Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23ParutionsBazin Maëlle, Lambert Frédéric ...

Parutions

Bazin Maëlle, Lambert Frédéric & Sapio Giuseppina (Éds.). (2020). Stigmatiser : Discours médiatiques et normes sociales

Le Bord de l’eau. Lormont
Clémence Godin
Référence(s) :

Bazin Maëlle, Lambert Frédéric & Sapio Giuseppina (Éds.). (2020). Stigmatiser : Discours médiatiques et normes sociales. Le Bord de l’eau. Lormont. ISBN : 978-2-35687-668-3.

Texte intégral

1« Le stigmate n’existe que dans les mots d’une société à un moment donné » p. 14 mais sa performativité et agentivité mènent au rejet, à la discrimination et la ségrégation. La démarche entreprise par le collectif dirigé par Maelle Bazin, Frédéric Lambert et Giuseppina Sapio et publié en 2020 interroge la façon dont les médias « construisent, supportent et véhiculent un champ sémantique et/ou une iconographie la stigmatisation tout en se constituant comme des lieux de résistance » (p. 26) et revendique une sémiotique de la stigmatisation. L’ouvrage réunit 17 textes et propose un cadre théorique de la stigmatisation (lequel) et des outils d’analyse (lesquels). Décliné en trois parties, « Partie 1 : Pouvoir des mots : politiques et normes sociales », portant sur une sémiotique des processus de la stigmatisation, « Partie 2 : Dispositifs et discours médiatiques : mise en scène des corps vulnérables, « Partie 3 : Réappropriation du stigmate : engagement, lutte et création » dans une approche écologique basée sur des éléments hétérogènes, la stigmatisation est appréhendée dans sa dimension à la fois contextuelle, historique et sociale.

2La première partie révèle le pouvoir des mots dans les actes de stigmatisation et redéfinit l’acte. Stigmatiser, c’est identifier un autre dont certaines caractéristiques personnelles (de classes, de confessions, d’ethnie, physiques, politiques) sont invalidées socialement et considérées comme anormales. Stigmatiser consiste à désigner, signifier (qualifier) et donner des consignes pour l’action (disqualifier). Stigmatiser c’est produire un abîme symbolique et normé entre un soi et un “autre”. Stigmatiser est l’élément d’un processus, un élément langagier qui se déploie dans la langue. Différents outils de la sémiotique sont proposés pour analyser et rendre intelligible l’acte de stigmatisation, sa réception et ses manifestations. La première production de cette partie de Mathieu Brugidou et Laurence Kaufman, propose une grammaire de la stigmatisation. Ils inscrivent cette dernière dans une dimension tant sémantique que pragmatique, syntaxique et phénoménologique. De la sorte, la stigmatisation a « une structure actancielle », ordonne un système de places qui doit rester intelligible, connaît une dynamique adaptative et ondoyante de ses propos. Cette approche rappelle la dimension relationnelle de toute communication. Cette première production inscrit pleinement l’ouvrage dans la discipline et pose les bases de compréhension de la langue et langages du stigmate. Au fil de la lecture, s’esquisse comment grammaire, indexicalité, lexicalité servent à l’assignation de rôles péjoratifs ou mélioratifs en fonction du locuteur. L’ensemble des productions mettent à jour la performativité et l’agentivité du langage de la stigmatisation. Les éléments discursifs et dialogiques vont amplifier, identifier et focaliser sur les différences normatives au travers de discours stigmatisants fortement binaires et segmentés et inscrits dans une polarité aiguë. Des procédés langagiers tels que l’utilisation de présupposés, d’antithèses, d’amalgames, de préjugés, ou en mettant en place des procédés « axiologiques contretypiques » (p. 102) ou des « désignations ontotypiques » (p. 97) participent par leur caractère réducteur et clivant à la construction d’un ethos normatif agonistique qui permet et facilite la mise à l’écart de l’autre. D’autres phénomènes tel que la mise en corps du stigmate ou la « transcatégorisation » (p. 243) que l’on retrouve également dans d’autres productions, par leur valeur illocutoire, assignent des caractères qui qualifient le stigmatisé comme déviant, l’excluent de la norme instituée et le réduisent à leur affection. Ces procédés visent à essentialiser et rendre inhérentes ces caractéristiques aux individus qui les subissent. A la suite de cette première partie dans laquelle est dessinée l’organisation sémantique et langagière de la stigmatisation, c’est une transition naturelle qui se fait avec la deuxième partie qui porte sur l’expression des stigmates dans les médias. Ils concourent à vilipender et répandre des discours stigmatisants tout comme à fédérer et être des moyens de résistance via lesquels des initiatives tant de dénonciation, de revendication et de réappropriation d’« objets du discours (à) sujets de l’énonciation » (p. 31) s’établissent. 

