Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Regards croisésÉtude de l’industrie du livre : p...

Résumés

Bien que l’industrie du livre soit un objet de recherche aussi bien en France qu’en Allemagne, les travaux qui lui sont dédiés traversent rarement le Rhin. Cet article propose une approche franco-allemande de l’étude des mutations actuelles de cette industrie. Deux perspectives sont ici adoptées : celle des sciences de l’information et de la communication (SIC), et en particulier celle de la théorie des industries culturelles, et celle de la Buchwissenschaft, une discipline allemande entièrement consacrée au livre. Les deux approches sont présentées dans cet article, qui conclut en leur complémentarité et en la pertinence de leur utilisation dans le contexte de travaux portant sur les mutations de l’industrie du livre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans son ouvrage Le Livre à l‘heure numérique : papier, écrans, vers un nouveau vagabondage, Françoise Benhamou regrette l’absence d’acteurs européens parmi les géants du numérique. Cela est selon elle particulièrement étonnant dans le secteur du livre car ce dernier compte sept groupes européens parmi les plus grands groupes d’édition au monde. Elle justifie cela par des « barrières culturelles, linguistiques, économiques [et] réglementaires » [2014, p. 82]. Si Benhamou parle ici davantage du manque d’acteurs économiques et étatiques, le constat est similaire en ce qui concerne la réflexion scientifique autour de l’industrie du livre et sa réception. Les traductions de travaux sont en effet peu nombreuses et les échanges transnationaux tels que la conférence annuelle By the Book organisée par la European Publishing Studies Association sont ponctuels et épars. De tels événements montrent aussi bien la diversité que les points de rencontre des différentes approches et attestent des apports d’échanges renforcés dans un contexte de globalisation des marchés. Cet article s’inscrit dans une volonté de mettre en discussion les travaux de nos voisins en proposant une épistémologie comparée des études sur le livre, son industrie et sa réception en Allemagne et en France, et plus particulièrement en SIC et en Buchwissenschaft.

2Alors qu’en France l’industrie et les pratiques de consommation du livre n’ont pas de science qui leur soit exclusivement dédiée, s’est développée en Allemagne au milieu du vingtième siècle la Buchwissenschaft, terme que l’on peut traduire par « Science du livre » [Rautenberg, 2010, p. 14]. Née sur les bases de la bibliologie [Keiderling, 2004, p. 2], la Buchwissenschaft est aujourd’hui traversée par deux directions majeures : à la fois une forte dimension historique et herméneutique [Saxer, 2010, p. 80], mais aussi un intérêt pour l’économie de l’industrie du livre, les pratiques de lecture et les pratiques professionnelles [Rautenberg, 2010, p. 18-19] qui la rapproche des SIC, en particulier sur des thématiques internationales comme la lecture numérique ou la plateformisation de l’accès aux contenus culturels.

3Notre texte s’inscrivant dans un travail de thèse portant sur les plateformes de lecture sociale dans l’industrie du livre en France, en Allemagne aux États-Unis, nous faisons le choix ici de n’aborder la thématique du livre que sous sa dimension industrielle, c’est-à-dire en tant que bien culturel issu d’un contexte de production particulier et qui donne lieu à une consommation et à une réception de la part du public. Il est cependant important de souligner qu’il s’agit d’un point de vue singulier, ce qui implique donc que certains aspects majeurs du livre et des pratiques de lecture abordés par les deux disciplines ne seront ici qu’évoqués. Nous choisissons en effet de nous intéresser plus particulièrement à l’analyse proposée par les SIC de l’industrie du livre en tant qu’industrie culturelle ainsi qu’à l’approche socio-économique et d’étude des pratiques professionnelles de la Buchwissenschaft.

4L’objectif de cet article est non seulement de présenter les travaux menés outre-Rhin portant sur l’industrie du livre, mais aussi de participer à la perpétuation d’une dynamique de réflexion collective. Pour cela, nous caractériserons tout d’abord les deux approches. Nous reviendrons donc sur la dimension littéraire des SIC, puis nous intéresserons à la théorie des industries culturelles. Nous retracerons ensuite l’histoire de la Buchwissenschaft et ses fondements épistémologiques, pour ensuite présenter sa dimension socio-économique. Enfin, nous verrons en quoi les SIC et la Buchwissenschaft proposent des approches complémentaires et dans quelle mesure le renforcement des échanges pourrait participer d’une étude des mutations de l’industrie du livre.

