Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22ParutionsLafleur France & Samson Ghislain ...

Parutions

Lafleur France & Samson Ghislain (dir.) (2019). Formation et apprentissage en ligne

Québec. Presses de l’Université du Québec
Marine Moreau
Référence(s) :

Lafleur France & Samson Ghislain (dir.). (2019). Formation et apprentissage en ligne. Québec : Presses de l’Université du Québec. ISBN : 978-2-7605-5087-2. 27 €

Texte intégral

1L’ouvrage Formation et Apprentissage en Ligne, dirigé par France Lafleur et Ghislain Samson, est un ensemble de communications données lors de la 27e édition de la Conférence Mondiale de l’ICDE en 2017, à Toronto. Cet ouvrage, préfacé par Daniel Perraya, propose une nouvelle vitrine de la formation à distance dans l’enseignement supérieur en précisant son objet vers l’apprentissage en ligne. La première partie, intitulée « Partage réflexif au sujet de l’enseignement à distance », en cinq chapitres, présente des pratiques testées et appuyées par des recherches et des expérimentations sur le terrain. Tandis que la seconde partie, « Potentialités pédagogiques et méthodologiques de l’enseignement à distance », en cinq chapitres également, partage des réflexions remettant en question certains outils et pratiques dans le cadre de l’enseignement à distance dans le supérieur.

2Le premier chapitre, d’Esther Delisle s’intitule : L’application empirique d’un référentiel de compétences en encadrement à distance à une population étudiante hétérogène ou l’exercice du tutorat. L’auteure, tutrice à l’Université TÉLUQ, une université d’enseignement à distance affiliée au réseau de l’Université du Québec, nous présente les compétences et techniques d’encadrement dans l’enseignement à distance. Forte de son expérience dans cette université qui propose uniquement des formations à distance, l’auteure commence son article par la liste des neuf responsabilités pédagogiques et des douze tâches listées dans la convention collective des tutrices et tuteurs de l’Université TÉLUQ. Dans un second temps Esther Delisle rappelle les techniques pour être présente dans l’absence : comment incarner la présence tutorale auprès des étudiants dans le cadre d’un enseignement entièrement à distance ? Dans un troisième temps, l’auteure nous propose des typologies d’apprenants propres à l’Université TÉLUQ : le débutant dans les études universitaires, le nomade et l’immigrant. Les typologies sont détaillées et assorties de conseils pour assurer au mieux le suivi auprès de ces derniers. Enfin, l’auteure propose en complément, une typologie des codes, culturels, générationnels et sociaux qu’il convient de prendre en compte dans le suivi des étudiants.

3Dans le chapitre suivant, intitulé : Les compétences de conseils en pédagogie de l’enseignement supérieur à distance, les auteures Christelle Charlebois, Johanne Hachey, Christiane Le Clech et Christine Simard, partagent une approche réflexive sur leurs pratiques de conseillères pédagogiques toujours à l’Université TÉLUQ. La réflexion porte sur le paradoxe d’« agir avec compétence quand on agit en rôle-conseil » (p. 26). À partir du référentiel de compétences de l’université, les auteures présentent les compétences majeures du conseil pédagogique, illustrées de leur expérience. La première de ces compétences est celle de la pratique du conseil pédagogique dans un contexte d’enseignement supérieur et de recherche, en tant qu’acteur du changement et de leader. La seconde compétence consiste en la mobilisation de l’expertise dans le cadre du conseil. La dernière compétence a trait à la compréhension de soi : comprendre son influence et comment l’utiliser dans la gestion de projet. Ce chapitre permet de mieux définir les compétences et champs d’intervention des conseillères et conseillers pédagogiques dans l’enseignement supérieur et d’apporter un guide pour leur montée en compétence.

4Le troisième chapitre, Les examens télésurveillés au domicile de l’étudiant dans la formation à distance universitaire française, rédigé par Sabine Bottin-Rousseau et Pierre Beust, porte sur deux expérimentations d’examens télésurveillés, menées à l’Université de Caen Normandie et à la Sorbonne Université de Paris, France. Chacune des expérimentations est présentée selon le contexte, le protocole et les résultats. Après une sélection des volontaires, une phase de test en amont de l’examen officiel permet de valider, lors d’un examen blanc différents prérequis. Sont alors testés, la bande passante et la webcam, la prise en main du logiciel de télésurveillance et le respect de la procédure à suivre par l’étudiant. Les résultats des expérimentations indiquent qu’ils sont très positifs, tout particulièrement parce que les étudiants retenus habitent loin du lieu d’examen. Cette solution flexible est compatible avec leurs contraintes professionnelles ou personnelles. Pour les deux universités, l’objectif est de maintenir cette solution, mais la viabilité économique du dispositif se pose. De plus les universités réfléchissent à une solution moins gourmande en bande passante pour proposer la télésurveillance d’examens à des publics dans les pays émergents.

