Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23ParutionsFlipo Fabrice, Rondot Camille & T...

Parutions

Flipo Fabrice, Rondot Camille & Tufano Antonella (Dirs). (2020). Smart Cities : Vers de nouvelles organisations ?

Presses des mines. Paris
Allison Guiraud
Référence(s) :

Flipo Fabrice, Rondot Camille & Tufano Antonella (Dirs.). (2020). Smart Cities : Vers de nouvelles organisations ? Presses des mines. Paris. ISBN : 978-2-35671-623-1. 45 €

Texte intégral

1Ce onzième volume de la Revue Management des Technologies Organisationnelles (MTO) est consacré à la notion de smart cities. Fabrice Flipo, Camille Rondot et Antonella Tufano ont rassemblé dans ce dossier neuf contributions réparties en deux parties thématiques : « Émergence et transformation des métiers dans la smart city » et « La smart city entendue comme un nouveau territoire ». La richesse de ce dossier réside dans la diversité des contributeurs et contributrices (chercheur-e-s et professionnel-le-s) proposant des approches théoriques et empiriques des problématiques liées à smart city. Cette démarche pluridisciplinaire et pluriprofessionnelle permet d’aborder la thématique de manière assez globale et met en lumière, à travers des terrains variés, des enjeux communs (économiques, politiques, scientifiques, professionnels etc.) à divers secteurs d’activités impliqués dans le développement et la définition des smart cities.

  • 1 Antoine Picon, Smart cities. Théorie et critique d’un idéal auto-réalisateur, Paris, éditions B2, c (...)

2À la lecture de ce dossier, et plus généralement de la littérature sur le sujet, il semble difficile de trouver une définition unanime de la smart city tant le terme circule depuis plusieurs années dans les différentes sphères de la société (médiatique, politique, industrielle, universitaire). Issue des phénomènes de mondialisation et de globalisation, on peut situer l’apparition de la notion vers la fin des années 1990 et le début des années 2000, à la fois dans des travaux de recherche et dans les discours des industriels. La notion de smart city réfère à une logique de développement urbain basée sur les technologies de l’information et de la communication qui a pour objectif l’optimisation des ressources de la ville et l’amélioration des conditions de vie des citoyen·ne·s. Mais, le terme smart city renvoie aussi à une panoplie d’imaginaires, de discours et de formules rhétoriques issues des mythologies du numérique et relevant parfois de la fiction autoréalisatrice1.

3L’objectif annoncé du dossier est de « définir et redéfinir la smart city » (p. 8) dans une perspective critique, avec cette question posée en introduction : « quel est l’écart entre les promesses et la réalité ? » (p. 7). Si l’on peut regretter l’absence, en ouverture, d’une analyse de discours qui permettrait d’identifier clairement les promesses de la smart city à un niveau global, les différentes contributions donnent aux lecteur·ice·s un aperçu de ses prétentions et applications à la fois dans différents secteurs d’activités et pour la ville. Les articles présentés permettent de dresser un état des lieux de l’introduction de nouvelles technologies et de nouvelles pratiques professionnelles qui transforment les organisations et la manière d’aborder la ville et ses usager·e·s.

4La première partie de ce volume illustre l’importance de l’adoption de logiques gestionnaires centrées sur l’humain et non sur les technologies. La bonne appropriation de ces dernières par leurs utilisateur·ice·s est essentielle au niveau des organisations. La seconde partie quant à elle nous montre comment, en s’éloignant des discours circulants et des imaginaires, la notion de smart city peut faire référence à un réel projet d’amélioration des différentes facettes qui composent l’espace urbain (vie quotidienne, mobilité, santé, emploi, etc.)

Technologies et pratiques professionnelles

5La première partie du dossier intitulée « Émergence et transformation des métiers dans la smart city » aborde la question de la smart city sous l’angle des technologies et des professions à travers cinq cas singuliers. Ces études de cas permettent de dresser un constat transversal : l’insertion et l’utilisation des technologies de l’information et de la communication transforment les pratiques professionnelles au sein des organisations.

6Le premier article, « Quel métier pour le régisseur de musées à l’aune des nouvelles technologies ? L’émergence d’un nouveau professionnel de la smart city culturelle. » de Delphine Maurant, Isabelle Bories-Azeau et Agnès Mazars-Chapelon, questionne les nouvelles pratiques professionnelles des régisseur·euse·s de musées induites par l’introduction de technologies organisationnelles. Les autrices nous montrent l’évolution d’un métier vers une professionnalisation accrue, notamment grâce à l’appropriation d’outils numériques et au rôle moteur de la communauté des profesionnel·le·s.