Les SIC, l’écrit, la lecture et le livre

La dimension littéraire des SIC

5Avant de nous intéresser à la Buchwissenschaft et à ce qui la distingue des travaux français, nous vous proposons de revenir sur ces derniers. Notre sujet portant sur l’industrie du livre, c’est-à-dire sur la création du livre en tant que produit culturel, sa commercialisation et les relations entre les différents acteurs prenant part à ce processus, nous nous intéresserons plus particulièrement à la théorie des industries culturelles. Néanmoins, il nous faut dans un premier temps souligner l’importance du livre, de l’écrit et de la lecture au sein des SIC. Cette dimension littéraire était, comme le soulignent Jean-François Tétu [2002] et Robert Boure [2002], présente dès le développement des SIC en tant que discipline universitaire, notamment à travers l’influence de Robert Escarpit et de Roland Barthes. Tétu définit ainsi trois directions littéraires principales prises par les SIC à leur création : une étude de la place du lecteur dans le texte portée par les travaux d’Escarpit ; une approche sémiotique du texte influencée par les travaux de Barthes, et enfin ce qu’il nomme une « approche philologique » où le texte est considéré comme une archive dont les conditions de création doivent être analysées [Boure, 2007, citant Malmberg, 1966]. Cette troisième direction est directement liée à la dimension informationnelle des SIC, qui intègrent dans leurs réflexions la question des archives, des bibliothèques et de l’accès aux documents écrits.

6Ces trois directions fondatrices de la relation qu’entretiennent les SIC avec le littéraire annoncent la pluralité des recherches autour de l’écrit et de la lecture en leur sein. Alors que l’écrit a continué d’être un sujet central de l’analyse sémiologique, les SIC se sont également intéressées à la médiation des savoirs à travers l’écrit, la lecture, et plus récemment les plateformes numériques [Jeanneret et Souchier, 2001 ; Bullich, 2018], à la matérialité du texte [Jeanneret et al., 2003], ou encore aux pratiques des lecteurs, et en particulier à leur utilisation d’outils tels que les réseaux socionumériques [Candel, 2007 ; Wiart, 2015 ; Siguier, 2020].

7Enfin, l’offre de formations universitaires aux métiers du livre en France s’est majoritairement développée au sein des filières Information-Communication des IUT, lieux à l’importance majeure pour le développement des SIC en tant que discipline universitaire [Meyriat et Miège, 200, p. 2, p. 47]. Les IUT Bordeaux-Montaigne, Aix-en-Provence ou encore Nancy-Charlemagne proposent ainsi au sein de leurs filières Information-Communication des BUT formant aux métiers de l’édition, de la librairie et des bibliothèques. Ainsi, une partie des futurs professionnels des métiers du livre ont suivi un cursus en Information-Communication. On constate alors un lien important entre les SIC et l’industrie du livre, lien que l’on retrouve au sein des travaux de la discipline, et en particulier ceux appartenant à la théorie des industries culturelles.

Le livre et la théorie des industries culturelles

8À travers cette théorie développée, entre autres, par Bernard Miège, Pierre Mœglin et Philippe Bouquillion, les SIC proposent de réunir les approches sociologique et économique afin d’analyser les processus d’industrialisation de la production, de la commercialisation, de l’intermédiation et de la consommation de biens culturels [Mœglin, 2012]. Les dimensions politique, économique, sociale et culturelle de la production, de la circulation et de la consommation de biens culturels sont alors analysées. Cela permet de prendre en compte aussi bien la dimension industrielle des industries culturelles que ce que Miège appelle leurs « conditions spécifiques », c’est-à-dire les incertitudes pesant sur la conception, la valorisation et la consommation de biens culturels [Miège, 1984, p. 206 ; Mœglin, 2012].

