Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22ParutionsFrère Marie-Soleil (2020). Journa...

Parutions

Frère Marie-Soleil (2020). Journalismes d’Afrique

Paris. De Boeck supérieur
Sameh Chabbeh
Référence(s) :

Frère Marie-Soleil (2020). Journalismes d’Afrique. Paris : De Boeck supérieur. ISBN : 978-2-8073-3149-5. 26 €

Texte intégral

1Dans son nouvel ouvrage, intitulé, Journalismes d’Afrique, Marie-Soleil Frère, Maître de recherches au Fonds national de la recherche scientifique et professeur de journalisme à l’Université libre de Bruxelles (ULB), préfère parler des « journalismes » et des systèmes médiatiques en mettant en évidence qu’au sein du continent africain, « le journalisme » est pluriel, contrasté et dépendant des contextes locaux et des environnements médiatiques. Dans ce livre qui est le fruit d’une longue réflexion de vingt-cinq années d’enseignement et de recherche « dans les méandres des médias africains » (p. 9), Marie-Soleil Frère focalise son analyse sur l’intérêt de l’héritage historique, politique, économique et culturel qui a influencé et marqué les pratiques journalistiques et les systèmes médiatiques en Afrique.

2À partir de ces éléments, elle replace ces systèmes médiatiques dans leur contexte tout en proposant, dès son introduction à ce livre, de citer quelques événements majeurs véhiculés par les médias africains. Elle montre que dans l’arrière-plan de ces événements se cache une histoire médiatique diversifiée, s’étendant sur plus de deux siècles, ayant abouti à des situations contrastées des systèmes médiatiques africains. C’est aussi, à travers les évolutions des médias africains que « l’histoire politique, économique et sociale de l’Afrique se donne à lire » (p. 14). Afin de comprendre tous ces éléments, qui ont permis de replacer les médias dans leur contexte et étendre la réflexion sur le journalisme à des questions nouvelles, Marie-Soleil Frère a choisi une méthodologie rigoureuse se fondant sur l’observation, sur les témoignages des journalistes africains et sur une littérature grise ample concernant le domaine de la communication et des médias du continent africain. L’auteure aborde les médias africains francophones en tant qu’éléments d’un système qui met en jeu l’ensemble de ces acteurs, « dans et hors des rédactions » (p. 16).

3Ce livre se compose de sept chapitres indissociables fournissant des éléments d’analyse et de réflexion sur la réalité journalistique en Afrique. Les trois premiers chapitres présentent les séquences historiques qui ont contribué à l’apparition de « journalismes » en Afrique. Ils s’attacheront à explorer le contexte historique d’émergence des médias africains, les différentes idéologies qui ont marqué l’évolution du secteur depuis les indépendances et les évolutions politiques et technologiques récentes. L’aperçu historique permet, dans le chapitre quatre, de déceler les nouveaux rapports des médias de l’Afrique Francophone aux pouvoirs publics et aux systèmes politiques. Le cinquième chapitre montre que cette histoire de l’émergence et de développement des médias d’Afrique francophone permet aussi d’appréhender comment cet héritage peut encore influencer aujourd’hui la production de l’information, les pratiques des journalistes africains et leur identité professionnelle. Le chapitre six, explique comment cette histoire donne enfin des éléments pour décrypter les contraintes financières et économiques qui pèsent sur le secteur médiatique. Enfin, le chapitre sept, s’attache à étudier la question du rapport des médias à leurs publics.

