Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22ParutionsLafon, Benoit (dir.). (2019). Méd...

Parutions

Lafon, Benoit (dir.). (2019). Médias et médiatisation  : Analyser les médias imprimés, audiovisuels, numériques

Grenoble. Presses Universitaires de Grenoble
Billel Aroufoune
Référence(s) :

Lafon, Benoit (dir.). (2019). Médias et médiatisation : Analyser les médias imprimés, audiovisuels, numériques. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble. ISBN : 978-2-7061-4280-2. 22 €

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif dirigé par Benoit Lafon, paru dans la collection « Communication en + », des Presses universitaires de Grenoble, de Bernard Miège, Pierre Mœglin et Isabelle Pailliart, aborde de nombreuses problématiques liées aux médias, à leurs représentations et analyses. Sur dix chapitres rassemblés dans deux grandes parties égales, ponctuée chacune par deux focus, les auteurs donnent « des clés pour se poser des questions pertinentes » (p. 7) sur la conception et la réception des produits médiatiques.

2L’ouvrage s’ouvre sur une introduction de Benoit Lafon qui définit le média avec ces termes :

Un média n’est en effet ni un ensemble de stratégies économiques, ni une œuvre ou un discours, ni une organisation institutionnalisée, ni un ensemble d’acteurs et d’utilisateurs, ni enfin un ensemble de techniques : il est tout cela à la fois. (p. 11).

3À partir de cette définition, l’auteur propose un modèle d’analyse sous l’acronyme MEDIATS. C’est un outil d’analyse prenant la forme d’une grille qui permet d’étudier les médias à partir de cinq approches visant à penser à la fois le modèle économique, le discours et le contenu, l’institution, les acteurs (producteurs et récepteurs) et enfin les techniques en société via une approche sociotechnique des dispositifs médiatiques.

4Dans la première partie comme son titre l’indique, Médias. Les principales approches, il est question de présenter de manière non-exhaustive mais « accessible et claire » des approches « fondamentales des médias ». Du point de vue socio-économique, les médias sont considérés comme des organisations : un acteur industriel s’inscrivant dans un environnement donné. Ainsi, le premier chapitre co-écrit par Vincent Bullich et Laurie Schmitt s’attache à présenter une démarche méthodologique et épistémologique de la socio-économie des médias. Dans un premier temps, les chercheurs reviennent sur les origines de cette approche que les sciences de l’information et de la communication ont sues se réapproprier. À la suite de ce parcours théorique, le lecteur remarquera la riche bibliographie mobilisée afin de lui proposer des repères méthodologiques pour l’analyse des objets médiatiques.

5Le second chapitre « Pratiques médiatiques et ethnographie des publics » est dédié aux publics et à leurs pratiques de consommation des contenus médiatiques. Céline Ségur montre le passage qui s’est fait au cours des évolutions techniques à propos du public. En ceci que les spectateurs sont devenus des acteurs qui font entendre leurs voix à travers différentes plateformes numériques. La chercheure souligne l’importance du cadrage épistémologique « pour appréhender les situations contemporaines et à venir » (p. 73). C’est-à-dire, se documenter sur les théories des médias et de l’information à commencer par la seringue hypodermique de Lasswell, la théorie du two step flow of communication de Lazarsfeld et Katz et les cultural studies qui peuvent être des lunettes à travers lesquelles l’on décrypte les contenus médiatiques d’aujourd’hui. De plus, l’auteure revient sur l’une des premières études sur la réception des médias, en France, dans les années 1950. Le principal résultat de cette équipe de recherche, dirigée par le sociologue Joffre Dumazedier, a montré « que les programmes télévisuels peuvent être un support de médiation » (p. 61). Elle poursuit ainsi le panorama des enquêtes ethnographiques initiées dans les années 1990 par Daniel Dayan.

