Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23ParutionsLe Deuff Olivier (2019). Riposte ...

Parutions

Le Deuff Olivier (2019). Riposte digitale : Pour des maîtres d’armes des réseaux

Publi.net. Paris
Chancelin Wabo
Référence(s) :

Le Deuff Olivier (2019). Riposte digitale : Pour des maîtres d’armes des réseaux. Publi.net. ISBN 978-2-37177-582-4

Texte intégral

1Olivier Le Deuff est Maître de conférences HDR en sciences de l’information et de la communication à l’université de Bordeaux Montaigne, Laboratoire MICA. Depuis près d’une décennie, ses travaux se focalisent entres autres sur le digital, les cultures digitales/numériques. C’est dans le sillage de ces précédentes publications, qu’il a publié en 2019, un ouvrage intitulé : « Riposte digitale : Pour des maîtres d’armes des réseaux » et édité par Publi net.

2L’ouvrage est un travail de 160 pages et divisé en huit chapitres. Dans un style accessible, le rédacteur plonge le lecteur dans le labyrinthe du digital/numérique ou des « environnements connectés » qui nécessite une maitrise pour accéder à l’information dans un contexte de « guérilla informationnelle ».

3Dans l’introduction intitulée (une maitrise entre art et déprise), l’auteur plante le décor en éclairant le concept de « maitrise » au cœur de l’ouvrage. Dans une posture constante, le rédacteur affirme que la maitrise totale des environnements connectés est une utopie. Le fait d’être « digital natives » ne suffit pas pour maitriser internet et le Web. « Nul n’est Tim Berners-Lee de façon spontanée », pense-t-il. (p. 19). Bien plus, il n’y a donc pas de « maitrise exhaustive », plutôt de « maîtrise relative » de l’univers connecté. « La maîtrise exhaustive est illusoire désormais, car elle est trop délimitée et dépassée », affirme-t-il. (p. 16). Il faut faire preuve d’humilité numérique ou digitale, lorsqu’on parle de maitrise du monde connecté. C’est en trébuchant qu’on apprend. Ainsi, Le Deuff définit la maitrise comme « l’art de savoir reconnaître ses limites, ses erreurs et ses difficultés » (p. 16). La maitrise doit être appréhendée comme une culture ou plutôt un art.

  • 1 Simondon Gilbert est un philosophe qui a travaillé sur l’individu. Il est le penseur du concept ind (...)

4Le premier chapitre (Maitrise et culture de soi dans l’agir réputationnel) se concentre sur l’art de soi ou du soi dans la démarche de la maitrise des environnements connectés. Le culte de l’égo et le souci de soi ne font pas bon ménage pour une maitrise digitale. Dans un contexte où la documentation est constituée de façon poussée des contenus individuels, l’art de soi ou du soi comme l’indique Olivier, « oblige à penser l’individu, non pas comme une marque, mais plutôt comme un média, non pas au sens de média traditionnel, mais en tant qu’enjeu de médiations ». (p. 30). Dès lors, l’individu n’est pas considéré comme un objet marketing (personnel branding), mais comme un média, sous le prisme de la médiation (identitaire). Tout comme Simondon1, l’auteur de l’ouvrage qualifie ce processus d’appréhension de l’individu, « individuation », totalement différent de l’individualisme. Le premier s’inscrit dans le temps avec des effets à long terme et le second s’inscrit dans l’immédiat avec des rendements éphémères. Cela participe à la construction de l’agir réputationnel qui constitue à inscrire son nom, comme preuve de sa présence dans le web. Il faut être présent où les individus passent et inscrivent leur nom dans l’histoire. Et il n’y a pas de réputation totale, plutôt de réputation relative. Toutefois, la réputation est volatile et peut souvent jouer en notre défaveur et il faut faire attention dans la construction de sa réputation. Par ailleurs, l’écrivain nous fait comprendre que notre réputation se construit aussi avec celle des autres.

