Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23ParutionsCazals François et Cazals Chantal...

Parutions

Cazals François et Cazals Chantal (2020). Intelligence artificielle : L’intelligence amplifiée par la technologie

Éditions De Boeck Supérieur. Louvain-le-Neuve
Aurélia Bernard
Référence(s) :

Cazals François et Cazals Chantal (2020). Intelligence artificielle : L’intelligence amplifiée par la technologie. Éditions De Boeck Supérieur. Louvain-le-Neuve. ISBN : 978-2-8073-3143-3. Prix : 20 €.

Texte intégral

1« Intelligence artificielle, l’intelligence amplifiée par la technologie », annonce sans équivoque le sujet traité dans l’ouvrage. L’intelligence artificielle (IA), une notion née il y a environ un siècle, est aujourd’hui un outil convoité par tous les domaines de notre société, tant en informatique et en ingénierie, que dans l’imagerie médicale et les innovations artistiques.

2Les auteurs, François Cazals et Chantal Cazals, ont réussi à traiter ce sujet colossal avec brio, apportant à leur argumentaire des recherches détaillées issues de multiples disciplines. Pédagogues, les auteurs invitent les lecteurs à se questionner sur les dimensions de l’IA, en s’adressant avec aisance tant à des publics qui découvrent le sujet qu’à ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances dans le domaine. Complices avec le lecteur tout au long de l’ouvrage, c’est néanmoins avec beaucoup d’humilité que les auteurs introduisent un concept ou une méthodologie qu’ils ont conceptualisés et éprouvés.

3L’ouvrage est divisé en trois grandes sections. La première expose le fonctionnement de l’intelligence artificielle et ses principaux acteurs. La seconde présente ses applications futures et actuelles et, les métiers associés. Finalement, la troisième section discute les craintes et les risques liés à l’IA. Le livre s’ouvre en premier lieu sur la préface rédigée par Anne Bouverot, Présidente de Technicolor, qui dévoile l’ouvrage comme un guide didactique et concret, utile pour comprendre pourquoi l’intelligence artificielle constitue une nouvelle révolution technologique qui change notre société.

4Chacun des treize chapitres construit un jalon habilement apporté à l’édifice de l’œuvre. Ouvrage très bien écrit et agréable à lire, les auteurs enrichissent leurs propos de nombreuses illustrations, simples et claires, que ce soit pour expliquer le code informatique et les marchés économiques de l’IA, que pour considérer ses utilisations militaires et son encadrement législatif. Extrêmement bien documenté, d’études scientifiques et de journaux spécialisés, le livre est ponctué de nombreux témoignages de professionnels issus des milieux de l’entreprise, du droit et de l’armée.

Les acteurs et le fonctionnement de l’intelligence artificielle

5La première section développe la toile de fond qui sous-tend l’IA. Au premier chapitre, François et Chantal Cazals activent l’imagination du lecteur en abordant des œuvres de science-fiction. Les auteurs passent en revue tant des œuvres d’art cinématographiques et romanesques, que des séries de dessins-animées et de BD contemporaines traitant le sujet sous divers angles.

6Le lecteur qui aura lu Les Robots d’Isaac Asimov, le père romancier de l’IA, ou qui aura vu L’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick ou Terminator, avec Arnold Schwarzenegger, sera alors replongé dans des souvenirs fantastiques, dont le potentiel de l’IA, bien que fictif, autorise aussi quelques sueurs froides. L’humain craint la nouveauté technologique, car elle dépasse son entendement. Quant à l’intelligence artificielle, elle « attaque notre liberté, car elle peut prendre des décisions » (p. 5). C’est cette méfiance que les auteurs souhaitent désavouer : ne nous réfugions pas d’emblée dans nos craintes lorsque nous pensons à l’IA. Au contraire, il serait préférable de nous questionner sereinement sur les manières de vivre avec l’intelligence artificielle, afin de ne pas se laisser surprendre par ses potentielles dérives.

7Ainsi, le deuxième chapitre s’attèle à définir l’IA, puis à retracer son histoire. Son ontologie première prend racine dans la détermination de l’intelligence humaine, déjà très difficile à définir. L’intelligence comporte des dimensions analytiques, sociales, corporelles et existentielles. Si l’aptitude humaine à s’adapter à son environnement grâce à sa capacité d’analyse relationnelle et conceptuelle peut être programmée pour des robots, en revanche, nous possédons la conscience de nous-mêmes, inexistante chez les machines.