5Dans La pédagogie de l’empathie et son impact sur les apprentissages en ligne, Mireille Hamel (Chapitre 4), partant du constat que l’empathie a des effets bénéfiques dans l’apprentissage, veut savoir s’il est possible et bénéfique d’appliquer une pédagogie de l’empathie dans une formation à distance. Après une présentation de l’empathie, d’un point de vue cognitif, puis de sa mise en pratique, l’auteure montre le contexte de l’enseignement en ligne comme le lieu idéal de la mise en place d’une pédagogie de l’empathie. En effet, un enseignement entièrement en ligne, asynchrone et autonome, permet de réduire les éléments distinctifs des individus pouvant porter à jugement. De plus, c’est un enseignement asynchrone qui permet toute la prise de recul nécessaire à cette pédagogie. Dans un troisième temps, Mireille Hamel présente les effets positifs de l’empathie, tout d’abord comme réducteur du sentiment d’isolement. Mais également comme réducteur du stress, chez l’apprenant et chez l’enseignant, car «  l’écoute empathique est nécessairement lente et réflexive, permettant de percevoir la réalité de l’expérience de l’autre » (p. 59). L’auteure conclut par les effets bénéfiques de la culture de l’empathie, permettant l’engagement étudiant et l’émergence d’une culture du bien vivre ensemble.

6Le dernier chapitre de cette première partie, Perception d’utilité du cours FEL (francisation en ligne) au Québec, de Valérie Amireault, Simon Collin et Alexandra H. Michaud, présente les résultats d’une étude exploratoire sur la perception d’utilité d’étudiants immigrants dans le cadre d’un cours de francisation en ligne. Les objectifs de ce chapitre sont de comprendre les apports d’un cours de FEL (francisation en ligne) pour l’apprentissage du français et l’intégration. Après une mise en contexte et une présentation du cours, les auteurs présentent des résultats d’études diverses sur la perception d’utilité pour les cours en ligne. Dans un troisième temps ils présentent leur méthodologie : le profil des enquêtés, l’échantillon et la composition du questionnaire, puis les résultats de l’enquête. Ces résultats permettent d’identifier les forces et faiblesses du dispositif. En ce qui concerne l’intégration linguistique les retours sont positifs, le cours de FEL étant parfois suivi dans le parcours prémigratoire, il constitue la première rencontre avec le français québécois. Tandis qu’en post-migration, c’est combiné à l’enseignement en présentiel qu’il se montre le plus utile pour les apprenants.

7La partie B, intitulée « Potentialités pédagogiques et méthodologiques de l’enseignement à distance » débute par le chapitre 6, Les enquêtes sur l’efficacité et l’appréciation de la visioconférence en enseignement supérieur, de Vincent Grenon, Françoise Larose et Guillaume Bolduc. Il est introduit par un constat : avec la diminution des fonds alloués par étudiant, la formation en ligne est un atout pour diminuer le coût de la formation. C’est également un atout pour attirer de nouveaux publics à l’Université et donc de nouveaux revenus. Ce chapitre traite de l’appréciation par les étudiants de la visioconférence dans le cadre de l’enseignement en ligne. Après une définition et une présentation du contexte actuel de la visioconférence dans un cadre universitaire, les auteurs présentent l’état de la recherche sur la place de la visioconférence dans les enseignements en ligne, avant de préciser leur démonstration sur celle de la perception des étudiants dans l’enseignement universitaire. Les auteurs regrettent que les réflexions pédagogiques sur l’enseignement en visioconférence soient encore rares, pourtant, c’est une pratique qui se généralise et qui mériterait d’être questionnée.

8Dans le septième chapitre à propos des liens entre outils technopédagogiques et conception de l’apprentissage, Serge Gérin-Lajoie et Cathia Papi, rappellent que les TIC se sont généralisés dans l’éducation, d’autant plus dans l’apprentissage en ligne. Dans ce chapitre, les auteurs constatent « le brouillage des cadres théoriques traditionnels de l’enseignement », qui « amène un besoin de catégorisation permettant l’arraisonnement de ces modèles éducatifs et de leurs impacts » (p. 100). Après un rapide retour historique sur les courants pédagogiques majeurs, les auteurs se concentrent sur le sociocognitivisme et socioconstructivisme dont les paradigmes sont compatibles avec l’enseignement en ligne. La chronologie des théories de l’apprentissage (p. 102) illustre bien la problématique soulevée par les auteurs : la multiplication des courants et des outils s’y rattachant provoque chez les enseignants une confusion nuisant à la mise en place de leurs projets pédagogiques. Ainsi la dernière partie du chapitre propose une typologie des contextes d’apprentissage et des outils assortis. Pour conclure, les auteurs ont relevé une trop grande mobilisation de certaines typologies au détriment d’autres. Ils encouragent la mobilisation des typologies d’apprentissage les moins utilisées, rendues accessibles avec la généralisation des outils techno-pédagogiques.