4Le premier chapitre montre comment les dynamiques de l’histoire ont influencé la formation des systèmes médiatiques actuels et le déploiement des instruments de communication. Ce chapitre explique qu’avant la colonisation et avant même l’apparition des médias modernes, il existait déjà, en Afrique, des vecteurs traditionnels de circulation de l’information, qui « restent des vecteurs importants d’information, comme le chant, la danse, les contes, les langages tambourinés ; des « médias d’endogènes » (p. 31). En s’inscrivant toujours dans cette approche historique et contextuelle, Marie-Soleil Frère revient sur l’histoire coloniale et pré-coloniale de l’Afrique et l’apparition des premiers médias modernes afin de saisir la configuration du secteur médiatique actuel, qui est resté imprégné par cette histoire. Ce choix méthodologique est justifié par l’intérêt de mettre en évidence les différents contrastes et divergences qui continuent à se manifester entre les médias des territoires africains, sous domination belge ou française, et ceux des espaces anglophones voisins. Mais au-delà de ces différences, la presse des espaces francophones et anglophones a fait souvent, jusqu’aux indépendances des pays, l’objet de censure administrative, financière et d’autres formes de sanctions (p. 67).

5Le deuxième chapitre aborde cette question des transitions démocratiques et du pluralisme de presse, mais aussi du contrôle et du monopole des médias par les nouveaux gouvernements. Cette mainmise aboutit, en quelques années, à « des paysages monolithiques » (p. 73). Comme souligne Marie-Soleil Frère, l’argument de l’union nationale constitue l’injonction principale justifiant les restrictions en matière de liberté d’expression et de presse (p. 76). Ce contrôle des informations devient, selon « le paradigme développementaliste » (p.83), primordial pour construire les nouveaux États d’Afrique et assurer le progrès social et économique. Dans cette même logique, la théorie de la modernisation, appelle à rattraper le retard enregistré en Afrique, par rapport à l’Occident, par l’adoption des innovations technologiques et la modification de certains comportements. Cependant, pour contourner cette mainmise étatique, des voies de détournement de la parole ont été créées, ce que l’auteure qualifie de « politique par le bas ». Il s’agit d’un nouveau paradigme apparu vers la fin des années 1980 (p. 105). Ainsi, les théories de la modernisation, du développement et de la dépendance, ont été fortement critiquées par les nouveaux courants issus des « cultural studies ». Marie-Soleil Frère note enfin que les pratiques journalistiques et les contenus des médias, portent encore les empreintes et l’héritage que nous repérerons dans les chapitres suivants à travers les discours contemporains.

6Partant de l’idée que les médias et leurs différents acteurs font partie d’un système (p. 16) au sein duquel, ils entretiennent des relations avec d’autres acteurs (médiatiques, sociopolitiques, économiques...), le troisième chapitre met en lumière les particularités ainsi que les traits communs des paysages médiatiques africains. Au début des années 1990, le continent africain a connu des réformes démocratiques qui ont influencé le secteur médiatique. Comme montre ce chapitre, ces réformes ont donné lieu à un bilan mitigé des processus de transition politique, mais aussi à une ouverture vers les médias privés et vers le libéralisme médiatique. La scène médiatique a connu l’apparition des journaux, radios, télévisions, médias en ligne et des nouveaux outils technologiques. Ces outils ont accompagné le changement des pratiques journalistiques et les manières de production de l’information. Les systèmes médiatiques ont connu le pluralisme mais ils restaient tout de même consternés par des contraintes et des freins empêchant chaque média, comme le rappelle Frère, de constituer son propre « espace public inclusif » (p. 155).

7Pour un repérage éclairant relatif aux relations actuelles des pouvoirs publics avec les médias d’Afrique, Marie-Soleil Frère focalise sa réflexion, dans le quatrième chapitre, sur l’environnement générale de l’Afrique francophone et celui de la liberté de presse. Puis elle présente en détail les quatre instruments mobilisés par les pouvoirs publics dans ce rapport médias/autorités publiques qui sont : la législation et la réglementation ; les instances de régulation, les médias publics et les dispositifs d’aide publique à la presse privée. Elle analyse les nouvelles contraintes de libéralisation de la presse et des médias qui ont entraîné une reconfiguration du rôle de l’État et des relations d’interaction entre les journalistes et les pouvoirs publics. Le pluralisme des médias est garanti via un cadre légal et réglementaire permissif. Cette liberté de presse et d’expression a donc été « gagnée », par le secteur médiatique, mais elle a aussi été « octroyée » et « conditionnée », pour se retrouver ensuite « encadrée » par l’autorité publique (p. 162). Les systèmes médiatiques tendent alors, vers une configuration « libérale autoritaire ». Ils sont qualifiés de « libéraux autoritaires », ou de « pluralistes autoritaires » (p. 204), où « les pouvoirs publics mobilisent des stratégies sous-jacentes pour limiter la capacité des médias à jouer les contre-pouvoirs » (p. 205).