7Dans « Smart Cities et parcours de soins. Projet de laboratoire de proximité City Labs. », Anne Souêtre et Damien Gruson font l’analyse d’un projet de prise en charge des patient·e·s atteint·e·s de maladies chroniques. Ce projet expérimental, en s’insérant pleinement dans la ville utilisée comme un laboratoire, propose un nouveau modèle d’organisation qui transforme les pratiques professionnelles et personnelles des divers·e·s acteur·ice·s impliqué·e·s (professionnel·le·s de santé, patient·e·s). L’analyse révèle également les difficultés (techniques, matérielles, humaines, financières) et l’enjeu que leur résolution constitue pour la mise en place d’un projet viable qui s’insérerait dans une dynamique de ville dite intelligente.

8L’article suivant, « Évolution de l’offre numérique de tourisme : une étude de cas dans la région PACA. » de Arnaud Maes, interroge la construction de l’attractivité du territoire (smart destination) par les offices de tourisme de la région PACA. Une enquête sur le temps long (entre 2010 et 2018) interrogeant les pratiques numériques des offices de tourisme permet d’analyser les évolutions des organisations et des pratiques professionnelles. Les résultats montrent la professionnalisation du secteur en direction de la communication numérique. Selon l’auteur, les pratiques des professionnel·le·s, en s’appuyant sur les outils numériques, doivent s’orienter vers un travail en réseau sur le territoire et mobiliser la notion de valeur symbolique (expérience, authenticité, etc.) auprès de la clientèle afin de se démarquer dans un secteur hautement concurrentiel (concurrence entre les régions mais aussi entre les acteur·ice·s des secteurs privés et publics du tourisme).

9« Vers une réingénierie des entreprises africaines de services. Cas d’un hôtel au Cameroun. » de Jules Roger Feudjo, Franck Talom et Martial Kadji, rend compte des difficultés de mettre en place un nouvel outil technologique (ici un progiciel) au sein d’une organisation. L’article montre l’importance capitale de l’appropriation de l’outil par les personnes travaillant au sein de l’entreprise ; et, de ce fait, l’importance de l’accompagnement humain et matériel dans l’introduction d’un tel outil.

10Enfin, le dernier article de cette première partie, « La ville intelligente. D’une approche basée sur la technologie à une approche centrée sur les citoyens ? » de Kamila Ghidouche Aït-Yahia et Gilles N-Goala, permet d’identifier les attentes et imaginaires autour de la smart city à partir d’un cas d’étude : le projet Alger Smart City. Cette analyse nous montre d’une part que le projet de développement d’une smart city constitue un enjeu économique, politique et social fort pour les auteur·ice·s impliqué·e·s. D’autres part, elle identifie les représentations que ces dernier·e·s ont de la smart city où les technologies sont au centre et les citoyen·ne·s sont considéré·e·s comme « une cible ou un alibi plutôt qu’une personne ressource. » (p. 124). Les personnes interrogées lors de l’enquête attendent de la smart city qu’elle dynamise un écosystème (entreprises, politique, recherche) œuvrant sur la qualité de vie des citoyen·ne·s.

11Ce dernier article est essentiel pour la bonne compréhension des enjeux soulevés par ce dossier car, en plus d’identifier de manière claire les représentations et les limites de la smart city, il propose un état de l’art particulièrement intéressant et fourni en ressources bibliographiques sur l’évolution de la notion de smart city (approches, définitions, limites). La mise en exergue de l’importance des logiques bottom up et de la prise en compte de l’ensemble des acteur·ice·s dans un projet de ville dite intelligente fait écho aux articles précédents. En effet, c’est bien l’humain qui est revendiqué dans la mise en place de stratégies smart. Le bon déroulement des projets dépend des capacités d’adaptation et d’appropriation des technologies par les professionnel·le·s et les usager·e·s de la ville.

Technologies et territoires

12La seconde partie du dossier intitulée « La smart city entendue comme un nouveau territoire » questionne l’organisation des villes intelligentes. Les différentes contributions de cette partie proposent de réintroduire la dimension citoyenne au cœur du modèle smart city qui souffre parfois de visions trop technocentrées.

13Pour ouvrir cette seconde thématique, l’article « De la Smart City aux fab/lab-scapes. Les tiers-lieux et les nouvelles organisations de l’espace urbain. » de Antonella Tufano aborde le rapport entre les tiers-lieux et la smart city avec une approche critique. Les tiers-lieux sont des espaces ouverts alternatifs de sociabilité, de travail et de créativité ; ils sont décrits comme des lieux “anti-smart city” (p. 89). À travers eux, l’autrice questionne l’intelligence collective (dans une logique bottom up) comme mode d’organisation ; c’est alors le statut et la fonction des tiers-lieux dans la ville qui sont interrogés dans le cadre d’une possible nouvelle fabrique de la culture urbaine.