9L’industrie du livre est donc ici étudiée comme faisant partie de l’ensemble des industries culturelles, ce qui permet de souligner des phénomènes et processus similaires à ceux prenant place au sein d’autres de ces industries tout en distinguant les particularités de celle du livre. On pense par exemple aux modèles de production permettant de transcrire les modalités de fonctionnement de la production de biens culturels ainsi que leurs mutations et particularités [Perticoz, 2012]. Une telle approche permet également d’aborder la question de la concentration de plusieurs industries culturelles et de la communication au sein d’un seul et même groupe ainsi que les divers liens et partenariats entre les industries. L’industrie du livre connaît à titre d’exemple un gain d’importance des cessions de droits pour des adaptations audiovisuelles, qui sont à l’heure actuelle dans les pays anglophones des arguments décisifs utilisés par les agents littéraires pour convaincre une maison d’édition de publier un ouvrage. Il est alors pertinent d’analyser également les phénomènes prenant place dans l’industrie audiovisuelle et cinématographique. On retrouve ici une des caractéristiques des SIC selon Stefanie Averbeck-Lietz, à savoir un positionnement méso [Averbeck-Lietz, Bonnet et Bonnet, 2014] et, dans le cas qui nous intéresse, parfois macro. Il s’agit d’une différence essentielle par rapport à l’approche allemande qui reste de son côté focalisée sur le livre et, comme nous allons le voir, adopte traditionnellement une perspective micro.

10L’approche SIC a de plus la particularité d’adopter une perspective informationnelle, et donc de s’intéresser à la circulation de l’information. Cela se traduit au sein de la théorie des industries culturelles par une prise en compte des industries des télécommunications et des médias. Ainsi, les mutations de l’intermédiation, qui sont un des enjeux majeurs de l’industrie du livre à l’heure actuelle, ont été analysées à l’aide de modèles éditorial, du flot, du compteur et du club dans un premier temps, puis du courtage informationnel [Miège, 1978 ; Tremblay, 1990 ; Mœglin, 2007]. Cette modélisation participe d’une description de l’organisation socio-économique de la filière du livre et des stratégies de ses acteurs, alors que la perspective proposée par la Buchwissenschaft permet d’étudier les relations entre ces derniers.

Une science de l’objet : la Buchwissenschaft

Genèse et fondements épistémologiques

11La Buchwissenschaft est une discipline universitaire allemande qui s’est développée au milieu du vingtième siècle. Dans leur ouvrage introductif à la discipline, Stephan Füssel, Corinna Norrick-Rühl, Dominique Pleimling et Anke Vogel la définissent comme une science qui « s’intéresse au rôle et à la signification du livre pour la transmission du savoir dans le passé et le présent, [et] dresse ainsi un pont entre l’histoire technique et l’histoire intellectuelle » [Füssel et al., 2014, p. 13]. Cette définition met l’accent sur une des deux directions prises par la Buchwissenschaft, c’est-à-dire une étude de l’histoire du livre. La Buchwissenschaft trouve en effet ses racines dans la bibliologie [Keiderling, 2004, p. 2] et a une dimension historique et herméneutique très marquée [Saxer, 2010, p. 80]. Cela se traduit par des recherches sur le livre en tant que support matériel, et notamment autour des incunables, ainsi que sur son commerce et sa circulation dans le passé. Cependant, Füssel et al. ajoutent que la Buchwissenschaft évolue avec son objet de recherche, et s’intéresse donc également à l’aspect communicationnel et économique du livre, et par conséquent à des questions plus contemporaines comme l’analyse des pratiques de lecture [Füssel et al., 2014, p. 8, p. 11] ou encore, comme nous allons le voir, la numérisation et la globalisation de l’industrie, des marchés et des pratiques.