8À cette question de l’intervention des autorités publiques dans le système médiatique, le chapitre suivant propose de répondre. Il aborde le groupe des journalistes d’aujourd’hui en Afrique francophone subsaharienne. Il revient, dans l’analyse, sur les évolutions politiques et médiatiques et sur l’apparition des médias privés en Afrique francophone. Ces évolutions ont fait émerger de nouveaux modèles journalistiques, de nouvelles approches pour exercer le métier et de nouvelles perceptions du rôle des journalistes. Ces derniers revendiquent de nouvelles missions : contre-pouvoir, animateurs du débat démocratique, chiens de garde de la démocratie, relais de la société civile, voix des sans voix, ou porte-parole de la population, communicateurs de proximité, journalistes de « paix », etc. En outre, la question de la formation des journalistes, l’accès à la profession, le statut juridique du journaliste, a été discutée. La question de l’identité et de la déontologie journalistique, a aussi été réfléchie. La déontologie, les associations, les syndicats et la formation sont, comme souligne Frère, des dynamiques collectives intrinsèquement liées (p. 211). Néanmoins, ce processus de consolidation identitaire du groupe des journalistiques a été confronté à plusieurs défis liés à son héritage historique, à son environnement et à son rôle dans la société. Les organisations professionnelles collectives rencontrent, elles-aussi des difficultés liées à des tentatives d’instrumentalisation politique, de division interne, de précarité,... D’où la difficulté de trouver et de maintenir un consensus professionnel entre les médias politiquement engagés et les médias financièrement concurrents.

9Sur cette problématique de financement et d’économie des médias, l’avant-dernier chapitre de l’ouvrage prolonge l’analyse. Il montre la négligence du domaine de l’économie dans l’étude des médias d’Afrique subsaharienne francophone. La chercheure analyse, dans une approche socio-économique, les cinq paramètres essentiels pour le renforcement économique des médias d’Afrique : le statut légal des entreprises ; les moyens de production matériels et humains ; les capacités de diffusion ; les modes de financement et l’aide internationale apportée par les coopérations bilatérales ou par les ONG. Elle parvient à dessiner les traits essentiels des marchés de l’économie des médias. Ces marchés diffèrent largement d’un pays africain à un autre, mais ils ont tous rencontré des obstacles qui reflètent l’économie générale du continent (p. 260). Les entreprises médiatiques, notamment celles de la presse écrite, possèdent des moyens humains, financiers et techniques insuffisants et rudimentaires. Elles souffrent d’un manque d’investissement à long terme (p. 298). Néanmoins, la radio apparaît généralement comme une entreprise plus durable, le petit écran, demeure un média privilégié de Big men. La réussite économique des télévisions privées reste nuancée et les émissions télévisuelles sont de qualité médiocre (p. 299).

10Quant aux médias en ligne, s’ils ont trouvé un équilibre financier, leur public demeure limité. Question épineuse à laquelle Frère tente d’y répondre dans le dernier chapitre intitulé Les médias d’Afrique et leurs publics. Enfin, une attention spécifique sera accordée aux rapports entre les médias et leurs publics, dans un environnement où les médias ont souvent été mis en avant comme des moteurs du changement social, susceptibles d’influencer les comportements individuels et collectifs et les pratiques quotidiennes. Ce dernier chapitre met en exergue le rôle des médias africains comme acteurs sociaux et politiques qui sont amenés à devenir « acteurs à part entière » (p. 301). Leur rôle ne consiste pas seulement dans la diffusion et la circulation de l’information et des discours, mais, aussi dans « l’agir » (p. 301).