6Comment le chercheur peut-il faire parler son matériau ? De quels outils dispose-t-il pour constituer son corpus ? Quelles méthodes d’analyse pour les discours médiatiques ? C’est principalement à ces questions que Emmanuel Marty répond dans le troisième chapitre intitulé « Contenus et discours des médias : concepts, méthodes, outils ». Il donne un aperçu des outils et logiciels de récolte de données textuelles et d’analyse de discours. Nous pouvons regretter l’absence d’une mise en perspective ou d’une comparaison des logiciels Tropes, Iramuteq, N-Vivo, Atlas, etc. Cela étant, et le lecteur en jugera, l’auteur esquisse une riche présentation de ces logiciels tout en rappelant les origines du champ de l’analyse de discours. Ce chapitre montre la pluralité des approches s’agissant des médias, à la fois en tant qu’objet d’analyse et de terrain de recherche.

7Le quatrième chapitre « Recourir à la démarche sémio-communicationnelle dans l’analyse des médias », du regretté Yves Jeanneret, se situe dans le sillage des travaux qui ont « un recours raisonné » à la sémiologie. Le plus souvent, on demande au chercheur qui mobilise des méthodologies d’analyses sémiologiques dans ses travaux de préciser ce qu’il entend par sémio. L’auteur y répond dès les premières lignes :

Le mot « sémiotique » désigne l’élaboration de concepts portant sur la production du sens ; le terme « sémiologie » renvoie à l’analyse concrète d’objets particuliers ; « sémio » nomme un corpus de pratiques courantes ou expertes ; je qualifie enfin de « sémio-communicationnel » le cadre d’investigation. (p. 105).

8Pour Yves Jeanneret, la démarche sémiologique ne peut pas être pensée uniquement comme une boîte à outils méthodologiques, elle n’est pas un décryptage, mais plutôt un art de faire. À travers les exemples qu’il étudie, nous comprenons que l’espace de communication est primordial aux yeux du sémiologue pour saisir les enjeux des objets analysés.

9C’est à partir des travaux pionniers de l’Institut français de presse (1950) que Claire Blandin esquisse la chronologie des études autour de l’histoire des médias en France, dans le cinquième et dernier chapitre de cette partie intitulée « L’histoire des médias, une approche en évolution ». Ce court texte propose une riche revue de la littérature et permet notamment de comprendre les actuels enjeux de la mise en ligne des archives de presse et des autres formes de média.

10Place aux grands enjeux de la médiatisation et aux produits médiatiques auxquels se consacre la deuxième partie de l’ouvrage. Ce faisant, Benoit Lafon propose de définir, dans le sixième chapitre, le concept de médiatisation qui se présente davantage comme polysémique. La lecture critique de travaux, sur la question, menés par des chercheurs français et internationaux ainsi qu’une analyse circonstanciée de onze revues en sciences de l’information et de la communication sur les usages qu’en font les auteurs, permettent de postuler que :

La médiatisation consiste en la mise en média d’individus, de groupes ou d’institutions par la construction de produits médiatiques formalisés, dans une visée stratégique, impliquant des pratiques collectives de consommation. (p. 163).

11En clair, les phénomènes sociaux et communicationnels peuvent être pensés à l’aune des médiatisations car ils sont aujourd’hui « largement médiatisés » (p. 185). Ces produits médiatiques, qui se donnent à voir à travers des dispositifs numériques, sont aussi présents dans l’espace public. Comment se constitue un espace public ? De quelles manières les acteurs participent de sa formation ? C’est essentiellement à ces questions auxquelles s’attache de répondre Isabelle Pailliart dans le septième chapitre « Médiatisation et espace public ». Elle rappelle les limites de l’approche habermassienne de l’espace public et son « inadaptation à la situation contemporaine » (p. 194), avant de signaler que les médiatisations font partie du processus qui mène à la constitution d’un espace public, mais peuvent dans le même temps s’ériger comme « obstacle » à celui-ci. L’auteure nous invite à considérer la fragmentation des espaces publics souvent restreints à une conception publique, institutionnalisée, dont les enjeux sont plus équivoques. Ainsi, ce travail permet aux lecteurs d’approcher, entre autres, les formes de mobilisations numériques qui se développent en continuité des actions citoyennes dans l’espace physique.

