Skip to navigation – Site map

HomeNuméros22ParutionsCharaudeau, Patrick (2021). La la...

Parutions

Charaudeau, Patrick (2021). La langue n’est pas sexiste : d’une intelligence du discours de féminisation

Lormont. Le Bord de l’eau
Jean-François Tétu
Bibliographical reference

Charaudeau, Patrick (2021). La langue n’est pas sexiste : D’une intelligence du discours de féminisation. Lormont : Le Bord de l’eau. ISBN 978-2-35687-753-6. 16 €.

Full text

  • 1 Voir son livre Le débat public. Entre controverse et polémique, Lambert-Lucas, 2018. Patrick Charau (...)

1Il n’est guère facile d’entrer dans le débat sur l’écriture inclusive, et, à partir de cela, dans la question de l’invisibilité des femmes dans la société, si l’on veut échapper à la polémique partisane, et engager une réflexion proprement scientifique sur les usages de la langue. C’est ce que tente Patrick Charaudeau, de façon très mesurée, pour montrer comment un discours de spécialiste peut être utile à la controverse sociale1. Car cette polémique comporte bien peu d’arguments, et la langue n’est pas politique, ce sont les usages qu’en font les acteurs sociaux qui le sont. En outre les mots langue, langage, parole sont piégés, car ils recouvrent des pratiques ou des caractéristiques de tous ordres (langue des philosophes ou des poètes, langage romanesque, parole religieuse).

2Il faut donc savoir d’abord de quoi on parle, et distinguer d’emblée la langue comme système de signes, la langue comme norme d’usage et la langue comme discours (chap. 1).

3En bon linguiste, Patrick Charaudeau avance avec les catégories et les distinctions qui rendent ce livre nourri de références et d’exemples fort utiles à qui souhaite s’y retrouver dans ce type de polémique. La langue-système est à la fois une organisation (phonétique, syntaxique, sémantique), et une nomenclature, qui classe et hiérarchise. En tant que système, elle est tout à fait déconnectée de la réalité sociale, car la langue est une abstraction constituée de catégories formelles (catégories grammaticales non sexuées) et sémantiques.

4La langue-norme, elle, comporte à la fois des prescriptions imposées selon un idéal d’usage (et donc changeantes), qui deviennent normes grammaticales (intégrées à la langue-norme), et des descriptions de l’usage, qui deviennent norme d’usage, qu’il faut seule retenir ici. Car la langue-norme n’est pas une abstraction : c’est « ce qui se dit », et non « ce qui doit se dire », d’où le développement de la sociolinguistique qui examine les valeurs sociales et culturelles des façons de parler. C’est dans cette langue-norme que les valeurs positives ou négatives se construisent (ex : la différence entre « femme publique » et « homme public »), et renvoient à une réalité sociolinguistique, celles des gens qui parlent ou écrivent dans une situation de communication.

  • 2 Charaudeau P. et Maingueneau D., Dictionnaire d’analyse de discours, Paris, Seuil, 2002.
  • 3 Voir Bonnafous S., L’immigration prise aux mots, Kimé, 1991, 301 p.

5La langue-discours est le lieu où un « je » et un « tu » se rencontrent2, en se fondant sur les univers de pensée qui imprègnent les rapports humains et les imaginaires sociaux3. Si bien qu’on peut toujours vouloir imposer une vision du monde : le sexisme ne peut être que dans l’usage qu’on fait de la langue, mais il n’est pas dans la morphologie ou la syntaxe, il est toujours sous la responsabilité du sujet parlant.

6Patrick Charaudeau examine la nature de la grammaire (chapitre 2) montrant comment une langue change avec le temps : par exemple la latinité et le développement de la typographie sont essentiels au xvie siècle alors que le xviie met en place une grammaire de classe, celle de la Cour et de Paris.

7Une grammaire n’est pas la langue mais la description d’une langue, qui dépend des systèmes de pensée du moment. Il faut donc se méfier de l’histoire et des anachronismes : certes, c’est un truisme, dans le passé, les femmes n’avaient pas les mêmes droits que les hommes, mais nous ne savons pas grand-chose des imaginaires sociaux (je pense aux normes de l’amour courtois, par exemple). Le propos trop souvent cité « le masculin l’emporte sur le féminin », absent de la plupart des grammaires, est aussi faux que cet autre adage de la même époque selon lequel la première personne (le « je ») est « plus noble » que la seconde !

8Le genre grammatical (chap. 3) au départ synonyme de catégorie non sexuée, pose une question autrement plus complexe, Les mots en effet sont une construction conceptuelle de la réalité, si bien que la catégorie grammaticale n’est pas liée au référent (le masculin des « jambes », le féminin des « seins »). Il importe donc de ne pas confondre le genre grammatical (formel) et le genre sexué (qui renvoie à des personnes).

9Patrick Charaudeau examine les propositions d’une grammaire inclusive puis les problèmes posés par la féminisation des formes (p. 56 sq.) ; il examine diverses formes proposées en ce sens, notamment celles des pluriels mais souligne qu’aucune explication ne vient sérieusement soutenir le signe typographique du point médian, historiquement voué à la séparation des mots, avant que l’imprimerie n’impose l’espace typographique.

