Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23ParutionsSandri Éva. (2020). Les imaginair...

Parutions

Sandri Éva. (2020). Les imaginaires numériques au musée ? Débats sur les injonctions à l’innovation

MkF Éditions
David Michon
Référence(s) :

Sandri, Éva. (2020). Les imaginaires numériques au musée ? Débats sur les injonctions à l’innovation. MkF Éditions. ISBN : 979-10-92305-65-4. Prix : 16 €

Texte intégral

1Éva Sandri, maîtresse de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université Paul Valéry de Montpellier, livre un premier ouvrage pertinent à propos des enjeux de médiation culturelle et notamment des imaginaires rattachés aux dispositifs numériques dans les musées. À partir de sa thèse sur L’imaginaire des dispositifs numériques pour la médiation au musée d’ethnographie, elle en livre ici le cœur autour des grandes questions des discours d’escorte accompagnant la mise en place des dispositifs numériques au sein des musées.

2L’ouvrage se décline en quatre parties chrono-thématiques autour des controverses liées à l’arrivée des technologies et de ses injonctions. Le propos s’arrête ensuite sur les discours internes aux institutions mais également externes et médiatiques. Enfin, l’autrice livre une étude de cas sur un musée d’ethnographie et sa rénovation récente ayant permis d’intégrer des dispositifs numériques. Dans une conclusion plus militante, Éva Sandri propose des pistes de réflexions pour un tour plus inclusif de ces imaginaires.

3Tout d’abord, le lecteur découvre la préface de Joëlle Le Marec qui revient sur les discours injonctifs et réflexifs autour de ces enjeux du numérique, dont un enjeu de transformation politique et sociale. Elle loue le travail de l’autrice pour son enquête de terrain discutant les choix technologiques des professionnels. Aussi, la Directrice du GRIPIC confirme une institution muséale devenue lieu d’innovation et d’expérimentation, ce qui constituera un fil rouge de l’ouvrage.

4Dans son introduction, Éva Sandri dépasse rapidement les oppositions entre technophiles et technophobes pour s’inscrire dans une granularité plus fine sur la « diversité et la flexibilité des usages des publics comme de la nature des outils numériques » (p. 21). Son postulat repose sur l’écart entre ce que les professionnels traitent des enjeux numériques et ce que les journalistes en révèlent. Au-delà d’une simple réception, elle a l’intuition que les professionnels subissaient des injonctions et, qu’en somme, il faut recueillir leurs paroles pour comprendre s’ils pouvaient penser cette révolution, s’ajuster voire critiquer ce virage numérique déjà acté.

5Cette recherche de complexité s’inscrit tout au long de l’ouvrage et ne peut que ravir les étudiants, chercheurs et professionnels en quête d’une réponse plus plastique à la vision stéréotypée présentant des espaces muséaux comme vivifiés par une transformation globalement numérique. Déjà, elle rappelle la diversité des outils qui accompagnent le visiteur. Fixes, mobiles et en ligne, ils dépassent des cadres établis et questionnent l’expérience de visite. Un rapide passage diachronique rappelle au lecteur que le manichéisme entre « tremplins vers l’accès à l’œuvre » et « éléments perturbateurs » (p. 25) sont des arguments déjà datés, non sur le numérique mais sur le musée en lui-même, opérant ainsi des strates et couches qui viennent au mieux « augmenter » l’expérience, là où la position d’Éva Sandri cultive davantage une forme de co-construction expérientielle, entre dispositifs traditionnels, recours au numérique et médiation humaine. Le concept même des « imaginaires » lui permet de nous livrer une analyse plus fine autour de ces enjeux.

6Démarrant sa chronologie à la fin du xxe siècle, l’autrice rappelle la théorie cybernétique de Wiener sur l’utilité sociale de la technologie (p. 35) puis, techniquement, les différents dispositifs apparus dans les musées dès les années 1970. Que ces initiatives soient le fait de passionnés d’informatiques ou de programmes de recherche soutenus par le ministère de la Culture et de la Communication, ce n’est que très récemment que des postes spécifiques sont dédiés à leur gestion. De même, elle revient sur la conservation pré-numérisation pour rappeler que les dispositifs numériques en général ont donc glissé de la marge à la norme.

