Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Revue des revuesLa revue de Recherches Francophon...

Texte intégral

1Entretien avec Fathallah Daghmi, Maître de Conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Poitiers, membre du laboratoire Migrinter (CNRS-UMR 7301), co-fondateur et co-responsable de la revue scientifique REFSICOM

Fathallah Daghmi, vous êtes Maître de Conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Poitiers et membre du laboratoire Migrinter (CNRS-UMR 7301). Vous êtes également co-fondateur et co-responsable de la revue scientifique REFSICOM, pouvez-vous nous présenter celle-ci ?

  • 1 REFSICOM (Revue de Recherches Francophones en Sciences de l’Information et de la Communication) <www.refsicom.org>
  • 2 Regards croisés sur l’expérience, diffusion et aventure interdisciplinaire d’un concept, dossier co (...)

REFSICOM (Revue de Recherches Francophones en Sciences de l’Information et de la Communication)1 est une revue scientifique en ligne, lancée début 2016 avec un dossier thématique sur les soulèvements arabes. Son dernier numéro mis en ligne propose des Regards croisés sur l’expérience, diffusion et aventure interdisciplinaire d’un concept2. Nous nous efforçons de publier deux numéros par an qui comportent généralement un dossier thématique, une rubrique Varia et une moyenne d’une dizaine d’articles par numéro.

REFSICOM est dirigé par Abderahmane Amsidder de l’Université Ibn Zohr d’Agadir et par moi-même et concrétise des années de collaboration entre l’Université de Poitiers et celle d’Ibn Zohr d’Agadir. Cette aventure est surtout l’œuvre d’un trio de chercheurs, Farid Toumi de l’Université Ibn Zohr d’Agadir, Abderahmane Amsidder et moi-même, qui vient couronner une série de collaborations et de projets scientifiques depuis 2009 entre autres, un projet ISCC, deux projets Toubkal, cinq colloques internationaux depuis 2012, trois Journées doctorales des SIC au Maroc depuis 2015, etc.

REFSICOM présente toutes les caractéristiques d’une publication scientifique ; à savoir, une inscription scientifique et pluridisciplinaire, un Comité rédactionnel porté par des universitaires, un Comité scientifique international de chercheurs reconnus et pluridisciplinaires, un mode d’évaluation en double aveugle qui permet la sélection de contributions répondant aux critères scientifiques, des appels à articles pour des numéros portés par des collègues confirmés et reconnus par la communauté scientifique, etc.

Qu’est-ce qui a motivé la création de REFSICOM et quels sont aujourd’hui les objectifs poursuivis par celle-ci ?

Sur le plan scientifique, le projet de création de REFSICOM est le prolongement d’un long processus de collaboration entre des chercheurs francophones issus d’universités européennes (principalement françaises), africaines, canadiennes et antillaises dans le domaine des SIC et plus généralement des Sciences humaines et sociales (SHS). Il partait d’un constat simple qui, en faisant l’état des lieux des revues scientifiques en SIC en 2011, montrait la quasi-absence de revues faisant la jonction entre la recherche dans les Nords et dans les Suds. Il s’agit ainsi d’une prise de conscience d’un vide sur un terrain qui nous semble fondamental. Ce dernier renvoie à l’idée de créer des ponts pour impulser une certaine synergie afin d’engendrer un espace commun de publications scientifiques entre les chercheurs représentant divers espaces et animés par diverses préoccupations. Nous croyons profondément au besoin d’échange, d’ouverture et d’enrichissement mutuel entre les chercheurs des Nords et des Suds sur le plan épistémologique, méthodologiques et pratiques. Un espace de confrontations des regards marqué par tous les critères de qualité scientifique d’une part, et débarrassé des résidus de hiérarchisations et de subordinations des savoirs issus des deux espaces d’autre part.

À partir de ce principe de base, REFSICOM se fixe divers objectifs scientifiques, au nombre desquels nous pouvons citer la consolidation de la recherche en SIC, la mise en valeur des approches pluridisciplinaires et comparatives, la mise en perspective de travaux et réflexions portant sur les dimensions épistémologiques, la valorisation des études empiriques issues du monde francophone et permettant d’explorer de nouveaux terrains de recherche ou de réinterroger des concepts et des approches existants, l’encouragement de publication des jeunes chercheurs et des doctorants dans les pays des Suds et dans les espaces francophones en général, etc. Ces objectifs se concrétisent progressivement et au fil des numéros publiés par REFSICOM.

Qu’est-ce qui fait, selon vous, la singularité de REFSICOM ?

