Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Dossiers RFSIC à paraîtreN°26 | Penser les processus de pl...

Texte intégral

Contexte

1Désormais généralisées, voire normalisées, les plateformes numériques s’imposent durablement dans toutes les formes de médiation à distance (sociales, commerciales, administratives, sentimentales, professionnelles, médicales, culturelles, etc.), sans pour autant circonscrire une définition consensuelle (Casilli, 2017). Elles reconfigurent également de manière parfois abrupte notre rapport à l’autre, par l’effacement progressif d’interactions humaines jugées moins efficientes. Reposant sur les reliquats d’une utopie communicationnelle valorisant le recours aux TIC pour fluidifier les échanges interpersonnels, les plateformes numériques incarnent alors les derniers avatars en date d’une technophilie particulièrement active. Devant la réalité complexe des liens qui unissent la diversité des acteurs de la communication, le recours à la technologie apparaît volontiers salvateur, tant la puissance du numérique se positionne en tant qu’alternative opérationnelle et logistique des nombreux dysfonctionnements qui agitent les sociétés humaines industrialisées (Dacheux, 2009). Ainsi, les plateformes numériques seraient consommées par leurs usagers comme de nouvelles formes de sociabilité, prônant la rapidité, la connectivité, la fluidité, l’instantanéité, l’ubiquité et l’universalité (Greenfield, 2007). Épousant habilement les exigences d’une économie de marché toujours plus rapide dans sa croissance, les plateformes numériques sont également soutenues par un discours d’accompagnement riche en représentations technophiles et mercantiles, visant à légitimer leur présence dans l’espace public, sans véritable possibilité de remettre en question leur présence, dès lors incorporée comme nécessairement bénéfique.

  • 1 Cf : Flichy, P., Beuscart, J-S. (dirs). « Les activités menées sur les plateformes numériques », (...)
  • 2 Cf : Conseil d’État. « Puissance publique et plateformes numériques : accompagner ‘l’ubérisation’ » (...)

2Le concept de non-lieu (Augé, 1992) semble faire directement écho aux préoccupations actuelles formulées à l’égard des plateformes numériques. L’ethnologue et anthropologue remarquait alors que certaines formes d’espace (péages, guichets automatiques, autoroutes, etc.) relevaient d’une « […] ethnologie de la solitude » (ibid.), ou pouvaient être qualifiés de « […] lieu que l’on n’habite pas, dans lequel l’individu demeure anonyme et solitaire » (ibid.). Mais ce n’est pas tout. « Dans ces non-lieux, on ne conquiert son anonymat qu’en fournissant la preuve de son identité - passeport, carte de crédit, chèque ou tout autre permis qui en autorise l’accès » (ibid.), soit le corollaire actuel de toutes formes de connexion en ligne. Les plateformes numériques soulèvent ainsi de nombreux enjeux info-communicationnels et sociétaux, dans une perspective résolument interdisciplinaire et pluridisciplinaire. Hormis quelques exceptions récentes1, les plateformes numériques font l’objet de travaux universitaires peu nombreux en sciences de l’information et de la communication, mais aussi en SHS francophones. De son côté, la recherche anglosaxonne a développé depuis une décennie désormais, tout un courant de recherches empiriques autour des Platform Studies (Gillespie, 2010 ; Larkin, 2013 ; Dey, Dorothy & Lalnunpuia, 2020), centrées sur une dimension essentiellement performative et technologique des plateformes, reposant plus spécifiquement sur l’étude de leur modèle économique ou la conception de leur architecture informatique2. Les dimensions culturelle, sociale, communicationnelle ou organisationnelle sont généralement évacuées de ce cadre d’analyse, offrant alors une approche biaisée et limitée des enjeux en présence.

Des processus de plateformisation multiples et complexes

  • 3 Vidéo à la demande.
  • 4 Diffusion en flux continu.
  • 5 Cf : travaux du Labsic, Ircav, Mica, Lérass ou encore Sic.Lab Méditerranée.