12Dans les dernières contributions, l’accent est mis sur trois objets concrets de médiatisation : la politique, la science et le genre. Pierre Leroux et Philippe Riutort interrogent, dans le huitième chapitre, les espaces politiques et leurs discours dont « les médias sont le vecteur d’amplification » (p. 234). Ensuite, le chapitre neuf co-écrit par Michael Bourgatte et Daniel Jacobi traite de la diffusion du discours scientifique, du processus de sa traduction et de son accessibilité. La recherche scientifique est amenée à être vulgarisée au grand public. Cette médiatisation qui inclut une médiation est une forme de culture scientifique. Celle-ci se fait de plus en plus sur les plateformes numériques à l’instar de YouTube ou des produits plus spécifiques comme les MOOCs. Le principal apport du texte est dans la proposition conceptuelle des auteurs, soit « la reformulation et la figurabilisation » (p. 241). La première repose sur la traduction par le texte et la seconde par les images et les visuelles, c’est en quelque sorte une grammaire de l’image. Dans l’ultime chapitre « Le genre au prisme des médiatisations et des médias », Isabelle Garcin-Marrou expose à travers un itinéraire théorique et méthodologique, quelques éléments pour une meilleure compréhension de la problématique du genre dans les médias ainsi que sa médiatisation. Pour ce faire, elle examine notamment la « place des femmes dans les rédactions » (p. 274) ainsi que leurs représentations dans les discours médiatiques.

13En plus de la rigueur scientifique, grande qualité de l’ouvrage, le lecteur appréciera les quatre focus qui rythment les chapitres. Deux focus par partie, chacun apportant un éclairage sur un concept ou une approche précise. Franck Rebillard (pp. 47-55) montre, dans le premier, l’évolution et les mutations des modèles éditoriaux et socio-économiques des industries médiatiques, à la fois des médias traditionnels et numériques. Dans le second focus, Marc Lits (pp. 137-144) aborde un objet sur lequel il a longtemps travaillé : les récits médiatiques. Les journalistes utilisent le récit pour rendre plus accessible l’événement aux lecteurs, auditeurs, publics, etc. Le récit médiatique s’appuie sur une syntaxe narrative et argumentative qui permet de véhiculer « un certain type de rapport au monde » (p. 143). Abuser de son usage risque de faire basculer l’information dans l’affect et l’émotion pour nous éloigner du logos et de l’argumentation. Le troisième, signé Roselyne Ringoot (pp. 213-218), met en évidence le statut particulier du journaliste dans la « construction de faits sociaux ». Il s’agit de son auctorialité « qui met en tension des logiques collectives et individualisantes » (p. 217).

14Nous pouvons regretter l’absence d’une conclusion générale en fin d’ouvrage, mais le dernier focus de Jocelyne Arquembourg (pp. 291-297) ouvre de nouvelles perspectives à la problématique des médias à qui « on ne peut pas attribuer […] le pouvoir prométhéen de fabriquer les événements » (p. 294). Comme le titre du focus le suggère, les médias ne sont pas l’unique « miroir des événements ». Avant d’être médiatiques, les événements sont médiatisés. L’auteure nous invite à nous interroger sur le rôle des événements comme phénomènes sociaux et communicationnels plutôt que d’avoir une « approche médiacentrée ».

15Pour conclure, si nous devions résumer en quelques mots le cœur de cet ouvrage, nous dirions qu’il est l’occasion pour les analystes des médias d’y trouver des éléments de méthodes et des approches complémentaires allant de la socio-économie à la question du genre dans les médias, en passant par une approche sémio-communicationnelle des produits médiatiques. Par ailleurs, les médiatisations sont regardées sous le prisme des publics et des espaces qui les réunissent. En définitive, cet ouvrage est incontournable pour les étudiants et les enseignants-chercheurs en sciences de l’information et de la communication : nous l’avons nous-même rajouté à notre bibliographie dans le cadre d’un cours, de niveau Master, sur l’analyse critique des médias.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Billel Aroufoune, « Lafon, Benoit (dir.). (2019). Médias et médiatisation  : Analyser les médias imprimés, audiovisuels, numériques »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 07 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/11320 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.11320

Haut de page

Auteur

Billel Aroufoune

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search