3Agnès Granchet soulève une aporie dès les premières lignes de la seconde partie, entérinée par les autres contributions de l’ouvrage. Les médias sont à la fois vecteurs et outils de lutte contre la stigmatisation tout comme peut l’être la loi : en effet la qualification et l’énonciation pour légiférer de caractéristiques spécifiques d’individus peuvent être à leur tour des actes de stigmatisation. Les différentes productions présentent l’utilisation des dispositifs et discours médiatiques dans la mise en scène symbolique du stigmate. Les textes de Paola Palma et de Sophie Jehel montrent comment les médias produisent de la stigmatisation. « La stigmatisation de l’homosexualité dans TPMP et sa réception sur les espaces conversationnels de Twitter » (p. 149) met en évidence la portée d’un « dispositif médiatique dual » (p. 151) dans l’adhésion à des messages ici stéréotypés. Les réceptions médiatiques variant selon les médias (selon leurs caractéristiques socio techniques, par exemple le micro-blogging qui facilite la viralité tout en rassemblant par homophilie, ainsi que leurs stratégies commerciales, politiques, sociales) les procédés transmédiatiques apportent une dynamique nouvelle à la médiatisation de discours stigmatisants (la diffusion va se faire sur différents supports sur lesquels les propos vont être relayés, se faire écho, être discutés). On retrouve dans tout l’ouvrage des précisions sur les diverses expressions médiatiques du stigmate. Les actes de stigmatisation ou de dé-stigmatisation s’institutionnalisent tour à tour dans différentes arènes publiques médiatiques (réseaux sociaux numériques, blogs, forums), les émissions (variety, Touche Pas à Mon Poste), les films ou court-métrages, presse, littérature, etc. La présentation de cette hétérogénéité des médias corrobore la pluralité des réponses possibles face aux oppresseurs ou la myriade d’attaques possibles. Par exemple l’auto-publication via l’écriture sur des blogs, va permettre tant l’expression face à ceux qui profèrent et tentent d’inhiber la prise de parole qu’un lieu de rassemblement. La dimension médiatique et médiatisée de la stigmatisation n’est pas restreinte à cette partie et les autres textes en font également état.

  • 1 Judith Butler, Le Pouvoir des mots discours de haine et politique du performatif, Paris, Éditions A (...)
  • 2 Robin, Brontsema, « A queer revolution: reconceptualizing the debate over linguistic reclamation », (...)

4La troisième partie traite de la déconstruction de l’ontologisation des qualificatifs stigmatisants et la réappropriation du stigmate par l’expression de moyens langagiers dans la production artistique, la médiatisation, au moyen d’expressions collectives ou individuelles. Le cadre théorique de la resignification de Judith Butler1 est majoritairement mobilisé, décliné en deux états : dé-stigmatisation ou réappropriation de la parole péjorante. Marie-Anne Paveau précise toutefois que, selon les apports de Robin Brontsema2, la resignification peut être triptyque selon le caractère afférent ou inhérent du mot stigmatisant. Le propos discriminant connaît une acceptation simple ou devient le moyen d’une expression révolutionnaire et militante par un procédé de retournement (la troisième possibilité étant le rejet du mot). La manifestation de la resignification se fait sous des formes lexico-sémantique, mémorielle, technodiscursive ou non langagière. La production de discours réparateurs et la réappropriation du terme par son retournement sémantique (adoption du morphème épi par des épileptiques, retournement du sens de nigger) servent une reconquête identitaire et une réhabilitation. Caroline Wintgens utilise le terme de « contrainte habilitante » (p. 263), le stigmate devient le moyen tant d’une réappropriation de la parole que la défense d’un « territoire dialectique et culturel » (p. 263). Le langage que ce soit lors de la stigmatisation ou de la resignification qualifie et est l’enjeu de la construction de l’identité, la dépolarisation des places, des rôles et caractéristiques assignés à chacun. Cette partie porte tacitement sur la médiatisation et la mise en scène dans le processus de réhabilitation du stigmate et des personnes stigmatisées. Les œuvres et les discours produits sortent d’une « doxa idéaliste » (p. 282) et s’affranchissent des normes annihilantes qui condamnent les porteurs de certaines caractéristiques. La construction de la resignification est tant discursive, politique que sociale et s’institue par le biais de médiatisations diverses. Les médias participent ici à ce processus par la dimension collaborative et participative pourvoyant des lieux de regroupement. Béatrice Alonso dans un texte décrivant la façon dont Emilie Jouvet, artiste, rend visible et permet à des individus queer de revendiquer leur identité dans ses productions, qualifie ce réinvestissement du stigmate d’édification d’une contre-culture, réflexion analogue à l’ensemble des textes de cette partie. En effet, qu’il s’agisse de l’élection d’une insulte comme « définition de soi » (p. 278), d’une dialectique de la provocation, de l’ironie et de l’humour, de la création d’une communauté des personnes souffrant d’une même maladie ou de la reprise d’une interpellation stigmatisante au compte d’une communauté comme étendard d’un combat idéologique et politique, la reconquête illocutoire d’un stigmate en érige une épistémè nouvelle. 