11Pour conclure, Marie-Soleil Frère a exposé, dans ce livre, les caractéristiques essentielles des paysages médiatiques de l’Afrique francophone subsaharienne en se basant non seulement sur des références issues des expériences européennes et nord-américaines, mais surtout en fournissant des éléments de construction des grilles de lecture adaptées aux systèmes médiatiques des pays africains. Ces médias sont les résultats d’une histoire longue et des interactions entre les différents acteurs décrits tout au long de ce livre. L’auteure parle surtout des « systèmes », car « les nuances des interactions sont nombreuses entre les différents pays, et au sein d’un même État » (p. 339).

12Nous retenons particulièrement, dans cette lecture, deux approches convoquées expliquant la figure des « publics » dans l’analyse des systèmes médiatiques africains : l’analyse des effets et l’analyse de réception. De ce fait, les publics sont en fin de compte des sujets d’histoire ayant une place bien définie dans le système médiatique, d’après les différentes idéologies qui ont marqué l’histoire de l’Afrique francophone (abordée dans les trois premiers chapitres de ce livre). Dans le quatrième chapitre, les « publics » sont considérés comme des citoyens ayant un lien avec les pouvoirs politiques et publics et dont les médias sont les intermédiaires. Ils sont aperçus comme des possesseurs du droit à l’information, (dans le cinquième chapitre), et comme des consommateurs impliqués dans le marché des médias, (dans le sixième chapitre). En abordant la question des effets des médias, surtout de leur influence négative sur les publics, notamment dans des contextes de conflits (p. 329), un « contre-modèle » a été développé en Afrique, qualifié de « journalisme de paix » (p. 332).

13Face à cette multiplicité, ce travail de synthèse cherche à comprendre et à identifier les concepts et les dynamiques à partir desquels chaque système peut être pensé. Sans prétendre à l’exhaustivité et pour éclairer les systèmes médiatiques d’Afrique francophone, la chercheure expose le répertoire scientifique et méthodologique concernant les médias d’Afrique en souhaitant que ce livre puisse nourrir la réflexion de tous ceux qui espèrent contribuer à construire l’avenir des journalistes d’Afrique. Un background de plus de cinq cents références, scrupuleusement choisies, près d’une cinquantaine d’illustrations fondées, constituent ainsi un répertoire de qualité, qu’accentue la pertinence de l’analyse de l’auteure, indispensable désormais aux (étudiants, chercheurs, historiens, journalistes, enseignants du journalisme, journalistes, historiens, consultants...), qui souhaitent mieux comprendre, consulter et étudier les médias africains. Ce livre permettra aussi aux politologues, aux sociologues de disposer des clés de décryptage du discours véhiculé par les médias locaux. Quant aux acteurs et institutions de coopération, de développement, d’appui et d’aide aux médias africains, ils ambitionnent, à travers cette synthèse, de bien saisir les spécificités de l’environnement médiatique local et d’utiliser les médias africains « pour « transformer les êtres et les vies » (p. 13). Enfin, la pertinence des pistes d’analyse développées sous un angle régional, ainsi que le fondement du raisonnement, offrent pour tout acteur social, responsable politique, décideur…, la matière nécessaire pour interroger sa propre réflexion et contribuer au débat autour des enjeux et des jeux d’acteurs des médias africains.

14C’est là aussi tout le mérite de la synthèse proposée par Marie-Soleil Frère dans Journalismes d’Afrique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sameh Chabbeh, « Frère Marie-Soleil (2020). Journalismes d’Afrique »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le 01 mai 2021, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/11483 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.11483

Haut de page

Auteur

Sameh Chabbeh

Enseignante et chercheure en Sciences de l’information et de la communication à l’université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search