8Le titre du chapitre 3, « les données, le pétrole du 21ème siècle », annonce les enjeux qui seront examinés. Les auteurs différencient tout d’abord plusieurs catégories de données, avant d’aborder le fameux phénomène du Big Data. Relativement récent en comparaison à l’invention de l’IA, c’est l’explosion des données disponibles qui contribuent fortement à son développement. François et Chantal Cazals présentent cinq facteurs contribuant à produire des données en masse : les réseaux sociaux, le visionnage de vidéos (sur Youtube et Netflix notamment), les plateformes digitales de services (comme Uber et Airbnb), la téléphonie mobile et les objets connectés (ou autrement dit, l’Internet des objets).

9Le quatrième chapitre présente les principales entreprises américaines du numérique (les GAFAM, pour Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) et les chinoises (les BATX, pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi). Parce que « les technologies numériques constituent la plus rentable des industries de la planète » (p. 45), leurs principaux avantages comparatifs et leurs parts de marché pour le numérique et l’IA sont minutieusement analysés par les auteurs.

10Ces derniers vous expliqueront par exemple comment Facebook évalue « votre solvabilité bancaire en analysant la liste de vos amis ».

11Plus technique, le chapitre 5 s’intéresse aux mathématiques et à la technologie, deux piliers sur lesquels repose l’IA. C’est ici que sont introduits les concepts de Machine Learning (l’apprentissage automatique) et de Deep Learning (l’apprentissage profond). Le premier « consiste à déduire de l’observation de données du passé une règle qui pourrait s’appliquer à de nouvelles données du présent » (p. 76), quand le second consiste en « réseaux de neurones comportant plusieurs couches de neurones, pour multiplier les capacités calculatoires ». Ce dernier permet l’apprentissage de la machine sans supervision humaine.

L’utilisation actuelle et future de l’intelligence artificielle

12La seconde section expose diverses applications réelles ou possibles de l’IA. Si l’ouvrage rappelle le rôle central des GAFAM dans le développement et déploiement de l’IA, d’autres acteurs sont actifs sur le marché, dont les technologies sont présentées au chapitre 6. Les « super IA » par exemple, sont capables de réaliser plusieurs tâches, comme Watson Heath d’IBM, solutions d’IA utilisées dans la médecine prédictive pour identifier des pathologies puis des traitements adaptés.

13Data scientist est « le métier le plus sexy du 21ème siècle » écrivait le Harvard Business Review en 2012. Bien que l’expertise technique du « scientifique des données » soit indispensable – telle la maitrise des principaux langages de programmation (R et Python notamment) – leurs capacités pédagogiques sont tout autant cruciales afin de faire entendre les solutions préconisées. Face à cette nécessité, les auteurs présentent dans le chapitre 7 une approche didactique intégrant les dimensions stratégiques, managériales et humaines : la méthode MAVATIC. Cette « data stratégie » qu’ils ont développée et éprouvée sur la base de leur expérience, doit permettre aux entreprises et aux organisations de développer l’IA intelligemment. Les auteurs illustrent son application avec un cas pratique : la manière dont l’IA peut prévoir le non-paiement des loyers avant que cela ne se produise.

14De fait, l’IA permet des changements organisationnels radicaux grâce à l’approche de robotisation des procédures, une technologie d’automatisation des processus où les tâches sont prises en charge par des robots. Vous pourrez par exemple prendre simplement en photo une note de frais avec votre téléphone, celle-ci sera automatiquement saisie et comptabilisée dans le logiciel de l’expert-comptable de votre entreprise, grâce à un robot logiciel qui traite les factures sans intervention humaine.

15François et Chantal Cazals présentent les robots relationnels dans le huitième chapitre, des agents conversationnels qui interagissent avec les humains, par langage écrit (les ChatBots) ou par langage parlé (les VoiceBots). S’ils apaisent des patients avant leur opération, ou qu’ils prennent rendez-vous dans un restaurant à votre place, ils font également l’objet de dérives. Des parents américains craignent déjà que leurs enfants prennent l’habitude d’être malpolis à l’école, à force de commander leurs assistants conversationnels.

16Le chapitre 9 est consacré aux robots et aux véhicules autonomes. Selon les auteurs, nous sommes à l’aube d’une « robolution » (révolution de la robotique) impulsée par l’IA, où la robotique collaborative (appelée « cobotique ») générerait un marché de plus de douze milliards de dollars en 2025. Les champs d’assistance des nouveaux robots sont étonnants : robots serpents et robots cafards pour rechercher des survivants dans les gravats d’un séisme, ou « SmartBernard », robot chien d’avalanche, pour secourir les victimes dans la neige grâce à son détecteur thermique et sa caméra infrarouge. Et alors qu’une entreprise japonaise développa un robot humanoïde capable d’identifier les visages et les émotions humaines, les Russes envoient un robot humanoïde dans l’espace quelques années plus tard. Tout cela amène à penser que notre réalité rejoint le monde des robots d’Isaac Asimov.

