge Bouchardon (SIC), Pierre Gançarski (Informatique), Agnès Robin (Droit) et Marcello Vitali-Rosati (Littérature), et un comité scientifique interdisciplinaire et international francophone composé d’une quarantaine de chercheurs aux expertises variées sur les différentes dimensions du numérique qui nous ont faire l’honneur d’accepter de participer à l’aventure non sans un certain enthousiasme.

Sur un rythme biannuel, la revue proposera un appel à articles permanent sur la base de son éditorial ; le second numéro sera constitué via un appel à articles thématique et/ou via la redocumentarisation d’articles issus d’autres revues mais traitant spécifiquement des questions liées à l’écosystème numérique. La rédaction se réserve le droit de publier davantage de numéros selon l’actualité scientifique. Concernant l’appel permanent, les articles sont évalués et publiés au fil de l’eau. La procédure d’évaluation-correction des articles dure en moyenne 12 semaines. Quant aux appels à articles thématiques, ceux-ci sont ponctuels et suivent un calendrier de publication spécifique.

Conformément au positionnement de la revue comme espace de débat, les évaluations par les pairs seront ouvertes (open peer review), c’est-à-dire que l’auteur et les évaluateurs connaissent leur identité respective. Ceci n’est pas pour conduire à plus de clémence mais pour favoriser un dialogue fécond. Les rapports d’évaluation resteront néanmoins confidentiels. Ce format est certes non traditionnel - en tout cas en Sciences Humaines et Sociales - mais il encourage de notre point de vue la discussion scientifique et valorise le travail des évaluateurs, et - qui sait - peut-être que de futures collaborations scientifiques en découleront.

4Le premier numéro, paru en 2020, portait sur le dialogue des disciplines via l’indexation des connaissances. Le second numéro, prévu en 2021, porte sur les traces, les données et les preuves en contexte numérique dans une acception interdisciplinaire. La dimension interdisciplinaire semble particulièrement importante pour la revue. Pouvez-vous nous expliquer ce positionnement ?

Comme nous l’avons évoqué à plusieurs reprises durant cet entretien, la notion d’interdisciplinarité est indispensable à nos yeux pour comprendre, construire, instrumenter, utiliser et raisonner sur l’objet numérique et le rendre intelligible. L’interdisciplinarité est sans doute, comme beaucoup de revues d’ailleurs, l’enjeu central pour notre projet éditorial. De fait, peut-être devrions-nous expliciter nos représentations terminologiques, allant d’une perspective disciplinaire à une optique objet de recherche.

Commençons par les démarches paradisciplinaires qui consistent à aller chercher à côté de sa discipline, dans une discipline considérée comme connexe (ex : psychologie et sociologie). Le pluridisciplinaire concerne les travaux de recherche utilisant les concepts, méthodes et approches d’autres disciplines au profit d’un chercheur ou de sa discipline. Le multidisciplinaire quant à lui considère les travaux de recherche sollicitant des chercheurs dont les différents regards disciplinaires sont juxtaposés sans véritable interaction. Les approches interdisciplinaires permettent de se concentrer sur le projet de recherche - en l’occurrence le numérique - et conduisent à des échanges conceptuels et méthodologiques entre les disciplines engagées de sorte à travailler de concert et en concert (en référence au modèle de l’orchestre) sur ce projet commun. Dans cette perspective, chaque construit scientifique disciplinaire contribue à une intelligibilité particulière que nous souhaitons à la fois intégrer, assumer et mettre en perspective pour en cerner la complexité. Sachant que la transdisciplinarité est l’une des conséquences possibles, voire attendue de l’interdisciplinarité, puisque cela tend à dépasser des préceptes disciplinaires pour construire de nouvelles connaissances permettant de cerner des problématiques complexes. Enfin, il y a le postdisciplinaire qui consiste à penser l’avenir sans les disciplines et même si l’intelligibilité du numérique pourrait être une problématique porteuse, cela ne fait pas partie du dessein de notre revue.

5Comment envisagez-vous l’avenir de la revue ?

Notre revue soufflera sa première bougie cette année 2021 mais n’a été véritablement publicisée que depuis le lancement de son second appel à articles thématiques en février, parler d’avenir semble donc quelque peu présomptueux. Nous avons, nous semble-t-il, une programmation à venir cohérente sur les prochaines années, que nous espérons susceptible de créer un engouement au sein des communautés scientifiques. Que dire de plus sinon que nous souhaitons à ce projet longue vie, prospérité avec des apports et débats scientifiques fructueux !

Merci beaucoup Bruno Chaudet de l’attention portée à cette toute jeune création.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Chaudet, « Intelligibilité du numérique »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/11305 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.11305

Haut de page

Auteur

Bruno Chaudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search