Depuis 2016, nous avons publié 10 numéros. Nous maintenons l’objectif de publier deux numéros par an malgré les difficultés inhérentes à ce genre de projets globalement chronophage et mobilisant des forces assez conséquentes en termes d’implication et d’investissement.

Nous savions que l’autre difficulté qui guette les nouvelles revues scientifiques est la régularité et la pérennité. Nous avons en conséquence pris la mesure de la situation en coordonnant, collectivement ou individuellement, les cinq premiers numéros. À partir du sixième numéro nous en avons alternativement confié cette coordination à d’autres chercheurs issus d’universités canadiennes, africaines ou françaises. Cette dernière orientation a permis non seulement la réalisation des objectifs de REFSICOM quant à l’ouverture géographique et l’ouverture disciplinaire, mais également le traitement de nouvelles thématiques avec de nouvelles approches.

REFSICOM a-t-elle un ancrage culturel particulier dans lequel elle s’inscrit ?

Tout d’abord, REFSICOM n’est pas une revue marquée par une culture, une ethnie ou une couleur idéologique. Il s’agit d’une revue scientifique qui respecte tous les critères de scientificité et de rigueur.

Au-delà de ce principe de base, REFSICOM ambitionne de combler le vide provoqué par une réalité historique qui a engendré, sur le plan historique, culturel, politique et économique, un cadre de déséquilibre qui continue à caractériser les rapports entre les chercheurs des Nords et ceux des Suds. Elle s’efforce de créer un espace d’échanges, de débats de confrontations entre ces chercheurs dans l’unique objectif d’enrichissement mutuel et l’enrichissement du savoir et de la connaissance scientifique qui ne peuvent se priver de la diversité des regards.

REFSICOM, comme toute revue, aspire à renforcer le rôle des scientifiques et à rendre audibles leurs propositions pour la compréhension des questions qui traversent les sociétés. En effet, l’évolution constante de nos sociétés provoque divers bouleversements sur le plan social, économique, culturel, politique, etc. Cette évolution s’accompagne notamment par des innovations technologiques qui modifient sans cesse nos rapports aux autres, nos manières de créer du lien avec autrui et nous poussent à penser leur inscription sociale et leur portée symbolique.

Les publications de REFSICOM visent ainsi à saisir les enjeux de ces phénomènes sur divers plans : permanences et ruptures en matière de consommations médiatiques, appropriation des formats industriels dans leur diversité sociale et culturelle, discours et représentations sociales, modalités et portée des communications politiques et publiques, des dispositifs de communications organisationnelles, TIC et sociétés, pratiques journalistiques, dispositifs de communication organisationnelle, communication interculturelle, communication internationale, etc.

REFSICOM s’inscrit enfin dans une tradition francophone des Sciences de l’information et de la communication qui conçoit les cultures comme des dimensions qui s’élaborent et se transmettent à travers des processus et des dispositifs de communication. C’est la raison pour laquelle elle tente la mise en lien, l’échange et la confrontation de points de vue dans les espaces francophones et au-delà des recherches traitant des divers domaines des SIC en particulier et de terrains de recherche dans les pays du Nord et dans les pays du Sud.

REFSICOM empreinte in fine la même veine irrigant la lignée des débats et dialogues entre les différentes disciplines des Sciences humaines et sociales (SHS) avec une mise en perspective des diverses approches et outils de recherche dans ces disciplines. Elle explore ainsi tous ces domaines abordés par les SIC mais aussi par la sociologie, les Sciences du langage, les Sciences de l’éducation, les Sciences de gestions, la psychologie sociale, etc.

Quelles sont les principales thématiques de recherche qui sont traitées et développées dans REFSICOM ?

Comme indiqué précédemment, REFSICOM entend créer un espace de circulation de l’information scientifique entre les Nords et les Suds. Elle privilégie notamment la valorisation et le soutien des recherches, des collaborations scientifiques et des études portant sur les espaces francophones et plus particulièrement dans leurs dimensions Nords/Suds ou Sud/Sud. La revue ambitionne également l’ouverture et la valorisation des travaux de recherche des jeunes chercheurs et doctorants. Elle tend enfin vers un idéal permettant la création d’un cadre de réflexion scientifique susceptible de comprendre les grands bouleversements de nos sociétés ces dernières années et leurs évolutions sur le plan politique, social, culturel, technique, etc.