12Cette double orientation se reflète dans les universités proposant cette discipline. Si les cursus de licence et master, dont l’objectif est de former de futurs professionnels des métiers de l’édition, accordent une place majeure à l’économie, au management ou encore au marketing, les travaux de recherche menés au sein de ces universités et instituts démontrent la double direction de la Buchwissenschaft. L’Institut für Buchwissenschaft de Leipzig est le seul à être rattaché à un institut de Kommunikationswissenschaft (« Science de la communication ») et Medienwissenschaft (« Science des médias »)1. Les travaux de cet institut demeurent cependant très marqués par la dimension historique de la discipline, avec un nombre important de publications centrées autour de la production et de la commercialisation du livre au temps de la RDA. L’Institut für Buchwissenschaft de la Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg concentre quant à lui ses travaux autour de la thématique de la communication écrite dans une perspective herméneutique. Les autres axes annoncés sont l’étude des pratiques de lecture et de la communication entre les acteurs de l’industrie2. Cette dichotomie est également visible au sein de l’Institut für schriftorientierte Medien-Buchwissenschaft de Mayence, dont les publications comprennent aussi bien des monographies à propos de Gutenberg [Füssel, 2019] que des travaux autour de l’automatisation des cessions de droits de traduction [Bläsi, 2020]. La situation est similaire au Zentrum für Buchwissenschaft de la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich, avec à la fois des travaux dans le champ des humanités numériques et de l’étude des publications à l’époque des Lumières3.

  • 4 La recherche allemande distingue les sciences humaines des sciences sociales et il n’y existe pas d (...)

13La Buchwissenschaft est donc transdisciplinaire et fait appel à des méthodologies et des concepts « hybrides » issus aussi bien de l’histoire et de la littérature que des sciences sociales ; de l’économie et du droit [Füssel et al., 2014, p. 8, p. 12]. Elle est caractérisée non pas par son ancrage disciplinaire mais par son objet de recherche [Füssel et al., 2014, p. 8]. Cela a mené, dès son développement en tant que discipline universitaire, à de nombreux débats à propos de sa pertinence en tant que discipline à part entière et de son rattachement potentiel à une autre discipline telle que la Kulturwissenschaft (« Science de la culture »), la Kommunikationswissenschaft ou la Medienwissenschaft4. Si à la naissance de la Buchwissenschaft des chercheurs comme Grundmann exprimaient leur opposition claire à un rapprochement avec la Medienwissenschaft par peur d’« une accentuation trop poussée de la fonction sociale » [1966, p. 416], certains défendent aujourd’hui ce rapprochement. Saxer y voit même une évolution logique car les objets de recherche actuels de la Buchwissenschaft sont « le média/médium livre, sa mise à disposition, sa communication et [ses] fonctionnalités en général » [2010, p. 97]. Il ajoute que cela permettrait de renforcer sa perspective sociale et de donner plus d’ampleur à son approche [2010, p. 99-100].

14Notre objectif n’est bien entendu pas de nous exprimer dans cet article sur cette question épistémologique majeure, mais de souligner l’existence d’un axe communicationnel au sein de la Buchwissenschaft. Cet axe résulte, comme nous allons le voir à présent, en des travaux portant sur la chaîne de valorisation et de production, les pratiques professionnelles et les pratiques des lecteurs.

Questionnements émergents : un axe communicationnel et socio-économique marqué

15Avant même l’établissement de la Buchwissenschaft en tant que discipline universitaire, la dimension socio-économique du livre faisait l’objet d’études en Allemagne. Ces travaux étaient cependant rarement menés au sein des universités, mais davantage sous l’impulsion d’institutions telles que le Börsenverein des deutschen Buchhandels (Association des professionnels allemands du livre) qui, à travers sa commission historique a mené dès 1876 des recherches sur l’histoire de la librairie et les pratiques professionnelles [Rautenberg, 2010, p. 19]. Avec le développement de la Buchwissenschaft en tant que discipline universitaire, le monde de la recherche a commencé au milieu du vingtième siècle à se saisir de ces thématiques. Cela a également été favorisé par le développement en Allemagne d’un mouvement d’analyse sociale de l’histoire de la littérature dans les années soixante-dix [Rautenberg, 2010, p. 20]. L’objectif de ce mouvement est d’analyser la production littéraire en tenant compte de l’environnement social de sa production et en s’intéressant à sa réception. On assiste alors à un développement des travaux sur les pratiques de lecture, non seulement d’un point de vue historique à l’aide d’archives, fournies notamment par les nombreuses sociétés littéraires établies outre-Rhin depuis le dix-neuvième siècle, mais aussi contemporain.

