Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23ParutionsLe Marec Joëlle et Maczek Ewa (Éd...

Parutions

Le Marec Joëlle et Maczek Ewa (Éds.). (2020). Musées et recherche : Le souci du public

Ocim. Dijon
Matteo Stagnoli
Référence(s) :

Le Marec Joëlle et Maczek Ewa (Éds.). (2020). Musées et recherche : Le souci du public. Ocim. ISBN : 978-2-11-162033-9. Prix : 15 €

Texte intégral

1Ce volume des dossiers de l’OCIM, Office de coopération et d’information muséales, fait suite à une journée de Musées et Recherche, rencontres professionnelles entre communautés muséales et universitaires, ayant pour titre Le souci du public. Les contributions sont organisées en deux sections : « Chercher les points de vue, assumer des relations – médiation, études et recherche » et « Formes et modes de partage des savoirs de l’expérience ».

2Joëlle Le Marec et Ewa Maczek, directrices de l’ouvrage, soulignent l’importance du souci du public dans la vision d’une société décente. Le contexte de la crise sanitaire invite à relire la notion de soin, à la dé-confiner de l’univers de la santé, dans un moment où « le public est l’enjeu, sérieux, d’une tension politique et culturelle à propos du monde dans lequel nous souhaitons vivre ensemble » (p. 12). Nombreux travaux ont produit des représentations du public sans vraiment s’y intéresser, répondant aux impératifs gestionnaires. « Plus le public disparaît ainsi derrière des enjeux de gestion, d’amélioration de l’offre, d’optimisation de la dépense publique – puis de critique théorique de tous ces enjeux- plus on risque de tenir pour anecdotiques ou mineures les relations et les expériences dont se nourrissent à la fois le souci du public et la condition d’être public, tels que vécus et éprouvés en situation » (p. 15). En effet, le souci renvoie à la condition ressentie par le public : « ce qui caractérise une condition qui consiste à être public de quelque chose, tout particulièrement dans le cas des musées et des bibliothèques, c’est précisément la disponibilité, l’attention sérieuse, une forme de confiance politique qu’il est impossible d’observer de l’extérieur sans en ressentir à la fois la valeur et la fragilité » (p. 17). Care, institution et public sont ainsi fortement liés : « le public est très exactement la condition politique, discrète, qui fait exister continuellement l’éthique du care au cœur des institutions de service public » (p. 18). Étymologiquement politique, donc citoyen, le souci du public définit cette « éthique de la compensation » (p. 19) des inégalités entre usages, opposée au principe du développement de l’offre pour la satisfaction des demandes des usagers ou des professionnels du marketing.

3Deux notices sont rapportées du Publictionnaire, dictionnaire encyclopédique et critique des publics, édité par le Centre de recherche sur les médiations de l’Université de Lorraine1. La confiance (Joëlle Le Marec) est la base d’un rapport politique aux savoirs et aux institutions, permettant de contourner la réduction de la notion à une recherche de sécurité dans les interactions, proche de la théorie du don en anthropologie2 en tant que « participation politique à une dynamique générale fondée sur la dette et l’interdépendance » (p. 32). Avec l’émergence, dans le champ de la philosophie politique, des théories du souci de l’autre et de la considération, la confiance accompagne la définition d’une philosophie du care. L’Amour du public (Christian Ruby) est à lire au sens subjectif et objectif : l’amour qu’on a du public et l’amour que porte le public. « On peut parler de l’amour du public en termes d’un genre ou d’un autre, il n’empêche que le public vient aux œuvres, qu’il se déplace, qu’il fait donc des efforts pour se rendre disponible » (p. 43).

  • 3 Joëlle Le Marec, Publics et Musées. La confiance éprouvée, Paris, L’Harmattan, 2007.
  • 4 Sébastien Appiotti et Éva Sandri, « “Innovez ! Participez !” Interroger la relation entre musée et (...)

4La section dédiée aux relations s’ouvre avec un chapitre d’Éva Sandri sur les pratiques de visites discrètes et silencieuses. L’injonction moderniste à la participation du visiteur définit une contradiction structurelle dans le fonctionnement des musées3. L’uniformisation de la médiation culturelle par l’implication des publics a donné lieu à une injonction croissante à leur implication dans les dispositifs de médiation et communication. Le visiteur introverti étant le grand oublié du tournant gestionnaire des musées, les dynamiques des visites discrètes sont questionnées à travers des exemples d’univers différents, qui traduisent un souci du public ouvrant le champ des pratiques possibles dans l’institution culturelle, en réaction aux injonctions à uniformiser la visite4 ou à la cantonner à la pratique de la participation.