Dès lors, les premiers numéros de REFSICOM abordent la question du changement dans toutes ses dimensions avec deux numéros qui portent sur les soulèvements arabes (numéro 1)3 et les modalités et opportunités des actions citoyennes dans le monde francophone (numéro 2)4. Ils s’intéressent également aux enjeux et implications des identités aussi bien dans leurs articulations avec les dispositifs numériques (numéro 3)5 que dans leurs représentations dans les espaces publics et médias traditionnels (numéro 4)6.

  • 7 Médias et migrations/immigrations 1. Des représentations aux traitements des médias traditionnels, (...)
  • 8 Médias et migration/immigration : représentations, communautés et réseaux numériques, dossier coord (...)
  • 9 Le populisme entre politique et représentation médiatique, dossier coordonné par Philippe Viallon, (...)

Nous nous sommes ensuite penchés sur d’autres thématiques sociétales comme les migrations/immigrations avec deux numéros consacrés aux images, imaginaires et représentations des migrations/immigrations dans les médias traditionnels (numéro 5)7 mais aussi les logiques et enjeux communautaires des migrations/immigrations dans les réseaux numériques (numéro 7)8. D’autres thématiques émergentes trouvent aussi leur place dans la revue comme celle du populisme entre politique et représentation médiatique (numéro 8)9.

Fidèle à la politique éditoriale qui vise à mettre en perspective des regards croisés de chercheurs porteurs d’expériences et regards multiples, REFSICOM s’intéresse de cette manière aux enjeux de la mondialisation au travers des objets, des dynamiques et des enjeux nouveaux dans les Suds (numéro 6)10. Elle tente également de proposer d’autres lectures aux phénomènes de crise sanitaire qui traversent nos sociétés comme celui de la Communication de crise, médias et gestion des risques de la Covid-1911.

Quelle est la portée actuelle de REFSICOM ?

Selon notre politique éditoriale, nous devons continuer à exister scientifiquement mais aussi socialement. Les contributions de REFSICOM devront s’inscrire dans la volonté d’apporter des éléments de réponse et de fournir des pistes de réflexion aux domaines de préoccupations des chercheurs en SIC et des SHS en général. Elles garderont leur visée qui fait d’elles une opportunité de poursuivre des débats scientifiques complexes sur le plan épistémologique et méthodologique, sur la pluridisciplinarité ou la transdisciplinarité, sur le rapport du chercheur à la société, etc. C’est dans ce sens que nous entendons réinterroger des concepts et théories à la lumière des réalités des pays des Nords et de ceux des Suds avec une lecture analysant encore une fois les relations entre le matériel, le symbolique et le social. REFSICOM demeurera une source susceptible d’apporter une lecture permettant la compréhension des diverses transformations de nos sociétés par les divers concepts et théories que nous manions.

Quel regard portez-vous sur les premiers développements de cette « jeune » revue qu’est REFSICOM ?

Sur le plan pratique, nous ne sommes qu’au début de l’aventure et le chemin reste long. REFSICOM doit consolider son existence notamment en entreprenant les démarches nécessaires pour sa reconnaissance par les instances académiques, universitaires et administratives et pour bénéficier de soutiens à la valorisation comme celui d’OpenEdition.org à titre d’exemple.

REFSICOM commence certes à jouir d’une certaine reconnaissance sur le plan scientifique et dans les milieux académiques au niveau international mais il est important de rester réaliste et de maintenir nos efforts pour l’accomplissement de tous nos objectifs.

À vrai dire, il faut surtout rappeler que REFSICOM s’inscrit dans un mouvement scientifique global entamé il y a plus d’une décennie. En effet, au-delà des diverses collaborations entre les universités des Nords et celles des Suds, nous avons pu réaliser des projets conséquents qui commencent à donner de bons résultats et auront à coup sûr une grande portée dans les années à venir. Nous avons, Abderrahmane Amsidder, Farid Toumi et moi-même, créé une société savante, en l’occurrence l’Association marocaine des sciences de l’information et de la communication (AMSIC) en avril 2014. Le rôle de cette dernière est l’impulsion de la recherche en SIC au Maroc par la création de réseaux de collaboration, par le soutien des jeunes chercheurs et doctorants, par l’organisation de manifestations scientifiques, etc. Elle regroupe aujourd’hui plus de 100 membres, enseignants chercheurs et doctorants et arrive à attirer de nouveaux membres tout aussi influents.

  • 12 Sur le plan de l’organisation, ces différentes éditions occasionnent des collaborations avec d’autr (...)