3Face à ces limites saillantes, ce dossier propose d’apporter des éléments tangibles à la question centrale suivante : comment, au cœur de la digitalisation de nos sociétés, s’opèrent les modalités de transformation et de reconfiguration des pratiques numériques, dès lors que les plateformes se multiplient dans les usages quotidiens des individus ? À titre d’exemple, la plateformisation des pratiques culturelles apparaît comme une entrée heuristique. Effectivement, quid de la notion de réception par les publics et de la redéfinition du rôle fondamental de l’individu devenu un consommacteur, voire un consom’auteur (Maillet, 2008) ? Actuellement, une multitude de plateformes numériques liées à la consommation de contenus audiovisuels (VàD3 par streaming4), aux apprentissages numériques (Balzotti & McCool, 2016 ; Giannakos, Jaccheri & Krogstie, 2016) ou à la culture de manière élargie (Miller, 2020 ; Nieborg & Poell, 2018), présente par exemple des spécificités analysables et mesurables, permettant d’exploiter une partie d’un champ théorique étudié par les SIC, à savoir les mutations des filières des industries culturelles et la valorisation des biens symboliques5 ou encore, l’instrumentation et la médiation numérique de l’activité apprenante (Oliveri, 2016). Afin de mieux comprendre le rôle de la plateformisation dans le domaine de la culture, un environnement qui mérite attention est celui de l’histoire, plus particulièrement le domaine lié à la numérisation des documents audiovisuels du passé (Treleani, 2021). Cette perspective se révèle particulièrement attractive afin d’analyser les pratiques culturelles liées à la mise en circulation des images du passé, notamment par l’analyse des pratiques télévisuelles. Citons également l’ensemble des recherches passées et récentes en SIC, effectuée en direction de l’évolution de l’écosystème numérique, notamment en termes de stratégies, de dispositifs et d’usages, ou encore, de médiations mémorielles et patrimoniales.

4Plus globalement cette fois, c’est l’ensemble des études centrées sur les industries culturelles qui viendra apporter une cohérence théorique à l’ensemble de ce numéro. Ainsi, à partir d’une approche théorique et méthodologique prônant la pluridisciplinarité qui emprunte largement aux sciences de l’information et de la communication, la structuration de ce dossier s’effectuera à partir de contributions où l’appétence empirique permettra de répondre aux hypothèses émises et problématiques soulevées, en montrant comment les plateformes modifient les pratiques numériques des usagers, les modes de consommation ou plus largement, les modalités de co-construction des différents publics concernés par la plateformisation. Tels sont les enjeux qui seront, entre autres, discutés dans cette mouture de la RFSIC. Les travaux empiriques qui viendront vérifier des hypothèses théoriques, seront plus particulièrement appréciés par les évaluateurs. Les contributions attendues, sans cadre restrictif, s’inscriront toutefois prioritairement dans l’une des perspectives suivantes :

  1. Perspective socio-historique : quels mécanismes président à l’avènement de la plateformisation comme idéologie d’une réorganisation de la production industrielle au lendemain de la récession de 1973-1975 et de la mondialisation des flux logistiques.

  2. Perspective socio-économique : comprendre les transformations des modèles économiques qui accompagnent le développement continu des plateformes numériques, étudiées pour l’occasion au prisme des principes d’ubérisation. Approche critique du digital labor et paupérisation des métiers du numérique.

  3. Perspective épistémologique : comment les SIC francophones se positionnement-elles face aux Platform studies anglosaxonnes ? Quelles démarches, approches et méthodologies de recherche sont à privilégier en SIC pour penser la question des plateformes ? La plateformisation est-elle un objet de recherche heuristique en SIC ?

  4. Perspective organisationnelle : les enjeux de la plateformisation au sein des organisations ? Comment les plateformes numériques reconfigurent-elles les politiques managériales en redéfinissant les interactions en situation professionnelle ? Gestion, performance, contrôle : vers de nouveaux types de risques pour les collaborateurs ?