14Le deuxième article, « Du bassin de vie à la Smart City. Smart City, entre intelligence technologique et vivacité humaine. » de Igor Crévits et Cécile Hémery, propose de s’intéresser à la production et la gestion des données dans un Système d’Information (dispositif sociotechnique qui permet de collecter, traiter et communiquer des données) comme support de la smart city. Ces auteur·ice·s adoptent une approche systémique de la ville considérée comme un système composé d’usages définis dans un espace-temps. Il et elle montrent, à l’aide de deux cas d’étude de gestion territoriale urbaine, que la production de données individualisées de qualité, notamment à l’aide des technologies mobiles, est l’enjeu essentiel pour le développement d’un Système d’Information soutenant le développement de villes dites intelligentes.

  • 2 Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour, Sociologie de la traduction : Textes fondateurs, P (...)

15L’article « Green Buildings and Smart Cities. » de Olivier Fenianos, Carla Khater, Sylvie Gerbaix et Johnny Fenianos s’intéresse à l’aspect écologique de la smart city. Les auteur·ice·s définissent la smart city comme un territoire impliqué, voire moteur, du développement durable. Une approche par la théorie de l’acteur réseau2 montre que bâtir une ville dite intelligente repose sur un système complexe de relations humaines et non-humaines. En prenant pour cas d’étude le Liban, il et elles questionnent la place des labels dans le développement de constructions et de quartiers écologiques. Enfin, les auteur·ice·s soulèvent l’importance de l’implication des pouvoirs publics, déterminante pour la réussite de tels projets.

16Dans l’ultime article intitulé « Le développement des Smart Cities : quels enjeux pour les entreprises ? », Franck Debos interroge la smart city comme modèle de développement des villes. À partir d’entretiens réalisés auprès d’acteur·ice·s issu·e·s d’entreprises et de collectivités territoriales, l’auteur identifie quatre orientations (enjeux et attentes vis-à-vis de la smart city) : la performance des services publics et des infrastructures ; la stimulation de l’économie par les partenariats public/privé ; l’implication des citoyen·ne·s ; l’ouverture des données publiques (logique open data). Ces orientations seraient alors un fondement essentiel pour le bon développement d’une smart city.

17L’auteur de ce dernier article propose une approche critique et raisonnée de la smart city. Le point de vue défendu est de dépasser les effets d’annonce et de labellisation pour appréhender réellement les enjeux et les potentialités de la mise en place d’outils et de services adaptés à chaque territoire voulant aller vers le modèle smart city. Les quatre contributions de cette seconde partie convergent sur la nécessité d’allier les technologies de l’information et de la communication, indissociables de la smart city, à une forme d’intelligence collective émanant des usager·e·s de la ville accompagnés par les acteur·ice·s des mondes politiques et industriels.

Appropriation, adaptation et intelligence collective : l’enjeu social de la smart city

18En conclusion, ce volume de la Revue Management des Technologies Organisationnelles ouvre des perspectives pour penser autrement ce qu’on appelle l’intelligence de la ville. Les technologies, si elles sont mises au service des problématiques locales et des citoyen·ne·s, et non dans un seul but de marketing territorial, peuvent contribuer à développer des services et des outils améliorant la vie urbaine. Un thème en particulier se dégage des contributions de ce dossier : la notion d’écosystème y est centrale. Les technologies rassemblent des hommes et des femmes autour de projets et permettent la mise en commun de savoirs et de savoir-faire.

19Ce dossier invite les lecteur·ice·s à s’éloigner des visions technocentrées et technophiles pour repenser l’enjeu social et humain (démarche d’intelligence collective) qui est central pour tendre vers des villes dites intelligentes. À ce sujet, Franck Debos évoque dans son article « les limites du techno-solutionnisme à savoir, la croyance que les dispositifs techniques sont les seuls à répondre aux problèmes des villes, en laissant de côté les autres paramètres et notamment le facteur humain. » (p. 147). Il s’agit d’identifier les pratiques professionnelles et les usages des citoyen·ne·s ainsi que leurs problématiques spécifiques dans le but de les prendre pleinement en compte dans la création et la mise en place de dispositifs technologiques (Système d’Information, Intelligence Artificielle, etc.). Cette démarche permettrait d’établir des systèmes utiles, adaptés aux spécificités des territoires et pérennes pour construire des smart cities viables réellement smart sur le long terme.

Haut de page

Notes

1 Antoine Picon, Smart cities. Théorie et critique d’un idéal auto-réalisateur, Paris, éditions B2, coll. « Actualités », 2013, p. 120.

2 Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour, Sociologie de la traduction : Textes fondateurs, Paris, Presses des Mines, 2006, p. 401.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Allison Guiraud, « Flipo Fabrice, Rondot Camille & Tufano Antonella (Dirs). (2020). Smart Cities : Vers de nouvelles organisations ? »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/11563 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.11563

Haut de page

Auteur

Allison Guiraud

Doctorante en sciences de l’information et de la communication au Centre Norbert Elias (UMR-CNRS 8562) à Avignon Université.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search