Nous avons également initié un autre projet qui nous semblait important sur le plan scientifique. Si l’objectif de REFSICOM est de promouvoir la recherche en SIC dans les Suds, il fallait créer d’autres canaux pour cette valorisation, aussi bien localement que régionalement. En conséquence, nous avons lancé les premières Journées doctorales en SIC au Maroc et depuis juin 2015 nous sommes à la 3e édition12. Ces manifestations dédiées exclusivement aux chercheurs préparant leur doctorat regroupent chacune en moyenne plus de 50 jeunes chercheurs du Maroc et d’autres pays (Algérie, Tunisie et France).

Quelles sont les futures orientations que vous prévoyez pour REFSICOM et, plus généralement, quelles sont les ambitions de cette revue ?

REFSICOM est bien partie pour réaliser ses objectifs pour maintenir la cadence de publication qui reste bien entendu un objectif parmi tant d’autres. La reconnaissance par les instances scientifiques et universitaires, l’aboutissement des demandes de soutien, notamment financier, celui de la gestion et de la valorisation scientifique, etc., demeurent bien évidemment nos objectifs majeurs.

Au-delà de ces perspectives, nous pensons surtout que la raison de l’existence même de REFSICOM est de réaliser un certain idéal de la recherche scientifique et de la valorisation des publications. Cette revue est pensée avant tout comme un trait d’union scientifique entre les recherches et les chercheurs, femmes et hommes, dans les Nords et dans les Suds.

Haut de page

Notes

1 REFSICOM (Revue de Recherches Francophones en Sciences de l’Information et de la Communication) <www.refsicom.org>

2 Regards croisés sur l’expérience, diffusion et aventure interdisciplinaire d’un concept, dossier coordonné par Cristina Badulescu, Charles Alexandre Delestage et Inès de la Ville, REFSICOM, 10 | 2021.

3 Regards croisés sur les soulèvements arabes, dossier coordonné par Farid Toumi, Abderrahmane Amsidder et Fathallah Daghmi, REFSICOM, 01 | 2016 <http://www.refsicom.org/num/01-2016>

4 Communication et changement. Modes et opportunités des actions citoyennes, dossier coordonné par Fathallah Daghmi, REFSICOM, 02 | 2016 <http://www.refsicom.org/num/02-2016>

5 L’identité dans tous ses états, 1. Identités et dispositifs numériques, dossier coordonné par Farid Toumi, Abderrahmane Amsidder et Fathallah Daghmi, REFSICOM, 03 | 2017 <http://www.refsicom.org/num/03-2017>

6 L’identité dans tous ses états : 2. Catégories symboliques et enjeux sociaux, dossier coordonné par Fathallah Daghmi, Abderrahmane Amsidder et Farid Toumi, REFSICOM, 04 | 2017 < http://www.refsicom.org/num/04-2017>

7 Médias et migrations/immigrations 1. Des représentations aux traitements des médias traditionnels, dossier coordonné par Fathallah Daghmi, Abderrahmane Amsidder et Farid Toumi, REFSICOM, 05 | 2018 <http://www.refsicom.org/num/05-2018>

8 Médias et migration/immigration : représentations, communautés et réseaux numériques, dossier coordonné par Farid Toumi, Abderrahmane Amsidder et Fathallah Daghmi, REFSICOM, 07 | 2019 <http://www.refsicom.org/num/07-2019>

9 Le populisme entre politique et représentation médiatique, dossier coordonné par Philippe Viallon, REFSICOM, 08 | 2020 <http://www.refsicom.org/num/08-2020>

10 Communication, changement et mondialisation. Quels objets, quelles dynamiques, quels enjeux nouveaux dans les Suds ?, dossier coordonné par Oumar Kane, Ndiaga Loum et Cheick Oumar Traoré, REFSICOM, 06 | 2019 <http://www.refsicom.org/num/06-2019>

11 Communication de crise, médias et gestion des risques du Covid-19, dossier coordonné par Mohamed Bendahan et Amal Nader, REFSICOM, 09 | 2020 <http://www.refsicom.org/num/09-2020>

12 Sur le plan de l’organisation, ces différentes éditions occasionnent des collaborations avec d’autres chercheurs comme Khadija Youssoufi, Mohamed Bendahan, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ugo Roux, « La revue de Recherches Francophones en Sciences de l’Information et de la Communication »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/11755 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.11755

Haut de page

Auteur

Ugo Roux

Ugo Roux est docteur en sciences de l’information et de la communication. Il est membre de l’Institut méditerranéen des sciences de l’information et de la communication. ugo.roux(at)gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search