16Il y a donc ici une évolution des niveaux d’analyse. Pour Saxer, la Buchwissenschaft propose essentiellement une analyse au niveau micro, avec notamment des travaux dédiés à des institutions ou encore à des groupes d’édition en particulier [2010, p. 57]. En s’intéressant à la réception, puis par extension à la chaîne de valorisation (« Wertschöpfungskette »), c’est-à-dire l’ensemble des éléments et acteurs entrant dans le processus de production, de commercialisation et de consommation, la Buchwissenschaft applique la recommandation de Saxer d’utiliser davantage les niveaux méso et macro pour analyser le fonctionnement de l’industrie du livre ainsi que son environnement et son impact social.

17Au cœur de cette approche socio-économique se trouve une étude détaillée des pratiques professionnelles à travers le concept de la chaîne de valorisation. Pour définir ce concept et l’appliquer à l’industrie du livre, Janello [2010, p. 18] reprend sa caractérisation par Parolini [1999, p. 62]. Il s’agit d’une chaîne d’activités qui créent de la valeur à destination des consommateurs. Ces activités font appel à des ressources humaines, ainsi qu’à des ressources « tangibles et intangibles » comme les outils numériques ou les relations interpersonnelles. Elles sont de plus liées par des flux de matériel, d’informations et de ressources financières. Enfin, le consommateur n’y occupe pas seulement la place de récepteur de la valeur mais participe également à sa création par son acte de consommation. La chaîne de valorisation met donc l’accent sur l’importance de la communication entre les acteurs de l’industrie du livre [Vogel, 2012, p. 9].

18Le concept de chaîne de valorisation est également un excellent exemple de la forte dimension internationale de la Buchwissenschaft. Outre les travaux de Porter, la chaîne de valorisation est également dans la lignée de la représentation de la chaîne du livre par Darnton [1982], dont voici une version schématisée :

Figure 1. Circuit du livre de Darnton [1982], adapté par Murray et Squires [2013]5

Figure 1. Circuit du livre de Darnton [1982], adapté par Murray et Squires [2013]5

19Le travail de Darnton est considéré à l’échelle internationale comme fondateur de la modélisation de l’organisation de l’industrie du livre. Sa schématisation a depuis été sujet à débats et a été l’objet de mises à jour, notamment avec le travail de Murray et Squires sur le circuit de la communication numérique dans l’industrie du livre [2013]. Contrairement aux travaux français, le schéma de Darnton est très discuté dans les travaux allemands, pour lesquels il s’agit d’une référence majeure. Il ne s’agit ici que d’un exemple d’une des caractéristiques de la recherche allemande que Hubé soulignait déjà dans son article à propos de la recherche sur le journalisme [2020], à savoir la place importante de la recherche à l’échelle internationale. Comme le soulignent Klaus-W. Bramann et Anke Vogel, cet intérêt est renforcé par la globalisation des marchés et l’internationalisation de nombreux phénomènes et mutations comme le succès de l’autoédition [texte de préface à Norrick-Rühl, 2019, p. 8].

20La Buchwissenschaft propose ainsi une analyse approfondie de mécanismes propres à l’industrie du livre et permet de saisir les relations entre ses différents acteurs. Une approche franco-allemande alliant les SIC et la Buchwissenschaft est alors des plus pertinentes pour décrire les mutations à l’œuvre dans contexte d’émergence d’acteurs externes au sein de la chaîne de production et de valorisation et de globalisation des marchés.

Conclusion : similarités et complémentarité des approches

21Nous avons, tout au long de cet article, déjà souligné des points de rencontre entre l’approche en SIC et en Buchwissenschaft. En premier lieu, on remarque un intérêt similaire pour la circulation de l’information entre les différents acteurs de l’industrie, en particulier entre les auteurs, les maisons d’édition et les lecteurs. L’intermédiation est ainsi au cœur des deux approches, qui soulignent toutes deux son importance pour un bien d’expérience [Mœglin, 2012 ; Vogel, 2012, p. 81]. Chacune des approches apporte une perspective différente sur les mêmes problématiques. L’analyse davantage miso et macro du travail en SIC autour des industries culturelles et la prise en compte du lien de ces dernières avec les acteurs des télécommunications permet d’étudier des processus de production des biens et d’intermédiation qui ne sont pas propres à l’industrie du livre. Une telle perspective est essentielle alors que de nouveaux intermédiaires comme les réseaux socionumériques ou Amazon occupent aujourd’hui une place majeure dans l’industrie. Les SIC offrent en outre un corpus autour de la thématique des pratiques culturelles amateurs et de la réception plus important que celui que la Buchwissenschaft propose. On peut citer par exemple le travail de Matthews autour de la participation active des consommateurs à travers l’acte de consommation [2015], ou encore celui de Croissant et al. sur la prescription et la critique amateur en ligne [2019].