5Gaëlle Crenn valorise les apports de la démarche collaborative au souci du public dans le cadre d’une exposition d’un musée amérindien au Québec. La muséologie collaborative déployée permet à la fois de penser et de panser les relations entre le discours institutionnel du musée et les communautés autochtones. L’exposition est le fruit d’une démarche inédite de collaboration, partie intégrante du processus de restitution des résultats de l’action à la communauté impliquée. Les pratiques collaboratives prennent la mesure du trauma enduré par les autochtones et l’exposition passe du souci au soin : la visite devient une expérience aux effets cicatrisants et l’exposition se fait l’instrument d’une réparation symbolique à la communauté. La démarche collaborative réassigne des places au public – co-producteur de contenus, témoin, membre de communauté- permettant d’élargir le sens de la médiation.

6Le témoignage de Jean-François Leclerc, basé sur son expérience au Centre d’histoire de Montréal, centre d’interprétation du patrimoine urbain au service des citoyens, propose de repenser les expositions permanentes et prône une approche du visiteur portée par l’interprétation des phénomènes cachés derrière les objets matériels. L’exposition permanente est sommée de faire l’effort de choisir et sélectionner, pour mieux montrer, contrer la fatigue muséale, intégrer la parole du public. L’importance du musée en tant qu’espace de confort, de vie et de socialisation, s’accompagne de la nécessité de la prise en compte de l’expérience globale vécue par le public : « investir simplement dans les conditions d’accueil aura un impact plus important sur le degré d’attachement au musée, qu’une architecture prestigieuse et de couteux réaménagements » (p. 95). Les expositions permanentes deviennent ainsi le laboratoire d’une relation authentique avec le public.

7L’inclusion sociale des publics marginalisés est au centre des stratégies et pratiques évoquées par Marie-Pierre Gadoua au sein de Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Chargée de projets en médiation sociale, elle définit deux tendances pour l’ensemble des actions et des projets : offrir un premier accès aux collections pour des gens qui connaissent diverses formes d’exclusion sociale et améliorer l’expérience de gens marginalisés présents dans les lieux. À travers ces actions, le travail de médiation sociale contribue à l’inclusion sociale des publics marginalisés. L’institution nationale se pose comme un pont qui se sert du patrimoine culturel comme catalyseur de rapprochements entre citoyens de tous horizons.

8Irène Bastard réconcilie l’opposition entre publics culturels et publics studieux de la Bibliothèque nationale de France, en situant leur démarche dans un rapport aux documents et une logique d’apprentissage. Si les publics studieux utilisent la BnF à différentes étapes de la vie universitaire, apparaissent des usagers qui se greffent à cette pratique et s’inspirent de l’établissement ; une somme de publics en étude met les niveaux et les disciplines en coprésence à un instant donné. Le public des expositions est composé d’experts de l’offre culturelle légitime, engagés dans un rapport aux œuvres basé sur le savoir et la connaissance. La BnF regroupe ainsi des publics apprenants, avec des rôles et des appuis distincts, un cadre académique pour les étudiants et un cadre institutionnel pour les visiteurs culturels, où l’on vient être seul, à plusieurs. Lieu d’acquisition et de re-création, « la mission de la BnF est de collecter et conserver les savoirs ; la mission de ses publics est de les produire » (p. 123).

9Responsable de l’évaluation et de l’accueil au Musée des Confluences de Lyon, Nathalie Candito relate son expérience de la pratique de l’étude des publics du musée et de ses missions d’accueil, de médiation et de programmation. La situation d’enquête, pensée dans la continuité de l’expérience de visite, implique les équipes d’accueil, de médiation et de sécurité dans la démarche ; le partage des résultats permet une mesure de la réception du parti pris muséographique. La pratique de l’évaluation formative devient un outil pour intégrer la voix des publics aux projets en cours de conception. Associées au partage, à la discussion et à la mise en débat, « ces démarches rendent compte de la nature complexe des relations publics/musée et viennent conforter la relation de confiance et d’attachement qui les unit » (p. 131).

10La section dédiée aux expériences s’ouvre avec la contribution de Cécilia de Varine, chargée d’action culturelle au Centre hospitalier Saint Jean de Dieu de Lyon, qui livre un inventaire des actions répondant au souci du public dans une institution muséale publique. On retient le refus de considérer le visiteur comme un client et le rappel que la visite au musée est un acte culturel au sens anthropologique du terme, le droit de ne pas aller au musée et le devoir de l’institution de faire connaître le chemin. À rebours de ce qui se fait souvent, envisager que s’il faut externaliser des services, il est plus opportun que ceux incarnant le lien et le contrat entre institution et usagers ne le soient pas. Se souvenir du sens politique de l’institution équivaut à intégrer « son rôle social pluriel, à redéfinir à chaque génération » (p. 139).