10Le neutre pose une foule de questions difficiles que ni les partisans ni les opposants de l’écriture inclusive ne viennent résoudre. En effet, en français, c’est le masculin qui fait office de neutre (« un » enfant peut être fille ou garçon). Le français ne connaît pas de neutre grammatical, mais une neutralisation sémantique, qui concerne surtout des substantifs masculins (un individu), mais parfois des féminins (une personne). La neutralisation discursive est un processus de l’acte de langage, et il appartient au locuteur d’intégrer au discours la donnée sexuelle du référent, ou de la neutraliser. D’où une longue réflexion sur les articles et des déterminants.

11Les pronoms « je » et « tu » renvoient aux locuteurs, il n’y a donc pas de neutre car ce sont des « êtres de langage », alors que la troisième personne (il/elle) renvoie à un tiers déjà nommé, quand il n’est pas impersonnel (« il » neige), car l’emploi impersonnel neutralise les oppositions de sexe. Le pluriel, quant à lui, pose encore d’autres problèmes, mais Patrick Charaudeau explique longuement pourquoi on ne peut affirmer l’invisibilité des femmes dans la langue.

12Les accords au pluriel selon la proximité posent un double problème de logique, car que l’on fasse l’accord au masculin ou au féminin, il se produit dans les deux cas une discrimination.

13Pour les mots du lexique, la neutralisation discursive est distincte de la question du neutre (chap. 4). D’abord, le processus de généricité fait d’un terme une notion générique, ainsi « peuple, individu, personne et gens » sont-ils des catégories abstraites, mais les noms de métier posent encore de nouvelles questions que la morphologie de la langue permet de résoudre quand l’article ne suffit pas comme dans les noms qui se terminent par un « e » (« une » peintre), ou ceux dont le féminin permet l’usage à un individu mâle (« sentinelle »), Bref, cela renvoie encore à la question des termes génériques qui sont, sémantiquement, englobants. Car le générique désigne des catégories qui peuvent être collectives (« nous sommes tous des juifs allemands »), conceptuelles (« le/la » polémique), ou typificatrices (« le » propriétaire) comme dans les textes administratifs.

  • 4 Elle est réglementée en France par les deux circulaires d’Yvette Roudy, (16 avril 1996) et de Lione (...)

14La féminisation des noms de métier4 ne devrait pas a priori poser de problèmes, puisqu’il est aisé de savoir si le nom renvoie à une fonction (neutralisation) ou à une personne. De toute façon, elle est maintenant acceptée, même par l’Académie.

15En bon linguiste, Patrick Charaudeau examine systématiquement de multiples cas, nourris d’autant de références à des ouvrages, et illustrés d’autant d’exemples (la question des « droits de l’homme » n’est évidemment pas oubliée (chap. 5), mais on doit le citer plus précisément sur la question du point médian (chap. 6), qui présente à ses yeux un triple inconvénient : « bouleverser graphiquement la chaîne écrite et donc (de) troubler l’orthographe, (de) jouer un rôle inverse à celui de l’adjonction de marques spécifiques pour en marquer l’alternance, et (de ) contredire sémantiquement les liens d’attribution », alors même qu’il existe de nombreuses solutions permises par la langue (parenthèses, barre oblique, doublets, etc.) , ce qui est « particulièrement dommageable pour la lecture, l’écriture et la compréhension du français »(p. 137).

16Au fond, c’est bien une question d’intelligence de l’usage de la langue qui est en jeu ici (chap. 7), car l’écriture est ici objet de polémique et non de controverse, seul moyen de rendre compte « des phénomènes constitutifs de la vie en société et du parler les groupes sociaux » (p. 164).

17Car « c’est par le langage que l’on accède à la culture et il n’y a de culture qu’avec esprit critique » (p. 165).

18Ce livre sera d’abord utile à tous ceux (étudiants, enseignants ou grand public) qui n’ont qu’une faible connaissance de la nature et du fonctionnement de la langue, car dans cette polémique sur la responsabilité de la langue dans l’invisibilité des femmes, on commet généralement une double erreur : attribuer à la langue ce qui relève de son usage dans le discours (ou de son évolution), et lier indûment le langage et son référent : vouloir changer la langue est donc, dans les deux cas, se tromper de cible. Les trois premiers chapitres sont accessibles facilement à tous les lecteurs, et leur lecture peut éviter la majeure partie des erreurs usuelles dans les propos tenus aujourd’hui sur cette question. La suite de l’ouvrage, plus exigeante, suppose une plus grande connaissance linguistique et permet d’affiner la dimension critique de ce livre.

Top of page

Notes

1 Voir son livre Le débat public. Entre controverse et polémique, Lambert-Lucas, 2018. Patrick Charaudeau est aussi l’auteur de la volumineuse, et désormais classique Grammaire du sens et de l’expression, Paris, Hachette Éducation, 1992, 927 p.

2 Charaudeau P. et Maingueneau D., Dictionnaire d’analyse de discours, Paris, Seuil, 2002.

3 Voir Bonnafous S., L’immigration prise aux mots, Kimé, 1991, 301 p.

4 Elle est réglementée en France par les deux circulaires d’Yvette Roudy, (16 avril 1996) et de Lionel Jospin (8 mars 1998),

Top of page

References

Electronic reference

Jean-François Tétu, “Charaudeau, Patrick (2021). La langue n’est pas sexiste : d’une intelligence du discours de féminisationRevue française des sciences de l’information et de la communication [Online], 22 | 2021, Online since 01 May 2021, connection on 24 September 2021. URL: http://journals.openedition.org/rfsic/11385; DOI: https://doi.org/10.4000/rfsic.11385

Top of page

About the author

Jean-François Tétu

Équipe de recherches de Lyon en sciences de l’Information et de la Communication (ELICO), Université ou UR

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search