22L’approche allemande est quant à elle caractérisée par sa concentration autour de l’industrie du livre ainsi que par la place importante qu’elle accorde aux pratiques professionnelles. Cela permet d’étudier de manière détaillée des processus propres à l’industrie du livre, mais également les particularités du développement au sein de cette dernière de processus communs à l’ensemble des industries culturelles.

23Du point de vue méthodologique, on retrouve une différence entre les travaux français et allemands déjà soulevée par Hubé [2020], à savoir un recours plus important du côté français aux entretiens, tandis que les chercheurs allemands, du fait de l’ancrage bibliologique de la Buchwissenschaft, font davantage appel aux archives ainsi qu’aux données quantitatives, parfois obtenues grâce aux études menées par le Börsenverein des deutschen Buchhandels. Cela s’explique tout d’abord par une séparation en France entre les SIC et l’histoire. Les SIC travaillent en effet sur des problématiques contemporaines qu’elles saisissent à travers une étude au plus près des acteurs [Hubé, 2020], tandis que la bibliologie est réservée aux historiens. L’utilisation des archives s’explique par la dimension historique de la Buchwissenschaft. Enfin, les travaux allemands ont pour objectif de décrire et d’étudier des tendances et pratiques professionnelles et de consommation qui traversent l’industrie, c’est pourquoi les méthodes quantitatives sont largement utilisées. Néanmoins, la direction socio-économique prise par la Buchwissenschaft utilise également beaucoup les entretiens, en particulier avec des professionnels du livre, toujours dans le but de saisir les pratiques actuelles. On voit donc là des similarités du point de vue de la méthodologie, avec cependant un recours moindre à l’observation du côté allemand et aux méthodologies quantitatives du côté français.

24Un renforcement des échanges entre la recherche en SIC et en Buchwissenschaft se ferait ainsi à la faveur d’une compréhension plus approfondie des mutations que connaît l’industrie du livre. Tandis que les travaux allemands bénéficieraient de la perspective plus globale de l’approche en SIC, l’orientation transnationale ainsi que l’analyse des pratiques des professionnels du livre de la Buchwissenschaft pourraient apporter aux SIC une meilleure compréhension des mécanismes à l’œuvre dans la production et l’intermédiation littéraires actuelles ainsi que des mutations que connaît cette industrie à l’échelle internationale.

Haut de page

Bibliographie

Averbeck-Lietz Stefanie, Bonnet Fabien et Bonnet Jacques, « Le discours épistémologique des Sciences de l’information et de la communication. Une lecture des Sic depuis la Kommunikationswissenschaft allemande », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 15 janvier 2014, no 4.

Benhamou Françoise, Le Livre à l’heure numérique : papier, écrans, vers un nouveau vagabondage, Paris, Seuil, 2014, 215 p.

Bläsi Christoph, « Buch-Lizenzgeschäfte mit einer alternativen Marktstimulierungsstrategie und die Notwendigkeit der Automatisierung », D’un continent à l’autre. Le marché des droits et de la traduction / Rechte- und Übersetzungsmarkt (Foliotopie). Strasbourg : Master Métiers de l’édition 2020 2020, Master Métiers de l’édition 2020.

Bolz Lisa, « Recherches sur le journalisme en France et en Allemagne, un dialogue impossible  ?. Regards croisés sur des méthodologies et des développements divergents », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 1 décembre 2019, no 18.

Boure Robert, « L’histoire des sciences de l’information et de la communication (2). Le cas des origines littéraires des sic », Questions de communication, 1 juillet 2007, no 11, pp. 257‑287

Bullich Vincent, « Grandeur et décadence de l’« édition prédictive  » », Reseaux, 16 novembre 2018, n° 211, no 5, pp. 257‑290.