11Stéphanie Masuy, responsable des publics au Musée d’Ixelles, raconte la rencontre autour des œuvres de la collection d’art moderne et contemporain lors de la fermeture du musée pour rénovation. Le projet, se greffant dans un programme de revitalisation urbaine de la région, a organisé la sortie d’œuvres des réserves pour vivre chez des voisins. L’opération permet l’accessibilité des collections malgré la fermeture, l’appropriation par les riverains et l’avènement d’un espace de rencontre et d’échange privilégié autour des œuvres. Véritable questionnement de l’institution au sein de la cité, invitant à un basculement de la considération du public, ce projet créateur de liens réconcilie le public en envisageant le musée comme institution non figée à l’écoute de ses attentes.

12Yaël Uzan-Holveck revient sur Un dimanche à Auschwitz, son livre composé de photographies de Laurent Wajnberg et de conversations à partir d’entretiens. Sa genèse est « prendre part », la décision de participer à un voyage organisé par l’Amicale des anciens déportés. « Donner une part » est nourrir une réflexion sur le statut de visiteur-acteur mémoriel. « Recevoir une part » correspond au désir de mémoire. Revenir sur l’origine du livre fait émerger un palimpseste perpétuel fait de nœuds de mémoire, une philosophie de projet. « Comment faire en sorte que des visiteurs de lieux mémoriels, ne soient “pas seulement public”, mais possiblement “auteurs et témoins judicieux d’une part d’expérience du lieu” ? » (p. 167). L’autrice entrevoit un mouvement entre visiteurs, des dynamiques de création entre contributeurs, chercheurs, artistes, citoyens, sur la trace du désir de mémoire et d’histoire.

13Hécate Vergopoulos sonde la fatigue et l’acharnement touristiques. Les touristes sont à prendre en compte en tant qu’acteurs culturels et publics de la culture, leur condition comme « condition singulière de certains publics de la culture » (p. 170), dans ses preuves de patience, d’assiduité, jusqu’à l’épuisement ou l’écœurement. Les réactions des touristes sur la violence symbolique des vacances en Grèce pendant la crise financière, montrent que ce qui les préoccupe c’est l’attention à la juste place qu’ils sont amenés à occuper dans l’interaction touristique. En effet, « les touristes composent avec des injonctions économiques et une politique de l’impératif du bonheur d’un côté, et un désir de respect de l’altérité et de citoyenneté de l’autre côté » (p. 176). Malgré leurs dépenses et leur statut de consommateur, ils choisissent de prendre le risque de l’inconfort physique et cognitif.

  • 5 Éva Illouz, Les sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006.

14Sophie Corbillé et Emmanuelle Fantin clôturent le volume avec un autre inconfort, venant de la visite de deux expositions d’animaux de compagnie. Le sentiment de malaise émane ici de la marchandisation des animaux et des diverses mises en scène, caractérisées par une saturation sémiotique et sensorielle où évoluent les publics. Le trouble laisse émerger, derrière la machinerie industrielle et commerciale, l’attention et le soin portés aux animaux par les publics (éleveurs, acheteurs, professionnels du secteur). Dans ces lieux de la reconnaissance des besoins éthologiques des animaux, les relations de soin entre humains et animaux font resurgir la question de la place du marché5.

15Le mot souci, dérivé de soucier, du latin sollicĭtare, véhicule le sens de la préoccupation et de l’attention ; sa charge politique et un regard critique sur la condition du public, se retrouvent au gré des différents chapitres de l’ouvrage. Le souci du public se définit dans son urgence culturelle et politique, en considération des évolutions de la thématique des publics au fil des années, avec l’intégration des musées aux secteurs des industries de la culture et des communications. Les notions de confiance et de soin révèlent toute leur actualité, leur adéquation au phénomène et à la condition des publics, l’intérêt d’être mobilisées pour étudier les institutions centrales du savoir et de la culture.

Haut de page

Notes

1 http://publictionnaire.huma-num.fr

2 Jean Davallon, Le don du patrimoine, approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Lavoisier, 2006.

3 Joëlle Le Marec, Publics et Musées. La confiance éprouvée, Paris, L’Harmattan, 2007.

4 Sébastien Appiotti et Éva Sandri, « “Innovez ! Participez !” Interroger la relation entre musée et numérique au travers des injonctions adressées aux professionnels », Culture & Musées, 35, 2020.

5 Éva Illouz, Les sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matteo Stagnoli, « Le Marec Joëlle et Maczek Ewa (Éds.). (2020). Musées et recherche : Le souci du public »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/11693 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.11693

Haut de page

Auteur

Matteo Stagnoli

Matteo Stagnoli est Attaché temporaire d’enseignement et de recherche en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Paris Nanterre. Il est membre associé du laboratoire Dicen-IDF et du CESPRA (EHESS).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search