Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22ParutionsAnheim Étienne & Foraison Livia (...

Parutions

Anheim Étienne & Foraison Livia (Éds). (2020). L’Édition en sciences humaines et sociales : enjeux et défis

Paris. Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales
Etienne Bourel
Référence(s) :

Anheim Étienne & Foraison Livia (Éds). (2020). L’Édition en sciences humaines et sociales : Enjeux et défis. Paris. Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales. ISBN : 978-2-7132-2850-6. 15 €

Texte intégral

1Paru en 2020 aux Éditions de l’EHESS, l’ouvrage dirigé par Etienne Anheim et Livia Foraison donne suite aux premiers États généraux de l’édition en SHS qui se sont déroulés les 17 et 18 juin 2019 à Paris1. Il présente, en trente-et-un courts chapitres, les versions reprises (parfois telles qu’elles, parfois remaniées) des communications qui y ont été données. Après un avant-propos et une introduction, le livre est divisé en huit parties principales, chacune ouverte par un propos introductif et se terminant par une bibliographie dédiée. Une annexe d’un seul texte termine le volume. Celui-ci contient, en outre, un sommaire, une liste des abréviations, des remerciements, la liste des contributeurs et une table des matières. Dans l’ensemble, on retrouve les contributions de la plupart des intervenant.e.s des journées de juin 2019, à l’exception notable de l’atelier sur le text mining (avec les communications d’Evelyne Broudoux et d’Alexandre Delanoë) et de quelques interventions individuelles (Anne Rasmussen pour la revue Le mouvement social, Ingrid Saillard pour les Éditions de la Sorbonne et Dominique Roux concernant le master « Métiers du livre et de l’édition » de l’Université de Caen). Les textes sont assez variés dans leurs styles et leurs apports, certains émanant de professionnel.le.s du livre et de l’édition avec des expériences variées, d’autres de professionnel.le.s des mêmes domaines ayant menés des recherches sur ces questions, d’autres encore d’universitaires ou de chercheur.se.s apportant soit leurs regards et expertises, soit présentant leurs recherches actuelles ou passées. Le format court des chapitres ainsi que les bibliographies thématiques à la fin de chaque partie assure à l’ensemble un caractère dynamique et autorise des modalités de lecture ni linéaire, ni exhaustive. Le livre en lui-même se présente comme un objet hybride, puisque paru simultanément en versions papier et électronique2 et parcouru de renvois à des sources numériques.

2Sans prétendre couvrir l’ensemble des facettes et problématiques de l’édition en sciences humaines et sociales, ce volume en propose un état des lieux sur de nombreuses questions et rassemble, au croisement des contributions en elles-mêmes et des références indiquées, une documentation jusque-là éparse. De nombreuses notes de bas de page renvoyant d’un chapitre à l’autre, une cohérence d’ensemble et une complémentarité se dégagent à la lecture. Les coordinateurs indiquent en introduction certaines limites (p. 21-22) : une focalisation sur le cas français et peu de comparaisons internationales, l’absence de représentation des métiers de la diffusion et de la distribution (même si, concernant la diffusion, des éléments et informations se retrouvent au fil des pages) et un accent (relatif, en fait) mis sur l’édition publique et sur certains discipline (histoire, sociologie, anthropologie) par rapport à d’autres (psychologie, gestion). Les chapitres sont souvent écrits dans un style direct, pouvant parfois fleurter avec le plaidoyer (Samuel Péricaud) ou donner lieu à des affirmations et déductions hâtives et emportées (p. 286-287 concernant les usager.ère.s du portail Gallica3 ou p. 259-267 concernant le rôle des éditeurs, ceci par le directeur des revues du groupe Humensis4). Plusieurs points d’accord ressortent de l’ensemble des contributions, notamment concernant l’importance de considérer l’hétérogénéité des revues par rapport au paysage éditorial présent et à propos des nuances à apporter sur la question d’une hausse actuelle des pratiques de plagiat. Inversement, des divergences s’expriment quant à la pertinence de parler d’une « crise » de l’édition en sciences humaines et sociales ou encore sur la qualité et la quantité de la documentation disponible (en premier lieu à propos de l’économie des revues).