7Comment les chercheurs ont-ils pu saisir ces tendances ? Ils ont majoritairement penché pour les enquêtes interrogeant les perceptions des visiteurs. Ceux-ci voient d’un œil positif ce qui est considéré comme un signe de modernité suscitant leur curiosité. Actuellement, le déterminisme social du passé qui voyait le numérique comme une démarche positiviste s’insère désormais dans un ensemble de pratiques culturelles des visiteurs, non plus seulement dans le cadre du musée, mais transmédia. Ici, s’appuyant sur les recherches de Joëlle Le Marec et Igor Babou, l’autrice opère un recul analytique visant à interroger « la complexité technique et symbolique de ces dispositifs. » (p. 49). A défaut de se pencher sur les représentations qu’elle convoque, Éva Sandri justifie l’emploi du concept d’imaginaire en l’inscrivant dans une historiographie des sciences de l’information et de la communication. Cela lui permet d’aborder tant les attentes autour du numérique que les craintes. Un point central est alors avancé : cette arrivée déjà ancienne de ces dispositifs n’est-elle pas une forme d’injonction ? Prescrire cette transition met les professionnels dans une situation contraignante où les rapports sociaux et les choix politiques orientent les débats techniques (en référence aux travaux de Alain Gras et François Jarrige). En citant les recherches récentes de Sébastien Appiotti sur l’usage photographique en contexte de visite d’exposition, l’autrice confirme à la suite de Daniel Jacobi une uniformisation des formes de l’exposition, là où les possibilités numériques auraient pu singulariser les choix effectués. Le déterminisme étant parent de l’accélération technique, l’innovation est d’autant plus une injonction quand elle se fait en situation urgente. Toutefois, il existe un risque de voir ces dispositifs mis en avant au détriment des œuvres et d’une certaine « exigence scientifique » (p. 57).

8Après cette mise au point sur les controverses, la deuxième partie relève les discours portés par et vers les institutions. Éva Sandri décline les imaginaires en trois types de discours : journalistiques, experts et officiels pour saisir les circulations et échos au cœur de cette typologie. Légitimer les dispositifs numériques est tout d’abord le fait de politiques officielles s’approchant de discours performatifs puisque les orientations concernent la démocratisation culturelle, la fracture numérique, le goût d’apprendre et le large accès au savoir (p. 66). Ici se confirme le positivisme évoqué précédemment, relayé et diffusé par les médias incitant à l’inévitable progrès humain, pour tous, permis par le numérique. Pour analyser ces discours journalistiques, l’autrice s’appuie sur un corpus courant de 2011 à 2019. Sans laisser place au doute, le courant technophile se révèle comme inéluctable, plébiscité par le public et participant d’une modernisation muséale quelque peu salvatrice, face à une désaffection non pas objectivée mais supposée comme évidente. Ici aussi le numérique a valeur de plus-value touchant tous les sens du visiteur. Un changement de paradigme s’opère alors, les articles partant d’un exemple précis pour exprimer une nouvelle ère de musées qui se modernisent, et qui en avaient besoin. C’est le paradoxe des discours annonçant ce mouvement d’institutions qui semblaient figées dans le passé. C’est ici un point original soulevé par Éva Sandri et déjà esquissé précédemment avec les travaux de Hartmut Rosa, un accent mis sur le lien entre modernité et injonction à rejeter ce qui serait statique. On l’aura compris, les discours critiques restent minoritaires et ne sont pas le fait de la presse grand public, du moins pas quand elle convoque des spécialistes de la question. Ces critiques prennent le tour d’un abus de ce mouvement menant soit vers une fuite en avant d’un mouvement incontrôlé soit vers un risque de disparition d’un existant finalement pas encore obsolète. Parfois, l’évidence numérique est questionnée pour son sens, son apport mais aussi sa potentielle participation à la disparition du modèle traditionnel du musée (p. 83). Toutefois, l’élan technophile l’emporte vers une innovation tantôt euphorique, tantôt fataliste, mais bien présente. Enfin, les discours des institutions culturelles vantent une médiation plus efficace, au sens de flexible et adaptée aux publics plus rares. Les éléments de langage sont plus nuancés, en discussion avec d’autres formes de médiation dans une recherche de sens et de mesure, en somme une démarche « pertinente ».