Bullich Vincent, « La « plateformisation  » de la formation », Distances et médiations des savoirs. Distance and Mediation of Knowledge, 1 mars 2018, vol. 2018, no 21.

Füssel Stephan, Johannes Gutenberg, Originalausg., Reinbek bei Hamburg, Rowohlt, Rowohlts Monographien, n˚ 50610, 2019, no 6. aktualisierte Auflage, 155 p.

Füssel Stephan, Norrick-Rühl Corinna, Pleimling Dominique et Vogel Anke (dir.), Einführung in die Buchwissenschaft, Darmstadt, WBG, Wiss. Buchges, Einführung, 2014, 142 p.

Grundmann Herbert, « Von der Notwendigkeit und Möglichkeit einer allgemeinen Buchwissenschaft », in Otto Wenig (dir.), Wege zur Buchwissenschaft, Bonn, Bouvier, Bonner Beiträge zur Bibliotheks- und Bücherkunde, n˚ 14, 1966.

Hubé Nicolas, « À la recherche d’une universalité du journalisme  : la Journalistik allemande », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 1 mai 2020, no 19.

Huet Armel, Ion Jacques, Lefèbvre Alain et Miège Bernard (dir.), Capitalisme et industries culturelles, Grenoble, Press. Univ, Actualités-recherches Sociologie, 1978, 198 p.

Janello Christoph, Wertschöpfung im digitalisierten Buchmarkt, Wiesbaden, Gabler, 2010.

Jeanneret Yves, Critique de la trivialité : les médiations de la communication, enjeu de pouvoir, Paris, Éd. Non standard, Collection SIC, n˚ 04, 2014.

Jeanneret Yves, Le Marec Joëlle et Souchier Emmanuël (dir.), Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Bibliothèque publique d’information, Études et recherche / Centre Pompidou, Bibliothèque Publique d’Information, 2003, 349 p.

Keiderling Thomas, « Buchwissenschaft als Konzept – Entwicklungsstationen und Schwerpunkte der Diskussion. Ein Forschungsbericht », in Dietrich Kerlen (dir.), Buchwissenschaft - Medienwissenschaft  : ein Symposion, Wiesbaden, NoOrganization, Buchwissenschaftliche Forschungen, 2004, vol. 4.

Kurschus Stephanie, European Book Cultures. Diversity as a challenge, Wiesbaden, Springer VS, 2015, 383 p.

Matthews Jacob T., « Passé, présent et potentiel des plateformes collaboratives Réflexions sur la production culturelle et les dispositifs d’intermédiation numérique, Past, present and potential of collaborative platforms Reflections on cultural production and digital intermediation », Les Enjeux de l’information et de la communication, 2015, no 16/1, pp. 57‑71.

Mœglin Pierre, « Une théorie pour penser les industries culturelles et informationnelles  ? », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 6 juillet 2012, no 1.

Mœglin Pierre, « Des modèles socio-économiques en mutation », in Philippe Bouquillion et Yolande Combès (dir.), Les industries de la culture et de la communication en mutation, Paris, L’Harmattan, Questions contemporaines, 2007.

Murray Padmini Ray et Squires Claire, « The digital publishing communications circuit », Book 2.0, 1 juin 2013, vol. 3, no 1, pp. 3‑23.

Norrick-Rühl Corinna, Internationaler Buchmarkt, Frankfurt am Main, Bramann, BRAMANN Basics - Buch & Medien, n˚ Band 4, 2019, 121 p.

Perticoz Lucien, « Les industries culturelles en mutation  : des modèles en question », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 6 juillet 2012, no 1.

Rautenberg Ursula, « Buchwissenschaft in Deutschland. Einführung und kritische Auseinandersetzung », in Ursula Rautenberg (dir.), Buchwissenschaft in Deutschland : ein Handbuch, Berlin  ; New York, De Gruyter Saur, 2010, vol. 1, p. 602.

Saxer Ulrich, « Buchwissenschaft als Medienwissenschaft », in Ursula Rautenberg (dir.), Buchwissenschaft in Deutschland : ein Handbuch, Berlin ; New York, De Gruyter Saur, 2010, vol. 1, p. 602.

