Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Passage de témoin

Dans notre premier éditorial, en 2012, notre ambition éditoriale était clairement affichée : « compter parmi les acteurs et instances qui assurent aujourd’hui à nos sciences leur visibilité internationale ». Nos auteur·e·s auront exploré, pour un public interdisciplinaire et international toujours plus vigilant, les horizons scientifiques et épistémologiques de nos disciplines. Nos dossiers et nos rubriques (Spicilège, Regards croisés, Revue des labos, Revue des revues, Ligne Sud, Parutions) contribuent aujourd’hui au développement international de nos travaux, s’inscrivant ainsi, pour le dire ainsi, dans une logique d’altérité scientifique visant l’exploration d’horizons de recherche, la consolidation, voire la construction de programmes théoriques. Dans cette logique, pour nos disciplines, l’altérité nous renvoie à l’impérieuse nécessité de reconnaître l’émergence de problématiques nouvelles, de prendre la mesure des enjeux interdisciplinaires et internationaux de nos sciences dans une perspective savante et critique. L’altérité scientifique incite à la reconnaissance de nouveaux champs de la recherche, de nouveaux visages du savoir, en somme…

  • 1 Beck Ulrich, 2006, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ? Alto Aubier, p. 156.
  • 2 Id., p. 157.

Un regard rétrospectif sur nos publications devrait confirmer le questionnement cosmopolitique de nos recherches en sciences de l’information et de la communication. Tel est le défi de notre altérité à laquelle, osons le croire, Ulrich Beck (2006) aurait été sensible : nulle frontière politique, disciplinaire, nationale, culturelle ne vient borner nos pistes et nos questions de recherche. Pour reprendre les mots de ce grand sociologue, « l’époque cosmopolitique repose sur une imagination dialogique de l’Autre internalisé 1 ». Selon l’auteur, « l’optique cosmopolitique […] rompt avec cette tentation de l’insularité dans la conscience nationale en s’ouvrant au monde des autres, en respectant les autres, en intériorisant le regard des autres2 ». Émergent des problématiques internationales liées aux enjeux et aux incertitudes civilisationnel·l·es du numérique, des révolutions scientifiques, des mouvements politiques, économiques et sociologiques de portée transnationale sur lesquelles s’interrogerait sans doute aujourd’hui un auteur comme Saint-Simon, et bien d’autres sujets qui devraient renforcer la cohérence scientifique et institutionnelles de nos disciplines. Sans doute un programme théorique est-il en cours de construction, auquel nos publications auront contribué, s’appuyant sur les opportunités scientifiques d’une communication cosmopolitique…

À l’heure où je passe le témoin, merci à tous les partenaires éditoriaux de cette belle aventure : merci à Mélanie Bourdaa et à la nouvelle équipe éditoriale pour le relais assuré, merci à nos présidents, Christian Le Moënne, co-fondateur, Alain Kiyindou, Daniel Raichvarg, Philippe Bonfils, Patrice De La Broise, merci à nos responsables de rubriques, Fabien Bonnet, Bruno Chaudet, Delphine Dupré, Bertrand Mocquet, merci aux membres du CA de la SFSIC, aux membres du CE et du CS pour leur engagement dans la vie de la revue, merci aux responsables de dossiers, merci à toutes les autrices, à tous les auteurs, merci à nos relecteurs-trices pour leur contribution scientifique, merci à Norbert Congard notre monteur-styleur, merci à OpenEdition Journals et à nos partenaires éditoriaux (DOAJ, ICA) qui auront largement contribué à développer notre dimension internationale. L’aventure continue !

Notes

1 Beck Ulrich, 2006, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ? Alto Aubier, p. 156.

2 Id., p. 157.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search