9La dernière partie, plus courte, mérite une attention particulière. Éva Sandri pose l’importance de la parole des professionnels du Museon Arlaten, musée d’ethnographie provençale récemment rénové situé à Arles. La particularité du lieu tient dans ses collections pour partie des dons des Arlésiens, tissant un lien intime entre l’institution et les citoyens locaux. Entre mise en abîme et distanciation du musée, la nouvelle muséographie fait le choix d’un double parcours pour livrer au visiteur le regard du musée sur son évolution. À partir d’une enquête ethnographique, l’autrice éclaire les pratiques des professionnels mais surtout leurs positions vis-à-vis des imaginaires numériques. Déjà, la posture critique s’incarne dans une pratique raisonnée du numérique. Surtout un renversement permet de partir des usages des publics et non du dispositif. Globalement, la convocation de ces outils est davantage un « repositionnement qu’un changement structurel » (p. 97), plutôt un nouvel agencement qu’une révolution, des ajouts et filiations aux dispositifs passés. Les professionnels tiennent donc à faire entendre leur voix, à maîtriser les outils et à garder un œil critique. Face aux discours d’escorte qui ne valorisent que ces nouveaux médiateurs, les professionnels s’ajustent en ayant conscience d’une injonction à embrasser le mouvement général moderne donc technophile tout en répondant à l’injonction inverse du maintien de leur singularité. Ils se forment parfois seuls, en réponse aux attentes des publics, et l’autrice fait probablement patienter son lectorat qui aurait voulu davantage d’éléments sur cet entre-deux qu’est parfois l’ajustement, zone grise peut-être difficile à saisir, ou singulière de chaque musée ou enquêté ?

10En conclusion, Éva Sandri se livre à la première personne et ouvre plusieurs chemins vers la réalisation de projets. Dans un rappel à propos des craintes d’un dispositif moderne chassant la version précédente, l’autrice s’interroge sur ce qui rendrait les dispositifs « plus pertinents qu’innovants » (p. 106). En convoquant le concept d’infraordinaire de Perec, elle rappelle la nécessité du questionnement critique dans cette évolution. De plus, ce regard progresse du chercheur vers les publics, et non pas encore par le truchement biaisé des dispositifs numériques, pour inviter au dialogue, à l’écoute. Cela donnera la priorité aux contenus avant celle des moyens de diffusion, ce qu’elle appelle pertinence plutôt qu’innovation donc.

11Enfin, Éva Sandri évoque les zones d’invisibilité spécifiques aux débats sur le numérique propre au musée. Elle déplore l’absence de débat de plus grand ampleur liant ces problématiques quasiment techniques à des débats sociaux actuels : ce pourrait être l’impact écologique de ces nouvelles technologies, des conditions de fabrication jusqu’au recyclage ; mais aussi des récents débats autour des discriminations ici avec le mouvement #MuseumAreNotNeutral questionnant le rôle social des institutions culturelles. Plus largement, Éva Sandri pointe des pistes de recherche de grande envergure sur la place (politique) du numérique au musée dans nos sociétés, et plus généralement de la culture, voire du patrimoine.

12Dans une approche moins technique que sociétale, cet ouvrage intéressera tous ceux qui questionnent la place du numérique dans la culture et cherchent à entendre la voie des professionnels. Il met efficacement en avant les perspectives actuelles vers une course à l’armement technique à marche forcée car, en contrepoint, l’autrice révèle d’autres possibles que cette vision réductrice où la technologie (numérique) est fille de la modernité (muséale). Sans l’exprimer, Éva Sandri pousse ainsi à la construction de cérémonies participatives et non spectatorielles (récentes recherches d’Yves Winkin). Elle nous invite à de stimulantes réflexions pour mener des démarches pertinentes liées aux questions écologiques, éthiques, professionnelles et interculturelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Michon, « Sandri Éva. (2020). Les imaginaires numériques au musée ? Débats sur les injonctions à l’innovation »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/11655 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.11655

Haut de page

Auteur

David Michon

Docteur en SHS - ATER SIC Université de Bourgogne. Laboratoire CIMEOS (EA 4177)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search