Saxer Ulrich, « Buch und Buchwissenschaft aus kommunikationssoziologischer Perspektive », in Dietrich Kerlen et Deutsche Buchwissenschaftliche Gesellschaft (dir.), Buchwissenschaft - Medienwissenschaft : ein Symposion ; [die Jahrestagung der Deutschen Buchwissenschaftlichen Gesellschaft fand 2003 an der Universität Lüneburg statt  ; am 23. und 24. Mai 2003], Wiesbaden, Harrassowitz, Buchwissenschaftliche Forschungen, n˚ 4, 2004.

Siguier Marine, Homotopies littéraires et images partagées. Figurations du lecteur, du livre et de la lecture sur trois plateformes numériques (YouTube, Instagram, Tumblr)., Sorbonne Université (France), 2020, 675 p., consulté le 31 août 2021.

Souchier Emmanuël et Jeanneret Yves, « Introduction. Fonction éditoriale et internet », Communication & Langages, 2001, pp. 30‑31.

Tétu Jean-François, « Sur les origines littéraires des sciences de l’information et de la communication », in Robert Boure (dir.), Les origines des sciences de l’information et de la communication : regards croisés, Villeneuve d’Ascq, Presses Université du Septentrion, Communication, 2002, pp. 71‑93.

Tremblay Gaëtan (dir.), Les Industries de la culture et de la communication au Québec et au Canada, Sillery, Presses de l’Université du Québec [u.a.], Collection Communication et société, 1990, 429 p.

Wiart Louis, La prescription littéraire sur les réseaux socionumériques de lecteurs, Université Sorbonne Paris Cité, 2015, consulté le 22 juillet 2020.

Wunderlich Werner, « Das Lehrprogramm Buchwissenschaften an der Universität St. Gallen », in Ursula Rautenberg (dir.), Buchwissenschaft in Deutschland : ein Handbuch, Berlin ; New York, De Gruyter Saur, 2010, vol. 1, p. 602.

Haut de page

Notes

1 Pour plus d’informations, voir le site de l’Institut : https://home.uni-leipzig.de/buchwissenschaft/.

2 Un descriptif des axes de recherche de l’Institut est consultable sur son site : https://buchwissenschaft.phil.fau.de/forschung/profil/.

3 L’Université de Saint-Gall en Suisse proposait des formations aux niveaux licence et master en Buchwissenschaft [Wunderlich, 2010], mais aucune information n’est aujourd’hui disponible à son sujet, ce qui nous amène à penser qu’elles ne sont plus proposées.

4 La recherche allemande distingue les sciences humaines des sciences sociales et il n’y existe pas d’équivalent aux Sciences de l’Information et de la Communication. On retrouve donc des différenciations inexistantes en France, ici entre la Kulturwissenschaft, la Kommunikationswissenschaft et la Medienwissenschaft. La Kulturwissenschaft adopte une perspective interdisciplinaire pour étudier les cultures du point de vue matériel et symbolique. La Kommunikationswissenschaft est une science sociale tournée vers la communication publique, alors que la Medienwissenschaft est une science humaine abordant les médias, et en particulier leur esthétique. Nous ne reviendrons pas dans cet article sur les différences entre ces diverses sciences, car le rapprochement de la Buchwissenschaft à l’une ou l’autre d’entre elles a dans tous les cas pour conséquence et est principalement motivé par le développement d’une perspective sociale.

5 Traduction du travail de Murray et Squires [2013], inspiré de Darnton [1982] : https://www.bookunbound.stir.ac.uk/research/.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Circuit du livre de Darnton [1982], adapté par Murray et Squires [2013]5
URL http://journals.openedition.org/rfsic/docannexe/image/11765/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Bousquet, « Étude de l’industrie du livre : perspectives franco-allemandes. Les SIC et la Buchwissenschaft »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/11765 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.11765

Haut de page

Auteur

Laura Bousquet

Laura Bousquet réalise une thèse en cotutelle portant sur les plateformes de lecture sociale dans l’industrie du livre au sein du laboratoire ELICO, Université Lumière Lyon 2 et de l’Institut für Weltliteratur und schriftorientierte Medien/Buchwissenschaft de la Johannes Gutenberg Universität-Mainz.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search