Les dérives potentielles de l’intelligence artificielle

17La troisième section aborde les risques liés à l’IA. Le premier problème soulevé dans le chapitre 10 est celui de la souveraineté. Le marché de l’IA étant largement dominé par des compagnies américaines, les entreprises européennes sont contraintes de les utiliser pour se rendre visibles et communiquer efficacement sur Internet. Car contrairement à la Chine et à la Russie, elles n’ont pas développé d’applications spécifiques à leurs propres juridictions et fiscalités. Les auteurs résument : « protection de la vie privée, souveraineté, indépendance économique : c’est autour de ces trois concepts que se fondera la confiance du public vis-à-vis du monde digital » (p. 199).

18Examinées dans le chapitre 11, la régulation et la protection des données sont cruciales à l’ère du numérique, ne serait-ce parce qu’elles sont « le carburant de l’intelligence artificielle » (p. 201). Le développement de l’IA est un enjeu géopolitique où la souveraineté des États sur leurs données est essentielle. Les États-Unis et la Chine ont une approche très prédatrice des données, au service de leurs intérêts militaires et économiques. Au contraire, l’approche européenne est fondée sur la transparence, la protection des données et le consentement, ceci à travers le RGPD (règlement général pour la protection des données) applicable depuis le printemps 2018. Face à l’absence de législation suffisante, le témoignage de Maître Gérard Haas propose des solutions innovantes en termes légistiques. Il présente plusieurs notions qui pourraient être envisagées dans le futur en France et en Europe, telles que la responsabilité en cascade et la personnalité juridique attribuée aux IA.

« Le combat sans hommes est en train d’émerger progressivement comme le futur de la guerre »

19Bien que l’IA puisse aider l’humain dans ses tâches quotidiennes, le douzième chapitre décrit comment les algorithmes peuvent aussi servir des intérêts destructeurs et se transformer en armes. Wang Weixing, directeur de la recherche militaire de l’armée chinoise parle de « guerre à la vitesse de la lumière » guidée par la technologie, affirmant que « le combat sans hommes est en train d’émerger progressivement comme le futur de la guerre » (p. 245). Dans cette perspective, des armes autonomes remplacent les soldats : « drones autonomes, balles guidées par l’intelligence artificielle, robots tueurs ». En effet, comme nous met en garde le Général Marc Watin-Augouard : « les algorithmes prédictifs sont séduisants (…) la tentation est grande d’y porter une attention excessive, d’abandonner au code son libre arbitre » (p. 252). Sa pensée est formelle, les décisions appliquées dans les domaines de la sécurité auront toujours besoin de la conscience humaine afin d’éviter les dérives.

20Dans le dernier chapitre, plusieurs perspectives sur l’évolution de la relation humain-IA sont exposées, comme la distribution du travail entre l’humain et la machine dans le futur, qui remodèlera les métiers comme on les connaît aujourd’hui. Selon les auteurs, « humains et machines doivent travailler en complémentarité et non en opposition. Ils ont nommé cette approche “l’intelligence amplifiée” » (p. 268). Néanmoins, le prérequis à tout cela est la formation, qu’elle soit initiale ou continue, ce sont « les clés de la transformation. Avant toute chose, nous avons un devoir d’éduquer nos enfants dès le plus jeune âge au monde du numérique, avant que Google et Facebook ne s’en occupent » (p. 265). Finalement, « prédire des phénomènes, reconnaître des objets ou des personnes, optimiser des processus, traiter des grandes masses de données à une vitesse incroyable, piloter une automobile de manière autonome » sont autant d’exemples prodigieux qui se qualifient pourtant d’IA « faibles » (p. 269). L’IA sera une « super intelligence » seulement quand la machine aura conscience d’elle-même.

21Pour conclure, les auteurs finissent leur ouvrage sur des pistes de réflexion. Ils rappellent l’existence du duopole sino-américain en matière d’IA, mais soulignent également que même si « l’Europe et la France sont quasi-absentes du débat technologique, (…) elles peuvent jouer un rôle important sur le plan moral et éthique » (p. 281). Face aux potentiels risques et dérives de l’IA, François et Chantal Cazals restent optimistes sur les capacités humaines pour les enrayer à temps et mettre ces technologies plutôt au profit de l’humain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélia Bernard, « Cazals François et Cazals Chantal (2020). Intelligence artificielle : L’intelligence amplifiée par la technologie »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/11668 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.11668

Haut de page

Auteur

Aurélia Bernard

Doctorante en géographie au laboratoire ESPACE (Étude des Structures et des Processus d’Adaptation et des Changements de l’Espace, UMR-CNRS 7300) au sein de l’Université d’Avignon. Dans le cadre de sa thèse, elle s’intéresse aux impacts de l’intelligence artificielle sur les territoires.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search