5Le deuxième chapitre (Des savoirs anciens) montre qu’il n’y a pas d’opposition entre les traditions intellectuelles et techniques. Les savoirs que les maitres d’armes des réseaux développent sur la maîtrise des arts digitaux ne sont pas en opposition avec les savoirs anciens. Ils s’inscrivent dans le prolongement des traditions intellectuelles et techniques. Les générations d’aujourd’hui ne sont les seules à vivre la surinformation et à développer des mécanismes pour retrouver l’information. Même les générations antérieures ont connu aussi la surinformation et avaient mis sur pieds des moyens pour retrouver l’information. Il s’agit de la tradition mnémotechnique ou tradition de l’écriture. D’après l’auteur, « cette tradition repose sur le fait d’utiliser des outils pour faciliter le processus intellectuel et notamment des outils mnémotechniques pour mieux se souvenir ou pour mieux retrouver l’information ». (p. 55). Le rédacteur de l’ouvrage illustre la continuité entre les traditions intellectuelles et techniques par la croissance de l’hypomnèse (enregistrement de la mémoire externe), à travers ses hypomnemata (dispositifs de mémoire externe) qui connaissent une modification diachronique. Nous sommes passés des hypomnemata traditionnels (livre, carnet etc) aux hypomnemata modernes (smartphones, ordinateurs, réseaux sociaux etc). Cet exemple montre qu’il n’y a pas de rupture entre traditions intellectuelles et techniques.

6Le troisième chapitre (Digital plutôt que numérique) éclaire les concepts de digital et de numérique. L’auteur porte son choix sur l’emploi du concept digital. Il avance 10 raisons qui lui font privilégier l’emploi de digital par rapport à celui de numérique et qu’il prend la peine d’expliquer.

7Le quatrième chapitre (Données, informations ou documents ?) propose une réflexion sur les concepts de Données, informations, documents… Olivier Le Deuff nous montre que dans la société de l’information actuelle, ce sont des concepts protubérants, appréhendés en fonction des contextes. Pour lui, l’histoire de la société de l’information n’est seulement celle de l’informatique, mais de l’ensemble des technologies de l’information et de la communication et qu’elle n’est donc pas si récente, comme nous pouvons le penser. Bien plus, il met l’accent sur la maitrise de l’information dans un contexte d’ambiguïté informationnelle. Pour y parvenir, il faut une maitrise technique, des données et métadonnées, une maîtrise du web et des objets connectés, des registres ou enregistrements. Il privilégie la méthode de vérification personnelle pour limiter les dégâts.

8Le cinquième chapitre (Des maîtres ?) se focalise sur la notion de maitre également au cœur du livre. Le rédacteur souligne qu’en dehors d’avoir des compétences et des savoirs, le maitre doit faire preuve de modestie ou d’humilité. Il décline la maitrise des réseaux socio-numériques en quatre (04) points : le maitre fait face au marché de la frustration ; le maitre de l’art de la « disputatio » ; le maitre de la présence et de l’absence et le maitre des clés. Nous résumons les trois premières qualités en précisant que le d’armes des réseaux ne doit pas noyer son autorité dans le populisme, ne doit pas chercher nécessairement à tout prix convaincre l’autre, mais comprendre ce que l’autre exprime sans nécessairement juger et savoir s’effacer en temps opportun. « Le maître est avant tout un savant armé qui choisit ses combats. Mais il ne s’agit pas d’un combat permanent dans la mobilisation des espaces médiatiques, mais plutôt de manifestations durant certaines périodes et de la capacité à se mettre en retrait, c’est-à dire à ne pas confondre le fait de défendre des causes avec l’envie d’être sur le devant de la scène », résume l’écrivain. (p. 98). Pour la quatrième qualité, nous pouvons retenir que le maitre est le garant et le médiateur des savoirs. Il co-construit les savoirs et connaissances dans le but de comprendre et non d’apprendre. Ainsi donc, l’essayiste affirme que : « le maître est donc celui qui possède plutôt les clefs d’entrées et d’analyse plutôt que tous les savoirs. Cette maîtrise suppose non pas une connaissance de type exhaustive, mais relative au contexte et à la situation. C’est alors une capacité à mobiliser les savoirs requis et les savoir-faire nécessaires selon la situation dans laquelle on se trouve ». (p. 101-102).

9Le sixième chapitre (Des savoirs ou des armes ?) montre que le maitre d’armes des réseaux mobilise en même temps, les savoirs et les armes dans sa riposte digitale. L’auteur qualifie cette mobilisation de savoirs hybrides, issus de la littératie que celle de la numéracie. Il faut être capable de s’auto libérer ou s’auto affranchir, face à la pression tous azimuts des outils technologiques. S’inscrivant à la suite de Kant, il qualifie le processus de libération de retour à l’esprit de la raison des lumières. « Un retour à l’esprit de la raison des Lumières semble s’imposer avec la nécessité de redevenir « savant » au sens de Kant, c’est-à-dire en quelque sorte un lettré dans un cadre technique actuel », propose l’écrivain (p. 109). Comme l’indique le narrateur, ce processus oblige d’une part le maitre d’armes à « relativiser sa propre capacité à tout savoir et la nécessité de faire confiance à l’autre sur des sujets dont nous ne sommes pas experts » et d’autre part à avoir « des méthodes ciblées en matière d’information » (p. 114). Il faut mettre en exergue ses propres armes intellectuelles et aussi de remettre souvent en cause son propre raisonnement pour éviter de rester dans sa bulle intellectuelle.