3En introduction, Etienne Anheim et Livia Foraison indiquent que « le monde éditorial a connu en vingt ans la mutation la plus importante depuis que les sciences humaines et sociales se sont instituées du point de vue disciplinaire et universitaire, au xixe siècle » (p. 18), ceci tenant d’abord aux changements dans les institutions de recherche ainsi qu’« à une extension démographique, donc quantitative, du milieu scientifique au cours de la même période » (p. 18). De plus, les injonctions à la publication croissent. Par ailleurs, cette transformation du monde l’édition est aussi le fruit d’une « transformation des pratiques d’écritures et de lecture des textes savants » (p. 18). Les deux dernières décennies ont donc bouleversé le monde de l’édition en SHS. À l’heure actuelle, de nombreuses incertitudes entourent la situation du secteur et son devenir. La première partie du livre porte sur les « modes de publication, [la] standardisation et [la] professionnalisation de la production éditoriale ». Le texte introductif (p. 23-27) revient sur les difficultés à décrire le paysage éditorial présent, par manque de données (quantitatives et qualitatives). Les « déplacements formels et professionnels sur l’écriture des SHS restent un angle mort de la réflexion collective » (p. 24) : place de l’article, modes de narration et de présentation des résultats, influences du marché de l’édition sur les choix d’écriture. « L’application de normes et de processus professionnels fait ainsi courir le risque d’une uniformisation de la production scientifique. » À travers les six chapitres qui présentent les analyses et expériences d’éditeur.rice.s aussi bien publiques que privés, il s’agit de considérer que « toute la chaine de l’édition est finalement affectée par ces mutations qui touchent à la fois les formes textuelles et matérielles et les métiers qui les produisent, conduisant à une redéfinition des termes de "publication", de "maison d’édition", d’ "éditeur scientifique" ou d’ "éditeur professionnel" » (p. 27).

4La deuxième partie aborde les « reconfigurations de la communication scientifique », liées à l’importance du numérique notamment. En quatre textes, cinq auteur.e.s discutent l’importance des plateformes de diffusion, des dépôts d’archives ouvertes, des bibliothèques pirates ou de réseaux sociaux académiques privés ainsi que des conséquences de la loi pour une République numérique de 2016. Si de nombreux changements sont donc en cours, « l’idée que la communication des résultats de la recherche est désormais bien plus aisée et qu’elle s’élargit grâce au numérique est à nuancer » (p. 80). De plus, « les évolutions techniques du secteur s’accompagnent d’une révision des modèles économiques » ainsi que d’une remise en question du métier d’éditeur (p. 80). Via cinq textes, la troisième partie propose de réfléchir aux publications et à l’évaluation scientifique. Celle-ci est « au cœur de la politique de recherche dans les pays européens depuis le début des années 2000 » (p. 125). « Le nombre de publications, leur forme et leur lieu (revues, collections, éditeurs prestigieux, etc.) sont aujourd’hui des critères importants de mesure de la valeur scientifique » (p. 125). Plusieurs questions se posent dès lors : l’interaction entre pratiques d’évaluation et choix effectués par les éditeurs, celle de la possibilité de mesurer la valeur scientifique à partir des publications et enfin celle des critères de l’évaluation.