  5. Perspective culturelle : saisir les modalités du passage d’une plateformisation de la culture vers une culture de la plateformisation. Comment se déploient les mutations des filières des industries culturelles à l’heure de la plateformisation ? Comment se redéterminent la production artistique et la consommation des biens culturels ?

  6. Perspective collaborative : comment les plateformes de financement participatif éclairent-elles le renouvellement de formes d’économie circulaire à visée systémique ? Usages et mésusages des plateformes numériques à tendance collaborative ?

  7. Perspective prospective : déterminer les futures formes d’enchâssement entre plateformes numériques et intelligence artificielle. Quels types de médiations en devenir, quels enjeux sociotechniques en présence et quelles controverses éthiques en suspens ?

Éléments de bibliographie

5Augé, M. Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité. Paris: Seuil, 1992.

6Balzotti, J.M., McCool, L.B. « Using Digital Learning Platforms to Extend the Flipped Classroom ». Business and Professional Communication Quarterly 79, n°1, 2016.

7Casilli, A. En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic. Paris : Seuil, 2019.

8Dacheux, É. dir. Les Sciences de l’Information et de la Communication. Paris : CNRS Éditions, 2009.

9Dey, B. L., Dorothy, Y., Lalnunpuia, S. « Digital Consumer Culture and Digital Acculturation ». International Journal of Information Management, n°51, 2020.

10Giannakos, M. N., Jaccheri, L., John Krogstie J. « Exploring the Relationship between Video Lecture Usage Patterns and Students Attitudes: Usage Patterns on Video Lectures ». British Journal of Educational Technology 47, n°6, 2016.

11Gillespie, T. « The Politics of Platforms ». New Media & Society 12, n°3, 2010.

12Greenfield A. Every(ware), la révolution de l’ubimédia. Limoges, FYP, coll. « Innovation », 2007.

13Larkin, B., « The Politics and Poetics of Infrastructure ». Annual Review of Anthropology 42, n°1, 2013.

14Maillet, T. Génération participation : de la société de consommation à la société de participation. Paris : MM2, 2008.

15Miller, V. Understanding Digital Culture. Newbury Park: SAGE Publications, 2020.

16Nieborg, D. B., Poell, T. « The Platformization of Cultural Production: Theorizing the Contingent Cultural Commodity ». New Media & Society 20, n°11, 2018.

17Oliveri, N. Apprendre en ligne. Quel avenir pour le phénomène MOOC ? Paris : L’Harmattan, 2016.

18Treleani, M. « The degree zero of digital interfaces: a semiotics of audiovisual archives online », Semiotica, 2021.

Calendrier

19Septembre 2021 : lancement de l’appel à contributions

201 mars 2022 : date limite d’envoi des articles complets à l’adresse suivante :

nicolas.oliveri [at] idracnice.com et sophie.jehel [at] univ-paris8.fr

211 juin 2022 : avis et recommandations aux auteurs.

2215 juillet 2022 : envoi des versions définitives.

231 septembre 2022 : publication.

24Guide pour la rédaction d’un article : https://journals.openedition.org/​rfsic/​401

Haut de page

Notes

1 Cf : Flichy, P., Beuscart, J-S. (dirs). « Les activités menées sur les plateformes numériques », Réseaux. Paris : La Découverte, volumes 36 n°212/2018 et 37 n°213/2019.

2 Cf : Conseil d’État. « Puissance publique et plateformes numériques : accompagner ‘l’ubérisation’ ». Étude annuelle 2017. Paris : La Découverte, 2017.

3 Vidéo à la demande.

4 Diffusion en flux continu.

5 Cf : travaux du Labsic, Ircav, Mica, Lérass ou encore Sic.Lab Méditerranée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« N°26 | Penser les processus de plateformisation en SIC »Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rfsic/12100 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rfsic.12100

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue française des sciences de l’information et de la communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo SFSIC
  • Logo ICA
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search