10Le septième chapitre (Quelle idéologie ? Quels combats ?), met l’accent sur l’idéologie et le combat digital. Dans la maitrise des environnements digitaux, il y a une idéologie à défendre et un combat à mener. L’idéologie du web n’est pas un discours critique permanent ou l’indignation permanente et le ressentiment. L’idéologie du web comme l’indique Olivier Le Deuff doit plutôt reposer sur l’examen d’un problème sur du long terme, en laissant ses réflexions ou le processus de protestation de façon plus rare afin que cela soit plus efficace. « Alors que le prisonnier de « l’émettre » se nourrit de l’indignation, le maître doit parvenir parfois à se taire, à faire silence pour mieux réagir plus tard », propose l’auteur (p. 127). Cependant il reconnait que cette démarche idéologique que le maitre doit adopter est bien difficile à réaliser. Pour parvenir de même à mettre en œuvre cette idéologie, il propose au maitre de recherche l’équilibre via sa raison. L’idéologie du web repose aussi sur l’acceptation de la critique. Sur les réseaux sociaux, le maitre doit se montrer d’intégrer la critique. « Le maître privilégiera à l’inverse la critique, plutôt que la louange tout comme il prêtera davantage attention aux critiques argumentées et factuelles plutôt qu’aux invectives », indique l’essayiste. (p. 128).

11L’auteur propose de combattre la malveillance qui ne consiste pas à vérifier l’information, pour déceler le caractère faux d’une nouvelle ou affirmation, met de montrer un doigt accusateur sur l’auteur de la fausse nouvelle ou affirmation dans une intention inavouée. « La malveillance consiste surtout à montrer du doigt l’erreur ou celui qui a commis une action jugée néfaste ou répréhensible pour lui faire comprendre la gravité de ses actes. L’objectif ultime de la malveillance étant de parvenir à obtenir une réaction collective qui pousse le jugé fautif dans ses retranchements ». (p. 130). Toutefois, le rédacteur reconnait le caractère complexe du combat de la malveillance.

12Le dernier chapitre (Instituer et resituer) parle des enjeux de la formation des maîtres d’armes des réseaux et la démarche à suivre. Olivier Le Deuff pense qu’il faut instituer, resituer et constituer. Instituer revient à éviter la confusion des genres au niveau de la nomenclature professionnelle et les missions sur l’essentiel. Il illustre sa pensée avec l’usage galvaudé du terme professeur en français qui le prive de son symbolisme, c’est à dire la possession d’un doctorat et l’exercice à l’université. Resituer selon l’auteur suppose de remodelant les mécanismes et les formes institutionnelles ou de formation et non de reformer de manière permanente avec pour conséquence, la déformation institutionnelle. Au-delà d’instituer et de resituer les processus institutionnels, il faut envisager la constitution, c’est-à-dire mettre en commun, partager à un échelon plus large. Ce n’est pas le travail d’une seule entité, mais de tout l’ensemble. Un défi à relever.

13Pour conclure, cet ouvrage constitue un apport notable et innovant sur les questions de culture de l’information, de culture numérique ou digitale, pour permettre aux lecteurs d’avoir un bon comportement digital et d’être de véritable « maîtres d’armes des réseaux », Facebook, Twitter...

Haut de page

Notes

1 Simondon Gilbert est un philosophe qui a travaillé sur l’individu. Il est le penseur du concept individuation. L’individuation suppose que l’individu doit être appréhendé de manière non définitive ou inachevé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chancelin Wabo, « Le Deuff Olivier (2019). Riposte digitale : Pour des maîtres d’armes des réseaux »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/11640 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.11640

Haut de page

Auteur

Chancelin Wabo

Doctorant en SIC - Université de Yaoundé 2 SOA - École Supérieure des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (ESSTIC). Yaounde Mediation & Information Studies (YMIS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search