5Le choix judicieux des textes liminaires de chaque partie offre une tendance et une perspective conceptuelle de lecture. L’ouvrage répond au questionnement initial des chercheurs et enjoint à une réflexion percutante autour de l’approche linguistique et discursive de la stigmatisation et de la dé-stigmatisation, leur médiatisation ainsi que leur aspect social et politique. L’appréhension sociale se lit en filigrane tant grâce à l’approche historique de certaines productions que par leur inscription paradigmatique et contextualisée (à l’instar des textes Farah Zaïem, Caroline Wintgens et Véronique Montagne et Guglielmo Scafirimuto). « “Tout le monde déteste la police !” Stigmatisation et dé-stigmatisation des policiers dans les arènes publiques médiatiques » de Guillaume Le Saulnier décrit comment des rhétoriques (en l’occurrence institutionnelles et syndicales) stigmatisent réciproquement de façon à inverser les responsabilités et discréditer autrui. Le texte “L’interpellation stigmatisante comme élément de construction identitaire [...]” de Caroline Wintgens quant à lui fait ressortir que la réappropriation apparaît comme pouvant être à son tour excluante, le terme nigger symboliquement proscrit pour une personne non noire. Un texte portant sur ce retournement des stigmatisés à l’encontre de ceux qui profèrent le stigmate pourrait enrichir l’ouvrage. L’ensemble est cohérent entre les textes de l’ouvrage mais une uniformisation au niveau des contenus pourrait être à souligner. De fait, quelques redondances bibliographiques, de citations ou encore de définitions sont perceptibles. Le travail des auteur.e.s met à disposition des outils pertinents pour questionner la stigmatisation et suscite l’intérêt à étudier d’autres aspects de la recherche. Dans un premier temps, les textes de Lingzi Ding et d’Aurore Famy portant respectivement sur la déconstruction des préjugés à travers la télévision japonaise dans des émissions variety ou la reconstruction identitaire de personnes souffrant d’épilepsie méritent de voir leurs assertions (la prise en considération des typifications permettent de « changer les connotations […] et de renouveler l’image associée » (p. 180) à un type de personnes) confirmées par des études empiriques qui permettraient d’éclairer la réappropriation de l’identité et la réhabilitation de leur stigmate pour des individu s de même que la portée réelle sur l’a compréhension et l’acceptation sociale du stigmate. La réflexion d’Audrey Arnoult sur les blogs pro-anorexiques enjoint à interroger la dénonciation de comportements déviants voire dangereux et le risque de basculer dans des discours stigmatisants. Enfin la lecture de cet ouvrage tend à interroger la place de la recherche et plus particulièrement de la sociologie (notamment dans son approche bourdieusienne) dans la création ou la participation à la stigmatisation. De fait, l’acte de stigmatiser survient de la catégorisation abusive et de l’utilisation de typologies. Il conviendrait, sans attribuer d’influence directe, de questionner le langage que la sociologie et les sciences sociales produisent, utilisent et la performativité de ce dernier.

Haut de page

Notes

1 Judith Butler, Le Pouvoir des mots discours de haine et politique du performatif, Paris, Éditions Amsterdam, [1997] 2004.

2 Robin, Brontsema, « A queer revolution: reconceptualizing the debate over linguistic reclamation », Colorado Research in Linguistics, vol. 17, n° 1, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Godin, « Bazin Maëlle, Lambert Frédéric & Sapio Giuseppina (Éds.). (2020). Stigmatiser : Discours médiatiques et normes sociales »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/11718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.11718

Haut de page

Auteur

Clémence Godin

Doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Paul Valéry Montpellier III, LERASS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search