9Emmanuel Duplàa présente, dans les transformations d’établissement et la formation en ligne, l’agrément d’un cours entièrement en ligne dans une université de l’Ontario. L’objet du chapitre 8 porte sur la compréhension des transformations institutionnelles dans le cadre du développement d’un programme d’enseignement en ligne. Après la présentation de la méthodologie, l’auteur détaille les trois grandes étapes du projet d’agrément : de la conception du programme, à la réussite de l’agrément, avant de conclure par la reconception suite à la modification de la durée des baccalauréats d’une à deux années. L’ensemble de ces étapes est ensuite discuté au regard de la théorie, pour mieux expliquer les réussites et les échecs. Le chapitre met en exergue toute l’importance des dimensions institutionnelles et relationnelles derrière la mise en place d’un programme entièrement en ligne dans une université traditionnellement en présentiel.

10Dans le chapitre 9 sur le changement à la gouvernance de l’UQAM, France Gravelle, Frédéric Fournier, Alain Stockless et Martin Rivet, présentent la longue démarche pour construire une réelle politique numérique au sein de l’université. L’Université du Québec à Montréal (UQAM) a mis en place un ENA (Environnement Numérique d’Apprentissage) apportant beaucoup de flexibilité dans le cadre des enseignements hybrides. Cependant, les auteurs relèvent que cet outil et les pratiques associées ont soulevé des questions quant à la pédagogie à mobiliser et sur les préconisations officielles à faire par l’établissement. Après une présentation du contexte, les auteurs rappellent que les enseignements avec les outils techno-pédagogiques étaient avant tout le fruit d’initiatives personnelles ; avant de tendre, en passant par une période de débat, d’identification et d’analyse des besoins, vers un plan d’action qui implantera le numérique à l’UQAM. Ce plan permet à l’équipe pédagogique d’être officiellement financée et accompagnée pour adapter et créer des enseignements à l’ère du numérique.

11Pour clore cette seconde partie, France Gravelle, revient pour un dixième chapitre intitulé : La gestion de la transformation de son enseignement en format mixte/hybride. Elle y propose un guide sur la transformation des enseignements vers du mixte/hybride. L’auteure présente successivement les termes à connaître, les concepts principaux, puis les outils technologiques indispensables à cette hybridation. Elle rappelle aux lecteurs, potentiels enseignants, les ressources et les aides disponibles dans les universités, pour les accompagner et les former dans le processus d’hybridation. Enfin, les intérêts pédagogiques de l’hybridation sont listés. L’utilisation d’outils techno-pédagogiques requiert l’adaptation des stratégies d’enseignement mobilisées. Pour conclure, l’auteure rappelle que l’intégration de ces outils demande des efforts de la part de l’enseignant, mais cela est plus facile si ce dernier est ouvert aux services de soutien techno-pédagogiques.

12Les auteurs de cet ouvrage ont souligné les apports positifs, les faiblesses et les axes d’amélioration de la formation en ligne et des sujets de recherche à mener sur celle-ci. Ce livre présente toute la variété des voies et des orientations choisies dans diverses universités canadiennes et françaises. Dans la Postface, René Villemure indique toute la portée de ce livre : « Le monde change », par conséquent : « [p]our mieux comprendre ce monde en changement, il est essentiel de prendre une position de surplomb afin de mieux comprendre l’amplitude et la portée de ces changements » (p. 173). C’est bien ce que parvient à faire cet ouvrage, prendre de la hauteur sur les changements de la formation à distance dans l’enseignement supérieur.

13Cet ouvrage est destiné aux enseignants, ingénieurs pédagogiques, gouvernances des universités et à tout acteur de l’enseignement supérieur qui se pose des questions sur l’enseignement en ligne. La lecture apporte des réponses pratiques, réflexives et organisationnelles à plusieurs niveaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Moreau, « Lafleur France & Samson Ghislain (dir.) (2019). Formation et apprentissage en ligne »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 29 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/11469 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.11469

Haut de page

Auteur

Marine Moreau

Ingénieure pédagogique. Doctorante en sciences de l’information et de la communication à l’Université Bordeaux Montaigne, chercheuse au MICA (EA 4426) au sein de l’axe ICIN.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search