5La quatrième partie aborde, avec quatre chapitres, les « modèles économiques et [la] diffusion », dont l’articulation n’est pas évidente à saisir. La distinction entre éditeurs publics et privés, par exemple, n’allant pas de soi puisque les premiers tiennent compte des contraintes du marché et que les seconds peuvent bénéficier de subventions publiques. De plus, la diffusion et le lectorat évoluent également. Prenant acte du fait que le secteur de l’édition en SHS se caractérise facilement par une « fragmentation selon les disciplines et les types de publication, le clivage entre les revues et les ouvrages étant essentiel » (p. 190), « c’est la notion même de modèle dans l’édition en SHS » (p. 190) qui est interrogée ainsi que les équilibres financiers potentiels. Trois contributions réfléchissent à l’« économie des revues » dans la cinquième partie, entre « effritement de [la] base économique traditionnelle » des revues et « consommation désormais largement numérique et souvent gratuite » (p. 233). Ces enjeux posent de façon centrale « la question du travail éditorial, longtemps invisibilisé, et celle de la diffusion des revues » (p. 233), avec en toile de fond l’interrogation sur l’émergence d’un (ou plusieurs) nouveau modèle économique, ce alors que l’open access est largement promu aux échelles nationale et européenne. Ce sont ensuite les pratiques de lecture qui sont débattues par quatre auteur.e.s dans la sixième partie. En effet, « longtemps défini par son unité physique, le livre de sciences humaines et sociales se recompose désormais au gré des découpages en unités textuelles plus fines, sous forme numérique […] Parallèlement, le livre reçoit une attention accrue de la part d’éditeurs » (p. 271). Le livre est donc au centre d’une tension entre matérialité et dématérialisation, en tant qu’objet et à travers les lieux (virtuels ou physiques) qui y donnent accès. Interroger les nouvelles modalités d’accès et de circulation des textes en SHS suppose de prendre en considération les librairies, les bibliothèques et les pratiques de lecture elles-mêmes.

6L’« éthique de la publication » est l’objet de la septième partie, grâce à trois chapitres. Sur les questions de déontologie, d’éthique et d’intégrité, il serait réducteur de considérer que le domaine de l’édition se situe en aval de la recherche académique. Au contraire, il participe pleinement à la construction de la carrière du chercheur et il doit tenir compte des « évolutions techniques et législatives qui encadrent le travail de celui-ci » (p. 312). La huitième partie, « Traduction et langues », est constituée de trois contributions. Elle indique la prédominance des traductions sortantes et en présente le bilan ainsi que l’importance. L’édition en SHS étant en voie d’internationalisation, « le bouleversement à l’œuvre dans l’écriture et les langues de publication est un enjeu prioritaire pour le secteur » (p. 342). En annexe, finalement, Anne-Laure Stérin (juriste) présente « le cadre légal et ses évolutions ». En effet, « la question de la transition vers l’open access a été au cœur des évolutions réglementaires et juridiques concernant l’édition scientifique en général, et celle des SHS en particulier » (p. 367). Ces dernières années ont été marquées par un foisonnement de dispositions marquant « un déplacement des débats du cadre légal vers le cadre réglementaire » (p. 366). Ce dernier texte du livre permet de revenir sur les enjeux de diffusion ouverte, de propriété intellectuelle et de modèles économiques.

7On l’aura compris, L’édition en sciences humaines et sociales. Enjeux et défis est un livre très fourni qui apportera des éléments de réflexion concrets, des plus pratiques aux plus analytiques, aux lectrices et aux lecteurs. Un de ses principaux apports tient certainement dans sa propension à permettre de sortir d’une appréhension trop « superstructurelle » du domaine et d’en ouvrir une compréhension qui ne s’en tiennent pas aux expériences personnelles et aux opinions ad hoc. En ce sens, il pourra intéresser les professionnels du livre et les analystes spécialisés sur les problématiques éditoriales. Cependant, il s’adresse aussi, et au moins autant, aux praticien.ne.s des SHS, nécessairement concerné.e.s à des degrés divers par les enjeux de publication, que ce soit dans des formats classiques ou via des « écritures alternatives ». En dernier ressort, la qualité de ce livre tient donc dans sa dimension réflexive.

Haut de page

Notes

1 La présentation et le contenu de ces échanges (en vidéo) sont accessibles à cette adresse : https://editionshs2019.sciencesconf.org/. Une seconde édition de ces rencontres a eu lieu les 16 et 17 novembre 2020 : https://editionshs2020.sciencesconf.org/.

2 Sur la plate-forme Open Edition : https://books.openedition.org/editionsehess/28728

3 https://gallica.bnf.fr/

4 https://humensis.com/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Bourel, « Anheim Étienne & Foraison Livia (Éds). (2020). L’Édition en sciences humaines et sociales : enjeux et défis »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/11400 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.11400

Haut de page

Auteur

Etienne Bourel

Doctorant en anthropologie. Laboratoire Ladec – Université Lumière-Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search